Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quelles perspectives pour la langue française ?

 | 
Françoise Argod-Dutard

3e partie. Le français dans le monde

L'expansion du français à l'époque des Grandes Découvertes

Geneviève Clerico

Texte intégral

  • 1 III, 6, « Des Coches », éd. Villey, Paris, PUF, 2e éd., 1992, p. 908. Nous avons choisi de moderni (...)
  • 2 Voir I, 31, « Des Cannibales ». Cet intérêt de Montaigne pour le Nouveau Monde était stimulé par l (...)
  • 3 Je ne donnerai pas au titre de cette étude toute l'extension qu'on aurait pu lui accorder, en joua (...)
  • 4 Fr. Lestringant, « Présentation », in La France-Amérique (xvie-xviie siècles) (...)

1« Notre monde vient d'en trouver un autre », écrit Montaigne au troisième livre des Essais1, parlant comme ses contemporains de « nos terres neuves », ou de la « nouvelle France », et commentant magistralement l'intérêt moral, encyclopédique et philosophique pour l'humanité de son temps d'un tel recul des horizons connus2. C'est de ce monde nouveau, des contacts linguistiques que sa « découverte » a entraînés, qu'il va être question ici3. Je m'en suis tenue pour mon étude au seul xvie siècle, en excluant sciemment d'autres entreprises colonisatrices, plus efficaces et plus durables, au siècle suivant. Les lieux concernés dans le cadre géographique et chronologique ainsi défini sont Terre-Neuve et les rives du Saint- Laurent, un territoire occupé par des réfugiés huguenots dans la baie de Rio de Janeiro, et l'occupation, limitée dans l'espace et dans le temps, de la Floride. Sur une suggestion de M. Simonin, le terme de France-Amérique avait été choisi en 1992 pour un colloque ayant pour objet d'étude l'histoire de cette présence et de ces relations « depuis le Brésil tropical jusqu'au froid Labrador »4.

Quelques causes d'une présence française dans le Nouveau Monde

  • 5 On omet ici les expéditions, confirmées par les archéologues, de marins irlandais ou vikings dès l (...)
  • 6 Charles-André Julien fait de cette distinction nécessaire entre les voyages d'exploration et les e (...)
  • 7 Le terme lui-même est équivoque si l'on entend par là des individus « parlant français », comme no (...)

2Le départ vers de lointaines contrées encore ignorées des Européens5 peut avoir des motifs de tous ordres, commerciaux, politiques, diplomatiques, idéologiques, religieux. Un pouvoir politique en place peut en être l'instigateur, ou bien il est le fait d'initiatives individuelles de commerçants ou d'aventuriers sans mission officielle6. Conquête ou colonisation organisée, bien financée et ayant des objectifs déclarés, ou bien présence de marins expatriés volontaires, exerçant un commerce sur les côtes ou disséminés dans les populations locales : toutes ces formes d'implantations plus ou moins durables ont existé, selon les territoires où se rencontrent, au xvie siècle, des « Français7 ».

Causes commerciales et économiques

  • 8 Termes d'un contrat d'armement cité par Philippe Jacquin, Les Indiens blancs. Français et Indiens (...)

3 « Pescherie et traffic de pelletrie8 »

  • 9 Pêche lucrative si l'on songe que, dans les pays d'obédience catholique, le nombre de jours de jeû (...)

4C'est de morue, de baleines et de fourrures qu'il faut d'abord parler. On situe vers la fin du xve siècle la découverte des bancs de morue au large de Terre-Neuve. L'extrait suivant suffira pour illustrer la « ruée » de tous les pays de la façade atlantique européenne vers les côtes nord-américaines9 :

  • 10 Ph. Jacquin, op. cit., p. 28 ; voir aussi Nelson Cazeils, Cinq siècles de pêche à la morue. Terre- (...)

Dès 1504 les Bretons, en 1506 les Portugais et les Normands, vers 1512 les Basques, souvent commandités par les Rochelais, se ruent vers le nouveau gisement. D'une cinquantaine de navires à l'entrée du xvie siècle, on passe à 350-380 dans les années 1578, pour atteindre 850 en 1615. Cette inflation de navires conduit sur les bancs de 10 000 à 20 000 pêcheurs dans la seconde moitié du xvie siècle10.

5De 1530 à 1580, les Basques espagnols détiennent pratiquement le monopole de la pêche à la baleine dans cette zone :

  • 11 C'est moi qui souligne.
  • 12 Carmen Bernand et Serge Gruzinski, Histoire du Nouveau Monde, tome II, Les Métissages, Paris, Faya (...)

La pêche à la baleine est alors une colossale entreprise : à son apogée, elle mobilise de vingt à trente gros bateaux chaque année et deux milliers de Basques […]. La flotte de Terre-Neuve équivalait, en hommes et en tonnage, au double de celle des Caraïbes espagnoles. Autrement dit, le golfe du Saint-Laurent et ses parages où l'on parlait basque, gascon, anglais et français11, suscitaient une activité comparable ou supérieure à celle des Antilles et du golfe du Mexique12.

  • 13 Voir Jacques Mathieu, La Nouvelle France. Les Français en Amérique du Nord, xvie(...)
  • 14 Voir Marcel Trudel, Histoire de la Nouvelle France, tome I, Les Vaines tentatives (1524-1603), Mon (...)
  • 15 Ch.-A. Julien, op. cit., p. 163 sq.
  • 16 Ibid, p. 25. Texte cité aussi par M. Trudel, p. 26.

6Les pêcheurs fréquentaient donc les espaces marins nord-américains, trois décennies avant J. Cartier. Leur présence était régulière et ininterrompue et leurs activités les mirent en contact avec les populations indigènes, préfiguration d'une colonisation ultérieure13. Dès la première moitié du xvie siècle, toutes sortes de documents attestent donc la présence de pêcheurs basques, bretons, normands14, originaires de Dieppe, Saint-Malo, Rouen, Nantes, La Rochelle, Bordeaux, ou d'autres « hâvres » plus petits. La pêche à Terre-Neuve, sur les côtes du Labrador, à l'île du Cap Breton, tient une place importante dans l'économie des provinces atlantiques françaises15. Les riches armateurs dieppois Ango, père et fils, organisèrent régulièrement des voyages de pêche à compter de 1506. En 1508, ils avaient ramené en France au moins sept Indiens et avaient offert au Roi de monter une expédition officielle. En 1514, un texte rapporte l'obligation de la dîme imposée par les moines de l'abbaye de Beauport, aux marins de l'île de Bréhat, pour le poisson pris « en quelque part que ce soit, tant en la côte de Bretagne […], la Terre- Neuve, Islandre [sic], que ailleurs16 » :

  • 17 Bernand et Gruzinski, op. cit., p. 553 sq., « Des fourrures pour l'Europe » : « Tout ce que l'Euro (...)
  • 18 Mathieu, op. cit., p. 41. Ch.-A. Julien note que de nouveaux contacts avec les Indiens de l'intéri (...)

7La présence de pêcheurs dans les provinces maritimes de l'Amérique du Nord s'accompagne de plus en plus de trocs divers, dans lesquels les fourrures, le produit le plus recherché des Européens et le plus précieux des populations indiennes jouent un rôle essentiel. Ce commerce occasionnel paraît bien établi lors de l'expédition de J. Cartier en 1534. Le Malouin observe que les Indiens recherchent le contact sur la côte et l'invitent à débarquer, « faisant un grand bruit et nous faisaient plusieurs signes, que nous allions à terre nous montrant des peaux sur des bâtons ». Ce témoignage atteste que, dès le premier tiers du xvie siècle un commerce, dont la fourrure est l'enjeu, s'est organisé avec les tribus fréquentant les côtes. Puis les Européens s'enfoncent dans l'arrière-pays17. D'activité complémentaire à la pêche, le commerce des fourrures devint autonome. Ce nouveau commerce entraîna un bouleversement ethnique et politique dans la région du Saint-Laurent. « Ces nouveaux profits obligèrent à repenser l'exploitation des richesses de l'Amérique et à franchir un nouveau pas dans la colonisation de la Nouvelle France18 ».

8Or et épices, le mythe de l'Orient

  • 19 E. Leroy-Ladurie, « Christophe Colomb confond les Caraïbes avec l'archipel nippon et remplace les (...)
  • 20 M. Trudel, op. cit., p. 13 sq.
  • 21 Mollat du Jourdin, Les Explorateurs du xiiie au xvie siècles. (...)
  • 22 Ch.-A. Julien : « En 1523 l'idée d'un continent américain indépendant était loin d'avoir triomphé. (...)

9Un autre motif d'ordre économique, en apparence bien différent des précédents mais aboutissant au même mouvement d'exploration vers l'Ouest, s'inscrit de longue date comme un avatar du « mythe de l'Orient ». C'est en 1260 que partit de Venise un fils de marchand, Marco Polo. Le Livre des Merveilles du monde connut un tel succès que Christophe Colomb l'emporta avec lui en 1492 et s'en servit pour identifier les lieux où il aborda19. Les hommes d'affaires et les marins se lancèrent à la découverte d'une voie vers l'Inde et la Chine par l'ouest et l'Europe se mit à chercher l'Asie par l'Atlantique20. Christophe Colomb persista pendant sept mois à chercher, « comme un oiseau butant contre une fenêtre21 », un passage à travers ce qu'on refusa longtemps de reconnaître comme un continent formant barrière22. Il ne s'agissait pas de trouver des terres nouvelles mais une route plus courte que celle des Portugais vers les épices et l'or.

  • 23 M. Trudel, op. cit., p. 14.

Après la chute de Constantinople en 1453 et la fermeture de la Mer Noire, on chercha à supprimer les intermédiaires en atteignant directement les pays producteurs. Si les commerçants pouvaient trouver la route immédiate de l'Asie, tout le commerce international s'en trouverait changé, l'axe économique de l'Europe ne serait plus la Méditerranée23.

  • 24 J. Mathieu, op. cit., p. 30.

10La recherche de la route du Cathay explique les termes du mandat donné à J. Cartier lors de son premier voyage en 1535, de découvrir « certaines îles ou pays où on dit qu'il se trouve une grande quantité d'or et autres riches choses24 ». L'Amérique fut perçue non comme un but de découverte en soi, mais comme un obstacle à franchir.

Circonstances religieuses

  • 25 III, 6, p. 910.

11Ce que Montaigne nommait « la mercadence et la trafique25 », autrement dit les incitations commerciales et financières, ont donc joué un rôle capital quant à la présence de Français, marins pêcheurs, commerçants en fourrure, armateurs ou hommes politiques à la recherche de minéraux précieux, dans les parages de l'Amérique du Nord.

12En 1538, François Ier, lors du troisième voyage de J. Cartier, met une étiquette religieuse sur les entreprises américaines. L'expédition est placée sous le signe de l'évangélisation, comme en fait foi la commission délivrée au nom du Roi :

  • 26 Cité par Ch.-A. Julien, op. cit., p. 136-7.

On voit par ce mémoire la piété, la magnanimité et générosité de cœur du grand Roi François, et comme nonobstant que les guerres eussent épuisé ses finances et même engagé Sa Majesté à des dettes immenses, néanmoins se voyant en paix, il ne craint point d'entrer en nouvelle dépense, pour établir la Religion Chrétienne dans un pays de sauvages éloigné de la France et où il savait bien qu'il n'y avait point de mines d'or et d'argent, ni autre gain à espérer, que la conquête d'infinies âmes pour Dieu et leur délivrance de la domination et tyrannie du démon infernal26.

  • 27 « Cartier fut indiscutablement un pieux catholique, mais qui ne montra jamais une grande ardeur de (...)
  • 28 M. Trudel : « En 1603, la France n'a pas baptisé un seul indigène en Amérique du Nord. Les seuls i (...)

13Les historiens s'accordent à voir dans une telle déclaration un modèle de littérature de propagande, « manifeste placé comme un chapeau à la tête du mémoire, mais qui ne cadre ni avec son contenu, ni avec les conceptions et le comportement de Cartier27 », désir de donner à ces entreprises un caractère religieux qu'elles n'avaient pas. Comme l'expédition ne semblait pas comporter d'hommes d'église et fut confiée à un protestant, Roberval28, ce document paraît avoir eu une fonction diplomatique et stratégique.

  • 29 Ch.-A. Julien, p. 187 ; voir Marcel Bataillon, « L'Amiral et les nouveaux horizons français », Act (...)

14En revanche, ce sont des motifs exclusivement religieux qui présidèrent à l'implantation de réfugiés protestants au Brésil en 1555, et en Floride entre 1562 et 1565. L'émigration de Réformés ne fut jamais tout à fait une politique officielle de la Couronne. Elle se pratiqua plus ou moins ouvertement selon les circonstances mouvantes des conflits religieux, lorsque le parti protestant jouissait d'une certaine influence à la Cour. L'instigateur en fut essentiellement l'Amiral de Coligny, « le premier en date des hommes d'état coloniaux qu'ait possédés la France29 ». Il envisagea de faire du Brésil un refuge où ceux qui voudraient s'expatrier pourraient exercer librement leur culte. Michelet dit de lui, dans une langue étonnante :

  • 30 Cité in Julien, p. 184.

Ce grand esprit, si sage, avait vu à merveille la chose essentielle, que la France, dans sa pléthore nerveuse et son agitation, voulait s'extravaser au dehors. […] Il eut raison trop tôt30.

15Avec la mort de l'Amiral lors de la Saint-Barthélémy en août 1572, la politique d'expansion et de lutte contre les empires espagnols et portugais cessa, pour ne reprendre qu'au début du siècle suivant.

  • 31 Le Huguenot et le Sauvage. L'Amérique et la controverse coloniale en France, au temps des (...)
  • 32 Jean de Léry, Histoire d'un Voyage faict en la terre de Brésil, (1578), Paris, Livre de poche, « B (...)

16On ne saurait mieux faire, quant à la connaissance des événements, à leur interprétation, à l'étude des textes qui s'en font l'écho, que de renvoyer aux travaux de Fr. Lestringant qui a consacré une somme impressionnante de recherches à l'approfondissement des relations entre le Huguenot et le Sauvage, réunis dans une « fraternité de malheur, face à l'oppresseur universel31 ». Son édition de l'Histoire d'un voyage en terre de Brésil, du cordonnier bourguignon Jean de Léry, a définitivement permis au grand public de se plonger dans un témoignage passionnant de ces relations32. De retour en France, dans le pandémonium des guerres de religion qui ont dévasté la seconde moitié du siècle, J. de Léry s'exclame : « Je regrette que je ne suis parmi les Sauvages » (p. 508). Et l'on comprendra son attachement à la terre brésilienne et à ses occupants grâce à ce seul extrait :

  • 33 p. 33 ; voir le recueil d'articles, par les soins de Fr. Lestrigant et M.-Ch. Gomez-Géraud consacr (...)

Toutes les fois que l'image de ce nouveau monde, que Dieu m'a fait voir, se représente devant mes yeux, et que je considère la sérénité de l'air, la diversité des animaux, la variété des oiseaux, la beauté des arbres et des plantes, l'excellence des fruits et bref en général les richesses dont cette terre de Brésil est décorée, incontinent cette exclamation du Prophète au Psaume 104 me vient en mémoire : O Seigneur Dieu que tes œuvres divers/Sont merveilleux par le monde univers : /O que tu as tout fait par grand sagesse !/Bref la terre est pleine de ta largesse33.

17Ces essais d'émigration protestante vers le Nouveau Monde s'inscrivaient dans une contestation générale du monopole hispano-portugais, qui portait haut la bannière du catholicisme et de la lutte contre l’« hérésie ». La politique de l'Amiral de Coligny avait bien pour objectif de mettre en cause cette hégémonie. Il est impossible en l'occurrence de distinguer motifs religieux, politiques et diplomatiques.

  • 34 M. Trudel, op. cit., p. 180.

18Dans l'esprit des Indiens s'établit une équivalence entre religion et nationalité. Protestantisme et France se confondirent, contre Espagne/Portugal et catholicisme. « Alors que les indigènes de manquaient jamais de dévorer les Portugais, la qualité de Français demeurait un passeport assuré34 ». Les Européens, Espagnols et Portugais d'une part, Français de l'autre, pratiquaient un clientélisme parmi les tribus Indiennes en jouant de leurs rivalités ancestrales.

19J. de Léry s'en fait le témoin :

Ils étaient de la nation des Margaïats, alliés des Portugais et par conséquent tellement ennemie des Français, que s'ils nous eussent tenus à leur avantage, nous n'eussions payé autre rançon, sinon qu'après nous avoir assommés et mis en pièces, nous leur eussions servi de nourriture (p. 147).

  • 35 Raisons qu'analysent longuement Ch.-A. Julien, M. Trudel, Fr. Lestringant, C. Bernand et S. Gruzin (...)
  • 36 « La polémique qui fait suite, en 1561, à la défaite française au Brésil se concentre sur la quest (...)

20L'échec d'une Nouvelle France huguenote s'explique par de multiples raisons dont le détail nous éloignerait trop du sujet plus circonscrit de cette étude35. Dans la polémique qui suivit l'échec de l'expérience brésilienne, les débats théologiques jouèrent en tout cas un rôle majeur36.

  • 37 La France-Amérique, p. 21-22.

21À titre de transition, citons ici E. Leroy-Ladurie qui rappelle opportunément, sur le sujet qui nous occupe, — celui de la ou des langues de communication entre Français et populations indigènes —, que le calvinisme, « exportation idéologique bien française (source en deuxième origine d'un calvinisme anglophone), favorisait expressément l'emploi du langage vernaculaire au lieu du latin 37 ».

Les contacts linguistiques entre Français et populations locales

Origines géographiques et sociologiques des marins, explorateurs et « émigrés »

  • 38 Extrait de l'Histoire de la Nouvelle France…, Paris, J. Millot, 1609, cité in Jacquin, p. 63.

22J. Cartier déplore l'incompréhension qui rend difficiles ses relations avec les tribus indiennes. La barrière linguistique entrave sans aucun doute les bonnes relations et les affaires. D'autant que, comme le dira Lescarbot au début du siècle suivant, « les Indiens ne se soucient guère d'apprendre notre langue, car il y en a qui disent qu'ils ne nous viennent point chercher38 ». Dans le cadre des échanges entre pêcheurs et trappeurs, étrangers et autochtones, on peut imaginer que, sur le plan technique, pour l'évaluation des qualités ou des défauts des marchandises, de la cote financière des échanges, une sorte d'interlangue se soit établie sur place, langue peu académique mais fonctionnelle et d'une utilité immédiate, langue orale (langues orales plutôt) dont nous n'avons pas gardé trace. À Terre-Neuve, où des bateaux de toute provenance, portugaise, espagnole, anglaise, hollandaise et française, se pressaient sur les bancs, on imagine qu'il devait se parler un sabir entre Européens, et un sabir à destination des populations indigènes, chacun de part et d'autre intégrant des mots utiles et récurrents pour pratiquer le troc.

  • 39 Voir plus loin l'épisode raconté par Jean de Léry, p. 204.

23Quant aux marins venus de France, les côtes de l'Amérique du Nord étaient depuis le début du siècle fréquentées par des Basques, des Bretons, des Normands, principales populations côtières du pays d'origine. Se demander dès lors quelle était l'expansion « du français » dans ces parages, n'est pas la bonne formulation. Personne ne saurait soutenir que « parler basque » ou « breton » soit « parler français ». Basques, Bretons et Normands se comprenaient-ils mieux entre eux qu'ils ne comprenaient les « Sauvages »39 ?

24Si l'on interroge les documents accessibles (registres d'embarquement, textes officiels autorisant le recrutement de « volontaires », etc.), on peut se faire une idée relativement précise de l'origine sociologique des Français embarqués pour les terres lointaines.

  • 40 M. Trudel, op. cit., p. 128.
  • 41 Ch.-A. Julien, op. cit., p. 150-151.

25Cartier est accompagné lors de son deuxième voyage à destination du Canada, de deux cents personnes, hommes et femmes, dont un apothicaire, un barbier, un trompette, sept charpentiers. La commission pour sa troisième mission stipule : « Nous avons délibéré d'envoyer bon nombre de gentilshommes et autres, tant gens de guerre que populaire, de chacun sexe et arts libéraux et mécaniques40 ». Pour ce troisième voyage, J. Cartier avait reçu du Roi l'autorisation de se faire délivrer, « tant en France qu'en Bretagne », cinquante prisonniers, quel que fût le crime dont ils étaient accusés, à l'exception de l'hérésie, la lèse-majesté et le faux monnayage, « et autres trop énormes cas et crimes »41. Il devait aussi emmener des « sujets de bonne volonté et de toutes qualités, arts et industrie ». Puis devant l'absence de candidats en nombre suffisant, Cartier reçut le droit de recourir aux condamnés cette fois en nombre illimité.

26Les navires partis pour le Nouveau Monde emmenaient donc des individus de toute profession, du haut en bas de l'échelle sociale. Il y a en réalité pénurie de volontaires si bien que l'on enrôle des bannis, des fugitifs, des criminels et que l'on puise dans les prisons qui relèvent des parlements de Rouen, Paris, Dijon, Bordeaux, Toulouse. Quelle(s) langue(s) tous ces gens exportaient-ils sur les terres lointaines ? Il y a tout lieu de croire que ce n'était sans doute que bien rarement celle de Ronsard et de Du Bellay…

  • 42 Fr. Lestringant, n.1, p. 69 de l'éd. de Léry. Selon les mémoires de Cl. Haton, cités par Fr. Lestr (...)
  • 43 Ibid.

27Pour le voyage de Villegaignon, « hormis quelques personnes de qualité et de conviction, le premier contingent de colons était surtout composé de gens de sac et de corde, tirés des prisons du Royaume42 ». Pour le départ de Villegaignon, l'appel fut fait « à tous venans par crieur public », et ne fournit que « aucuns [= quelques] curieux », dévoyés ou aventuriers, pour la plupart « rustiques et sans aucune instruction d'honnêteté et civilité, adonnés à beaucoup de vices et dissolutions impudiques43 ». Le contingent ultérieur, fait de calvinistes, comportait, avec J. de Léry, cordonnier, tourneurs, menuisiers, couteliers, couturiers, « gens mécaniques », c'est-à-dire artisans, qui devaient user d'une langue commune à peu près normalisée, telle que le récit de Léry nous en donne l'image, puis de langages socio-professionnels propres à leurs activités. Léry ajoute, d'une manière un peu approximative : « quelques gentilshommes et autres étant avertis pourquoi nous faisions ce voyage, s'adjoignirent à notre compagnie » (p. 112).

  • 44 Cité par M. Trudel, p. 201.
  • 45 « Pour attirer les volontaires, on fit miroiter à leurs yeux d'alléchantes perspectives, selon la (...)

28Laudonnière, lors du deuxième voyage en Floride (1564), avait emmené avec lui trois cents personnes de tous états, nobles et roturiers, soldats, mariniers, gens de métier, un apothicaire, un peintre (Jacques Le Moyne de Morgues qui en rapporta de belles gravures sur la Floride française), et une femme, chambrière et garde-malade, destinée à diriger le ménage, « pour gouverner une infinité de divers animaux, comme la brebis et la poulaille44 ». Pour le troisième voyage de Ribault en 1565, six cents personnes furent embarquées, dans un esprit plus « colonisateur », avec des familles et des gens pour labourer la terre45.

29En l'absence de documents écrits autres que les relations de voyage, on ne peut que conjecturer qu'il se parlait des variétés de langue française sur les côtes américaines, normand, saintongeais, gascon surtout ; d'autres langues à part entière comme le basque ou le breton, selon l'origine géographique des marins et des expatriés. Pour la variété des sociolectes, elle était aussi large que possible puisque le recrutement, selon les types de voyages, mêle nobles, bourgeois, artisans, soldats, paysans, humanistes curieux de découvertes scientifiques, gentilshommes et criminels en tous genres.

Les truchements

  • 46 Voir le texte de M.-Ch. Gomez-Géraud, « La figure de l'interprète dans quelques récits de voyage f (...)

30Tous les textes de l'époque mentionnent le rôle joué par les interprètes ou « truchements46 ». Le travail d'« interprétariat » est à double sens. Ou bien on laisse volontairement à terre de jeunes marins venus de France afin qu'ils s'initient à la langue et à la culture indiennes ; ou bien on ramène en France de jeunes « Sauvages » avec promesse de les ramener sur leur sol de naissance après avoir appris le français. Certains indigènes, restés plus longtemps que d'autres au contact des Européens ont une sorte de statut privilégié de traducteurs. Posséder un homme à terre familiarisé avec la langue et les coutumes indigènes établit la confiance et stimule les relations commerciales.

  • 47 Ch.-A. Julien, op. cit., p. 405.

31Dès le début du siècle, la région brésilienne est visitée par des individus venus d'Europe, surtout des Normands qui s'y installent de manière plus ou moins permanente. Ils servaient d'intermédiaires pour le commerce du bois de teinture, ou d'animaux recherchés pour leurs plumes ou leur exotisme (perroquet, guenons etc.). J. de Léry cite à de multiples reprises « les truchements de Normandie qui [les] avaient précédés en ce pays-là » (p. 475). Il maintient d'ailleurs cette tradition en se faisant accompagner de « six jeunes garçons que nous menâmes pour apprendre la langue des Sauvages » (p. 114). Trois semaines après son arrivée en terre brésilienne, un truchement le met en relation avec les Indiens, le mène avec lui dans des villages de l'intérieur des terres en l'initiant à leurs rites et à leurs modes de vie. « On a l'impression que ces Normands, heureux de retrouver des compatriotes, souvent de leur province, se réjouissent de leur montrer les cérémonies les plus pittoresques47 ». Il est vrai que les règles de vie puritaines de la communauté huguenote s'accommodent parfois avec difficulté de la liberté de mœurs des interprètes normands « ensauvagés » :

  • 48 J. de Léry, p. 370 ; situation décrite en ces termes par Fr. Lestringant : « Au Brésil, les marins (...)

À mon grand regret, je suis contraint de réciter ici que quelques truchements de Normandie, qui avaient demeuré 8 ou 9 ans en ce pays-là, pour s'accommoder à eux, menant une vie d'Athéistes, ne se polluaient pas seulement en toutes sortes de paillardises et vilénies parmi les femmes et les filles, dont un entre autres de mon temps avait un garçon âgé d'environ trois ans, mais aussi, surpassant les sauvages en inhumanité, j'en ai ouï qui se vantaient d'avoir tué et mangé des prisonniers48.

32Après la chute du fort Coligny, ces truchements de Normandie animèrent pendant plusieurs décennies la résistance indienne de certaines tribus contre les Portugais.

  • 49 Mollat du Jourdin, op. cit., p. 80 sq.
  • 50 Bernand et Gruzinski, op. cit., p. 552.

33Lors du premier voyage de Cartier, celui-ci emmène en France les deux fils du chef de tribu Donnacona, Taignoagny et Domagaya, avec l'espoir que leur témoignage auprès du Roi de France faciliterait de nouveaux investissements pour un nouveau voyage de découverte. Il repart avec eux lors de son deuxième voyage. Le Brief récit, publié plus tard, témoigne longuement de la détérioration des relations entre les deux jeunes hommes et le marin Malouin. D'abord auxiliaires précieux, ces interprètes qui en moins d'un an avaient appris le français, initièrent certes J. Cartier, lors du deuxième voyage, à la configuration géographique, ethnographique et politique du pays, à ses ressources, à ses mœurs, à son langage49. Mais le capitaine breton se heurte à la mauvaise volonté des interprètes et part sans eux pour remonter le Saint-Laurent. Un des interprètes fut de nouveau utile en indiquant à Cartier l'antidote du scorbut : la tisane de thuya, riche en vitamine. En 1541, J. Cartier offrit en cadeau au chef de Hochelaga deux petits garçons afin de leur faire apprendre la langue indienne et favoriser les relations futures50.

34L'existence, le statut et la vie de ces interprètes en terre canadienne sont décrits en détail, pour le siècle suivant, par Ph. Jacquin, puisant dans les Relations de Jésuites, riches en témoignages sur les rapports entre interprètes locaux et Européens :

  • 51 Op. cit., p. 65-66. L'auteur donne une liste de noms de quelques truchements passés à la p (...)

Beaucoup des truchements se targuent du titre pour entrer dans la traite, mais leur incapacité notoire nuit tant dans les affaires qu'en politique « car ils ne rapportent pas fidèlement les choses qu'on leur dit, ou par ignorance ou par mépris ». Pendant toute la période coloniale cohabitent une élite minoritaire et un ensemble assez hétéroclite, souvent constitué de nouveaux venus, qui s'exprime dans un jargon « qui n'est ni du français ni du sauvage, et cependant quand les Français l'utilisent ils pensent qu'ils utilisent la langue sauvage »51.

  • 52 Jacquin cite le texte de l'un de ces « élèves » candidat à l'apprentissage du parler indigène, un (...)

35Dans un développement intitulé « L'école des bois », le même auteur met en scène le Français, à qui les « professeurs » Indiens « n'épargnent pas leurs efforts et leurs encouragements » (p. 65). La pédagogie en acte est autant gestuelle que proprement linguistique52.

36M.-Ch. Gomez-Géraud, dans son article sur « La figure de l'interprète… » aboutit à la conclusion que

l'image du truchement telle que le lecteur la découvre à travers les relations de voyage est loin d'être positive. On peut même avancer que plus on parle de l'interprète et plus son image se détériore […]. Le truchement est davantage représenté comme un écran opaque entre les entreparleurs que comme un facteur de transparence.

37M. Mollat du Jourdin traitant du « bon usage des interprètes indigènes », le résume en un « mélange de force et de ruse, de confiance mesurée et de méfiance » (p. 202).

38Montaigne dit avoir eu dans sa domesticité proche « un homme qui avait demeuré dix ou douze ans en cet autre monde », et qui fut son informateur direct, ancien truchement qui put servir d'intermédiaire entre son maître et plusieurs matelots et marchands familiers comme lui du pays brésilien. C'est l'occasion pour l'auteur des Essais de faire le départ entre un informateur fiable, sans talent ni souci de se faire valoir, et les témoins qui enjolivent la matière en perdant de leur crédibilité :

  • 53 I, 31, p. 205.

Cet homme que j'avais, était un homme simple et grossier, [ce] qui est une condition propre à rendre véritable témoignage : car les fines gens remarquent bien plus curieusement et plus de choses, mais ils les glosent ; et pour faire valoir leur interprétation et la persuader, ils ne se peuvent garder d'altérer un peu l'Histoire. Ils ne vous représentent jamais les choses pures ; ils les inclinent et masquent selon le visage qu'ils leur ont vu ; et pour donner crédit à leur jugement et vous y attirer, prêtent volontiers de ce côté à la matière, l'allongent et amplifient. Où il faut un homme très fidèle, ou si simple qu'il n'ait pas de quoi bâtir et donner de la vraisemblance à des inventions fausses, et qui n'ait rien épousé. Le mien était tel53.

39Ailleurs, Montaigne est en contact avec un autre truchement, dont il déplore la lourdeur et le manque d'intuition :

  • 54 I, 31, p. 214

Je parlai à l'un d'eux fort longtemps, mais j'avais un truchement qui me suivait si mal, et qui était si empêché à recevoir mes imaginations par sa bêtise, que je n'en pus tirer guère de plaisir54.

40Dans l'autre sens (« Sauvages » emmenés de gré ou de force sur le vieux continent), les expériences sont nombreuses. Gonneville écrit :

  • 55 Le texte de Gonneville a été publié dans le volume Les Français en Amérique pendant la première mo (...)

C'est coutume à ceux qui parviennent à nouvelle terre des Indes d'en amener à Chrétienté quelques Indiens55.

  • 56 Ch.-A Julien, op. cit., p. 24.
  • 57 Cité ibid., p. 322.

41C'est un rouennais, Thomas Aubert, qui introduisit en 1508 quelques indigènes en Normandie56. Les récits présentent parfois l'embarquement de certains Indiens à destination de l'Europe comme le résultat d'un accord préalable pour une durée limitée, avec perspective de retour. D'autres fois, il s'agit de véritables kidnappings : Gonneville, en plus de l'Indien Essomericq, attrapa deux autres Indiens pour les amener en France. Mais la nuit suivante, les deux captifs sautèrent à la mer, et bien que le navire fût à trois heures du rivage, « ces gaillards sont si bon nageurs que tel trajet ne les effrite57 ».

  • 58 Bernand et Gruzinski, op. cit., p. 552.

42Ces Indiens étaient destinés à être exposés de place en place ; au mieux, décemment habillés, ils étaient présentés aux souverains dont le navigateur cherchait à se concilier les faveurs58. Les auteurs de ces lignes ajoutent néanmoins qu'« il n'est pas dit que tous les indigènes aient été les victimes passives d'intérêt commerciaux ou de penchants voyeuristes […]. Restaient pour tous le choc de la traversée, l'affrontement de l'inconnu et l'assaut des maladies du Vieux Monde » (p. 553). Les interprètes ont connu parfois des situations tragiques. Au retour dans leur pays d'origine, ils se trouvaient pris entre deux cultures et ne choisissaient pas nécessairement celle de leurs nouveaux maîtres. Certains, comme les fils des chefs de tribus emmenés par J. Cartier, ne se rangèrent pas aux côtés des explorateurs français pour les aider dans leur mainmise sur le pays. Il est vrai que

  • 59 J. Mathieu, op. cit., p. 44.

les Français ont voulu ramener de gré ou de force des Indiens en Europe alors que ceux-ci étaient épris de liberté individuelle. Partout ils ont voulu ériger des croix en signe de possession, suscitant des protestations véhémentes des Indigènes, qui ne se trompaient pas sur la signification de ces gestes59.

Quelques témoignages textuels

  • 60 Cité par Mollat du Jourdin, op. cit., p. 198.

43Pour évoquer concrètement la réalité des échanges linguistiques entre Français et populations indigènes, nous mentionnerons quelques rencontres décrites par des témoins directs dans les textes du temps. Si la place avait été suffisante, nous aurions enrichi ces anecdotes de toutes les communications de type gestuel, mimiques, parades, cérémonies, rires et pleurs (abondants chez les tribus Tupi dont J. de Léry décrit les comportements). Il y aurait là matière à un développement qui enrichirait beaucoup notre sujet. Lors du voyage de Verrazano, la communication s'établit avec les Indiens, moins par la parole, mutuellement incompréhensible, ou par des moyens mercantiles (en leur « jetant quelques sonnailles et autres babioles »), mais en les rassurant par l’« imitation de leurs gestes ». Ils prirent ces objets, écrit le navigateur, « les regardèrent avec un sourire et n'hésitèrent pas à monter à bord en confiance60 ». Le sujet est si riche dans l'Histoire d'un voyage de J. de Léry que Fr. Lestringant a consacré une étude au « Rire de l'Indien », sous tous ses aspects, signe d'accueil ou de défiance.

  • 61 La suite du texte en effet témoigne d'une possible duplicité de la part des Indiens qui s'efforcen (...)

44Chez J. Cartier, la mise en scène de la rencontre entre Indiens et marins français fait une large place à une gestuelle qui laisse le malouin perplexe61. Donnacona, accompagné de seize hommes, commença à

  • 62 Les Français en Amérique, op. cit., p. 139.

faire une prédication et prêchement à leur mode, en démenant son corps et membres d'une merveilleuse sorte, qui est une cérémonie de joie et assurance […] Après laquelle sortirent lesdits Taignoagny et Dom Agaya dudit bois, marchant vers nous, ayant les mains jointes et leurs chapeaux sous leurs coudes, faisant une grande admiration62.

45On considérera comme un début d'assimilation du catéchisme d'obédience catholique les apostrophes proférées par ces mêmes indigènes déjà frottés en France à quelques rites de l'Église apostolique et romaine :

  • 63 Ibid

Et commença ledit Taignoagny à dire et proférer par trois fois : « Jésus, Jésus, Jésus », levant les yeux vers le ciel. Puis Dom Agaya commença à dire : « Jésus, Maria, Jacques Cartier » regardant vers le ciel comme l'autre63.

46De telles invocations, qui font du navigateur (par roublardise de la part des Indigènes ?) le troisième élément d'une sainte trinité — incluant la Vierge sous son nom latin… — témoignent d'une bonne conduite sur le plan de la civilité, mais ne prouvent ni la profondeur d'une conversion avérée, ni la réalité du respect que voudrait imposer l'explorateur.

47Tout autre est l'attitude de J. de Léry à l'égard des « Sauvages ». À la recherche d'un stratagème de bon aloi pour extraire des deux langues quelque chose qui leur fût commun, il se rebaptise en quelque sorte :

Là-dessus le truchement m'ayant averti qu'ils désiraient surtout de savoir mon nom, mais que de leur dire Pierre, Guillaume ou Jean, eux ne les pouvant prononcer ni retenir (comme de fait, au lieu de dire Jean ils disaient Nian), il me fallait accommoder de leur nommer quelque chose qui leur fût connu : cela (comme il me dit) étant si bien venu à propos que mon surnom Léry signifie une huître en leur langage, je leur dis que je m'appellais Lery-Oussou, c'est-à-dire une grosse huître. De quoi eux se tenant bien satisfaits, avec leur admiration Teh ! se prenant à rire dirent : « Vraiment, voilà un beau nom, et n'avions point vu de Mair, c'est- à-dire de Français, qui s'appelât ainsi » (p. 450).

48C'est ici plus qu'une anecdote insignifiante : l'effort pour parcourir vers l'autre un chemin qui assure une reconnaissance, se fait grâce à des points de contact quant aux sons, communs d'une langue à l'autre. Le nom dans la langue de l'Européen, par une heureuse rencontre homonymique, est un surnom cocasse dans celle de l'interlocuteur indien.

49On se gardera de présenter comme une situation de bilinguisme réussi les quelques lignes tirées du chapitre « De la variété des oiseaux de l'Amérique, tous différents des nôtres : ensemble des grosses chauve-souris, abeilles, mouches, mou-chillons et autres vermines étranges de ce pays-là » dans lequel J. de Léry mentionne

[qu’] un truchement [lui] fit présent d'un perroquet qu'il avait gardé trois ans, lequel proférait si bien le sauvage que le français, qu'en ne le voyant pas, vous n'eussiez su discerner sa voix de celle d'un homme (p. 281),

50curiosité qui relève davantage de la zoologie et de l'éthologie animale que de la sociolinguistique et du contact entre les langues à proprement parler…

  • 64 Voir le rappel de ces événements à l'Annexe, p. 209.

51On a dit plus haut qu'une émigration huguenote ne pouvait que donner priorité au langage vernaculaire sur le latin dans les contrées lointaines du Brésil et de la Floride. Dans ce second pays, l'enseignement des pasteurs paraît avoir marqué d'une forte empreinte les populations indigènes lors de la brève présence réformée entre 1562 et 1565. Lorsque D. de Gourgues lance son expédition de représailles contre les Espagnols auteurs du massacre de Matanzas Ilet64, il est reçu en libérateur par certaines tribus indiennes. Les hommes du « cacique » Satouriona ne consentirent à reconnaître les arrivants pour Français qu'après leur avoir fait chanter des psaumes, plus précisément trois psaumes de Marot et de Goudimel dont ils indiquèrent eux-mêmes les premiers vers, et cela plus de trente mois après la tragédie de Matanzas Ilet,

  • 65 Cité par Ch.-A. Julien, op. cit., p. 261)

lesquels Psaumes chantés par les François assurèrent les Sauvages être vrais Français65.

52Situation étonnante, qui en dit beaucoup sur les implications réciproques de la diplomatie, de la religion et de la langue sur ce bout de territoire occupé de façon si éphémère par une poignée d'émigrés français.

53À son retour du Brésil, J. de Léry, avec quelques rescapés de la pathétique expérience brésilienne, subit une effroyable famine. La lecture du chapitre xxii de l'Histoire d'un Voyage donne réellement des cauchemars… La moitié des marins perd la vie avant de toucher terre, et une autre moitié meurt sur le continent pour ne pas avoir respecté une transition nécessaire avant d'absorber une nourriture plus substantielle. J. de Léry accoste avec ses compagnons de misère, à moitié morts, dans la baie d'Audierne. Ils sont aidés et secourus par les habitants de la ville de « Hanebon » (aujourd'hui Hennebont). Après quelques jours de rétablissement, J. de Léry écrit :

Nos mariniers départant de cette ville de Hanebon pour s'en aller en leur pays de Normandie, nous aussi pour nous ôter d'entre ces Bretons bretonnants, le langage desquels nous entendions moins que celui des Sauvages américains d'avec lesquels nous venions, nous hâtâmes de venir en la ville de Nantes, de laquelle nous n'estions qu'à trente-deux lieues (p. 546).

54Remarque naïve d'un bourguignon, qui ressent une plus grande étrangeté à l'égard de la langue bretonne qu'à l'égard de la langue tupi, et se hâte de rejoindre Nantes, terre linguistique plus hospitalière à ses yeux !

  • 66 Voir l'article de Michel Bideaux, « Le discours expansionniste dans l'Histoire de la Nouvelle Fran (...)

55Il a déjà été brièvement question dans ces pages de Marc Lescarbot voyageur dans le Nouveau Monde nord-américain66, auteur de l'Histoire de la Nouvelle-France publiée en 1609. Nous le citons de nouveau pour rappeler un bien étrange spectacle qui fut offert aux Algonquins de la côte de la Nouvelle Ecosse en novembre 1606 :

  • 67 C'est moi qui souligne.
  • 68 Bernand et Gruzinski, op. cit., p. 566.

Le Dieu Neptune, une escouade de Tritons, des Français costumés en « Sauvages », un chœur et une poignée de musiciens envahirent l'endroit pour recevoir sollennellement et « joyeusement » le sieur de Poutrincourt, de retour d'une expédition vers le sud. Les harangues mêlèrent le français au gascon et au micmac des Indiens du cru. Sur la plage s'était massé un public bigarré, colons, marins et indigènes67 passablement intrigués par la mise en scène […]. Conçu et réalisé sous la direction de Marc Lescarbot, le Théâtre de Neptune fut la première pièce en langue française donnée sur le continent américain68.

  • 69 Voir en particulier ceux de Ph. Jacquin, spécialiste des contacts en territoire nord-américain, et (...)

56Les relations langagières entre marins, explorateurs, émigrés huguenots et populations locales, un peu partout le long du continent américain, ont été des mélanges : ici français, gascon, mic-mac ; ailleurs normand, breton, variétés dialectales de français, tupi et autres parlers indigènes. Ces mélanges ne correspondant pas à l'idée simpliste de courants orientés exclusivement du vieux continent vers le nouveau, comme notre titre en trompe-l'œil pourrait en donner l'idée : expansion « du » français, irradiant à sens unique vers des mondes où il n'aurait fait que s'imposer comme langue du plus fort. Pour le xvie siècle au moins, sur le plan de la langue comme pour tous les autres phénomènes d'interculturalité en général, c'est de « métissage », d'interactions diverses, d'« ajustements » réciproques auxquels a donné lieu la rencontre d'Européens « ensauvagés » et des sociétés indiennes, que traitent de manière convergente les historiens du Nouveau Monde69.

  • 70 Quant aux contenus de ces lexiques ou colloques bilingues, objets de troc, subsistance immédiate, (...)
  • 71 « Un colloque chez les Tououpinambaoults : mise en scène d'une dépossession », in D'encre de Brési (...)
  • 72 Sur ce débat, voir Fr. Lestringant, Le Huguenot et le Sauvage, p. 55, notes 43 et 44, ainsi que le (...)

57Il est difficile de conclure sans mentionner, au moins par prétérition, d'une part les quelques lexiques ou « colloques » bilingues qui matérialisent la rencontre des langues de l'Ancien et du Nouveau Monde, d'autre part les enrichissements lexicaux réciproques que les voyages de découverte ou le partage de la vie des Indiens ont entraînés dans les langues respectives. M. Mollat du Jourdin note l'existence de lexiques franco-guinéen et franco-tupi insérés dans le livre d'usage courant d'un négociant rouennais aux environs de 1540, ainsi que deux documents du même genre ramenés par Pigafetta, et obtenus auprès d'informateurs patagons et malais (p. 203). Il y a tout lieu de penser que les livrets de conversation polyglottes se trouvaient à bord des navires, à côté des cartes et des livres de navigation. Une typologie de ces textes a été proposée par Marie-Luce Demonet- Launay, dans les Actes du colloque Voyager à la Renaissance (« Les mots sauvages utiles aux navigateurs »). Elle y distingue les mots étrangers disséminés dans le cours des textes, les listes de mots, les « colloques », sortes de manuels de conversation (« promptuaires », « vocabulaires-miroirs », « infra-vocabulaires », p. 499 sq.). J. Cartier a publié ainsi un premier vocabulaire à la suite de son premier voyage, puis un autre édité dans Giovanni Battista Ramusio, l'Italien qui a permis de connaître les relations de voyage du Malouin. Ce sont des vocabulaires français-huron et français-iroquois. Ces lexiques ou bribes d'échanges verbaux représentent une sorte de « savoir linguistique minimal », « appendiciel », selon M.-L. Demonet-Launay, mais ont aussi, outre des objectifs immédiatement utilitaires, des visées encyclopédiques afin de faire connaître les langues en usage dans le monde au même titre que les anciennes70. Le « colloque » figurant dans le récit de J. de Léry serait, selon M.-Ch. Gomez-Géraud, le premier à traiter une langue « sauvage » sous forme de dialogue71. Le « colloque » inclus dans l'Histoire d'un voyage en terre de Brésil pose des problèmes de source, la paternité de Léry ayant été mise en cause à propos de la question « Comment a nom ton pays ? », dont la réponse est : « Rouen. C'est une ville ainsi nommée », réponse qui ne cadre pas avec l'origine bourguignonne du cordonnier72.

  • 73 Contribution à l'étude des termes de voyage en français (1505-1722), Paris, D'Artrey, 1963
  • 74 Henriette Walter, Dictionnaire des mots d'origine étrangère, Paris, Larousse, 1994.

58On comprendra que je ne puisse traiter avec toute la précision nécessaire des emprunts réciproques auxquels la rencontre entre les langues européennes et les langues du Nouveau Monde ont donné lieu. L'ouvrage de R. Arveiller73, ainsi, naturellement, que les publications de Madame H. Walter répondront à la curiosité du lecteur quant à l'installation en français des acajou, ananas, hamac, maïs, tapir, et autres qui datent précisément de la période qui nous intéresse74.

  • 75 Ch.-A. Julien, op. cit., p. 270.
  • 76 Le Huguenot et le Sauvage, p. 28.
  • 77 « De 1504 à 1603, Les Français, sans soutien de la métropole, acquirent par leurs seuls moyens, un (...)

59« Vaines tentatives » (M. Trudel), « contacts éphémères » (Bernand et Gruzinski), « balises flottantes » (Fr. Lestringant), les entreprises françaises de découverte du Nouveau Monde au xvie siècle n'ont pas été prolongées dans l'immédiat par une colonisation durable et ont échoué à concurrencer l'hégémonie hispano-portugaise. « La France, trop occupée à se dévorer elle-même, se montra incapable de s'intéresser aux pays d'outre-mer75 ». Les raisons de ces échecs ont été amplement commentées par les historiens : engagement insuffisant sur les plans financiers et politiques de la part du pouvoir royal, persistance de vues mythiques ayant pour modèle les galions d'or du Pérou, « mode de colonisation marginal et lacunaire, reposant sur l'alliance précaire des Indiens », « primat de l'économie de traite sur la mise en culture des sols »76, la présence française en Amérique au xvie siècle paraît ressortir davantage du hasard et de l'initiative privée que d'une politique concertée et suivie, même si une colonisation individuelle et anarchique oppposa pendant plusieurs générations les Français et les Portugais sur la côte brésilienne77. Les pêcheurs quant à eux poursuivent inlassablement leur activité, de plus en plus organisée.

60Pour conclure, au lieu d'imaginer une sorte de mouvement européo-centriste de rayonnement linguistique et culturel irradiant de la vieille Europe vers les Terres Neuves, on est tenté d'inverser les choses. Les tentatives plus ou moins velléitaires d'implantation des Français et de leurs langues ont eu en Amérique, pour le xvie siècle à proprement parler, des résultats plus que ponctuels. En revanche, l'irruption dans la culture Européenne du Nouveau Monde a eu un impact considérable : accroissement de la soif de connaissances, rejet de mythes anciens, réflexions morales et juridiques sur le droit à la possession des terres nouvelles, sur le problème de la liberté des mers et du commerce, sur l'altérité, la relativité des coutumes et des comportements humains, enrichissements littéraires favorisés par un imaginaire désormais ouvert à un autre monde que le monde gréco-latin ou méditerranéen.

61C'est par Montaigne que nous avons commencé et c'est par lui que nous finirons. Pour Montaigne, la réflexion menée dans les deux chapitres des « Cannibales » et des « Coches » montre la gravité du bouleversement philosophique auquel a conduit la découverte d'une apparente « barbarie ». D'une part, pour l'Europe dans son ensemble, la rencontre de l'Ancien et du Nouveau Monde a été manquée :

  • 78 III, 6, p. 910.

Combien il eût été aisé de faire son profit d'âmes si neuves, si affamées d'apprentissage, ayant pour la plupart de si beaux commencements naturels ! Au rebours, nous nous sommes servis de leur ignorance et inexpérience à les plier plus facilement vers la trahison, luxure, avarice et vers toute sorte d'inhumanité et de cruauté, à l'exemple et patron de nos mœurs78.

  • 79 Leroy-Ladurie, art. cit., p. 25-26, « En inversant le stéréotype négatif du cannibale de l'Indien (...)

62L'auteur des Essais reste dans l'histoire culturelle de l'Europe comme l'un des inventeurs de l'image du bon sauvage79. La relation barbarie/civilisation, chez Montaigne est ainsi remise en perspective :

  • 80 I, 31, p. 205 et 210.

Je trouve qu'il n'y a rien de barbare et de sauvage en cette nation, à ce qu'on m'en a rapporté, sinon que chacun appelle barbare ce qui n'est pas de son usage […]. Il semble que nous n'avons d'autre mire de la vérité et de la raison que l'exemple et idée des opinions et usances du pays où nous sommes. […] Nous les pouvons donc bien appeler barbares, eu égard aux règles de la raison, mais non pas eu égard à nous, qui les surpassons en toutes sortes de barbarie80.

63La grandeur du style et de la pensée nous inciterait à citer beaucoup plus longuement ces pages magnifiques :

  • 81 III, 6, p. 910.

Qui mit jamais à tel prix le service de la mercadence et de la trafique ? Tant de villes rasées, tant de nations exterminées, tant de millions de peuples passés au fil de l'épée, et la plus riche et belle partie du monde bouleversée pour la négociation des perles et du poivre : mécaniques victoires. Jamais l'ambition, jamais les inimitiés publiques ne poussèrent les hommes les uns contre les autres à si horribles hostilités et calamités si misérables81.

64Voilà qui dépasse de beaucoup la question des contacts et des usages linguistiques. Les lieux de rencontre, les raisons d'une présence française, la nature même des relations établies avec les Indigènes, beaucoup plus modestement, ne nous révèlent que des essais de communication réciproque, grâce à une parole métissée, circonstancielle, pragmatique, et, tout compte fait, parfois partagée.

Annexes

Annexe

Quelques données événementielles82

Nous ne donnons pas ici, faute de place, le catalogue de toutes les « découvertes », terme en soi toujours contesté, du continent américain par des Européens de toute nationalité. Nous avons sélectionné les expéditions qui ont pu favoriser l'« expansion de la langue française au xvie siècle ».

Les voyages de Verrazano

Giovanni da Verrazano effectue deux voyages le long des côtes américaines, de la Floride jusqu'au Cap-Breton, en 1524 et 1528. Lors du premier voyage il décrit ce qui correspond aux futurs sites de New-York et de Newport. Lors du second voyage, il est dévoré par des cannibales sous les yeux de son équipage et de son frère Girolamo.

Verrazano est d'origine florentine, français d'adoption, aidé par des banquiers florentins installés à Lyon. Il allie une culture humaniste et des intérêts scientifiques au sens des affaires. Il est l'auteur d'une relation de voyage adressée à François Ier, dans laquelle il constate la continuité de la barrière continentale83. Du point de vue géographique, il rapportait de remarquables conclusions :

Mon intention était de parvenir, au cours de cette navigation, au Cathay et à l'extrémité orientale de l'Asie ; je ne pensais pas rencontrer un tel obstacle du côté de la terre nouvelle que j'ai découverte. Si j'estimais, en effet, pour certains motifs, devoir trouver cette terre, je pensais qu'elle offrait un détroit permettant de passer dans l'Océan oriental. C'était l'opinion communément admise des anciens que notre océan occidental ne faisait qu'un avec l'Océan oriental des Indes, sans aucun continent interposé. Aristote, notamment, se range à cet avis, en s'appuyant sur diverses analogies, mais son opinion est rejetée par les modernes et apparaît fausse à l'expérience. Une terre ignorée des anciens a été découverte de nos jours. Un autre monde, distinct de celui qu'ils ont connu, apparaît avec évidence : il est plus grand que notre Europe, que l'Afrique et presque que l'Asie si nous considérons attentivement son étendue […]. Cette terre ou Nouveau Monde dont nous avons parlé ci-dessus forme un tout. Elle n'est rattachée ni à l'Asie ni à l'Afrique […]. Peut-être touche-t-elle à l'Europe par la Norvège et la Russie […]. Ce continent serait donc enfermé entre la mer orientale et la mer occidentale et les limiterait toutes deux84.

Une carte, dite de Verrazano, en 1529, porte en légende sur le littoral du continent Nord-Américain, Nova Gallia, la Nouvelle France85.

Les voyages de Jacques Cartier

Le navigateur né à Saint-Malo en 1491, avait été précédé sur les côtes nord-américaine par les pêcheurs de morue et de baleines fréquentant les Bancs de Terre-Neuve vraisemblablement dès la fin du xve siècle86. Il semble avoir été familier avec les parages de Terre- Neuve, et avoir connu précédemment les côtes de l'« île du Brésil ». Cousin de l'évêque de Saint-Malo, Le Veneur, procureur de l'abbaye du Mont-Saint-Michel, lors d'une visite de François Ier dans l'abbaye, il suggère l'organisation d'un premier voyage vers l'Amérique septentrionale. À la suite de Verrazano, il cherche le passage qui fera brèche dans la barrière continentale et permettra selon les vues européennes persistantes tout au long du siècle, de gagner les Indes et la Chine par l'ouest. Le premier voyage en 1534 se fait sans pénétration dans le Saint-Laurent. Cartier élève une croix marquant la prise de possession de la terre au nom de la couronne de France. Il ramène en rentrant deux fils d'un chef indien, Donnacona. Présentés au Roi, ces deux jeunes gens lui parlèrent du magnifique royaume du Saguenay où l'on pouvait trouver de l'or et du cuivre. D'où les motifs explicites du deuxième voyage officiel de Cartier en Amérique du Nord, en 1535 : trouver de l'or et les îles fabuleuses. C'est pendant le second voyage d'exploration en 1535 que le nom de Canada apparaît pour désigner le pays. Cartier pénètre directement dans le Saint- Laurent qu'il remonte jusqu'à Stadacone (Québec). Les rigueurs du climat, les ravages du scorbut et de la faim, et d'une façon générale, des relations incertaines avec les Iroquois rendent l'hivernage pénible. De ce second voyage, Cartier rapporte des connaissances géographiques nouvelles. Il a trouvé une échancrure à l'intérieur du continent et il a pu remonter le Saint-Laurent sur une distance de 700 lieues. L'organisation d'un troisième voyage rencontre cependant de multiples difficultés. La direction de l'opération fut enlevée à Cartier et confiée au protestant La Roque de Roberval. Ce dernier n'ayant pas terminé ses préparatifs, Cartier partit seul, en mai 1541. Il se rendit directement à Stadacone et s'installa quelques lieues en amont de son premier hivernage, parce qu'il se méfiait des Iroquois. Il se rendit de nouveau à Hochelaga, toujours hanté par le royaume de Saguenay et la recherche de la route des Indes. À Québec il trouva des minéraux qui lui parurent être de l'or et des diamants, dont il chargea une importante cargaison. Il repartit sans attendre Roberval87 qu'il croisa à Saint-Jean-de-Terre-Neuve, et qui arrivait avec 3 navires, 200 personnes, hommes et femmes, ainsi que des animaux et des marchandises de traite. Roberval se réinstalla sur l'emplacement abandonné par Cartier. 50 personnes périrent du scorbut. En septembre, tout le monde fut rapatrié en France88. Aux yeux du Roi, c'était un échec. On n'avait pas découvert la route de l'Asie. L'or et les diamants s'étaient révélés être de la pyrite de fer et du quartz. L'expression « bon comme l'or du Canada » passa en proverbe pour tout ce qui n'avait aucune valeur89. La colonisation s'était avérée quasi impossible. Les entreprises de découverte se terminaient sur un constat négatif. Pourtant cette meilleure connaissance des rives du Saint-Laurent eut une importance certaine aux siècles suivants. C'est par là que « la France a fixé son emprise en Amérique du Nord, élargi ses possessions et assuré le développement ultérieur de la colonie90 ». Toutes les cartes du xvie siècle, françaises ou étrangères, qui paraissent après les voyages de Cartier et de Roberval mentionnent tout au long du golfe et du fleuve des toponymes en français. C'est avec Champlain que les initiatives infructueuses du xvie siècle vont faire place à une politique méthodique qui transforme le Canada en colonie française.

Des Français au Brésil

Dès 1503-1504, Binot Paulmier de Gonneville, accompagné de deux marins hon- fleurais, part de Lisbonne en embarquant deux pilotes protugais. Après un passage par le Cap Vert, il accoste le 5 janvier 1504 devant « une grande terre » offrant un mouillage dans une rivière « quasiment comme celle de l'Orne ». Les voyageurs étaient au Brésil. Gonneville dit avoir trouvé trace de « Dieppois, Malouinois et autres Normands et Bretons venus quérir du bois à teindre en rouge, cotons, guenons, perroquets et autres denrées91 ». À son retour, il ramène l'Indien Issoméricq, qui, baptisé, installé en France et marié avec une nièce de Gonneville, fit souche en Normandie. À l'aube du xvie siècle, des Français se rendaient fréquemment sur la côte du Brésil. De nombreux marins normands en particulier, qui vivaient avec des indiennes et s'étaient adaptés à la vie locale au point d'abandonner leur religion et d'encourager le cannibalisme sinon de le pratiquer. Pendant tout le xvie siècle des conflits violents opposèrent les Français et les Portugais qui s'appuyaient les uns et les autres sur une clientèle de tribus indiennes ennemies92.

En 1555, une opération est montée par le Chevalier de Villegaignon, vice-amiral de Bretagne93, à l'instigation de l'Amiral de Coligny, afin de trouver dans le Nouveau Monde une terre d'accueil pour les victimes de persécutions religieuses. Villegaignon s'installa dans la baie de Guanabara, appelée par les Portugais « Rivière de Janvier », « Rio de Janeiro », avec un groupe de 600 personnes. Il ne chercha pas à se fixer sur la côte où vivaient pourtant des Français, parce qu'il redoutait leur accointance avec les femmes indiennes. Il s'installa sur une des trois îles qui commandent le chenal dans la baie de Guanabara. Il y érigea le Fort Coligny, « excellente position du point de vue militaire », mais « le choix était désastreux pour l'avenir d'une colonie94 ». Les Indiens, las de fournir des vivres et de la main-d'œuvre, et rebutés par les mauvais traitements, rejoignirent la terre ferme. De 1555 jusqu'à l'attaque du fort Coligny par les Portugais en 1560, cette tentative d'implantation en terre brésilienne fut marquée, d'une part par l'arrivée de « renforts génevois » en 1557 (Villegaignon espérait l'envoi de cadres constitués par des pasteurs et des personnalités pieuses), puis par la détérioration des relations de Villegaignon aussi bien avec ses coreligionnaires ayant fui l'île qu'avec les populations indiennes, ainsi que par les dissenssions et les querelles théologiques qui firent considérer Villegaignon comme un traître par Jean de Léry et le pasteur Richer. Dès 1558, Léry et quelques-uns de ses compagnons rentrèrent en France en affrontant au cours du voyage une horrible famine.

En mars 1560, le gouverneur portugais, Mem de Sà, alerté par les Jésuites de cette présence protestante, assiège Fort-Coligny, s'en empare et le rase. La prise de l'île aux Français mit fin à la colonisation officielle mais non à la colonisation individuelle et anarchique, qui opposa une rude résistance aux Portugais. De 1504 à 1609, les Français se maintinrent sur la côte brésilienne.

Des Français en Floride

Trois expéditions coloniales furent entreprises en Floride entre 1562 et 156595. La première tentative d'établissement fut menée par Ribault, un huguenot de Dieppe, et de Goulaine de Laudonnière, gentilhomme protestant de Bretagne, sur l'initiative encore de l'Amiral de Coligny. Cette première installation échoue, Ribault se réfugie en Angleterre. Le deuxième essai d'établissement est mené en 1564 par Laudonnière avec 3 bateaux portant 300 hommes. Laudonnière entreprit d'édifier le fort de Caroline. Les colons, toujours éloignés des travaux agricoles, comptaient uniquement sur les Indiens pour les approvisionner, personne n'envisageant la mise en valeur du pays. Laudonnière, comme Villegaignon, dut faire face à une mutinerie et faillit être assassiné. Le 28 août 1565, arrivée d'une puissante flotte française commandée par Ribault ; à bord soldats, artisans, laboureurs avec femmes et enfants, troupeaux, compagnies d'arquebusiers. Les mésententes avec les populations locales, les préoccupations essentiellement tournées vers l'appropriation de l'or conduisent à un nouvel échec. Mais l'année suivante, 600 Français partent pour la Floride. Ils n'ont même pas le temps de s'installer. Philippe II, agissant à la fois au nom de la couronne espagnole et de l'orthodoxie catholique, ordonne l'envoi d'une flotte espagnole, commandée par Pedro Menéndez de Avilés pour mettre de l'ordre dans cette contrée occupée par des protestants. Le fort est attaqué et détruit. Plus de 130 personnes sont égorgées après l'attaque, plusieurs dizaines d'autres dans les marais de la Floride entre le 20 septembre et le 12 octobre 1565, à Matanzas Inlet, l'« anse des massacrés », toponyme qui rappelle la cruauté du traitement réservé aux Français. Les rescapés rentrent en France définitivement. L'épisode a été décrit dans la Relation du charpentier de Dieppe Nicolas Le Challeux, témoin oculaire des massacres en septembre 1565, et l'un des rares survivants96.

Dominique de Gourgues, gentilhomme gascon, mena en 1567-1568 à titre privé une expédition de représailles contre les Espagnols et prit sur lui de venger, par ses propres moyens, les victimes de Menéndez. Il bénéficie du soutien de certaines tribus en guerre contre les Espagnols. Le « succès » est complet, les garnisons de plusieurs forts sont massacrées.

Notes

1 III, 6, « Des Coches », éd. Villey, Paris, PUF, 2e éd., 1992, p. 908. Nous avons choisi de moderniser l'orthographe des textes cités.

2 Voir I, 31, « Des Cannibales ». Cet intérêt de Montaigne pour le Nouveau Monde était stimulé par la présence en Guyenne de nombreux aventuriers ou marins qui revenaient du Brésil ou de Floride.

3 Je ne donnerai pas au titre de cette étude toute l'extension qu'on aurait pu lui accorder, en jouant sur l'ambiguïté de sa formulation. Je ne vais pas en effet parler ici de l'expansion du français dans le monde au xvie siècle, et je vais décevoir ceux qui auraient attendu des informations sur la langue française en Méditerranée, en Orient, en Extrême-Orient ou en Afrique, ce qui constituerait un sujet d'une tout autre ampleur. Je m'en tiendrai au continent américain.

4 Fr. Lestringant, « Présentation », in La France-Amérique (xvie-xviie siècles), Actes du XXXVe colloque international d'études humanistes, Paris, Champion, 1998, p. 12.

5 On omet ici les expéditions, confirmées par les archéologues, de marins irlandais ou vikings dès l'an 1000.

6 Charles-André Julien fait de cette distinction nécessaire entre les voyages d'exploration et les entreprises anonymes de pêcheurs l'un des axes essentiels de son étude, fondamentale, Les Voyages de découverte et les premiers établissements (xve-xvie siècles), Paris, PUF, 1948.

7 Le terme lui-même est équivoque si l'on entend par là des individus « parlant français », comme nous le verrons plus loin.

8 Termes d'un contrat d'armement cité par Philippe Jacquin, Les Indiens blancs. Français et Indiens en Amérique du Nord, (xvie-xviiie siècles), Paris, Payot, 1987, p. 34.

9 Pêche lucrative si l'on songe que, dans les pays d'obédience catholique, le nombre de jours de jeûne allait jusqu'à 150 dans l'année, jours où le poisson était de rigueur dans toutes les classes de la société.

10 Ph. Jacquin, op. cit., p. 28 ; voir aussi Nelson Cazeils, Cinq siècles de pêche à la morue. Terre-Neuvas et Islandais, Rennes, éd. Ouest-France, 1997, « La ruée vers les “nouvelles terres” », p. 10 sq. Le texte explique comment l'apparition d'une nouvelle technique de morue sèche, se substituant à celle de la morue salée dans les cales des navires, a entraîné sur les côtes américaines l'installation permanente d'une main-d'œuvre de « graviers », qui nettoient, débitent, mettent à sécher, retournent, traitent pendant des mois le produit de la pêche, et occupent ainsi les franges littorales. Voir encore Ph. Masson et m. Vergé-Franceshi, La France et la mer au siècle des grandes découvertes, Paris, Taillandier, 1993.

11 C'est moi qui souligne.

12 Carmen Bernand et Serge Gruzinski, Histoire du Nouveau Monde, tome II, Les Métissages, Paris, Fayard, 1993, p. 551.

13 Voir Jacques Mathieu, La Nouvelle France. Les Français en Amérique du Nord, xvie-xviiie siècles, Paris, Belin/Les Presses de l'Université Laval, 1991.

14 Voir Marcel Trudel, Histoire de la Nouvelle France, tome I, Les Vaines tentatives (1524-1603), Montréal, Fides, 1963. « Introduction : Des bannières irlandaises au drapeau du Portugal, 875-1521 ».

15 Ch.-A. Julien, op. cit., p. 163 sq.

16 Ibid, p. 25. Texte cité aussi par M. Trudel, p. 26.

17 Bernand et Gruzinski, op. cit., p. 553 sq., « Des fourrures pour l'Europe » : « Tout ce que l'Europe médiévale et moderne comptait de nobles et de riches notables manifestait un goût immodéré pour l'hermine et la zibeline (sable), la loutre, le renard, et en particulier la marte […]. Le renard noir était également fort prisé : en 1584, une seule peau valait une centaine de livres sur le marché de Londres […]. À partir des années 1580 le castor fit l'objet d'une demande croissante liée à la vogue des chapeaux de feutre dans la noblesse et les milieux fortunés du Vieux Continent […]. C'est à cette époque que l'érudit anglais Richard Hakluyt eut l'occasion de visiter à Paris un dépôt de fourrures du Canada dont on estimait la valeur à 15 000 livres ».

18 Mathieu, op. cit., p. 41. Ch.-A. Julien note que de nouveaux contacts avec les Indiens de l'intérieur, Algonquins et Hurons, mieux armés que les tribus agricoles des Hurons-Iroquois, stimulent les rivalités entre Hurons et Iroquois et apportent de multiples perturbations dans les modes de vie indiennes (p. 282).

19 E. Leroy-Ladurie, « Christophe Colomb confond les Caraïbes avec l'archipel nippon et remplace les Peaux-Rouges par des Samouraïs », in La France-Amérique, op. cit., p. 18.

20 M. Trudel, op. cit., p. 13 sq.

21 Mollat du Jourdin, Les Explorateurs du xiiie au xvie siècles. Premiers regards sur les mondes nouveaux, Paris, Lattès, 1984, p. 73.

22 Ch.-A. Julien : « En 1523 l'idée d'un continent américain indépendant était loin d'avoir triomphé. Dans beaucoup d'esprits survivait, tenace, l'opinion que les terres neuves représentaient une avancée du Cathay. Cependant grandissait la crainte d'une barrière terrestre entre l'Europe et l'Asie. Cette barrière était-elle continue ou comprenait-elle une suite d'îles entre lesquelles s'ouvriraient des détroits ? Seule l'expérience pourrait le déterminer » (p. 79). C'est le retard avec lequel la continuité du continent américain a été admise qui explique, tout au long du siècle, les expressions « île du Brésil », ou « île de Floride ».

23 M. Trudel, op. cit., p. 14.

24 J. Mathieu, op. cit., p. 30.

25 III, 6, p. 910.

26 Cité par Ch.-A. Julien, op. cit., p. 136-7.

27 « Cartier fut indiscutablement un pieux catholique, mais qui ne montra jamais une grande ardeur de prosélytisme. Ses deux premiers voyages n'aboutirent à aucun baptême […] Il est difficile d'expliquer que François Ier ait confié une mission d'apostolat à un gentilhomme notoirement protestant » (Ch.-A Julien, op. cit., p. 136 sq). « Branle-bas soudain de publicité apostolique » selon M. Trudel, op. cit., p. 179.

28 M. Trudel : « En 1603, la France n'a pas baptisé un seul indigène en Amérique du Nord. Les seuls indigènes de l'Amérique du Nord baptisés l'ont été en France et ils ne sont jamais revenus » (p. 179).

29 Ch.-A. Julien, p. 187 ; voir Marcel Bataillon, « L'Amiral et les nouveaux horizons français », Actes du colloque L'Amiral de Coligny et son temps (1972), Paris, Société de l'Histoire du Protestantisme français, 1974.

30 Cité in Julien, p. 184.

31 Le Huguenot et le Sauvage. L'Amérique et la controverse coloniale en France, au temps des Guerres de Religion, Paris, Aux amateurs de livres, 1990 ; 2e éd. 1999, Paris, Klincksieck, p. 14. Voir aussi « L'expérience huguenote au Nouveau Monde (xvie siècle) », Travaux d'Humanisme et Renaissance, n° CCC, Droz, 1996.

32 Jean de Léry, Histoire d'un Voyage faict en la terre de Brésil, (1578), Paris, Livre de poche, « Bibliothèque Classique », 1994. Fr. Lestringant a retenu la deuxième édition de 1580. Jean de Léry faisait partie du groupe de 11 Genevois accueillis par Villegaignon en 1557 en terre brésilienne. On connaît l'admiration de Claude Lévi-Strauss pour son ouvrage, « bréviaire de l'ethnologue », dont il suggère qu'il soit lu comme une « grande œuvre littéraire et un extraordinaire roman d'aventures » (Entretien de Lévi- Strauss avec D.-A. Grisoni, transcrit dans l'éd. de Fr. Lestringant de l’Histoire d'un voyage…).

33 p. 33 ; voir le recueil d'articles, par les soins de Fr. Lestrigant et M.-Ch. Gomez-Géraud consacrés au livre de Léry : D'encre de Brésil… Jean de Léry écrivain, Paris, Paradigme, 1999.

34 M. Trudel, op. cit., p. 180.

35 Raisons qu'analysent longuement Ch.-A. Julien, M. Trudel, Fr. Lestringant, C. Bernand et S. Gruzinski aux ouvrages desquels nous renvoyons.

36 « La polémique qui fait suite, en 1561, à la défaite française au Brésil se concentre sur la question de l'Eucharistie et néglige presque complètement les causes matérielles de l'échec. La principale leçon que les Genevois retiennent de leur séjour au pays des Cannibales est le péril mortel où conduit l'affirmation de la Présence réelle et substantielle du Christ dans le pain et le vin de la Cène. Les Catholiques apparaissent pires que les authentiques anthropophages, puisqu'ils mangent le corps et boivent le sang du Dieu vivant incarné. Pour le protestant qu'il persécute et brûle vif sur des bûchers, le catholique fait figure d'authentique anthropophage » (Fr. Lestringant, Le Huguenot et le sauvage, p. 17).

37 La France-Amérique, p. 21-22.

38 Extrait de l'Histoire de la Nouvelle France…, Paris, J. Millot, 1609, cité in Jacquin, p. 63.

39 Voir plus loin l'épisode raconté par Jean de Léry, p. 204.

40 M. Trudel, op. cit., p. 128.

41 Ch.-A. Julien, op. cit., p. 150-151.

42 Fr. Lestringant, n.1, p. 69 de l'éd. de Léry. Selon les mémoires de Cl. Haton, cités par Fr. Lestringant, Villegaignon avait demandé l'autorisation de « prendre les criminels des prisons de Paris, de Rouen et autres villes, de quelque qualité qu'ils fussent ». Les circonstances d'enrôlement étaient les mêmes quel que soit le pays d'Europe. Bernand et Gruzinski, traitant du peuplement du Brésil par les Portugais, notent des phénomènes identiques : « L'exil fut l'instrument de cette politique sommaire qui aboutit à expulser de l'autre côté de l'Atlantique les éléments indésirables sur le sol portugais […]. Quantité de crimes de mœurs expédièrent leurs auteurs en cette contrée lointaine. Violeurs d'enfants, amants incestueux, femmes adultères, concubines de prêtres, sodomites, bigames, rejoignirent assassins, sorciers, judaïsants, hérétiques et gitans […]. Le Brésil était effectivement devenu le purgatoire du Portugal » (op. cit., p. 428).

43 Ibid.

44 Cité par M. Trudel, p. 201.

45 « Pour attirer les volontaires, on fit miroiter à leurs yeux d'alléchantes perspectives, selon la technique à laquelle les agences d'immigration et les gouvernements en quête de colons ne renoncèrent jamais. Paysans ruinés par la guerre civile, soldats sans emplois, aventuriers affamés de trésors, ruraux sans doute en majeure partie protestants de la région de Dieppe, confiants en la direction de Ribault qui était "du pays" » (Ch.-A. Julien, op. cit., p. 238).

46 Voir le texte de M.-Ch. Gomez-Géraud, « La figure de l'interprète dans quelques récits de voyage français à la Renaissance », in j. Céard et j.-Cl. Margolin (dir.), Voyager à la Renaissance, Actes du colloque de Tours (1983), Paris, 1987, p. 319-335. Ph. Jacquin, op. cit., consacre le ch. 3 de son étude aux « Truchements » (p. 37-67).

47 Ch.-A. Julien, op. cit., p. 405.

48 J. de Léry, p. 370 ; situation décrite en ces termes par Fr. Lestringant : « Au Brésil, les marins normands et saintongeais sont entrés dans la familiarité du Nouveau Monde, se mettant à l'école de la pensée sauvage, adoptant pour cuire leurs aliments et dormir à l'abri de la vermine, le boucan et le hamac […], assistant avec placidité aux différentes phases du rituel anthropophage et y prenant part subrepticement » (Le Huguenot et le Sauvage, p. 27-28).

49 Mollat du Jourdin, op. cit., p. 80 sq.

50 Bernand et Gruzinski, op. cit., p. 552.

51 Op. cit., p. 65-66. L'auteur donne une liste de noms de quelques truchements passés à la postérité, p. 45. Nous n'avons évidemment pas la chance de posséder des témoignages identiques pour le xvie siècle.

52 Jacquin cite le texte de l'un de ces « élèves » candidat à l'apprentissage du parler indigène, un nommé Sagard : « Je répétais les mots devant mes Sauvages, lesquels y prenaient plaisir m'y aidant à m'y perfectionner, et comme ils ne pouvaient faire entendre leur conception, ils me les démontraient par des figures, quelquefois avec un bâton traçant la chose par terre ou par le mouvement du corps » (p. 65).

53 I, 31, p. 205.

54 I, 31, p. 214

55 Le texte de Gonneville a été publié dans le volume Les Français en Amérique pendant la première moitié du xvie siècle qui regroupe les relations de voyage de Gonneville, Verrazano, J. Cartier et Roberval (textes édités par Ch.-A. Julien, R. Herval et Th. Beauchesne), Paris, PUF, 1946.

56 Ch.-A Julien, op. cit., p. 24.

57 Cité ibid., p. 322.

58 Bernand et Gruzinski, op. cit., p. 552.

59 J. Mathieu, op. cit., p. 44.

60 Cité par Mollat du Jourdin, op. cit., p. 198.

61 La suite du texte en effet témoigne d'une possible duplicité de la part des Indiens qui s'efforcent d'empêcher les marins français de partir en exploration vers l'intérieur des terres, et d'une attitude assez méprisante du navigateur à l'égard de ses interlocuteurs : « Ils lui répondirent que leur Dieu, nommé Cudouagny avait parlé à Hochelaga et que les trois hommes devant dits étaient venus de par lui, leur annoncer les nouvelles, et qu'il y aurait tant de glace et de froid qu'ils mourraient tous. Desquelles paroles nous prîmes tous à rire, et leur dire que leur Dieu Cudouagny était un sot et qu'il ne savait ce qu'il disait, et qu'ils le dissent à ses messagers, et que Jésus les garderait bien de froid, s'il lui voulaient croire. Et lors ledit Taignoagny et son compagnon demandèrent au dit Capitaine s'il avait parlé à Jésus et il leur répondit que ses prêtres y avaient parlé et qu'il ferait beau temps ». Mathieu, op. cit., a ce commentaire sur cette scène : J. Cartier considère cette mise en scène pour l'empêcher de remonter jusqu'à Hochelaga comme « une mascarade disgracieuse » (p. 44). Voir aussi l'analyse des ambiguïtés de cette confrontation dans le texte de M.-Ch. Gomez-Géraud, art. cit., p. 326.

62 Les Français en Amérique, op. cit., p. 139.

63 Ibid

64 Voir le rappel de ces événements à l'Annexe, p. 209.

65 Cité par Ch.-A. Julien, op. cit., p. 261)

66 Voir l'article de Michel Bideaux, « Le discours expansionniste dans l'Histoire de la Nouvelle France de Marc Lescarbot », in La France-Amérique, p. 166-191, et Bernand et Gruzinski, « Le crépuscule de la Huronie », in op. cit., p. 566 sq.

67 C'est moi qui souligne.

68 Bernand et Gruzinski, op. cit., p. 566.

69 Voir en particulier ceux de Ph. Jacquin, spécialiste des contacts en territoire nord-américain, et ceux de Bernand et Gruzinski (op. cit., p. 334 sq., p. 420 sq., p. 575 sq., p. 617). Parlant des possessions espagnoles surtout, ces derniers auteurs écrivent : « Les métissages culturels et physiques sont autant le fruit du chaos des premières décennies que l'ensemble des efforts faits pour en atténuer ou en conjurer les effets destructeurs. Le désordre qui broie les êtres et les traditions engendre à terme de nouvelles pratiques et de nouvelles croyances, dont certaines finissent par se stabiliser avant de se transformer à leur tour. Liées aux nécessités de l'adaptation et de la survie, ces formes de métissage constituent la trame des cultures qui sont apparues au xvie siècle sur le continent américain » (p. 617).

70 Quant aux contenus de ces lexiques ou colloques bilingues, objets de troc, subsistance immédiate, relations entre les interlocuteurs, etc., voir l'étude citée de M.-L. Launay-Demonet, « Classement épis- témologique ».

71 « Un colloque chez les Tououpinambaoults : mise en scène d'une dépossession », in D'encre de Brésil…, p. 147-162. S'appuyant sur la micro-structure du texte, dont la forme dialogale s'efface à un moment donné, cette commentatrice axe son analyse sur la « dépossession » que subit l'Indien du fait de la cessation de l'échange. Voir aussi Maria Leonor Carvalhão Buescu, O Estudo das linguas exóticas no século xvi, Lisboa, 1983.

72 Sur ce débat, voir Fr. Lestringant, Le Huguenot et le Sauvage, p. 55, notes 43 et 44, ainsi que les notes du chap. xx, p. 479-503, de l'éd. du texte de Léry. Selon l'« ennemi » de Léry, le cordelier A. Thévet, Léry lui aurait volé ce texte.

73 Contribution à l'étude des termes de voyage en français (1505-1722), Paris, D'Artrey, 1963.

74 Henriette Walter, Dictionnaire des mots d'origine étrangère, Paris, Larousse, 1994.

75 Ch.-A. Julien, op. cit., p. 270.

76 Le Huguenot et le Sauvage, p. 28.

77 « De 1504 à 1603, Les Français, sans soutien de la métropole, acquirent par leurs seuls moyens, une telle influence sur les tribus qu'elle balança la domination portugaise. Quarante ans après la chute de Fort Coligny, les Jésuites la dénonçaient encore avec une horreur sacrée » (Ch.-A. Julien, op. cit., p. 214).

78 III, 6, p. 910.

79 Leroy-Ladurie, art. cit., p. 25-26, « En inversant le stéréotype négatif du cannibale de l'Indien américain féroce, Montaigne inventait la durable figure du bon sauvage ».

80 I, 31, p. 205 et 210.

81 III, 6, p. 910.

82 Ce résumé utilise très largement les publications de Ch.-A. Julien, M. Trudel, Mollat du Jourdin. Frank Lestringant, Le Huguenot et le Sauvage propose une chronologie très bien faite, complétée par un rappel des titres de littérature de voyage, p. 283 sq. La périodisation retenue par Fr. Lestringant est la suivante : I. Les balises flottantes (1492-1536) ; II. La première colonie canadienne (1541-1543) ; III. La France antarctique au Brésil (1550-1561) ; IV. La Floride Huguenote (1562-1568) ; V. Le repli intérieur (1569-1578) ; VI. Le tournant de 1580 (1578-1589) ; VII. L'avènement des Bourbons (1590- 1597) ; VIII. Vers la relance coloniale (1598-1615). On s'y reportera avec profit.

83 Texte signé par Verrazano lui-même, à bord de son navire, et adressé au Roi dès son retour à Dieppe le 8 juillet 1524.

84 Texte cité par Ch.-A. Julien, op. cit., p. 87, m. Trudel, op. cit., p. 38, Mollat du Jourdin, op. cit., p. 69, et rapporté in extenso dans Les Français en Amérique dans la première moitié du xvie siècle, p. 74.

85 M. Trudel, op. cit., p. 33.

86 Sans compter les Irlandais et Vikings dès le haut Moyen Âge, (ixe-xe siècles), Cabot, Corte Real, etc.

87 Attitude qualifiée de « désertion » par les historiens.

88 En 1545 parut le Brief Récit et succincte narration de la navigation faite es ysles de Canada, Hochelage et Saguenay et autres, avec particulières mœurs, langaige, et ceremonie des habitans d'icelles : fort delectable à veoir, qui contient le récit de la navigation effectuée par Cartier en 1535-1536. Ce texte semble avoir eu peu d'écho. En 1556, le vénitien Ramusio insère dans son troisième volume des Navigationi e Viaggi les relations des deux premiers voyages, et c'est cette édition qui fit le mieux connaître les entreprises de J. Cartier. Pour une étude critique et une chronologie exacte des différents textes de Cartier, voir l'éd. de M. Bideaux, Relations de Jacques Cartier. Edition critique, Montréal, Les Presses de l'Université de Montréal, « Bibliothèque du Nouveau Monde », 1986.

89 Ch.-A. Julien, op. cit., p. 16

90 Mathieu, op. cit., p. 17.

91 Mollat du Jourdin, op. cit.,p. 77.

92 Voir Bernand et Gruzinski, p. 415 sq., en particulier « Les Français à Rio », p. 420 sq.

93 Pour un portrait haut en couleur du personnage, voir Ch.-A. Julien, op. cit., p. 184 sq.

94 Ibid., p. 190 sq.

95 Ibid., ch. v : « Le pays que Ponce de Léon baptisa en 1513 du nom de Floride (d'après « Pâques Fleuries », jour de son débarquement) comprenait non seulement toute la péninsule, mais toute la partie orientale de l'Amérique, de Terre-Neuve au Mexique septentrional sans limite à l'intérieur ». Le pays était considéré par les Espagnols comme faisant partie de la couronne d'Espagne.

96 Discours de l'histoire de la Floride, contenant la cruauté des Espagnols contre les subjets du Roy en l'an mil cinq cens soixante cinq. Redigé au vray par ceux qui en sont restez, Paris ( ?), 1566. Selon Ch.-A. Julien et Fr. Lestringant, ce fut en Angleterre et non en France que l'affaire de Floride suscita les plus vives réactions

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540