Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quelles perspectives pour la langue française ?

 | 
Françoise Argod-Dutard

3e partie. Le français dans le monde

La langue française et la mondialisation

Isidore Ndaywel e Nziem

Texte intégral

1Parler du monde, c’est évoquer la mondialisation, noter l’existence de la diversité et la volonté de la prendre en charge, quand ce n’est pas celle de créer un nivellement par l’érosion de ces diversités. Face à cet enjeu, on peut considérer que la langue française occupe encore une position confortable, en tout cas d’importance certainement non négligeable. Sans nous attarder sur sa longue carrière et le rôle qu’elle a joué comme langue de communication diplomatique de portée mondiale, nous feuilletterons les pages de l’histoire de son expansion, la genèse de sa grande ouverture au monde et sa première rencontre avec des cultures extra-européennes, comme nous y invite Geneviève Clerico dans cet ouvrage. Pour ma part, je note que c’est grâce à cette expansion, que le français est aujourd’hui, à la fois, langue du Nord et langue du Sud.

2Nos débats porteront surtout sur la situation présente. À cet égard, les statistiques linguistiques disponibles confirment l’état de bonne santé de la langue française dans le monde. Si, pour ce qui concerne le nombre de locuteurs, elle est dépassée par une dizaine d’autres langues, comme le portugais, l’arabe, le russe, l’espagnol, l’anglais, le bengali et le chinois, elle occupe cependant la deuxième position après l’anglais comme langue de statut international, puisqu’elle est parlée sur les cinq continents et qu’elle remplit la fonction de langue officielle au moins dans 30 pays (alors que l’anglais joue ce rôle dans 45 pays). Rappelons que dans les organismes des Nations Unies, elle bénéficie du double statut de langue officielle et de langue de travail, privilège qu’elle ne partage qu’avec l’anglais. Quant à sa situation dans l’Union européenne, elle est loin d’être catastrophique. Bien que l’Union soit encore en quête de sa voie linguistique, tout porte à croire que la langue française constitue, avec l’allemand et l’anglais, les piliers de ce régime linguistique en pleine construction. Autre atout de la langue française, c’est qu’elle se soucie non seulement de son fonctionnement — et elle est dotée pour cela d’institutions solides — mais aussi de son rayonnement dans le monde. En plus des « offices » et « conseils » de la langue française qui existent en France, au Québec, en Belgique francophone, les principaux opérateurs de la Francophonie institutionnelle, — TV5, l’Agence universitaire et l’Agence intergouvernementale—, s’y emploient sur le plan multilatéral, de même qu’une série d’associations et d’organisations non gouvernementales, comme l’Alliance française et la Fédération internationale des professeurs de français.

3Pourtant, on ne peut occulter le fait que le présent manifeste aussi des indicateurs négatifs, qui suscitent quelques inquiétudes quant à l’avenir de notre langue dans le monde. N’ayons pas peur de le reconnaître, le français ne s’exporte pratiquement plus ! C’est, je crois, Louis-Jean Calvet qui fait ce constat : toutes les langues du monde reculent face à l’anglais, celles qui régressent le plus sont le russe et le français. En somme, l’avenir du français semble lié à quelques défis que les usagers de la langue, États et individus, doivent relever. Je n’en citerai que trois si bien assumés, à mon avis, par le programme de ces journées : le défi du respect de la diversité linguistique, celui de la modernité de la langue, celui enfin de la prise de conscience des locuteurs.

4La diversité culturelle est l’un des patrimoines les plus précieux de l’humanité. Sa défense passe par celle de la diversité linguistique, particulièrement dans les enceintes internationales. Fort heureusement, la Francophonie institutionnelle mène une série d’actions dans ce sens. Il suffit de rappeler que le sommet des chefs d’État et de gouvernement, réuni à Beyrouth en 2002, portait précisément sur la diversité culturelle, et cela, à la suite de sa IIIe Conférence ministérielle sur la culture qui s’est tenue, sur ce même thème, à Cotonou, en juin 2001. Parmi les actions prioritaires de la francophonie, signalons la sensibilisation de l’opinion internationale aux enjeux de la diversité culturelle et la recherche de synergies avec des organisations similaires, notamment l’Organisation des États Ibéro-américaines (OEI), la Communauté des Pays de Langue Portugaise (CPLP) et l’Union Latine, pour parvenir à tenir ensemble, dans la vie internationale, le même langage du respect de la diversité linguistique. À cela s’ajoutent les actions plus spécifiques qui concernent le renforcement de la présence du français dans la vie internationale, notamment par l’accroissement des ressources humaines francophones, dans les organisations du système des Nations unies, et par la mise en place des dispositifs linguistiques favorables au français, dans les manifestations et grandes conférences internationales. En direction de l’Union européenne, la Francophonie s’emploie, grâce à son Agence Intergouvernementale, à « accompagner » son processus d’extension, par des actions favorables à la langue française, conformément au Plan pluriannuel pour le français dans la perspective de l’élargissement de l’Union Européenne. L’exposé de Dinu Vasile, sur le cas de la Roumanie, apporte un éclairage particulier, en ce qui concerne l’ensemble de cette région éminemment « francophile ».

5Mais le respect de la diversité linguistique passe aussi par la prise en charge de la diversité des pratiques de la langue française. Ce thème est éminemment important pour l’Afrique, premier continent francophone du monde, qui compte 28 États où le français est langue officielle. La question de l’unité dans la diversité de la norme, comme celle de la reconnaissance des variétés lexicales propres à ces régions, doit cesser d’être un simple thème de recherche en linguistique, pour être prise en charge dans l’élaboration des outils didactiques et dans la production des littératures, comme l’illustrent d’ores et déjà nombre d’écrivains africains, comme Amadou Kourouma et Henri Lopès. En somme, de manière résolue, il faut prendre acte d’une mutation : la langue française a cessé d’être la langue d’un pays (ou de quelques pays) pour être celle d’une communauté mondiale qui a choisi de s’assumer en tant que telle.

6L’autre défi auquel nous sommes confrontés, c’est celui de la modernisation de la langue, celui que posent les langages spécialisés. Le français doit pouvoir se positionner comme langue des affaires, langue du développement technologique et industriel, langue des sports, langue de la mobilisation des industries du loisir. Comme l’a noté Jacques Attali, lors du Xe congrès mondial de la FIPF, la promotion du « désir de français », davantage que celle du « désir de France » passe pour une condition nécessaire au rayonnement et au développement de notre langue commune, auprès des jeunes comme auprès d’autres couches de la population. L’Agence, à tout le moins, s’efforce d’être présente sur le terrain de la promotion du français et celui, stratégique, de l’ingénierie linguistique, en fédérant les efforts individuels des États membres dans le domaine.

7Au-delà de ces efforts, il reste encore à contribuer à l’éveil de conscience des francophones qui ne doivent pas être les complices des fossoyeurs de leur langue. Dans nombre de conférences, que d’intervenants francophones, par complaisance, par snobisme et par souci d’une sorte d’autopromotion, préfèrent s’exprimer en anglais plutôt qu’en français ! Ce complexe francophone n’est d’ailleurs pas sans poser quelques problèmes au niveau de l’intercompréhension, en rendant parfois nécessaire la « traduction » de l’anglais à l’anglais ! Pas étonnant que cette désertion du français par ses propres locuteurs atteigne même les États. En 2001, à l’ONU, les délégations ont été priées de préciser dans quelle langue elles souhaitaient recevoir leur courrier électronique. Plus d’une dizaine d’États francophones ont opté pour l’anglais.

8Pour terminer, affirmons que la langue française demeure encore et toujours une langue mondiale, puisque son territoire s’étend sur les cinq continents. Mais il est grand temps que nous apprenions à l’habiter ensemble et à y vivre notre mondialisation. Je ne puis donc que me réjouir de l’initiative de ces 2e Rencontres de Liré qui nous font vivre cette réalité dans la convivialité et la fête.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540