Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quelles perspectives pour la langue française ?

 | 
Françoise Argod-Dutard

2e partie. Le français face aux défis des langages spécialisés

Des dictionnaires de langue française et des nouvelles technologies d’hier à aujourd’hui

Jean Pruvost

Texte intégral

1Lorsque, en 1539, François Ier sollicite le lexicographe Robert Estienne pour que celui-ci devienne son imprimeur dans le domaine des langues hébraïque et latine, ce n’est pas seulement à l’érudit reconnu que le fondateur du Collège des lecteurs royaux (1530) rend hommage, c’est aussi à l’imprimeur novateur très au fait des nouvelles technologies du moment que le roi s’adresse, en monarque particulièrement favorable à l’esprit nouveau.

2Lorsque quatre siècles plus tard, en 1958, le général de Gaulle donne de nouvelles directives pour que le CNRS concentre ses efforts sur de grands projets nationaux propres à stimuler et valoriser notre créativité technologique, c’est le projet d’un grand dictionnaire, le Trésor de la langue française (TLF), qui s’impose immédiatement du côté des sciences humaines.

3En quatre siècles, les noces qui unissent les technologies novatrices et la lexicographie de pointe n’ont d’évidence rien perdu de leur fécondité. On constate même que, désormais, elles s’affichent et que le couple constitué par les « dictionnaires et les nouvelles technologies » s’exhibe dans son heureuse et indissoluble union. Ainsi, dès le premier volume du TLF paru en 1971, la jaquette choisie se présente sous la forme d’un véritable hymne aux nouvelles technologies. Entre bandes perforées et bandes magnétiques, y sont ostensiblement présentées d’alléchantes photographies de l’ordinateur Gamma 60 Bull que Bernard Quemada avait acquis pour traiter le corpus textuel réuni en amont du dictionnaire papier.

4Un peu plus de vingt ans s’écouleront et, en 1994, paraîtra le seizième et dernier volume du TLF. Cependant, parce qu’il est offert sur papier, ce dictionnaire prestigieux pourtant né avec les nouvelles technologies informatiques va paradoxalement pâtir de l’évolution fulgurante de celles-ci. L’heure était effectivement venue de la métamorphose des supports, les lourds « dictionnaires papier » se trouvant déjà victimes de leur poids et de leur encombrement, confrontés au cédérom, en pleine expansion. Le TLF ne bénéficiera pas de cette nouvelle étape, une étape éditoriale en l’occurrence, mais en revanche, moins de six ans après la parution du dernier volume, se célébreront à nouveau et avec panache l’alliance du dictionnaire et des nouvelles technologies. Au seuil du xxie siècle, Bernard Cerquiglini, alors directeur de l’Institut national de la langue française, fait en effet renaître le Trésor de la Lingue française informatisé, le TLFI, sur Internet, la toile palingénésique par excellence. En vérité, il en va de l’alliance des dictionnaires et des nouvelles technologies comme du phénix, elle est placée sous le signe de la continuelle renaissance.

5Comment rendre compte de l’histoire singulière de cette union fructueuse ? Présenter d’abord les grandes étapes de cette évolution au cours des siècles, de Robert Estienne au TLFI, signaler ensuite les propos discrets ou auto-valorisants tenus à cet égard par les lexicographes aux acheteurs, enfin, souligner les caractéristiques de la nouvelle galaxie électronique dans laquelle sont entrés les lexicographes et leurs lecteurs, telles pourraient être les étapes du parcours ici proposé. Un tel voyage est à placer, rappelons-le, sous l’égide de Du Bellay, puisque le poète angevin du « petit Liré » glorifiait déjà sans hésiter la technologie moderne de son siècle, en définissant l’imprimerie de la Renaissance comme la « sœur des Muses et dixième d’elles ».

Nouvelles technologies et dictionnaires : d’un siècle à l’autre, de permanentes alliances constructives et prométhéennes

À la conquête permanente de la réduction du décalage

6On n’ose le souligner tant on se sent proche du truisme, mais le dictionnaire est en premier lieu un livre et, comme tel, il en suit l’histoire. Cependant, en tant que recueil d’informations, il se distingue d’abord de l’ouvrage ordinaire de par sa dimension consultative, et donc le fait qu’il se présente comme une structure destinée à rendre toujours plus efficace la recherche de l’information. Il se définit ensuite par son caractère essentiellement temporel, parce que l’univers à référencer tout comme les langues à décrire sont par nature en constante évolution. Aussi, un dictionnaire vieillit-il très rapidement et même si, en prenant de l’âge, il peut devenir le témoignage privilégié et vénérable d’une période, sa vocation première reste bien d’informer avec le moins de décalage possible dans le temps présent ses acheteurs contemporains.

  • 1 Des sources du sens, Propos d’étymologie sociale, 3, Paris, ENS éditions, Collection « Lan (...)

7Devant sans cesse lutter contre le temps qui s’écoule, tout en offrant une architecture facile d’accès et propice à la remise à jour, le lexicographe est donc forcément à l’affût de toutes nouvelles technologies pouvant faciliter l’élaboration d’un média structuré, sa diffusion et sa consultation. Il s’agit de réduire le plus possible le temps d’élaboration au cours duquel peut s’introduire le décalage chronologique, qui fait par exemple dire à Maurice Tournier que les dictionnaires et les encyclopédies sont des « témoins toujours en retard d’un usage1 ». Le lexicographe a naturellement besoin de temps pour soigner la saisie de l’univers et de la langue qu’il offre à ses lecteurs, mais il est condamné à se voir sempiternellement reprocher le temps consacré à la matérialisation de cette saisie et celui qu’il mettra à corriger les imperfections. En Sisyphe de la description, il lui faut témoigner des évolutions permanentes de l’univers et de la langue selon une périodicité régulière et néanmoins constamment perçue comme trop longue. C’est dans la quête désespérée de ce retard à toujours rattraper que s’inscrit son alliance adamantine avec les nouvelles technologies.

De la Bible au dictionnaire : des objectifs similaires et l’opportun codex

8Mettre en parallèle l’histoire de la Bible et celle des dictionnaires n’est pas fortuit. En effet, la Bible et les dictionnaires représentent des ouvrages de référence, qui ont pour vocation affirmée d’être consultés facilement et fréquemment, de manière fragmentée et en apportant une information qui fasse autorité auprès du lecteur, même si les fondements de cette vérité sont de nature très différente. La fonctionnalité même de chacun de ces ouvrages suppose d’emblée une structure rigoureuse et souple à la fois, permettant de rapides renvois d’une partie à une autre. La lecture des informations doit ainsi pouvoir s’effectuer au fil du texte, en linéarité, mais aussi et surtout en réseau analogique, chaque unité du fragment lu pouvant renvoyer à une autre située dans un autre fragment de l’ouvrage, en amont ou en aval du point où le lecteur se trouve. Qu’il s’agisse, pour le dictionnaire, des définitions des mots utilisés dans la définition même du mot consulté, ou, pour la Bible, des symboles révélateurs à mettre en résonance d’un passage à un autre, le support idéal est donc celui qui autorise à la fois une navigation aisée à l’intérieur de l’ouvrage et un repérage permanent.

9La première révolution technologique qui satisfasse ce besoin de consultation efficiente est indéniablement celle qui se démarque, entre le iie et le ive siècle de notre ère, par le passage du volumen — la bande de papyrus d’une dizaine de mètres enroulée autour d’un bâtonnet donnant au livre la forme d’un rouleau — au codex — l’ensemble de tablettes ou de feuilles reliées entre elles et s’offrant à l’écriture au recto et au verso. Ce codex, paginable, que l’on peut facilement feuilleter, qui autorise le retour en arrière presque immédiat à l’inverse du volumen qu’il était très malaisé de ré-enrouler pour bénéficier d’une information apportée à l’autre bout du rouleau, représente la première révolution technologique fondamentale pour le dictionnaire. En autorisant de surcroît les index, une table des matières, la navigation libre dans le texte, la consultation de deux ou plusieurs ouvrages en même temps, en libérant les mains, et donc en permettant la prise de notes, le codex constituait sans conteste l’indispensable berceau de l’outil lexicographique.

10À mieux y regarder, qu’il s’agisse des premiers glossaires, des premiers dictionnaires alphabétiques de la langue latine, destinés au reste à mieux comprendre les textes religieux (par exemple le Glossaire de Reichenau qui accompagne une vulgate de la Bible de saint Jérôme, au viiie siècle, ou le Catholicon de Johannes Balbus, au xiiie siècle), ou qu’il s’agisse des Petits et Grands Larousse, Robert, du xxe siècle, on se situe toujours dans une dynamique identique, celle offerte par le codex. Le dictionnaire papier représente bien en effet un ouvrage-codex visible dans sa totalité, doté d’un appareil consultatif fondé sur l’ordre alphabétique, offrant un texte fragmenté rigoureusement maillé et réticulé pour que le lecteur puisse très rapidement trouver l’information recherchée et naviguer, sans difficulté, à la surface des pages accessibles directement. Il faudra attendre le passage au support électronique et la consultation sur écran pour qu’une nouvelle étape soit franchie, instaurant de nouvelles pratiques.

11On constatera alors que de la même manière que les communautés chrétiennes, soucieuses de permettre l’exégèse des évangiles et la constitution d’index, avaient préféré le codex au volumen, les théologiens du xxe siècle ont été également favorables à l’informatique pour faciliter notamment le traitement érudit de la Bible et de ses multiples traductions. Ainsi, en 1961, lors du colloque organisé par Bernard Quemada sur la mécanisation des recherches en lexicologie, aux côtés de linguistes pionniers des nouvelles technologies tels que Charles Muller et Bernard Pottier, s’impose le Révérend Père Busa, directeur du « Centro per l’automazione dell’analist letteraria » de Gallarte, près de Turin. En effet, ce centre, financé par l’Euratom et IBM, avait déjà traité par exemple 3 500 000 fiches perforées correspondant à sept langues (grec, latin, italien, hébreu, araméen, etc.). Et, comme on l’a déjà signalé dans l’ouvrage consacré aux Dictionnaires et nouvelles technologies (PUE 2000), on reste pour le moins admiratif devant ces tenants des nouvelles technologies qui, réfléchissant à la lexicologie et à la lexicographie en 1961, s’expriment avec un enthousiasme de visionnaire tel le Père Busa :

L’on a conscience que nous tous qui prenons part au colloque sommes pionniers de l’automatisation de l’analyse lexicale.[…] Nous illustrons un rôle nécessaire dans l’évolution qui est en cours du livre, c’est-à-dire de la symbolisation matérielle des connaissances humaines, qui est en train de changer de dimension. Comme, au temps de Gutenberg, à côté des manuscrits s’est placé le livre imprimé, aujourd’hui, aux côtés des cahiers, des livres imprimés, est en train de se placer le livre électronique.

12Force est de constater que l’alliance entre les lexicologues-lexicographes et les nouvelles technologies ne manque pas de vertus euphorisantes, que les finalités soient temporelles ou métaphysiques.

L’imprimerie au service de la didactique et de la normalisation linguistique

13L’imprimerie naissante au xve siècle ne constitue pas en elle-même une révolution technologique structurelle puisque le principe du codex demeure, mais cette « sœur des muses » agit comme une force universelle et elle nous fait entrer au cœur de ce que Marshall McLuhan appellera, en 1967, la « galaxie Gutenberg ». Si au seuil du xxie siècle, les nouvelles générations s’assimilent déjà aux enfants de l’écran de consultation, véritable révolution structurelle, en fait, depuis le xve siècle et donc pendant plus de six siècles — ce qui est peu en définitive au regard de l’histoire —, c’est bien « l’homme typographique », selon la formule de Marshall McLuhan, qui va s’épanouir et transformer en profondeur notre univers culturel et notre mode de pensée.

14L’imprimerie engendre alors deux dynamiques dont les conséquences sont fondamentales pour le dictionnaire, d’une part, en tant qu’outil diffusé et, d’autre part, en tant que reflet actif de la langue et de l’univers décrit.

15La première dynamique est éditoriale : le savoir référencé peut enfin être partagé par un nombre de lecteurs qui ira s’accroissant de manière exponentielle. De la recopie des manuscrits qui ne faisait du dictionnaire qu’un outil pour le plus petit nombre, un aréopage d’érudits influents, on passe à l’ouvrage vendu à tous les lecteurs doctes et fortunés, ceux-là mêmes qui sont en mesure de métamorphoser rapidement l’univers culturel. Et l’on aboutit, six siècles plus tard, aux millésimes 2000 et 2001 du Petit Larousse vendus respectivement à plus d’un million d’exemplaires, sans oublier qu’il y avait déjà statistiquement, depuis plus de trente ans, un Petit Larousse par foyer et au moins un dictionnaire en général par personne… Les dernières décennies du xxe siècle se caractérisent même par le triomphe des dictionnaires vendus par tranches d’âge, achetés par collections entières dans les écoles et offerts sur pleines palettes dans les supermarchés. L’ouvrage démocratisé est de fait devenu un outil pleinement didactique. Ainsi, les perfectionnements de l’imprimerie ont abouti à une telle démocratisation du dictionnaire que, ne serait-ce son caractère le plus souvent éponymique, il est presque anonyme. Qui serait en effet capable, en dehors des spécialistes, de citer les différents auteurs du Petit Larousse et du Petit Robert ? du Larousse ou du Robert « junior » ?

16La seconde dynamique est linguistique. Le texte imprimé a d’emblée suscité une normalisation, celle propre à toute technique qui, fondée sur la recherche d’un gain de temps, doit s’appuyer sur des règles constantes, transmissibles à un atelier, d’une personne à l’autre. De l’acte en grande partie individuel représenté par l’incunable, le manuscrit, on passe à la fabrication d’un produit rapidement démultiplié et constitué dans un atelier par des équipes qui peuvent changer, et qui recherchent des règles de fonctionnement pour gagner en efficacité de production. On change d’univers : de l’objet unique on passe à l’objet démultiplié, de l’œuvre personnalisée on passe à l’œuvre démocratisée. Le texte imprimé instaure un modèle à normaliser pour qu’un même code écrit soit partagé par tous. Aussi, les règles typographiques prennent-elles naissance au moment où les textes sont imprimés et ce sont en définitive celles-ci qui, progressivement, vont réguler la forme écrite en amont de la « presse », selon la formulation du moment. La typographie et donc la technologie prennent dès lors une part active dans l’homogénéisation de la langue.

17Dans cette nouvelle perspective, à travers les premières définitions des mots de la langue française et la recherche de critères fixes pour leur forme orthographique, les dictionnaires se métamorphosent en outils de normalisation. Ils constituent un lieu d’arbitrage linguistique, lorsque s’impose la langue de l’État, en l’occurrence celle des grands écrivains rassemblés par François Ier, Père des Lettres, « sous » Robert Estienne, est-on tenté de dire, comme ils le seront par le Roi Soleil, « sous » Richelet, Furetière et l’Académie.

18L’imprimerie représente d’ailleurs une technologie d’autant mieux accueillie qu’elle fait office assez souvent de force régulatrice. Par exemple, à la fin du xve siècle, l’écriture gothique et, à ses côtés, une cursive déformable, deux écritures difficiles à décrypter qui ont pris le dessus sur la très lisible ronde Caroline, donnent à la chose écrite un caractère si peu rigoureux que l’imprimerie vient à point pour éviter l’émiettement calligraphique. L’heure est bien à la régulation : peu après l’ordonnance de Villers-Cotterêts (1539) qui rend obligatoire le « langaige maternel françois » dans tous les actes officiels, François Ier crée l’Imprimerie royale (1543), en même temps que s’imposent des caractères typographiques précis. Ce sont là autant d’éléments structurants pour une norme qui mettra en fait trois siècles à se constituer, en grande partie au cœur des imprimeries et ce, ne l’oublions pas ici, dans la filiation régulatrice de Du Bellay, rédacteur de la Deffence et illustration de la langue françoyse (1549). On notera cependant çà et là des échecs, notamment lorsque les imprimeurs souhaitent installer des graphies phonétiques. La Cour française de la Renaissance, italianisante voire cosmopolite, n’avait pas encore en matière de prononciation de véritables normes fixées, les accents y étaient trop flottants pour que l’on puisse retenir une norme simplifiée satisfaisante.

19Soulignons simplement, pour ne pas développer plus avant l’impact de l’imprimerie sur la langue, qu’entre les écrivains et les typographes les liens sont toujours restés étroits. D’une certaine manière, l’Académie française en représente le lieu privilégié où se rencontrent régulièrement les écrivains autour de la norme en débat, avec pour greffier le dictionnaire et pour actif intermédiaire l’imprimeur. Ainsi, nul n’ignore la famille Didot, présentée par Pierre Larousse comme la « célèbre famille d’imprimeurs français dont l’origine remonte à François Didot, né en 1689, famille dans laquelle semblent se perpétuer les savantes traditions des Estienne, des Elzévir et des Manuce, et dont le nom brille encore aujourd’hui (1870) d’un vif éclat ». Ami intime de l’abbé Prévost, François Didot et ses descendants illustrent parfaitement la complicité existant entre les tenants d’une technologie et la littérature. Son fils aîné (1720-1804), François-Ambroise, s’attachera par exemple à perfectionner la section de la force des corps des lettres, d’après le système des points typographiques, « en divisant la ligne de pied-de-roi en six points, système qui fut généralement adopté, et qui mit fin à une confusion devenue telle, qu’aucun corps de caractère dans une imprimerie n’était en rapport avec ceux des autres. Ainsi disparurent les dénominations bizarres de cicéro, nonpareille, gros canon, saint-augustin, parangon, perle, mignonne, petit texte, etc. », précise Larousse dans l’article qu’il consacre à la famille Didot dans le Grand dictionnaire universel du xixesiècle (1863-1876).

20Tout comme à l’époque de François Ier, on vient aux xviiie et xixe siècles du monde entier prendre la mesure de ces hauts lieux de la technologie pour s’en inspirer. Ainsi Benjamin Franklin visitant en 1780 l’imprimerie Didot y laissera même son petit-fils, William Temple (que Voltaire avait accueilli et « béni » avec la formule « God and Liberty »), pour un stage de six mois. Et pour bien illustrer le rapport étroit existant entre imprimeurs, écrivains et dictionnaires, il faudrait rappeler à l’occasion que c’est ce même Voltaire qui imposa la reconnaissance de la prononciation [è] (et non [wè]) à travers la typographie « ai » qui était pratiquée dans les éditions hollandaises, mais pas dans les éditions françaises. Dans le même esprit, déjà réclamées au xviie siècle par Corneille et Bossuet, c’est en définitive au siècle suivant, sous l’impulsion de l’abbé d’Olivet, qu’en 1762 s’installent dans la quatrième édition du Dictionnaire de l’Académie les distinctions entre i voyelle et j consonne, entre u voyelle et v consonne.

21Enfin, l’un des fils les plus célèbres de François-Ambroise Didot, Firmin Didot, sera directeur de l’Imprimerie royale, lieu de formation internationale des imprimeurs du monde entier et creuset naturel de la publication du Dictionnaire de l’Académie. Lorsque le fils de ce dernier, Ambroise-Firmin (1790-1876), reprit les affaires avec un même talent, encouragé par l’opinion de quelques académiciens dont Sainte-Beuve, il n’hésita pas à publier des remarques orthographiques à l’occasion de la septième édition du Dictionnaire de l’Académie en cours d’élaboration, indiquant les modifications qu’il serait utile d’introduire. Pierre Larousse en fera de longs commentaires dans le Grand dictionnaire universel du xixesiècle. On ne saurait mieux illustrer le lien établi entre les imprimeurs le plus au fait des nouvelles technologies, les écrivains et le réceptacle de la langue que représentent les dictionnaires.

22C’est ici l’occasion de rappeler que le dictionnaire contemporain que l’on achète est presque toujours synonyme de modernité, ce qu’on a tendance à oublier en évoquant nos dictionnaires d’hier. Leur acheteur contemporain en avait en effet une représentation totalement différente de la nôtre. Qu’il s’agisse de l’érudit du xvie siècle, achetant et consultant un dictionnaire imprimé sous la Renaissance, c’est-à-dire un produit d’une technologie récente véhiculant un savoir moderne, ou du quidam se procurant en grande surface en août 1991, le Petit Larousse 1992, « tout en couleurs » — les caractéristiques essentielles de l’ouvrage —, ou qu’il s’agisse encore de l’étudiant acquérant en 2002 un dictionnaire, une encyclopédie sur cédérom ou dévédérom pour son Pentium III, l’acheteur a toujours la sensation d’être à la pointe du modernisme.

L’illustration dans le texte imprimé : la première approche multimédia…

23L’introduction des illustrations dans les dictionnaires relève d’une histoire culturelle intimement liée à la technologie. Ce sont les enluminures des textes sacrés, les lettres ornementales peintes, les miniatures des manuscrits médiévaux, qui constituent la source lointaine de l’illustration dans les dictionnaires, et notamment des lettrines qui ouvrent chaque section alphabétique de nos dictionnaires. Cependant, pour que du manuscrit, décoré à l’unité, on puisse passer au premier Petit Larousse illustré tout en couleurs du millésime 1992, il faut en termes d’imprimerie lever bien des obstacles technologiques. Il va de soi que la métamorphose électronique de nombre de dictionnaires papier, avec l’introduction d’images en mouvement et sonorisées, représente une véritable révolution dans la fabrication du produit et dans sa consultation.

24C’est au cours de la Renaissance que l’illustration imprimée gagne en quelque sorte son indépendance vis-à-vis du texte, dans la mesure où elle commence à pouvoir faire l’objet d’un ouvrage à elle seule, même si la technologie démultipliant lui fait perdre au passage la couleur que l’enlumineur ajoutait sur l’ouvrage individualisé. Les dessinateurs, les graveurs, les typographes, étroitement associés font alors progresser les technologies et l’un d’entre eux, cumulant ces talents, Geoffroy Tory (1480-1533), publie en 1529 le Champ fleury […], art et science de la due et vrayeproportion des lettres […] proportionnées selon le corps et le visage humain, réformant l’art typographique et inspirant les éditeurs de dictionnaires français pour les deux siècles à venir.

25Au xviie siècle, l’Orbis sensualium pictus d’Amos Comenius, publié à Nuremberg en 1658, fait date dans la mesure où les gravures sur bois introduisent l’image en parallèle aux mots, un principe didactique qui sera à terme repris par les dictionnaires. Pour l’heure, au moment où naissent les grands dictionnaires monolingues, à la fin du siècle, l’aspect illustratif se limite à une belle gravure allégorique placée souvent en face du titre, le frontispice, suivie parfois d’une vignette représentant une scène symbolique insérée dans la page de titre. En tête de chaque section alphabétique, on trouvera un « bandeau », c’est-à-dire une petite frise plus ou moins illustrée, puis la « lettrine » pour ouvrir le premier mot et, en fin de section alphabétique, s’il faut meubler un espace vide, un « cul-de-lampe ». Cependant, on sait déjà comme le déclare Furetière dans le Roman bourgeois que les illustrations servent « à faire acheter plus chers les livres »…

26Le xviiie siècle, le bien nommé siècle des lumières et de l’Encyclopédie, se démarque à l’égard des dictionnaires et plus largement à l’égard de tous les livres savants, par le développement des « planches », des « plates », tantôt insérées dans l’ouvrage, tantôt tirées à part. Ainsi, ce ne sont pas moins de onze volumes de planches qui sont présentés dans l’Encyclopédie. L’homme cultivé s’intéresse désormais de plus en plus à l’illustration didactique et l’aventure encyclopédique en est un reflet direct. Le Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers dépasse en effet de très loin l’exemple donné dans le domaine illustratif par la Cyclopaedia de Chambers, à l’origine de l’Encyclopédie. De fait, Diderot et l’éditeur Le Breton sont très conscients de l’impact des planches sur le lecteur. Diderot découvre petit à petit le langage particulier qui y correspond, notamment grâce à Louis-Jacques Goussier, auteur de plus de 900 planches, qui l’initie à cette forme d’écriture. D’une certaine façon, grâce aux progrès de l’imprimerie, peut être véhiculé à travers les planches un savoir terminologique qui magnifie le travail de l’homme, tout en valorisant les nouvelles technologies du moment, censées être diffusées et partagées pour le progrès et le bonheur de tous. Roland Barthes mettra plus tard en relief les caractéristiques de ces planches, où l’homme règne en maître et chantre du progrès.

27Si l’illustration se développe donc bien au-delà de sa fonction esthétique, une difficulté majeure persiste néanmoins : l’impossibilité d’imprimer facilement, et dans le même temps, une illustration et le texte, lorsque celle-ci est insérée au cœur de celui-ci. C’est au graveur anglais sur bois Thomas Bewick (1753-1828) que l’on doit cette étape et cette technologie décisives. Ce progrès technologique est en fait vite suivi d’effets et on en retiendra une publication symbolique pour la France, celle du périodique L’Illustration, né en 1842. En 1854, dans cet élan qui touche tout ce qui est imprimé, paraît le premier dictionnaire général à bénéficier d’illustrations insérées dans les colonnes de texte, le Dictionnaire universel, panthéon littéraire et encyclopédie illustrée de Maurice Lachâtre. Celui-ci, d’esprit révolutionnaire, souligne le rôle fondamental de l’illustration pour l’information précise des lecteurs. La dynamique est lancée et les lexicographes ne peuvent plus ignorer cet atout supplémentaire qui devient un argument de vente. Ainsi, dans son Dictionnaire français illustré et Encyclopédie universelle achevé en 1863, Bertet Dupiney de Vorepierre indiquera en sous-titre qu’il comporte 20 000 gravures, ce qui est considérable, même s’il s’est apparemment trompé d’un zéro inflationniste, ce que personne n’a relevé. Il n’en reste pas moins qu’avec 2 000 gravures et un bel effort remarqué, il devient désormais difficile de publier un dictionnaire de type encyclopédique sans illustration.

28Pierre Larousse lui-même, bien qu’il se soit moqué de Bertet Dupiney de Vorepierre en s’interrogeant sur l’utilité « de nous offrir l’image d’un âne, à l’article âne », a recours à l’illustration dont il perçoit les avantages, en particulier dans le domaine scientifique. La recension de toutes les illustrations contenues dans le Grand dictionnaire universel du xixesiècle suffit à nous convaincre de l’intérêt croissant que Pierre Larousse porte à cet adjuvant du texte lexicographique, notamment quand il s’agit des domaines scientifiques et techniques. Cependant, Pierre Larousse cède aussi au bonheur de l’illustration de prestige et de nature artistique. Ainsi, en 1866, il proposera un « Appel aux artistes » pour illustrer l’article consacré à Bonaparte sur deux thèmes, le Souper de Beaucaire et la Grotte de Melleli : deux superbes gravures orneront donc l’article consacré à Bonaparte avant qu’il ne devienne Napoléon, sans grâce aux yeux de Larousse…

29Avec le Nouveau Larousse illustré (1898-1904), c’est une nouvelle étape qui est franchie. 49 000 gravures, 504 cartes, 89 planches sont signalées sur la page de titre à la manière d’un porte-drapeau de la modernité, de même que Claude Augé, directeur de l’ouvrage, insiste dans la « Préface » sur le fait que l’ouvrage revêt « le double caractère d’un dictionnaire encyclopédique et d’un musée iconographique ». 250 000 exemplaires en seront vendus au cours des trente premières années du siècle. C’est à la fois un grand succès d’édition et le triomphe de l’imprimerie de masse. En vérité, depuis 1890, paraissait déjà la Revue encyclopédique, un mensuel publié par la maison Larousse au sous-titre éclairant « Recueil documentaire universel et illustré », suivi en 1901 par la Revue universelle dotée du même sous-titre. Les technologies de l’illustration n’avaient cessé ce faisant de se perfectionner et de se répandre, habituant le lecteur à une qualité esthétique et documentaire déjà très moderne. Dans cette filiation, la parution en 1907 du Larousse mensuel illustré va instaurer avec le lecteur de dictionnaires un rapport permanent de proximité technologique, au fil des mois, des années, puisque ce dictionnaire « mensualisé » sera publié jusqu’en 1957 avec un lectorat de plusieurs millions de lecteurs. Il y a là de fait un phénomène qui manque encore de chercheurs pour en bien mesurer l’impact, pareil corpus mérite en effet d’être étudié, non seulement dans une perspective linguistique et historique, mais aussi à travers l’évolution technologique dont il témoigne.

30Dans la publicité correspondant au Larousse du xxesiècle, publié entre 1928 et 1933, sont significativement présentés en photographie, d’une part, les machines qui permettent l’impression des dictionnaires Larousse, avec les imposantes rotatives autorisant l’impression de milliers d’ouvrages et, d’autre part, des linotypistes, en cravate… ce qui n’est pas sans analogie avec les ouvriers représentés dans les planches de l’Encyclopédie, habillés à la façon des « petits marquis », comme l’avait fait remarquer Roland Barthes… « 46641 gravures, 502 cartes, 364 planches en noir et en couleurs ! », telle est l’exclamation auto-satisfaite et promotionnelle imprimée en rouge sur le dépliant publicitaire, à laquelle fait écho un commentaire en page 6, également imprimé en rouge, pour souligner « l’abondance et la perfection des gravures, des cartes et des planches en noir et en couleurs ». Un fait est acquis : la technologie de pointe, maîtrisée, fait désormais partie intégrante du discours publicitaire de la lexicographie.

31En 1964, « pour la première fois au monde » dans un dictionnaire, est-il clamé haut et fort sur le revers de la jaquette du premier volume du Larousse 3 volumes (L3), « chaque page est illustrée en couleurs, ce qui constitue une des innovations les plus spectaculaires et les plus fécondes apportées au Larousse 3 volumes en couleurs ». La presse ne s’y trompe d’ailleurs pas, tout au long de ses commentaires, au-delà de l’appréciation élogieuse du contenu textuel, cette nouvelle caractéristique est presque systématiquement soulignée. Le dictionnaire est dès lors perçu et présenté comme un porte-flambeau des nouvelles technologies. Le Monde diplomatique, cité entre autres sur le revers de la jaquette du deuxième volume, est à cet égard éloquent : « Les moyens techniques les plus modernes ont été utilisés pour offrir au lecteur un dictionnaire correspondant aux besoins et aux exigences de l’homme moderne ».

32En 1991, une nouvelle et dernière étape à nos yeux est franchie dans le rapport technologique établi avec le grand public annuel des dictionnaires imprimés « illustrés » millésimés. On évoquera en l’occurrence le Petit Larousse illustré qui, comme on le sait, fait date à chaque rentrée scolaire en fonction des nouveaux mots de la langue et des célébrités qui y pénètrent, sous le regard attentif des journalistes. Le millésime 1992 du Petit Larousse illustré est en effet offert, pour la première fois, avec « toutes les illustrations en couleurs », comme l’indique ostensiblement l’encadré aux couleurs d’arc-en-ciel de la quatrième de couverture. Le Petit Larousse, « référence vivante d’un monde vivant », selon le slogan d’alors, entend bien rester à la pointe de la technologie de l’imprimé de grande diffusion et le faire savoir. Et l’impact est forcément important puisqu’il touche environ un million d’acheteurs par an dans la francophonie, est-il précisé dans l’avant-propos. Avec 3600 dessins et photographies, 269 cartes, le tout « en couleurs », on aboutit avec ce « dictionnaire papier » publié au début de la dernière décennie du xxe siècle, à une sorte de point d’orgue de la technologie de l’imprimé. Mais, déjà, la technologie informatique prend le relais.

Le souffle informatique et la grande métamorphose

Bernard Quemada et le TLF

33S’agissant des dictionnaires et de l’informatique, un nom s’impose à tous dès qu’on tente d’en retracer l’histoire : il s’agit de Bernard Quemada dont le rôle galvanisant est repérable dès 1958, lorsque, jeune universitaire, il fait installer des machines à cartes perforées dans le laboratoire qu’il a créé à l’université de Besançon. Une grande aventure commence alors, celle qui consiste à introduire l’automatisation dans le traitement des corpus littéraires pour donner à la lexicologie ses lettres de noblesse scientifiques, grâce aux nouvelles technologies. En même temps s’installe l’idée de la lexicographie assistée par ordinateur, et Bernard Quemada incarne par excellence le pionnier en la matière que Paul Imbs invitera au colloque fondateur de Strasbourg en 1959 sur « la lexicologie et la lexicographie françaises et romanes », avec au passage, parmi les invités, déjà Charles Muller, futur grand maître des statistiques lexicales, dont le brillant continuateur, Etienne Brunet, établira les liens les plus denses et les plus féconds entre la linguistique, la littérature et leur traitement informatisé. En 1961, ce sont déjà 20 millions de cartes perforées portant sur plusieurs centaines d’œuvres qui sont traitées avec des index, des concordances des inventaires statistiques. Aussi, est-ce tout naturellement Bernard Quemada qui sera requis pour le traitement du corpus du Trésor de la langue française dont le premier tome paraît en 1971 avec, comme on l’a déjà signalé, le plus gros ordinateur du monde pour force de frappe technologique. Aussi, personne n’est étonné lorsque Bernard Quemada, en tant que lexicologue pionnier des nouvelles technologies, mais aussi en historien confirmé de la lexicographie, est appelé à prendre la succession de Paul Imbs à la direction du TLF en 1977 pour le huitième volume.

34L’informatique est alors devenue l’indispensable outil de traitement du corpus et des informations qu’il apporte. On en reste cependant à une étape particulière qui se situe en amont du dictionnaire, dans la recherche des données, avec pour objectif l’élaboration d’un dictionnaire papier. La métamorphose qui fait passer le dictionnaire papier au dictionnaire électronique est forcément un peu douloureuse pour les œuvres au long cours, qui commencent sous la forme d’imposants volumes de papier, imprimés de manière traditionnelle, au plomb, et qui s’achèvent en 1994 avec des clichés hélas toujours destinés à un dictionnaire papier. C’était en effet le moment où les grands monuments de papier étaient systématiquement détrônés par de légères galettes de plastique, les cédéroms.

Quatre étapes

  • 2 Il s’agit de l’entretien conduit avec Bernard Quemada lors de la première Journée des dictionnaires(...)

35En termes d’évolution technologique dans le domaine de la lexicographie informatisée, on pourrait résumer la seconde moitié du xxe siècle en repérant plusieurs périodes. En s’inspirant des propos de Bernard Quemada2, on distinguera trois étapes dans l’évolution de la lexicologie et nous en ajoutons une quatrième à la frontière des deux siècles.

36De 1950 à 1965, se démarque une première période liée au développement même d’une lexicologie moderne, fondée sur l’utilisation des machines à cartes perforées. En s’appuyant sur cette révolution technologique et sur le renouvellement théorique de la linguistique, la lexicologie a pris en effet indéniablement son envol en tant que discipline scientifique, méritant désormais pleinement sa définition de « science des mots ».

37De 1965 à 1980, une autre période s’écoule au cours de laquelle le dictionnaire devient un objet d’études scientifiques. C’est alors que se situe la distinction à établir, d’une part, entre la recherche à proprement parler qui peut ne pas aboutir à un produit vendu et rester dans le domaine des chercheurs (la « lexicographie » nouvelle manière) et, d’autre part, l’élaboration du dictionnaire en tant que produit diffusé à un public déterminé avec des contraintes commerciales, ce qui constitue en aval une seconde étape. Celle-ci est définie en somme par l’exploitation des travaux de recherche à des fins commerciales, ces derniers constituant la première étape, en amont. Bernard Quemada désigne cette seconde étape par le terme « dictionnairique », emprunté à Charles Nodier, un terme aujourd’hui repris par la plupart des linguistes.

38De fait, la technologie s’impose dans les deux étapes : l’informatique est en effet très utile au chercheur qui peut ainsi manipuler et sonder d’immenses corpus, mais elle est également indispensable dans l’élaboration des dictionnaires offerts sur le marché, puisqu’elle permet, à partir de bases de données bien nourries, de procéder à des paramétrages divers pour en tirer des produits différenciés. Les gammes de dictionnaires naissent ainsi plus facilement, à des prix moins coûteux. Il va de soi aussi que toutes les modifications et manipulations du texte lexicographique pour les nécessaires remises à jour et les corrections qui s’imposent, deviennent infiniment plus simples dans le cadre du traitement informatique.

39De 1980 à 1995 environ, se distingue une troisième période fondée sur la recherche tout à la fois informatique et linguistique, concrétisée par le rapprochement entre les lexicographes travaillant sur les dictionnaires proposés à la consultation, et les linguistes-informaticiens, spécialistes de ce que l’on appelle les dictionnaires-machines. Ces derniers « dictionnaires » correspondent en effet aux programmes très complexes orientés vers le traitement automatique des langues et débouchant, entre autres, sur ce qu’il est convenu d’appeler les industries de la langue.

40À ces trois périodes définies par Bernard Quemada en 1994 s’en ajoute une autre à nos yeux, au moment du changement de millésime, avec la banalisation de la consultation des dictionnaires sur écran, et l’ouverture des horizons cybernétiques presqu’illimités d’Internet. Il s’ensuit, d’une part, un renouveau des pratiques éditoriales, qui ne sont plus emprisonnées dans un espace typographique contraignant et, d’autre part, une métamorphose complète des réflexes de consultation. Ajoutons enfin que, tant dans la présentation et l’élaboration des informations que dans la lecture de celles-ci, grâce au décloisonnement des médias (texte, image et son) et grâce à l’hyper-textualité, les dictionnaires sur écran peuvent désormais correspondre à une multiplicité de formules qui révolutionnent le genre en profondeur, tout en s’offrant au public de manière particulièrement séduisante.

41En définitive, au souffle informatique perceptible dans la décennie 1970-1980, en amont du dictionnaire papier, fait suite aux confins du xxe et du xxie siècles une métamorphose qui nous ouvre l’entrée d’une nouvelle galaxie : le dictionnaire papier se double en effet progressivement du dictionnaire sur support électronique, qu’il s’agisse de naviguer au cœur d’une galette de plastique, cédérom, dévédérom, etc., ou dans le « cyberespace ». Certes, la métamorphose est encore inachevée, puisque les dictionnaires papier et les dictionnaires sur supports électroniques coexistent pour l’heure et même avec bonheur, mais il n’en reste pas moins que la consultation sur écran n’a plus le privilège du modernisme, elle fait déjà figure de norme.

D’hier à aujourd’hui, le discours technologique des lexicographes à leurs lecteurs : de la discrétion à la valorisation

42Le discours tenu par les lexicographes à leurs lecteurs concernant les liens établis entre les nouvelles technologies et le dictionnaire proposé ne s’est pas immédiatement installé. Mais vient un moment, au cours du xxe siècle et, plus particulièrement, dans la seconde moitié du siècle, où les mutations technologiques sont telles que le dictionnaire, en tant qu’ouvrage-objet symbolique et outil quotidien, en devient l’un des meilleurs emblèmes.

La Renaissance et le xviie siècle : une technologie certaine mais implicite

43S’ils ont bien conscience de se trouver à l’avant-garde de l’imprimerie, les lexicographes de la Renaissance n’en tirent pas pour autant argument pour vendre mieux leur produit, tout entier concentrés qu’ils sont sur le contenu pratique de l’ouvrage. La publication d’un dictionnaire ne consiste pas encore à être pieds et poings liés à la loi du marché et, par ailleurs, le dictionnaire ne représente pas au xvie siècle l’ouvrage parfaitement abouti, muni d’un appareil définitoire dense, supposant une préface très développée.

44Aussi, les premiers dictionnaires bilingues latin-français et français-latin, avec bien entendu pour pionnier Robert Estienne, auteur imprimeur et éditeur du Dictionaire françois latin (1539), ne livrent-ils rien au lecteur quant aux relations à établir avec la technologie qui les supporte. Rappelons cependant que les contemporains de Robert Estienne, lorsque celui-ci leur propose le Dictionaire françois latin, ont conscience d’avoir en main un livre imprimé, avec ce que cela comporte de modernisme, un sentiment qui nous échappe aujourd’hui lorsqu’on évoque ces dictionnaires d’hier. Comme on l’a déjà fait remarquer, on oublie trop souvent en effet que les premiers livres imprimés ne laissaient pas indifférents les lecteurs qui mesuraient pleinement la modernité de l’objet issu de la « presse », c’est-à-dire de l’imprimerie. Dans le Theatrum Mundi (1598), Pierre Boaistuau en présente, par exemple, les « effets si merveilleux » qui font « qu’en un jour un seul homme peut imprimer plus de lettres que le plus rapide des scribes ou des copistes ne peut en écrire à la plume toute une année ». En 1620, dans le Novum Organum, Francis Bacon signalera encore l’imprimerie comme définissant l’une des trois découvertes qui ont changé la tournure du monde à côté de la poudre à canon et de l’aimant.

La lexicographie du xviie siècle et l’hommage indirect marqué aux imprimeurs

45À la fin du xviie siècle, le livre imprimé s’est définitivement implanté dans le paysage éditorial et il ne fait plus figure de modernisme particulier, ce sont les considérations sur la diffusion de l’ouvrage et le tirage qui l’emportent dans les esprits. Véritables valeurs marchandes, ils font même déjà l’objet de coups bas. Ainsi, en 1680, la publication du premier dictionnaire monolingue, le Dictionaire françois contenant les mots et les choses de Pierre Richelet, aura d’emblée défrayé la chronique. En effet, publié en Hollande, puisqu’un privilège royal exclusif avait été donné pour le Dictionnaire de l’Académie française dont la première édition ne paraîtrait qu’en 1694, le Dictionaire françois allait se vendre sous le manteau, selon une pratique assez courante à l’époque. Contournant la loi, l’imprimeur genevois Widerhold en avait donc fait transporter secrètement quinze cents exemplaires à Villejuif, mais il avait, hélas, bien imprudemment mis dans la confidence Simon Bénard, libraire à Paris. Ce dernier s’empressa d’en informer le syndic des libraires et tous les exemplaires du dictionnaire furent alors saisis et brûlés. La légende dit que Widerhold en mourut de chagrins trois jours après et que, le lendemain de son décès, en sortant de l’église Saint-Benoît, Simon Bénard fut poignardé par un inconnu qui s’échappa dans la foule… Pierre Larousse, auteur-éditeur, ne manquera pas, deux siècles plus tard, de rapporter avec complaisance ces faits dans la « Préface » du Grand dictionnaire universel du xixesiècle, insistant ainsi directement sur la place économique importante qu’a toujours occupée un dictionnaire dans le domaine de l’édition.

  • 3 Tiré du même dictionnaire : « Bale. Terme d’Imprimeur. Bois creux en forme d’entonnoir avec une poi (...)

46Le dictionnaire de Richelet est en réalité dépourvu de commentaires quant aux aspects technologiques qui régissent son impression. On notera simplement le caractère relativement développé des articles consacrés à l’imprimerie et aux imprimeurs, témoignant ce faisant de l’intérêt manifeste que Pierre Richelet portait à cette technologie. On précisera malicieusement que dans l’article consacré à l’imprimeur, sans doute y a-t-il, par le biais du dernier exemple ajouté à la définition, un clin d’œil du facétieux lexicographe en direction d’un certain Martin, imprimeur de son état. « Imprimeur, s. m. Marchand ouvrier qui par le moien de l’ancre, des bales3, des divers caractères & des presses imprime toute sorte d’écrits. Un bon imprimeur. Un imprimeur fort exact. Martin est un excelent imprimeur. » On reconnaît ici la complicité qui unit l’auteur et son imprimeur.

47C’est en 1690 que paraît le deuxième dictionnaire monolingue français, le Dictionnaire universel, en fait notre premier dictionnaire de type encyclopédique. Celui-ci connaît vite un succès certain de par son caractère extensif, c’est-à-dire sa richesse en informations et sa nomenclature forte d’environ 40 000 mots. Même si l’ouvrage fait la part belle aux vocabulaires techniques, en fait aucune information d’ordre technologique n’est apportée en « Préface ». Le métier d’imprimeur y est néanmoins valorisé et, à travers un commentaire de type historique, Furetière insiste sur le rapport établi entre le métier d’imprimeur et l’érudition :

Les Imprimeurs sont du corps de la Librairie. Il y a des Imprimeurs de livres, d’autres d’estampes, & d’autres de Musique ; d’autres qui impriment du papier de diverses figures, qu’on appelle Dominotiers. […] Il y avoit autrefois de sçavants hommes qui estoient Imprimeurs, comme les Robert, Henry & Charles Estienne, les Badius, les Manuces, Turnebe, Doler, Wechel, Morel, & c.

48Quant au Dictionnaire de l’Académie, paru en 1694, il se présente sans commentaire particulier à cet égard, on remarque simplement l’importance accordée aux articles concernant l’imprimerie. Toutes proportions gardées, si l’on tient compte du nombre d’articles retenus ainsi que de leur contenu, les dictionnaires de la fin du xviie siècle attribuent aux nouvelles technologies, l’imprimerie en l’occurrence, la même place de choix que celle réservée à la fin du xxe siècle aux technologies informatiques. Ainsi, quand il s’agit de l’imprimerie, il semble bien que les académiciens n’hésitent pas à donner inconsciemment aux articles qui y correspondent une dimension encyclopédique, débordant peu ou prou du cadre du dictionnaire de langue dont le Dictionnaire de l’Académie est censé être l’un des modèles. Consulter aussi au xviiie siècle la quatrième édition (1762), c’est bénéficier pour l’article « Imprimer » d’exemples pour le moins denses en informations pour un dictionnaire de langue :

Un Imprimeur qui imprime correctement, nettement. Obtenir un privilège pour faire imprimer. Permission d’imprimer par tel Imprimeur, & en tel caractère qu’on voudra imprimer. In-folio, in-quarto, in-octavo, & c.

49précise-t-on. On n’hésite pas de surcroît à souligner que « L’imprimerie est un bel art », « On ne sait pas bien qui a été l’inventeur de l’imprimerie », est-il ajouté dans l’article consacré à l’imprimerie. À cet « art », synonyme alors de « technique », correspond l’imprimeur, « celui qui exerce l’Art de l’imprimerie », un « Bon Imprimeur. Habile Imprimeur. Un Imprimeur exact. Imprimeur ordinaire du Roi. Imprimeur de l’Académie Françoise. » Cette dernière mention rappelle avec élégance le rapport étroit établi entre les écrivains et celui qui les fait naître à travers l’imprimé.

Le xviiie siècle marqué lexicographiquement par une capitale de l’imprimerie et l’Encyclopédie

50Au xviiie siècle, un dictionnaire encyclopédique, le Dictionnaire de Trévoux, et une encyclopédie, le Dictionnaire raisonné des Arts et des Sciences, autrement dit l’Encyclopédie, suffisent à symboliser l’emprise des nouvelles technologies sur un public grandissant.

51On sait que dans le sillage du Dictionnaire universel de Furetière s’est développé avec une perspective religieuse affirmée le Dictionnaire de Trévoux, rédigé par les pères jésuites qui ont trouvé en la ville de Trévoux, capitale des Dombes, un lieu technologique privilégié. Si en effet cette petite ville a donné son nom au Journal de Trévoux et à une série de dictionnaires encyclopédiques, les Dictionnaires de Trévoux, c’est parce que le duc de Maine, prince souverain qui y siégeait, disposait d’une imprimerie de qualité qu’il sut mettre à la disposition des révérends pères.

52Enfin, il n’est guère utile de rappeler combien le xviiie siècle fut le siècle de l’Encyclopédie, véritable phénomène économique qui, si l’on en croit Voltaire, fit travailler pendant plus de vingt-cinq ans plus de mille ouvriers, papetiers, imprimeurs, relieurs et graveurs. Certes, les différends entre l’éditeur Le Breton et Diderot sont restés célèbres, tant la « lumière » que souhaitait diffuser Diderot s’avérait dangereuse aux yeux de l’éditeur, soucieux d’éviter la censure, mais il n’en demeure pas moins que l’Encyclopédie reste une entreprise exceptionnelle dans son gigantisme.

53Les typographes français du xviiie siècle représentaient en Europe le sommet de l’art typographique. On a déjà connaissance de leurs performances professionnelles et un vocabulaire précis y fait écho. Ils choisissent ainsi leurs caractères dans les casses, les disposant dans des galées déposées sur le marbre avant de les serrer dans des formes. La vitesse de la composition pour « l’imprimerie en lettres » se fait à raison d’environ 1 300 signes à l’heure. Quant aux planches, elles correspondent à « l’imprimerie en taille douce » et elles reposent sur ce type de gravure effectué sur une plaque de cuivre lisse, à l’aide d’un instrument en acier. Encrées avec un tampon avant d’être essuyées pour que l’encre ne reste que dans les tailles, la planche gravée est ensuite mise au contact de la feuille de papier, passée sous le rouleau de la presse actionnée par un moulinet. En ce qui concerne le tirage proprement dit, en général après la troisième épreuve, la tierce, il peut aller jusqu’à 1 500 ou 2 000 exemplaires, avec une bonne qualité d’impression. On le constate, comme toutes les technologies affirmées, l’imprimerie engendre naturellement tout un univers professionnel et lexical.

  • 4 Robert Darnton, L’Aventure de l’Encyclopédie, 1775-1800, Paris, Le Seuil, Collection « Points Histo (...)

54Cependant, ce n’est pas tant le perfectionnement technique somme toute peu important qu’il faut ici valoriser, mais l’ampleur éditoriale de l’Encyclopédie qu’il importe de mettre en relief. À la veille de la Révolution, ce sont en effet 25 000 collections de 17 volumes qui auront été vendues à travers l’Europe. Une telle diffusion, souvent assimilée à « la plus grande entreprise de tous les temps », selon la formule de Robert Darnton4, supposait manifestement une structuration et une systématisation de la fabrication et de la diffusion qui, dans le domaine de la lexicographie, allaient donner à la France une belle avance, tant sur le plan technologique que sur le plan commercial.

55L’entreprise parfois tumultueuse n’est pas sans entraîner également une nouvelle réflexion sur les rapports entre l’écrivain, le lexicographe et son éditeur-imprimeur. Sans anticiper trop sur le xixe siècle, encore marqué par la censure de l’État qui perçoit combien un média tel que le dictionnaire peut devenir un élément subversif, on peut déjà affirmer que les lexicographes du siècle post-révolutionnaire garderont en mémoire les différends qui ont opposé l’éditeur et Diderot. Et certains en tireront des leçons dans la conception même de l’ouvrage, souhaitant être les maîtres de la technologie nécessaire à la diffusion de l’ouvrage. Ainsi, au moment où Larousse lance le Grand dictionnaire universel du xixesiècle, dans la mesure où il entend pouvoir exprimer haut et fort ses points de vue sans éditeur castrateur et frileux, il rappelle d’emblée aux lecteurs de sa « Préface », au seuil de l’édifice à construire, les précautions qu’il a prises pour ne pas connaître les affres de Diderot :

Celui qui trace ici ces lignes savait par cœur cette triste odyssée du grand encyclopédiste ; aussi n’a-t-il hasardé le premier pas dans cette périlleuse carrière qu’après s’être prémuni à l’avance contre toutes les vicissitudes qui peuvent surgir sur sa route. Mais, ces précautions prises, il n’a pas hésité à assumer sur sa tête la plus lourde responsabilité qu’éditeur ait jamais affrontée, et cela avec la seule ambition de remplir ce qu’il appelle son devoir, et de faire ici-bas le peu de bien auquel doit aspirer une conscience honnête et convaincue. Au reste, que les souscripteurs du Grand Dictionnaire se rassurent, ils n’ont pas à craindre de pareilles profanations ; l’auteur a prudemment jugé à propos d’être son propre imprimeur. Les caractères sont sa propriété ; l’atelier lui appartient ; il fait lui-même, chaque semaine, la banques à ses ouvriers typographes, et quand il a parafé le bon à tirer, personne n’oserait nous ne disons pas mutiler un passage, mais transposer une virgule.

56Une telle attitude fait de Larousse, qui se pose en épigone de Diderot, un lexicographe des plus attentifs aux nouvelles technologies susceptibles de favoriser la diffusion de sa pensée. Et, au passage, se comprend mieux ainsi qu’un lexicographe, Larousse, Lachâtre, Robert, ou Quillet, puisse être à l’origine d’une grande maison d’édition. Du dictionnaire, produit imposant de l’édition de par sa taille et de par l’importance de sa diffusion, à la maîtrise des technologies, vecteur indispensable d’efficacité et de rentabilité, il n’y a qu’un pas à franchir.

Le xixe siècle : « le siècle des dictionnaires » et la conquête de l’image

57Il n’est pas très utile de reprendre le propos déjà tenu sur les illustrations et les progrès technologiques qui y correspondent. Avec, en 1854, le Dictionnaire universel, panthéon littéraire et encyclopédie illustrée de Lachâtre, se développe en effet, du côté des dictionnaires généraux, un nouveau type d’ouvrage où l’illustration installée au cœur des colonnes du dictionnaire devient un atout essentiel. Toujours davantage exploitée, cette dimension aboutira, un siècle plus tard, au Petit Larousse 1992, « tout en couleurs ».

58Il faut cependant noter avec Thora van Male que, dès 1836, du côté des dictionnaires spécialisés, l’Encyclopédie nouvelle ou Dictionnaire philosophique, scientifique, littéraire et industriel se présentait déjà en avant-garde avec des illustrations documentaires. L’ouvrage qui portera aussi le titre d’Encyclopédie pittoresque, est explicite quant à ses objectifs annoncés dans le prospectus :

Notre intention, en la nommant pittoresque, est de déclarer que nous enrichirons autant que possible notre parole par les ressources de la peinture, soutenant la mémoire par l’imagination et remplaçant souvent les descriptions par les figures.

59Maurice Lachâtre mérite cependant une attention particulière parce qu’il est l’un des tout premiers représentants de la lexicographie générale à se montrer très sensible à la modernité. Ainsi, dans la Lettre de l’auteur aux abonnés du Dictionnaire français illustré (1854), il tient un discours enthousiaste quant à l’avenir, un discours s’insérant totalement dans l’évolution du monde, en se montrant très moderniste — voire utopiste — avant l’heure :

Tous les progrès, tous les perfectionnements devront en effet aboutir à l’unité […] lorsque les hommes mis en contact presque instantané sur les différents points du globe, par le télégraphe électrique, par les chemins de fer, par la navigation aérienne, par l’adoption d’une langue commune, pourront apprécier, comparer les différents systèmes d’organisation sociale, les découvertes, les inventions obtenues dans les métiers, dans les arts, dans les sciences, et faire prédominer les meilleurs et les plus parfaits.

60De la même manière, dans l’avant-propos de son Nouveau dictionnaire universel (1865 ; 2 vol.), Maurice Lachâtre n’hésite pas à mettre en avant les technologies du moment, qu’il s’agisse du fait d’illustrer l’ouvrage ou du thème d’illustration choisi :

un Dictionnaire donnant l’explication des choses ou des mots, sans que le texte fût accompagné de la représentation par le dessin, de ces mêmes choses, était dans une foule de cas, insuffisant et incomplet. Ainsi pour citer un exemple, quelque développement que l’on donne au mot locomotive, il est évident que, si on n’accompagne pas le texte d’un dessin représentant une locomotive, l’explication sera incomplète ou même inintelligible pour ceux qui n’auront jamais vu ce moteur.

61Enfin, précurseur plus qu’on ne l’imagine, lorsque Lachâtre fait éditer son Encyclopédie nationale chez l’imprimeur Edouard Blot, la préface se révèle explicite

62quant au fait qu’il s’agit d’un produit fabriqué, qu’il doit être élaboré avec soin et que s’y rattachent des notions précises de diffusion :

Enfin, une encyclopédie étant le livre de tous et de toutes, doit être établie dans les conditions de fabrication qui permettent de le présenter comme un ouvrage de luxe, pour la beauté du texte, la splendeur des gravures, et qui, cependant, le mettent à la portée des plus petites bourses par l’extrême modicité de son prix. […] L’ouvrage se publie par livraisons de 8 pages de texte, format grand in-4° raisin, à 3 colonnes, illustrées de splendides gravures ; trois, quatre et jusqu’à cinq gravures par livraison, et au prix de 15 centimes par livraison ; une livraison paraît chaque semaine. On peut s’abonner par séries de 4 livraisons […].

63C’est à Pierre Larousse que l’on doit la formule célèbre installée en 1865, presque en tête de la « Préface » du Grand dictionnaire universel du xixesiècle, selon laquelle ledit siècle se confond avec le « siècle des dictionnaires ». On n’oubliera pas aussi que, quelques années auparavant, dans la « Préface » qu’il consacre au Nouveau dictionnaire de la langue française publié en 1856, pourtant sans illustration pour les douze premiers millésimes, Pierre Larousse témoigne indirectement de son attention aux nouvelles technologies, à travers une métaphore éloquente tirée du vocabulaire de la photographie en pleine évolution, incarné en l’occurrence par la daguerréotypie : « C’est au lexicographe à observer, à suivre attentivement cette transformation [de la langue] et à daguerréotyper, pour ainsi parler cette physionomie au moment même où il écrit » (p. IX). Quant à la sensibilité de Pierre Larousse à la typographie en lexicographie, elle se manifeste à travers diverses remarques critiques portées à l’égard des dictionnaires dont il brosse avec prolixité l’histoire dans la longue préface de son Grand dictionnaire universel du xixesiècle. En fait, c’est bien l’auteur-éditeur-imprimeur qui s’exprime lorsque, par exemple, il signale l’édition du Dictionnaire historique et critique de Bayle qu’il préfère consulter, en l’occurrence celle due à M. Beuchot qui « comprend seize volumes in-octavo (1820-1824) » parce que, entre autres, elle se présente sous « un format plus commode que les précédentes » (p. XXII).

64C’est au reste sous l’angle typographique que sera aussi critiqué sans concession le Dictionnaire de la langue française d’Émile Littré, ce concurrent de même opinion politique que lui et qu’il respecte. Voici ce qu’en dit Pierre Larousse :

Reste une question de forme, simple détail. — Mais c’est ici surtout que l’on peut dire avec Voltaire : Le superflu, chose si nécessaire ; nous voulons parler de la disposition typographique. Nous en sommes encore à nous demander comment un homme tel que M. Littré, et comment surtout une maison aussi habile que celle dont le nom figure au bas du titre [Hachette], ont pu condamner le lecteur à un tel imbroglio et négliger à ce point un accessoire si essentiel dans un livre de recherches : presque point d’alinéas, certains paragraphes ont jusqu’à deux, trois, quatre et même cinq cents lignes ; les exemples n’ont rien qui les distinguent du texte de la définition ; les vers revêtent la forme et le caractère de la prose. N’est-ce pas ici le cas de s’écrier avec Chicaneau Si j’en connais pas un, je veux être étranglé ! » (p. XVII).

65Objet de communication, le dictionnaire est bien en effet à évaluer aussi en lisibilité, dans le cadre d’un rapport harmonieux à trouver entre le contenant et le contenu, entre une technologie à dominer et une technologie qui puisse rester pleinement au service du contenu.

Le xxe siècle : la valorisation explicite des nouvelles technologies

66À la conquête de l’espace typographique et illustratif

67Toute la première moitié du xxe siècle est en réalité dominée par la maison Larousse en pleine expansion, concurrencée sans réel danger par les éditions Aristide Quillet, également insérées sur le marché des dictionnaires en croissance continue. À la frontière des deux siècles, s’imposait notamment le bien nommé Nouveau Larousse illustré (1898-1904), successeur du Grand dictionnaire universel du xixesiècle.

68Cet ouvrage, désormais éponyme, se vendra de fait à plus de 200 000 exemplaires en répandant très largement l’idée qu’un dictionnaire représente le fruit d’une technologie avancée. Il s’agissait en effet du premier grand dictionnaire à être aussi bien illustré et typographié, selon des procédés modernes, dont la « Préface » ne fait pas mystère :

La partie matérielle du Nouveau Larousse n’a pas été, moins que sa rédaction, l’objet d’une sollicitude sévère. Les caractères employés sont un peu fins — car il fallait faire tenir en quelques volumes une somme énorme de matériaux — mais ils sont très lisibles. La lecture des notices est d’ailleurs sensiblement facilitée par l’illustration. Grâce au perfectionnement des procédés, la gravure a acquis une précision et une netteté qui lui assurent un large rôle partout où se fait sentir le besoin de documents exacts. Elle est donc toute désignée pour une encyclopédie nouvelle où l’image doit être constamment l’auxiliaire de l’idée ; elle parle aux yeux et épargne au lecteur la fatigue de descriptions trop touffues, d’explications trop longues. […] Nous avons mis aussi à profit les progrès immenses réalisés par la cartographie.

69Le mouvement est bien amorcé : faire œuvre lexicographique c’est désormais aussi afficher sa modernité dans les moyens requis pour informer ses lecteurs.

70C’est dans le même esprit et avec le même impact sur les lecteurs sensibilisés à un univers technologique, destiné à les surprendre constamment dans ses effets (de la fine gravure à la photographie de plus en plus soignée), qu’est offert, mois après mois pendant un demi-siècle, le Larousse Mensuel illustré (1907-1957). Ce dernier, à la manière d’un fil conducteur tendu au cœur du siècle, accompagne la publication des nouveaux grands dictionnaires Larousse, avec par exemple le Larousse du xxesiècle (1927-1933) et son illustration « encore plus abondante que celle de ses devanciers ». Le directeur de l’ouvrage, Paul Augé, n’hésite plus à donner les informations d’ordre technique propres à séduire et rassurer l’acheteur d’un dictionnaire assimilé à un livre « moderne » :

Il est vrai que rien n’a été épargné, au point de vue matériel, pour assurer à l’ensemble de l’ouvrage une exécution aussi parfaite que possible. Non seulement, pour l’illustration, les procédés les plus nouveaux en similigravure et en héliogravure ont été utilisés, mais, pour l’impression même, afin de rendre le texte le plus lisible, on n’a employé que des caractères absolument neufs.

71Au-delà des procédés nouveaux, se pose de plus en plus le problème de la place disponible pour un nombre de pages nécessairement mesuré en fonction d’un prix de vente à rendre attractif. Ainsi, concernant la typographie, des précisions de même nature avaient déjà été données en 1907 pour le Larousse pour tous en deux volumes : « on a dû employer des caractères fins pour faire tenir en aussi peu de place une telle quantité de matières, mais on est parvenu, grâce à la netteté de la disposition typographique et au soin de l’impression, à assurer néanmoins une lisibilité parfaite ». Avouons que, par exemple, dans sa métamorphose en 1923, sous le nom de Larousse universel, pour offrir 27 000 gravures, 632 planches et tableaux synoptiques dont 38 en couleurs, 112 planches photographiques, « 648 chefs-d’œuvre des musées », il fallait pour le moins mettre en œuvre les technologies les plus modernes dans la fabrication d’un ouvrage vendu par dizaines de milliers au cours de la décennie suivant sa publication.

72Enfin, en 1965, comme cela a déjà été signalé, une nouvelle étape fondamentale est franchie avec le Larousse 3 volumes, dit le L3, avec une préface explicite quant à l’ampleur de la révolution technologique :

Et voici que cette illustration acquiert une dimension supplémentaire grâce à son impression en quatre couleurs sur toutes les pages. […] Offrir des milliers de sujets en couleurs, sans compter de nombreuses reproductions en noir, représente un immense travail de recherche iconographique puis de réalisation technique.

73« Pour la première fois au monde », rappelle-t-on ostensiblement sur le revers de la jaquette, un tel ouvrage est offert au public, un événement que ne manque pas de souligner également la presse française et internationale : « l’extraordinaire innovation consiste dans l’usage de la couleur à toutes les pages. Voilà un instrument de travail qui fait rêver » sera-t-il signalé dans le Parisien libéré au moment de la publication du dictionnaire. « Nous nous trouvons ici en présence d’une réussite technique admirable » renchérissent les journalistes du Matin (Anvers), « une innovation frappante : la couleur à profusion, […] un procédé d’une qualité admirable » ajoute Le Peuple (Bruxelles). La presse se fait désormais le relais naturel des innovations technologiques qui accompagnent le dictionnaire. D’une certaine manière, le dictionnaire devient une vitrine technologique du modernisme en matière de livre imprimé.

74Des machines à cartes perforées à l’informatisation en amont et en aval…

75Deux dictionnaires vont marquer cette nouvelle période qui coïncide avec la seconde moitié du xxe siècle, en pleine évolution technologique, dans la mouvance des célèbres « trente glorieuses » évoquées par Jean Fourastié en 1979 pour désigner la « Révolution industrielle » qui a suivi la Seconde Guerre mondiale : le Grand Larousse encyclopédique et le Trésor de la langue française.

76• Le Grand Larousse encyclopédique et les trente glorieuses

77Le Grand Larousse encyclopédique (1960-1964) en 10 volumes, le GLE, représente dans les années 1960 le premier dictionnaire révolutionnaire tant dans son élaboration que dans sa diffusion. Tous les dictionnaires papier Larousse de la seconde moitié du xxe siècle en seront en effet les héritiers directs. En quoi ce dictionnaire est-il symbolique d’une mutation profonde de la lexicographie ?

78Tout d’abord, en termes d’imprimerie, les moyens technologiques utilisés deviennent de plus en plus sophistiqués et, en l’occurrence, le procédé offset développé industriellement depuis 1904 par l’américain I. W. Rubel, un procédé d’impression à plat par double décalque de la forme d’impression, prend une ampleur considérable. Là également, l’éditeur en fait état, comme cela en devient la règle et, dans la « Préface » du GLE, on en signale donc l’avantage :

On ne pouvait négliger les moyens améliorés — et notamment l’impression en offset — que les arts graphiques modernes mettent désormais à la disposition de ceux qui veulent informer le public : des photos plus nombreuses, des reproductions plus fidèles, des dessins plus évocateurs, des schémas plus nets, des cartes plus précises, des graphiques plus éloquents […]

79Les techniques modernes sont visiblement à l’honneur, elles symbolisent la nouvelle époque : il fallait, déclarent les auteurs, « un nouveau dictionnaire Larousse, adapté à la fois aux exigences du public de la seconde moitié du siècle et aux facilités de la technique moderne ».

80Ensuite, il ne s’agit pas d’un dictionnaire fondé sur la simple révision du précédent, mais d’une refonte totale : « sans négliger les leçons de son expérience, Larousse a tenu à repartir de zéro, et ce en dépit des facilités que lui offrait son inégalable fonds de dictionnaires ». Et pour ce faire, « on a fait appel à une systématisation scientifique indispensable tant au triage des matières traitées qu’à leur présentation logique ». Ceci sous-entend notamment qu’un « groupement méthodique des matières brutes » a d’abord été effectué pour qu’à chacune d’entre elles soient attribuées des dimensions précises, afin que le dictionnaire corresponde à un équilibre harmonieux, et qu’il bénéficie d’un réseau de renvois bien conçu. Un des avantages de cette « systématisation préalable à la rédaction » est de permettre une mise à jour régulière, puisque les responsables de l’ouvrage, bien au fait de la répartition exacte de chaque matière, « peuvent en déduire, au fur et à mesure de l’écoulement du temps, les points nécessitant une simple retouche, une ample transformation ou, même, une refonte totale ».

  • 5 En voici la liste : langue, littérature-enseignement-spectacles, philosophie, beaux-arts, musique, (...)

81Il importe cependant ici de rappeler un certain nombre de données que ne précise pas la préface. En réalité, c’est dès octobre 1956 que la librairie Larousse avait entrepris une révision en profondeur de ses méthodes, dans la perspective d’un nouveau « Grand Larousse » fondé sur une analyse scientifique des connaissances à présenter. Progressivement, 1 240 rubriques avaient été dégagées, 711 pour les sciences humaines et 529 pour les sciences exactes. Pour chacune de ces rubriques était ensuite requis un spécialiste du domaine concerné (1 240 donc), le tout étant coordonné par 13 secrétaires de rédaction, puisque 13 grandes disciplines5 avaient été retenues pour chapeauter l’ensemble des ces 1 240 rubriques. Ainsi insérés dans cette structure précise, les articles traités et vérifiés en amont font-ils l’objet d’une mise en réseau très efficace, toujours cohérente et sans cercle vicieux. Il s’ensuit que les redites sont évitées, l’ensemble du dictionnaire homogénéisé, et les renvois bien placés. Jamais refonte aussi profonde n’avait été mise en œuvre pour un dictionnaire. Et, en prenant du recul, on n’hésitera pas à affirmer que les trente glorieuses et leur faste économique trouvaient ici, à travers l’élaboration d’un grand dictionnaire encyclopédique, un de leurs meilleurs symboles et la vitrine la mieux référencée.

82Enfin et surtout, ce sont les moyens mécanographiques, c’est-à-dire les machines à cartes perforées, qui sont mis en œuvre pour la première fois au monde pour confectionner un dictionnaire. Une telle opération, consistant à manipuler 1 240 rubriques, en établissant les liens nécessaires entre elles, avec en ligne d’horizon la possibilité de disposer d’une base de données facile à mettre à jour, supposait des moyens technologiques modernes. La « Préface » n’y fait que trop discrètement référence, sans doute parce que les auteurs ont déjà conscience que l’évolution technologique est si rapide que de nouveaux moyens apparaîtront avant même que ne soit épuisé le Grand dictionnaire encyclopédique… L’opération est « aujourd’hui réalisable grâce aux moyens mécanographiques » se contente de préciser modestement l’éditeur. C’est pourtant bien en effet grâce aux cartes perforées qu’un classement serré s’effectue, avec au total 400 000 cartes établies à partir du vocabulaire choisi. Il faut préciser qu’à un même terme peuvent correspondre plusieurs cartes perforées, ainsi Claude Dubois, directeur du dictionnaire et frère du linguiste Jean Dubois, signale-t-il dans les Cahiers de lexicologie (1960, vol. 2) que pas moins de 40 cartes ont été préparées pour le mot « fer ». De l’ère artisanale qui laissait le lexicographe aux prises avec un fichier papier aléatoire et en partie subjectif, on passe ici à la lexicographie assistée par la technologie, au moment même de la conception de l’ouvrage. Confirmant cette révolution, un constat qui pourrait paraître simpliste est révélateur à nos yeux : c’est la première fois que plus de la moitié de la préface d’un grand dictionnaire est consacrée aux aspects technologiques. Une étape fondamentale était bien en effet franchie.

83Le Trésor de la langue française et ses judicieux visionnaires

84Le Trésor de la langue française, 16 volumes publiés de 1971 à 1994, avec une version électronique offerte en 2000 sur Internet, illustre parfaitement dans son histoire la métamorphose de la lexicographie en pleine mutation technologique. Ainsi, dès 1971, le discours tenu sur la jaquette, en quatrième de couverture, est sans ambiguïté quant au modernisme qui préside à l’élaboration de ce projet exceptionnel dont on a donné en introduction un aperçu.

Seul un ordinateur pouvait dépouiller, classer et gérer, en moins de sept ans, 90 millions d’exemples extraits de bibliothèques de toutes disciplines. Employant pour la première fois cet instrument nouveau sur une aussi vaste échelle, 150 chercheurs et techniciens ont réalisé le dictionnaire national qui manquait à la langue française contemporaine. Grâce à l’électronique, chaque mot est traité tant en fonction de données statistiques, que selon ses différentes significations et valeurs d’emplois.

85Un tel discours, offert en bandeau, sous deux bandes perforées et trois photographies, dont l’une représente le Gamma 60 Bull, l’un des plus gros ordinateurs du monde en 1971, ne laisse pas indifférent « l’homme cultivé moderne ». C’est bien effectivement le public nommément visé dans la « Préface » (p. XVII), en écho à « l’homme cultivé du xxe siècle » auquel il est fait référence dans le texte de présentation reporté sur la jaquette. Résolument installé dans la révolution informatique, le TLF se présente ouvertement comme le symbole de l’alliance glorieuse du CNRS et des nouvelles technologies au service de la langue française, pour un projet sans commune mesure avec tout ce qui avait précédé.

86Au reste, l’idée d’un grand dictionnaire relevant de la recherche n’était pas partagée par tous, puisque Mario Roques pensait qu’un inventaire sur fiches, comme celui qu’il avait créé depuis 1936 et remis ensuite sous l’autorité du CNRS, pouvait suffire pleinement aux besoins de la recherche. Paul Imbs, qui préface le TLF en 1971 et le dirigera jusqu’au septième tome, franchit ici une nouvelle étape du côté du modernisme en précisant qu’un tel point de vue témoigne d’une époque révolue :

C’était avant que la mécanographie, puis l’électronique ne fussent appliquées au traitement du vocabulaire et plus généralement aux problèmes linguistiques.

87Cependant, en même temps que Paul Imbs se révèle novateur, il ne va pas jusqu’au bout de la démarche et reste convaincu que la machine est encore

serve du livre et non pas son substitut : elle déleste l’homme de tâches serviles, notamment dans le domaine de la documentation, qu’elle aide à maîtriser […] ; elle peut aussi l’aider à poser et à résoudre des problèmes de nature quantitative ou même qualitative, en lui fournissant p. ex. des listages qui, pour grossière que soit leur approche, n’en facilitent pas moins les analyses fines, qui sont l’essence même de la science exacte.

88En d’autres mots, Paul Imbs repousse les propositions faites par de jeunes linguistes d’alors — parmi lesquels on comptera en tout premier Bernard Quemada — qui pensaient que les nouveaux moyens devaient servir, avant tout, de source de données offertes à la demande des chercheurs mais ne nécessitaient pas forcément l’élaboration d’un grand dictionnaire papier.

89Dans cette perspective, l’informatique aurait d’abord servi à élaborer des index d’auteurs, des index portant sur des époques, sur des domaines, sur des vocabulaires contemporains, elle aurait également servi à stocker toutes les données des grands dictionnaires de langue déjà existants, ainsi que des synthèses ou des actualisations de données plus récentes. Il y aurait eu là ensuite autant d’informations disponibles qu’il aurait suffi de sortir de l’ordinateur, à la demande des chercheurs, sur papier imprimé ou sur microfiche, « chaque utilisateur constituant son propre fichier, son propre inventaire, son propre dictionnaire limité à ses besoins personnels d’enseignant ou de chercheur », comme le rappelle Paul Imbs qui fait état de cette position dans la préface du TLF. Ce ne sera pourtant pas l’option qu’il choisira dans la mesure où l’élaboration d’un très grand dictionnaire papier semble impérative. Il tranche sans nuance :

L’idée d’un univers intellectuel qui se passerait de grands dictionnaires scientifiques imprimés, ou même plus généralement de livres, est encore du domaine de l’utopie, même si, comme l’usage s’en répand, on voit dans l’utopie un grand projet orientant la construction méthodique de l’avenir.

90Il faut cependant en prendre conscience, les « utopistes » avaient peut-être raison. En effet, lorsque le treizième volume — pen-ptar — publié en 1988 se présente encore avec une jaquette représentant le Gamma 60 Bull et des bandes perforées, l’heure n’est plus à ce type d’informatique. Ce qui était valorisant en 1971 prend, presque vingt ans après, une tournure franchement obsolète, au moment où la micro-informatique et l’évolution des technologies informatiques sont telles que déjà de nouveaux horizons se dessinent du côté de l’interconnexion des réseaux informatiques. Depuis 1974 en effet, un langage commun, le célèbre TCP/IP (Transmission Control Protocol over Internet Protocol), imaginé par Vinton Cerf, permet aux chercheurs de communiquer entre eux, d’un ordinateur à l’autre, et les « utopistes » ont déjà pris conscience qu’une nouvelle ère lexicographique était en train d’apparaître.

91Aussi, lorsqu’en 1994, Bernard Quemada rédige la « Postface » du seizième et dernier volume (il avait pris la direction du TLF pour le huitième volume publié en 1980), le propos s’avère résolument moderniste. 1994 n’est pas une année anodine : elle coïncide en effet avec la libération d’Internet jusque là réservé aux chercheurs et enfin offert à n’importe quel utilisateur d’ordinateur moderne. C’est aussi la date où, en même temps qu’est publié le dernier volume papier du plus gros dictionnaire de langue du xxe siècle, élaboré grâce aux moyens informatiques, se fête le tricentenaire du Dictionnaire de l’Académie.

92Dans cette « Postface », sont aussi rappelées quelques étapes technologiques essentielles de l’aventure scientifique et technologique représentée par l’élaboration du Trésor de la langue française. Ainsi, Bernard Quemada souligne utilement qu’en prenant la direction du TLF, il avait imposé la création d’une structure scientifique plus large, l’Institut de la Langue française qui deviendra l’INaLF (Institut National de la Langue française), « pour permettre aussi à un organisme public au service de la langue nationale de renforcer son action sur le développement des sciences des mots et des technologies qui leur sont indissociables ». À ce message on ne peut plus explicite, s’ajoute le rappel de la création de Frantext, « la plus grande base de données textuelles littéraires à l’échelle mondiale […], réalisée en 1985 et ouverte à la consultation de tous (avec la capacité actuelle d’analyser plus de 3 300 ouvrages des xvie-xxe siècles) », à laquelle il faut associer « un premier disque compact Discotext » qui diffuse une partie de ces données.

93Cette postface s’achève sur des prospectives, en partant d’un constat technologique de première importance : « L’informatisation du TLF (c’est-à-dire l’adaptation électronique du texte qui permet à l’ordinateur de lire le dictionnaire) est un enjeu majeur ». Bernard Quemada en perçoit immédiatement l’intérêt pour les chercheurs :

La version informatisée du TLF utilisée comme multidictionnaire (sur disque optique compact dans l’immédiat), permettra des consultations interactives croisées au bénéfice de nombreuses disciplines linguistiques ou tributaires des mots.

94Et de conclure sur les trois finalités principales d’un tel dictionnaire, qui nous paraissent pouvoir ici constituer un terme momentané à notre voyage au cœur du discours technologique tenu par les lexicographes à leurs lecteurs :

D’abord, servir de base éditoriale pour la préparation de nouvelles éditions ou productions dérivées (dont un éventuel Petit TLF) grâce aux facilités offertes pour enrichir, mettre à jour, modifier ou adapter la version initiale. Être ensuite une base de données pour interroger les grands corpus textuels du français moderne, et en particulier la partie xixe-xxe de Frantext […] en procurant toutes les attestations disponibles (et de réparer aussi certaines erreurs ou omissions). Contribuer enfin, à nourrir les bases de connaissances et les outils linguistiques et métalin- guistiques nécessaires aux recherches et applications du traitement automatique du français dont on sait qu’elles vont connaître un développement considérable dans un proche avenir.

Les caractéristiques et dynamiques lexicographiques de la nouvelle galaxie électronique à la frontière des deux siècles

95En souhaitant dégager quelques dynamiques dans le domaine de l’élaboration des dictionnaires et dans celui de leur diffusion, toute réflexion relève forcément de l’analyse provisoire, tant le développement des technologies électroniques est fulgurant et tant les pratiques évoluent. Il suffit de parcourir la presse pour comprendre qu’à travers, par exemple, les progrès spectaculaires de la téléphonie portable associée à Internet, de nouveaux horizons ne cessent de s’ouvrir. Il importe donc ici de limiter le bilan à la courte période marquée par le passage du xxe siècle au xxie siècle, en évitant d’être trop rivé au détail technologique, sous peine de paraître déjà désuet au moment de la publication.

96Ce sont les nouvelles conceptualisations inhérentes aux nouvelles technologies qui sont ici mises en avant, davantage que les réalités technologiques. Trois grands constats nous semblent s’imposer, avec toute une série de conséquences qui, nous en sommes convaincus, transforment déjà en profondeur notre attitude de créateur ou de consommateur de dictionnaires. Rappeler tout d’abord que le dictionnaire, en devenant électronique, représente un phénomène pluriel, signaler ensuite les effets particuliers de la consultation, sur ordinateur personnel, d’informations offertes à l’échelle planétaire et de manière pléthorique, prendre conscience enfin que de nouveaux paramètres sont induits par les nouvelles technologies informatiques, telle est la démarche que nous proposons.

Le dictionnaire électronique : un phénomène pluriel

97En devenant électronique, le dictionnaire a nettement renforcé son caractère multifonctionnel. Passer du volumen au codex correspondait certes à une révolution technologique, mais somme toute très concrète et simple. Il en va tout autrement de la métamorphose électronique marquée par la complexité et la sophistication des technologies mises en œuvre parce que, reposant sur un faisceau de découvertes, leur imbrication devient source de profonds renouvellements, en permanente évolution.

98En première approche, au risque de paraître simpliste, rappelons une évolution qui relève de la physiologie. Si, sous l’Antiquité, les deux mains étaient mobilisées sur le volumen, si, depuis le haut Moyen Âge, une main était libérée pour pouvoir écrire, recopier, aujourd’hui, les deux mains sont sur le clavier, consultation et prise de notes se concentrant dans le même espace rapproché du clavier et de l’écran. Il n’est pas difficile d’imaginer que, demain, le dictionnaire électronique ainsi consulté devant un écran d’ordinateur pourrait bien réagir à une question orale et y répondre directement, en affichant des images interactives, des textes sans doute encore, le tout étant projeté sur des lunettes spéciales comme cela existe déjà pour certains jeux vidéos.

99Le phénomène est aussi synesthésique. On éprouve certes un plaisir particulier à manipuler les lourds in-folios dont la reliure fleure bon le vieux cuir, mais on dispose aujourd’hui d’un autre plaisir à voir se conjuguer l’image en mouvement et le son (musique, paroles ou autres). Et déjà s’annonce une autre sensation au banquet des sens, avec les impressions olfactives qui font l’objet d’expérimentations bien avancées. Le temps n’est pas loin où, à l’image déjà acquise de la cigale en train de striduler, s’ajouteront les senteurs de la pinède ou celles d’un champ de romarin…

100Le phénomène est aussi planétaire, le planisphère devenant le « village global » défini par Marshall McLuhan, à la différence près qu’il dépasse les espérances de ce dernier, dans la rapidité et la richesse mêmes des informations qui peuvent s’échanger d’un bout à l’autre de la planète. D’une certaine manière, Internet se transforme en un prodigieux dictionnaire universel, tentaculaire, virtuellement installé au cœur de chaque foyer.

101Le phénomène est aussi textuel. Tout d’abord, le texte offert sur écran, site ou fichier personnel, devient source de contextes, de citations, d’exemples. Il suffit de consulter le site d’un parti politique ou de l’Élysée, pour constater que les discours numérisés des différentes personnalités politiques y sont offerts avec la possibilité d’y rechercher un mot, un thème. Tout ce qui est offert sur Internet devient ainsi base de données. Ensuite, à cette consultation interactive correspond, complémentairement, l’acte de rédaction, de création, qui représente une nouvelle forme d’écriture. D’une part, on n’hésite pas à avoir recours à l’hypertexte, c’est- à-dire à hiérarchiser l’information en strates successives, un texte pouvant en cacher un autre sous un mot cliqué, et ce sur autant d’« étages » qu’on le souhaite. D’autre part, on peut également établir des liens innombrables d’une partie à l’autre du document que l’on rédige, d’un mot à l’autre, d’une image à une autre. Enfin, la possibilité est offerte de créer un message en jouant des images et des sons, en utilisant toutes les possibilités du multimédia. Un nouvel espace de création est bel et bien créé et défini.

102Le phénomène est aussi conceptuel dans la mesure où les supports électroniques permettent d’instaurer le règne de l’analogie, particulièrement riche en lexicographie. Lorsque, en 1862, Boissière publiait chez Larousse le premier dictionnaire analogique français, il était en effet convaincu, comme l’était Pierre Larousse son éditeur, que les dictionnaires de l’avenir seraient conçus selon un classement sémantique et non formel. Boissière, Larousse, plus tard Paul Robert qui l’intégra dans son classement formel, étaient intimement persuadés que le classement analogique reliant les mots par les domaines d’idées qui les sous-tendent était le seul pertinent. Pour Boissière et Larousse, ce type de classement ne pouvait que s’imposer au xxe siècle, tant l’ordre alphabétique, l’ordre formel par excellence, reste par essence dépourvu de logique, enchaînant les articles les uns derrière les autres sans autre lien que l’alphabet, un ordre arbitraire. C’était cependant oublier que réaliser un classement analogique sur papier était très difficile, dans la mesure où les liens à établir d’un mot à l’autre supposaient des redites pour chaque mot. Quoi que l’on fasse, on ne pouvait éviter la manipulation peu commode du livre, en compulsant les pages en amont ou en aval, à moins de rédupliquer les informations et donc d’augmenter de manière déraisonnable la taille du dictionnaire. En résolvant le problème posé par l’espace typographique, presque illimité sur support électronique, et en reliant les unités par le simple cliquage de la souris, l’ordinateur ouvrait grandes les portes de l’analogie. Même si une autre tâche s’imposait pour le lexicographe : disposer des balises informatiques soigneusement choisies et invisibles sur l’écran pour chaque unité lexicale afin qu’elles puissent être reliées entre elles, en fonction du réseau analogique préalablement choisi.

103Enfin, le phénomène est aussi heuristique dans la mesure où les nouvelles technologies de la galaxie électronique transforment l’idée même de la recherche. Celle- ci, naguère confinée dans les laboratoires et seulement accessible à travers des revues presque confidentielles, est aujourd’hui présentée sur site Internet, ainsi en est-il par exemple de la plupart des travaux du CNRS. Il en découle une nouvelle démocratisation de la recherche, ce qu’un chercheur offre sur le réseau Internet devient dans l’instant accessible au monde entier : l’univers de la recherche se décloisonne et s’ouvre à tous.

Les effets particuliers de la consultation à domicile d’une information offerte à l’échelle planétaire

104Le fait que la consultation puisse être effectuée à domicile, qu’elle soit fondée sur la communication immédiate, sans limite quantitative et en bénéficiant d’une richesse d’informations pouvant être offerte sur multimédia et à l’échelle planétaire, n’est évidemment pas sans conséquences fondamentales sur la notion même de « dictionnaire ».

105En réalité, à une question que l’on se pose, correspond de plus en plus un nouveau réflexe de recherche consistant à « consulter » d’abord Internet à travers les différents moteurs de recherche proposés. On constate ainsi, notamment du côté des générations les plus jeunes, que la démarche première n’est plus nécessairement d’ouvrir un dictionnaire, mais de procéder d’emblée à une interrogation sur Internet. Ce type d’investigation leur semble beaucoup plus ludique que l’interrogation traditionnelle du dictionnaire papier ou même électronique. Dans le cadre d’une navigation — le « surf » diront plutôt les adolescents — dans le cyberespace, cette démarche s’assimile de fait à une sorte de sport, de pêche aux informations, avec le bénéfice d’une grande diversité de parcours. En fait le cyberespace se présente alors comme une sorte de dictionnaire protéiforme, accessible avec beaucoup de liberté, à la manière d’un voyage attractif au bout du clavier.

106Le lexicographe ne peut pas ignorer ces nouvelles pratiques et les potentialités du réseau Internet ainsi exploité. Un constat s’impose : pour la première fois, les nouvelles technologies dépassent le lexicographe qui n’en est plus le seul maître, chacun à domicile devenant éditeur et lecteur, sans passer par son truchement. Pire, l’information peut désormais venir de chacun, circuler en temps réel d’un particulier à un autre, sans même que le lexicographe serve d’intermédiaire. Ce qui constituait l’apanage du lexicographe et du produit qu’il fourbissait se perd ici en partie, le dictionnaire ne représentant plus le seul lieu de rassemblement et de canalisation des informations.

107À ces pratiques récentes font écho de nouvelles inquiétudes portant sur la mémorisation des informations. Certes, l’un des avantages procurés par les documents présentés sur support électronique — les différents sites d’information par exemple — réside dans leur facile mise à jour, mais il en va du document électronique comme d’un palimpseste, on en efface sans peine la première écriture pour en ajouter une autre, distincte. On peut donc modifier en permanence, si on le souhaite, le texte déposé, pour l’améliorer, le réviser, ou même en supprimer des développements. Il en résulte que l’on peut perdre ainsi la trace d’une pensée exprimée à un moment donné. Aux dictionnaires papier, millésimés, qui laissent leur trace historique dans nos bibliothèques en figeant l’information à la date de parution de l’ouvrage papier, comme une sorte de témoignage, s’oppose, de fait, l’information labile déposée sur support électronique et mise régulièrement à jour, s’installant ainsi dans un éternel présent, sans retour sur le passé effacé.

De nouveaux paramétrés induits par les nouvelles technologies informatiques

108La fréquentation quotidienne d’Internet a créé de nouveaux réflexes chez la personne à la recherche d’une information, réflexes auxquels le lexicographe doit réfléchir sous peine de se trouver exclu du processus de consultation : la requête multidimensionnelle et analogique qui est en effet désormais possible sur le réseau virtuel a donné à chacun le goût d’une quête beaucoup plus exigeante. Certains diront même qu’il s’agit d’une quête infinie, celle-là même que ne borne plus la documentation calibrée et engrangée dans des volumes de papier aux limites visibles et non extensibles. Les paramètres de consultation induits par les nouvelles technologies informatiques sont en vérité de nature radicalement différente : quatre incidences principales semblent devoir être signalées.

109La première repose sur le fait que la définition textuelle n’est plus perçue comme suffisante par la majorité de celles et ceux qui recherchent une information censée pouvoir bénéficier du multimédia. La définition d’une écluse, d’un orchestre de chambre, ne peut plus être dissociée respectivement d’une animation visuelle de l’écluse dans ses différentes phases, au passage d’un bateau, et d’une illustration sonore avec le détail des instruments de musique concernés. Le multimédia fait partie intégrante de l’appareil définitoire.

110La deuxième conséquence se situe sur un autre plan : au paramètre de l’espace typographique disponible qui régissait la quantité d’information apportée et consultable, se substitue un nouveau paramètre, le paramètre du temps. En effet, la nouvelle dimension électronique n’est plus celle de l’espace chichement mesuré de la feuille de papier, au nombre limité par l’éditeur soumis à des contraintes commerciales, mais celle de l’espace pour ainsi dire illimité des supports électroniques. Aussi, n’est-ce plus la quantité d’information qui est régulatrice, mais le temps d’accès à l’information, en fonction du temps disponible de l’utilisateur. Cette nouvelle mesure prépondérante entraîne peu à peu un nouveau calibrage de la présentation, à plusieurs niveaux, en tenant compte de temps d’approche différenciés. L’hypertexte joue alors un rôle régulateur dans l’échelonnage des étapes.

111La troisième incidence a déjà été évoquée : dans la mesure où l’information peut être apportée en temps réel, on supporte de plus en plus mal de ne pas bénéficier des analyses les plus récentes sur le sujet, qu’il s’agisse d’événements ou de sujets relevant de la recherche. L’information scientifique jusque-là inaccessible directement, le plus souvent située dans l’alcôve en arrière-plan, devient aujourd’hui territoire ouvert.

112Enfin, la dernière conséquence est d’ordre épistémologique et éthique. Quelle foi accorder aux informations résultant de la consultation de sites qui ne bénéficient pas d’une validation particulière ? Comment s’assurer que l’information n’est pas erronée ou fallacieuse ? La recherche d’informations sur Internet, au gré d’une navigation qui peut être heureuse ou hasardeuse, nous entraîne au cœur de ce que nous avons appelé une « encyclopédie aléatoire ». Le non-spécialiste ne pourra déceler aisément les erreurs et les partialités de tel ou tel créateur. D’un côté, s’aiguise sans doute l’esprit critique de l’internaute, par la comparaison qui s’établit d’elle-même entre les différents sites, mais de l’autre côté, la validation de l’information se fait de plus en plus nécessaire. Or, seuls pour l’heure, les éditeurs, avec la responsabilité qui les engage, et les communautés scientifiques d’experts, fortes de leurs savoirs, peuvent apporter cette validation. Il y a très peu de danger à faire preuve de crédulité en consultant un dictionnaire papier ou électronique patenté, mais il y en a beaucoup plus à prendre pour argent comptant toutes les informations glanées au gré d’une navigation internautique, qui peut conduire en mer dangereuse… On ne « surfe » pas sans quelques précautions : aux lexicographes de prendre en compte tous ces nouveaux paramètres pour qu’ils puissent rester nos mentors !

113Pour conclure, on se contentera de citer un extrait du magazine Le Point du 5 avril 2002 (n° 1542) qui, nous semble-t-il, reflète indirectement la nouvelle situation technologique en même temps que les aléas de la langue française entre le monde imprimé, le langage écrit oralisé et l’univers technologique en pleine évolution. Il s’agit d’une page consacrée aux « sites » (p. 90), la formule n’ayant au demeurant même plus besoin d’un épithète, le sens informatique ayant nettement pris le dessus dans l’usage courant sur celui relevant de la géographie et de l’histoire.

114La rubrique s’intitule « Webzapping de la semaine » - mot composé que chacun comprend et qui cache au passage un faux anglicisme, le « zapping » — et son auteur, Nathalie Lamoureux, après avoir décerné à Kapital electro la palme du meilleur site qui bénéficie comme tel d’un encart en couleurs, énumère d’autres sites. Dans cette énumération, juste après le site Sous terre, émerge Trésors de la langue française, « Trésor » étant donné au pluriel. Le commentaire est le suivant : « La page de présentation est aussi austère qu’un annuaire téléphonique, mais le contenu vaut vraiment son pesant de cacahuètes. » En somme, sous l’enveloppe rugueuse se cache un aliment riche, ce dont on ne doutait pas ! Nathalie Lamoureux poursuit alors sur le mode quantitatif : « Très puissant, ce dictionnaire en ligne lancé par le CNRS compte 100 000 mots accompagnés de leur histoire, 270 000 définitions et 430 000 exemples et citations ». On ne saurait mieux signaler le poids des nouvelles technologies, pourvoyeuses d’une richesse abondante propre à marquer l’imagination. Enfin, le commentaire s’achève sur une remarque réductrice quant aux objectifs, mais qui nous ramène hélas significativement à l’une des consultations prioritaires du dictionnaire et à l’une de ses représentations premières : « Si vous êtes fâché avec l’ortaugrafe, il est possible d’effectuer une recherche phonétique. Ceux qui massacrent la langue française sur le Net n’auront plus d’excuse. »

115En définitive, plus de trente ans de recherches conduites avec les meilleurs linguistes, ici réduites à quelques chiffres et à quelques lettres à bien orthographier sur le Net…, ce ne sont peut-être pas les « trésors », avec un s, que souhaitaient voir relever les lexicographes du Trésor de la langue française. Mais l’objectif est cependant bien atteint puisque l’internaute, soucieux d’orthographe et de fortes sensations chiffrées, aura assurément la curiosité suffisamment éveillée pour pénétrer au cœur du TLF, grâce au sésame électronique inscrit en rouge à la fin de l’article :www.inalf.fr/tlfi. Ce sont bien alors des « trésors » de la langue française qui lui seront offerts. Et ce, grâce aux noces immarcessibles du lexicographe et des technologies dont il dispose, qui assurent l’avenir toujours renouvelé de nos dictionnaires.

Notes

1 Des sources du sens, Propos d’étymologie sociale, 3, Paris, ENS éditions, Collection « Langages », 2002, « Avant-propos », p. 10.

2 Il s’agit de l’entretien conduit avec Bernard Quemada lors de la première Journée des dictionnaires (1994), entretien retranscrit dans les Actes de ce Colloque publiés au centre de recherche Texte Histoire, Université de Cergy-Pontoise.

3 Tiré du même dictionnaire : « Bale. Terme d’Imprimeur. Bois creux en forme d’entonnoir avec une poignée de bois au-dessus, & qui par dedans est rempli de laine couverte d’une peau de mouton, qu’on trempe dans l’ancre pour toucher les formes. »

4 Robert Darnton, L’Aventure de l’Encyclopédie, 1775-1800, Paris, Le Seuil, Collection « Points Histoire », 1992.

5 En voici la liste : langue, littérature-enseignement-spectacles, philosophie, beaux-arts, musique, droit et économie politique, histoire, armée et histoire militaire, sciences pures, sciences biologiques, sciences appliquées, géographie, arts ménagers.

Auteur

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540