Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quelles perspectives pour la langue française ?

 | 
Françoise Argod-Dutard

2e partie. Le français face aux défis des langages spécialisés

L’expansion du français dans les disciplines techniques et scientifiques à la Renaissance

Françoise Argod-Dutard

Texte intégral

  • 1 Le Bel aujourd’hui de la Renaissance, Paris, Le Seuil, 2001.

1« La défense et illustration de la langue française », qui nous réunit, à Liré, autour de Joachim Du Bellay, pour débattre des perspectives actuelles du français, est une des réponses les plus éclatantes que la Renaissance ait apportée aux défis linguistiques du xvie siècle. Ce rapprochement entre deux époques, pourtant éloignées de plus de quatre siècles, ne permet pas seulement de jeter un regard historique sur une période pionnière et décisive de notre langue mais encore d’éclairer les problèmes actuels, de réfléchir aux ressources permanentes de la langue et du milieu. Dans notre « bel aujourd’hui de la Renaissance », pour paraphraser C.-G. Dubois1, le français est encore confronté, mais d’une autre manière, à la concurrence des langues, en France ou dans la francophonie, et à l’emprise des langages savants dans les disciplines spécialisées.

2De ces trois domaines, je ne m’intéresserai qu’au dernier, pour essayer de voir, plus particulièrement, comment la langue a défendu et illustré les sciences et les techniques au xvie siècle. Pour cela, je tenterai de montrer d’abord quels défis linguistiques se posent à la Renaissance, quelles solutions proposent les théoriciens, quelles réponses y apportent les praticiens et finalement quelle langue technique en découle.

3À la fin du xve siècle, le français, qui est loin d’avoir acquis une position dominante, a, en effet, plusieurs défis à relever : confronté à des problèmes généraux d’expansion géographique et sociale, il doit devenir une langue officielle ; face à la domination du latin dans les domaines culturels et, pour répondre au besoin grandissant de la vulgarisation scientifique, il doit aussi devenir une langue savante et technique.

  • 2 Ces langues n’ont pas la même extension que de nos jours. De plus, l’Alsace- Lorraine, le Roussillo (...)
  • 3 Cf. le « Prologue » de La Concorde des deux langages, Paris, de Marnef, 1513.

4Parler de l’Île-de-France et des rois, le français partage ses domaines d’extension avec des langues non romanes, comme le breton, le basque et le flamand2 et des parlers romans d’oïl ou d’oc plus ou moins prégnants. Il n’est parlé que par une faible partie de la population constituée par les lettrés, les agents de l’administration, les bourgeois, les négociants, les courtisans qui sont bilingues et emploient, selon les circonstances, le patois ou la langue du roi. Certains connaissent, de plus, l’anglais, l’allemand, l’espagnol ou l’italien qui jouit d’un prestige grandissant, comme le constate, dès le début du siècle, J. Lemaire des Belges, dans La Concorde des deux langages (1513) :3 :

plusieurs nobles hommes de France, frequentans les Ytalles, se délectent oudict langaige toscan a cause de sa magnificence, elegance et doulceur […].

5C’est une décision politique, l’édit de Villers-Cotterêt, signé par François Ier en 1539, qui, en ordonnant que

  • 4 Les citations seront données dans l’orthographe des éditions consultées.

tous arrestz, ensemble toutes autres procédures […] soient prononcez, enregistrez et délivrez aux parties en langaige maternel françois et non autrement4,

6lui donne son statut officiel de langue du royaume de France. D’autres conditions favorisent son expansion. Le domaine royal s’agrandit très sensiblement et s’ouvre à l’extérieur, vers l’Italie et le Canada notamment, l’administration se développe, tant à Paris que dans les provinces, sur le plan financier et judiciaire : les agents royaux, les contrôleurs, les secrétaires d’État se répandent sur le territoire et diffusent le français, les coutumes sont recueillies dans la langue du roi. La rédaction de certains privilèges, les récompenses accordées aux publications en français sont autant de manifestations de la volonté du roi d’imposer sa langue. À cela, s’ajoutent des conditions sociales et culturelles favorables dans la première moitié du xvie siècle : la population croît, l’économie connaît un certain essor et la société se transforme. L’imprimerie, en diffusant les œuvres antiques, introduites par la Renaissance, suscite, auprès d’un plus grand nombre de français peu lettrés, un désir de culture, que les traductions vont assouvir. Les réformés, dans un souci de vulgarisation, veulent traduire les textes religieux. La poussée d’un nationalisme linguistique, qui s’exprime non seulement dans La Deffence et illustration de la langue francoyse (1549) de J. Du Bellay, mais également dans De la precellence du langage françois (1579) de H. Estienne envahit la deuxième moitié du siècle et conforte l’extension du français, qui se prolongera jusqu’à l’époque moderne, dans un grand nombre de domaines.

  • 5 Cf. Sylvie Bazin, « Traduction, adaptation et vulgarisation chirurgicale : le cas de la Chirurgia p (...)
  • 6 Cf. J. Ducos, « Traduction et lexique scientifique : le cas des Problèmes d’Aristote traduits par E (...)
  • 7 Cf. « Renaissance des savoirs scientifiques et techniques ? », Nouvelle revue du xvie(...)

7Mais, dans le monde de la culture, même si le français a su imposer une brillante littérature, c’est le latin qui jouit du plus grand prestige : c’est la langue des écrivains antiques, inséparable d’une certaine image de la France et du monde, qui est également soutenue par une littérature florissante. C’est la langue des échanges diplomatiques en Europe et la langue de l’Église qui permet l’union de toute la chétienté. Mais, c’est surtout le véhicule des connaissances scientifiques, la langue de communication entre les lettrés de l’Europe occidentale qui veillent à conserver, pour cette raison, le latin dans leurs publications. Mais la connaissance des textes antiques ou des traités scientifiques rédigés en latin passe aussi par la traduction, pour soi ou pour ceux qui sont de plus en plus nombreux à vouloir tout connaître du monde gréco-latin ou à comprendre le développement des sciences sans posséder une maîtrise linguistique suffisante. Nombre de difficultés se présentent alors au traducteur, notamment en ce qui concerne les équivalences techniques entre langues anciennes et français. Dans les ouvrages de chirurgie, par exemple, ceux de Mondeville ou de Guy de Chauliac, qui connaissent de nombreux avatars5, la vulgarisation passe par le maintien du latin pour des formules difficiles à traduire, par des pratiques de résumé et d’amalgame qui font de la langue de traduction une sorte de jargon professionnel à l’usage des chirurgiens- barbiers. Si quelques-uns tentent de créer un lexique scientifique à mi-chemin entre usages vernaculaires et latinismes savants6, comme Evrart de Conty, dans sa traduction des Problèmes d’Aristote, en utilisant l’emprunt latin et le calque, pour la nomenclature des vents, et des gloses explicatives abondantes, il reste que les traducteurs n’ont pas encore créé, au début du xvie siècle de langue spécialisée, propre à relever le défi culturel et technique que posent le développement grandissant des sciences et la vulgarisation des découvertes7. Il suffit d’en énumérer quelques-unes pour se rendre compte de l’ampleur du mouvement et mesurer les difficultés qui vont s’imposer aux auteurs et aux traducteurs.

8Les sciences mathématiques se répandent dans les principales universités européennes : l’école allemande, avec Werner, Durer, Reisch notamment, s’illutre en géométrie et en arithmétique, l’école italienne, surtout avec Tartaglia, Cardan et Bombelli renouvelle l’algèbre. Les Français, Lefèvre d’Étaples, Charles de Bovelles, Oronce Fine, Jacques Peletier du Mans, Pierre Forcadel, François Viète ou Pierre de la Ramée s’inscrivent, par leurs travaux, dans cette mouvance européeenne. L’astronomie est marquée de façon décisive par Copernic et Tycho Brahé. Les sciences médicales voient le renouveau de l’anatomie : Vésale, Eustacchio, Fallope décrivent la composition du corps humain, la constitution des nerfs crâniens et de la tête. A. Paré, par ses observations anatomiques, va dans le même sens. Si la physiologie reste classique, en dépit des propositions de Paracelse, la thérapeutique progresse grâce à Frascator qui étudie le typhus, la peste et la syphilis. Les sciences de la nature sont marquées, en physique, par les travaux de Tartaglia, de Cardan et de Benedetti, en chimie, par ceux de Paracelse ou de B. Palissy. La botanique voit la constitution des premiers herbiers, l’élaboration des premières classifications, comme celle de Gesner, des descriptions précises comme celle de Charles de L’Écluse ou des frères Bauher. Des jardins botaniques apparaissent, des traités agronomiques se constituent comme ceux d’Olivier de Serres ou de Charles Estienne. Les premiers voyageurs font part de leurs observations sur la flore et la faune des pays étrangers. La zoologie donne lieu à des descriptions idéales ou empiriques, souvent illustrées. Si l’on ajoute à ce rapide tableau, le développement des techniques telles que l’imprimerie, l’horlogerie, la navigation…, on mesure l’ampleur des difficultés linguistiques qui se posent au cours de ce siècle.

9Comment décrire ces familles, ces classes, ces éléments mis en évidence par les observations scientifiques ? Où trouver les mots pour les dire ou les traduire en français ? Le défi était de taille pour une époque qui n’avait pratiquement connu que le latin comme langue scientifique, pour une langue qui ne s’était pas forgée d’outil technique. Mais des réflexions et des propositions vont peu à peu s’élaborer.

  • 8 Cf. Arithmétique, Lyon, J. de Tourmes, 1570, « Proesme du tiers livre », p. 18.

10Il y a d’abord les partisans de la vérité scientifique qui préfèrent recourir aux emprunts et, dans ce cas, à des glossaires ou à des gloses explicatives. J. Peletier du Mans8 en fait partie, lui qui constate avec regret :

Nous avons si grand’povreté de mots artisans que si nous en voulons parler, il nous faut vser de circonlocution pour dire ce que la langue Greque ou Latine dit en vn mot : ou bien nous sommes contrains d’vsurper termes tous nouveaux deguisez.

  • 9 Cf. La Defence et illustration de la langue françoyse, livre I, chap. X.

11Ces auteurs sont confortés dans leurs attitudes par J. Du Bellay9 qui comprend le problème des traducteurs scientifiques :

Et ne les doit retarder, s’ilz rencontrent quelquefois des motz qui ne peuuent estre receus en la famille Françoyse : veu que les Latins ne se sont point eforcez de traduyre touz les vocables grecs, comme rhetorique, musique, artithmétique, geometrie, phylosophie, et quasi tous les noms des sciences, les noms des figures, des herbes, des maladies, la sphère, et ses parties, et generallement la plus grand’part des termes vsitez aux sciences naturelles, et mathématiques. Ces mots la doncques seront en nostre langue comme étrangers en vne cité : aus quelz toutesfois les Periphrases seruiront de truchementz.

12Il consacre, par ailleurs tout un chapitre de La Deffence et illustration de la langue françoyse à la théorie du néologisme. On y lit entre autres :

Ne crains donques, Poëte futur, d’innouer quelques termes, en vn long poème principalement […] esperant que la postérité l’approuuera, comme celle qui donne foy aux choses douteuses, lumiere aux obscures, nouueauté aux antiques, vsaige aux non accoutumées, et douceur aux aspres, et rudes.

  • 10 Cf. « Excuse au lecteur », à la fin, éd. Paris, M. Vascosan, 1557.
  • 11 Cf. De la conduite du fait de chirurgie, Paris, Vasconsan, 1557 (8v°).
  • 12 Cf. La Rhétorique française, 1567, P 3 v° : « Nous auons si grande indigence de noms et appellation (...)
  • 13 Cf. « L’Avertissement au lecteur » de sa traduction des Dialogues d’honneur de Possevin, Paris, Jan (...)

13Quant à Ronsard, il estime que « plus nous aurons de mots en nostre langue, plus elle sera parfaitte ». Les écrivains scientifiques vont user de cette liberté très naturellement car nous déclare de Mesme, en 1557, dans ses Institutions astronomiques10, « nouuelle explication d’une science demande nouueux termes ». Le chirurgien S. Vallambert affirme11 également : « il faut conceder a chacun estat et mestier certaine façon de parler, qui n’est pas commune aux autres ». Antoine Fouquelin12 et C. Gruget13 tiennent à peu près le même langage.

  • 14 Cf. Deuis de la langue française, fort exquis, et singulier, faict et composé par A. M. Sieur des M (...)

14Mais, à côté de cette politique de facilité, reposant finalement sur l’emprunt aux langues traduites ou la création de néologismes, se dessine une autre attitude plus constructive pour la langue. Abel Mathieu14, par exemple, demande que

l’autheur escriue en François de la maniere de mesurer la terre : de la connoissance des estoilles : des figures : du poinct : de la ligne : du cercle : du coing : de la figure a trois, a quatre, ou a cinq coings ; et d’autres semblables. Et ce faisant : il parlera François : il amplifiera l’honneur de sa langue et de son pays : et maintiendra les sentences et les grandeurs des disciplines en leur entier.

  • 15 Cf. La Maniere de bien traduire d’une langue en aultre. D’auantage. De la punctuation de la langue (...)

15Le choix du mot français équivalent, de la périphrase explicative lui semble meilleur. Olivetan, Castellion, traducteurs de la Bible et soucieux de se faire comprendre, s’appliquent à user des mots du commun peuple, « encore qu’ils ne soyent gueres propres ». Du Perron, dans le Premier discours tenu a la table du Roy ou Jean Massé, dans l’Art veterinaire s’efforceront de faire de même. La politique d’enrichissement linguistique de La Pléiade, fondée sur les emprunts aux dialectes provinciaux, aux vieux mots, aux néologismes, sur la composition ou le provignement, la dérivation impropre, les figures de style peut aider l’écrivain ou le traducteur qui suivra les avis modérés d’E. Dolet15 :

N’entends pas que ie dye que le traducteur s’abstienne totalement de mots, qui sont hors de l’vsage commun : car on sçait bien que la langue grecque, ou Latine est trop plus riche en dictions, que la Françoyse. Qui nous contraint souuent d’v- ser de mots peu fréquentés. mais cela se doit faire a l’extreme nécessité.

16Les réponses à ce défi scientifique et technique aboutissent finalement à une expansion du français dans le domaine culturel au détriment du latin et à la constitution plus ou moins réussie d’un français spécialisé.

  • 16 Cf. la seconde préface de Du mouvement des muscles (Lyon, E. Dolet, 1541) citée par C. Longeon dans (...)

17Dans les sciences, un début de francisation apparaît. La chirurgie et la pharmacie voient se développer un enseignement en français sous forme de cours ou de traductions. Les barbiers et apothicaires d’origine modeste, qui ignorent les langues anciennes, ont recours aux versions françaises du Guidon de Guy de Chauliac et de quelques autres traités anciens, aux traductions de P. Tolet (la Chirurgie de P. Egine en 1540) qui justifie son ouvrage par la nécessité de répondre aux demandes des compagnons chirurgiens de Lyon, à celles de J. Canappe (L’Anatomie des os du corps humain de Galien, le Mouvement des muscles, le Prologue et chapitre singulier de Chauliac). Pour ce vulgarisateur16, en effet,

l’art de médecine et chirurgie ne gist pas du tout aux langues, car cest tout ung de lentendre en Grec ou Latin ou Arabie ou Françoys, ou (si tu veulx) en Breton Bretonnant, pourueu qu’on lentende bien. Iouxte la sentence de Cornélius Celsus, lequel dict que les maladies ne sont pas guéries par eloquence, mais par exemples.

  • 17 Cf. Lunettes des chirurgiens et barbiers, qui accompagne le Miroir des apothicaires (Lyon, 1531), e (...)

18C’est grâce encore aux traductions et aux convictions de S. Champier17, qui estimait qu’en « tous langages se peut science acquérir et apprendre » qu’Hyppolyte d’Aultreppe a pu être le premier médecin à ignorer le latin. C’est par les traductions que s’est formé A. Paré, dont le savoir et les livres en langue vulgaire ont été décisifs pour l’expansion du français dans les sciences médicales : la Méthode de traicter les playes, faictes par harquebutes (1545), La Briefue collection de l’Administration anatomique… (1550), ou Le Traité sur la peste (1568). Ses élèves et successeurs, latinistes ou non, ont poursuivi sa tâche par la publication de nombreux autres traités.

19Les apothicaires ont également, et de plus en plus, à leur disposition des ouvrages en langue vulgaire, comme le Tresor des remèdes secrets d’E. Philiastre traduit par B. Aneau en 1555, le Manuel de Dusseau publié à Lyon, par J. de Tournes en 1561 ou le Guidon des apothicaires de V. Cordus traduit par A. Caille en 1572.

20La médecine, science réputée plus noble, fut rebelle aux francisations. Selon J. Canappe, « les médecins ont peur qu’on ne sache trop ou autant et plus qu’eux ». Si les maladies contagieuses les ont contraints pourtant à publier en langue vulgaire de nombreux traités d’hygiène et de thérapeutique, ils continuèrent souvent à publier en latin. Parmi les rares ouvrages en français, le plus célèbre fut assurément celui de L. Joubert qui parut à Bordeaux en 1578, chez Millanges : Erreurs populaires et propos vulgaires touchant la medecine et le regime de sante. Il souleva le problème de la vulgarisation même des connaissances médicales et occasionna une réaction en faveur du latin dont le xviie siècle aura du mal à se dégager.

21Les mathématiques pures sont tout aussi conservatrices. Si E. Forcadel donne l’exemple de cours en français au Collège royal, traduit des ouvrages anciens et publie en langue vulgaire ses propres traités, Viète conservera le latin, comme l’ensemble de ses collègues, pour l’exposé de ses théories. En revanche, les applications arithmétiques ou géométriques sont écrites en français comme en témoignent l’Arithmétique et la Géométrie d’Estienne de La Roche (1538), la Geometrie de Ch. de Bovelles (1566), l’Arithmétique departie en quatre liures de Peletier du Mans (1554).

22Les ouvrages d’astronomie et de divination le sont également. Il en est de même des traités de cosmographie et de géographie, qui présentent des applications pratiques intéressant de nombreuses professions et attirent la curiosité des simples lecteurs. Le mouvement de francisation s’accélère d’ailleurs dans la deuxième partie du siècle avec le progrès des découvertes.

23La chimie, qui a des maîtres non latinistes, comme Paracelse ou Palissy, est divulguée en français alors que la physique s’ouvre plus lentement à la langue vulgaire, d’abord par des traductions d’œuvres anciennes, comme le Traité du monde d’Aristote traduit par Meigret en 1541, ensuite par des originaux comme l’Académie francoise de La Primaudaye (1577) ou le Traicté de la vérité des causes et effects des divers cours, mouuements, flux, reflux, et saleure de la mer Oceane de Duret (1600).

24Dans les sciences naturelles, la langue officielle pénètre de manière un peu plus incidente par des traductions et des publications, tantôt en latin tantôt en français, comme celles de Ruel, Rondelet ou de Belon.

25La philosophie connaît d’abondantes versions françaises des grandes œuvres de l’Antiquité mais peu d’originaux : Ramus, en 1556, fait paraître sa Dialectique mais son exemple n’est guère suivi, sinon par Du Vair ou Charron. Heureusement Montaigne publiera les Essais en français.

26L’histoire est depuis longtemps vulgarisée et Amyot continue, comme les chroniqueurs l’avaient fait aux siècles précédents, à écrire en français Les Vies des hommes illustres Grecs et romains… (1559) tout comme N. Vignier qui publie les Fastes des anciens Hébreux, Grecs et Romains (1588). Cette tendance à la francisation est toutefois freinée par quelques historiens aux vues plus sélectives, comme A. de Thou.

27Ces traductions ou ces traités font peu à peu du français une langue de moins en moins vulgaire et de plus en plus savante. Les auteurs, en suivant les conseils de E. Dolet, dans sa Maniéré de bien traduire d’une langue dans l’autre, de J. Du Bellay dans la Deffence et illustration de la langue françoyse ou en innovant par souci de précision, forgent des langages de spécialité et contribuent à l’élaboration d’une langue technique.

  • 18 Lyon, G. Rouille, 1540.

28Les moyens utilisés sont tout d’abord l’emprunt presque constant aux langues anciennes sous forme grecque ou plus souvent latine. Si les puristes comme Tagault dans les Institutions chirurgiques18, les mettent entre crochets, la plupart mélange les formes françaises et les formes anciennes : Champier emploie tantôt petroselinum, zuccarum, tantôt, gomme, therebentine, tantôt conjointement moschus et musc, rheubarbarum et rheubarbe. Canappe cite les mots antiques mais en les expliquant : catalepsis (c’est-à-dire « rétention »). Des formes plus détournées sont aussi utilisées. Paré remplace le mot français encharner par la forme savante incarner, Joubert revient au sens étymologique en faisant de mal oyr l’équivalent de mauvaise réputation, certains utilisent un procédé de dérivation latin à partir d’un thème français, ou inversement, par exemple, O. de Serres (fastidiosité, blanchiment), Joubert (antipelargie), Belon (arbuster), d’autres, avec des éléments entièrement savants, façonnent des mots que les langues anciennes n’ont pas connus : Canappe forge humeral, Paré, masticatoire, Oronce Finé, hydrographe, Tory, frontispice.

29Des italianismes sont entrés tels quels, dans la langue musicale, par exemple, ou ont été légèrement francisés comme espalier (<spalliere), salsifis (<sassefrica), baucent (<balzano) chez O. de Serres. Les hispanismes sont plus rares.

  • 19 O. de Serres, « Les noms collectifs d’arbres et de plantes dans Le Théâtre d’agriculture et mesnage (...)

30Les emprunts aux dialectes, conseillés par Du Bellay, dans la Deffence et illustration de la langue françoyse, ou Ronsard, dans le « Suravertissement » des Odes, apparaissent plus rarement, ou passent inaperçus, dans la mesure où ils correspondent surtout à des techniques courantes ou à des spécificités des terroirs. B. Palissy en emprunte au saintongeais (gemble, vismes, par exemple,), O. de Serres emploie des provençalismes (p. ex. : tozelle, fourquaut, magniaux, fagregue, farrgiere) ou des régionalismes d’autres provinces (foine de Guyenne, froisser la jachère de Normandie) qu’il signale parfois par l’italique et définit toujours19.

31Malgré le nombre important des emprunts, ce sont pourtant les mots français qui constituent le fonds même de cette langue technique. Mais, ce qui le caractérise surtout, c’est le nombre important des mots nouveaux formés par dérivation ou composition. La dérivation impropre conduit surtout à l’augmentation des substantifs : les mieux escrivants (Pasquier), restaurant (« chose qui restaure » pour B. Palissy), quelque amer, l’harmonieux de sa voix (Forcadel) et la dérivation propre permet de former en grand nombre toutes les catégories de mots : sautelle (L. Meigret), corallir (Forcadel), amendaie, caneliere, chauliere (O. de Serres), homme-chien (Du Bartas), papier-iournal (Amyot). La périphrase, enfin, peut pallier l’absence de mots (chant à Dieu ou aux choses saintes pour hymne, par exemple, chez Mathieu).

  • 20 D. Jamot, V. Sertenas, 1540.

32Certaines traductions vont même jusqu’à offrir une expression fine des nuances exprimées par les langues anciennes. Il suffit de considérer, par exemple, la traduction du De re rustica de Columelle par L. Meigret20, pour s’en convaincre. Les mots techniques sont choisis avec une grande précision puisque l’auteur distingue, comme son modèle latin, les complants (plants de vigne), les provins (sarments couchés en terre pour l’obtention d’une nouvelle vigne), les mars et les marcottes, elles-mêmes différenciées des croucettes (marcottes simples), des cheveleures (marcottes enracinées), des sautelles (marcottes faites avec un seul sarment). De même, sont différenciés les mailllets (branche nouvelle issue d’un scion de l’année précédente), les drageons et dragées (selon la grosseur, tiges qui poussent sur une vigne), les courçons (sarments très courts et laissés l’hiver sur la plante-mère avant d’être bouturés) ou encore les nilles (vrilles), les auantuins (les tiges avancées ou bras), le drageon forcheron, le forché, la fourche. Pour cela, il introduit des mots dialectaux (megeusser, condoz, ruylle), utilise des formes de l’ancien fonds français comme cheoir, courroyée, hoyau, caver, ou en adapte d’autres en utilisant le « provignement » (de fourche [xie siècle] dérivent forché et forcheron, par exemple). Il joue sur l’alliance du concret et de l’abstrait dans des expressions comme offensant le chief les nerfz et les venes, bailler de l’humeur aux plantes, en bonté de uigne, le capital fort auec les visures… Il utilise les figures et, en particulier, la métaphore filée tout au long du texte qui consiste à comparer la vigne à un être humain : il parle de l’humeur de la vigne, il évoque les parties génitales de la plante, les enuches, les vignes de grans desir, la vigne qui entre en feu, la vigne qui pleure, il conseille de chastrer la vigne, de l’esmouvoir selon les circonstances… Finalement, c’est en mêlant les sens et les registres, en précisant les termes, en jouant aussi sur la composition que Louis Meigret a réussi à rendre les fines nuances du traité latin et a contribué à améliorer les possibilités de la langue technique de son époque.

33Les auteurs et les traducteurs, tous ont ainsi conscience d’enrichir la langue française et de donner aux vocables non français leurs « lettres de naturalité » pour leur permettre de traduire sciences et techniques.

34Peut-on dire pour autant que le français soit devenu une langue de culture ? Malgré ses avancées dans le domaine des sciences et des arts, l’histoire de la langue nous apprend qu’il lui faudra trois siècles pour s’affranchir du joug du latin et, finalement, pour des raisons plus sociales que linguistiques. En revanche, on peut constater qu’à la fin du xvie siècle, s’impose, face à la langue littéraire, une langue technique dont la qualité est, certes, parfois discutable et l’étendue variable selon les domaines, mais qui est bien prise en compte par les lexicographes et les lettrés.

  • 21 Paris, PUF, 1988, p. 305-315.

35G. Matoré, dans Le Vocabulaire et la société du xviesiècle21, fait remarquer en effet que, mises à part l’imprimerie et la marine, les techniques, qui se sont moins développées que les sciences, n’ont pas connu un très grand renouvellement du vocabulaire. Il en impute les causes au mépris qui frappe le travail manuel, à l’absence d’une véritable industrie, au refus des nouveautés, aux difficultés de l’économie. Il signale donc, sans être exhaustif, quelques premières attestations seulement dans le vocabulaire agricole (p. ex. : engrais, egobuer, sarrasin, cereales), dans les communications (p. ex. : coche et cocher, carrosse), le textile (p. ex. : tricoteuse, cochenille), les techniques du métal et du verre (p. ex. : bronze, cardan, lunetier, miroitier, nuancer), l’horlogerie (p. ex. : ressort). Mais l’imprimerie s’enrichit de mots nouveaux plus nombreux (p. ex. : imprimerie, reimprimer, plomber, encre, ytallique, capitale, correcteur, graveure, carton) tout comme la navigation qui bénéficie du plus grand nombre d’innovations (p. ex. : marine au sens actuel, nautique, naviguer, navire, naufrager, piloter, pilotage, avironner, galeriens, voilier, vopile de perroquet).

36Cette langue technique présente aussi souvent un aspect hétéroclite. Le vocabulaire anatomique, en particulier reste bagage d’emprunt. Les détails de l’organisation humaine sont donnés par des vocables, grecs, latins ou arabes tirés directement des traités d’Avicenne, par exemple. Il en est de même pour la description des animaux, vertébrés ou invertébrés. Parfois, la langue des naturalistes utilise simplement les analogies grossières ou plaisantes d’un vocabulaire imagé, des analogies morphologiques, des onomatopées, des traits de mœurs et de satire. Des vocables exotiques de différentes parties du monde, souvent déformés, rapportés par Thévet ou Léry, plus ou moins recopiés par Paré, viennent renforcer le caractère hétéroclite de la nomenclature zoologique que, au prix d’un travail énorme, Gesner et Aldrovandi vont s’efforcer d’unifier pour constituer un répertoire polyglotte.

37Les grammairiens et les lettrés eux-mêmes, qui ont pourtant encouragé les travaux et les traductions en français et donné les premiers conseils aux vulgarisateurs, réagissent également, comme Mathieu :

  • 22 Cf. op. cit., note 14.

L’escriture semble layde et desnouee : quant elle consiste de purs mots François en partie, et de mots purs Grecs, Latins ou d’autres estrangers en partie22.

  • 23 F. Brunot, Histoire de la langue française, Paris, A. Colin, t. II, 1967.

38Mais ce sont surtout les particularismes des médecins qui sont critiqués. Et dans la querelle, soulevée par le pamphlet de Sébastien Collin, qui oppose, vers 1550, pharmaciens et médecins, l’un des adversaires reproche à l’autre de « bigarrer sa parole d’entretaillures latines » et d’écrire toutes sortes de barbarie et de ridicules compositions de latin et de françois23.

  • 24 Cf. Art poetique français, 1548, éd. par F. Goyet, Paris, Le Livre de poche, 1990, p. 62.
  • 25 « The scientific and technical vocabulary of Du Bartas », BHR, 1959, 21, 131-160.

39Mais, il n’en reste pas moins qu’en dépit de ces excès, un vocabulaire technique s’impose même dans la langue littéraire. Pour Ronsard, le poète « s’enquerre des mots techniques le plus qu’il le peut ». On connaît la richesse surprenante de la langue de Rabelais qui emprunte au latin, au grec, à l’hébreu, aux langues étrangères, aux patois, qui adopte le langage des métiers, dérive et compose avec une facilité prodigieuse. Si Maurice Scève est critiqué pour « la rudesse de beaucoup de mots nouveaux24 », si Ronsard encourt des reproches d’obscurité, Du Bartas, en revanche, fait entrer dans son œuvre, un lexique technique où abondent les créations françaises, nécessaire à la poésie scientifique qu’il veut divulguer dans La Semaine. A. H. Creore25 qui a étudié le vocabulaire scientifique et technique de cet auteur, a relevé la richesse des termes utilisés, notamment les occurrences nouvelles à l’époque, en ce qui concerne la faune, la flore, les minéraux, la médecine, les arts et les sciences pour faire remarquer que ses néologismes étaient toujours en harmonie avec l’usage courant.

  • 26 « Le vocabulaire du bâtiment chez Nicot : quelques datations », Revue de linguistique romane, 49, p (...)

40Les dictionnaires du xvie siècle, entérinent la plupart des mots nouveaux avec beaucoup de rigueur, ceux de Robert Estienne comme celui de Nicot. Terence Russon Wooldridge, montre en effet, comment R. Estienne utilise en ce qui concerne le vocabulaire technique de Vitruve, plusieurs sources qui se complètent (les éditions latines de Vitruve, les notes de G. Budé, la traduction de J. Martin) pour donner les équivalences et le contexte des occurrences. Il en ressort que les termes latins d’architecture sont traités comme des mots français. Ce chercheur s’applique également, pour le même vocabulaire, à comparer les sources de Nicot26 et à en proposer quelques datations qui révèlent la part non négligeable de mots récents ou de néologismes. Ces dictionnaires, qui prennent bien en compte les lexiques techniques, vont pourtant laisser la place au siècle suivant à des ouvrages qui tendront à les écarter ou à les minimiser.

  • 27 Cf. « Les vocabulaires techniques dans la lexicographie française du xvie au xviiie s (...)

41Au commencement du xviie siècle se fait jour, en effet, un changement profond dans la conception de la langue. Dès lors, on cherchera moins à l’augmenter qu’à l’ennoblir. Les mots techniques sont exclus de la langue littéraire et réservés aux écrits utilitaires. Il faudra finalement attendre le xviiie siècle pour voir l’abandon de cette opposition27. Un tri se fait au fil du temps et, tout en s’enri- chissant de désignations nouvelles pour les découvertes scientifiques et technologiques, la langue technique se stabilise, plus ou moins régulée par les normes morphologiques et les institutions.

42Si l’on essaie de dresser un rapide bilan, on peut tout d’abord noter qu’il nous est resté du xvie siècle notre nomenclature latine et grecque, la plupart du temps non francisée, en anatomie, en pharmacie ou en botanique, quelques suffixes spécialisés (p. ex. : -aie pour les collectifs de plantes, -ite pour les maladies, -acée pour les espèces botaniques…), de nombreux mots, qui n’étaient que des néologismes ou des emprunts aux langues vivantes et des mots dits savants, francisés à partir d’une origine ancienne, la plupart des mots du fonds ancien ayant été abandonnés. Le deuxième constat que l’on peut dresser c’est que ces évolutions se sont faites de façon très lente : il a fallu plus d’un siècle, pour que s’élabore une langue technique, et plusieurs siècles pour que se forgent des langages spécialisés. Dans ces évolutions, ce qui apparaît décisif, pour le xvie siècle, c’est la politique d’expansion du français qui a joué dans tous les domaines, géographique, social et scientifique. Mais, elle n’a pu être véritablement efficace que parce que le français n’était pas fixé et a bénéficié de l’appui d’un groupe de lettrés à l’esprit ouvert qui a su promouvoir la langue vulgaire en l’ennoblissant du prestige des langues anciennes. Si les doctes qui ont suivi n’ont pas eu un rôle aussi positif, ils ont contribué cependant à la spécialisation de la langue technique selon les sujets et à la création de nombreux registres adaptés dont nous bénéficions encore largement.

Notes

1 Le Bel aujourd’hui de la Renaissance, Paris, Le Seuil, 2001.

2 Ces langues n’ont pas la même extension que de nos jours. De plus, l’Alsace- Lorraine, le Roussillon et la Corse, où l’on parle respectivement l’alsacien-lorrain, le catalan et le toscan, ne feront partie du royaume de France qu’aux xvie-xviie siècles.

3 Cf. le « Prologue » de La Concorde des deux langages, Paris, de Marnef, 1513.

4 Les citations seront données dans l’orthographe des éditions consultées.

5 Cf. Sylvie Bazin, « Traduction, adaptation et vulgarisation chirurgicale : le cas de la Chirurgia parva de Guy de Chauliac », in Ch. Brucker (ed.), Traduction et adaptation en France, Actes du colloque organisé par l’université de Nancy II, 23 au 23 mars 1995, Paris, Champion, 1997, p. 91-104.

6 Cf. J. Ducos, « Traduction et lexique scientifique : le cas des Problèmes d’Aristote traduits par Evrart de Conty », ibid., p. 237-248.

7 Cf. « Renaissance des savoirs scientifiques et techniques ? », Nouvelle revue du xvie siècle, Genève, Droz, n° 20/1-2002.

8 Cf. Arithmétique, Lyon, J. de Tourmes, 1570, « Proesme du tiers livre », p. 18.

9 Cf. La Defence et illustration de la langue françoyse, livre I, chap. X.

10 Cf. « Excuse au lecteur », à la fin, éd. Paris, M. Vascosan, 1557.

11 Cf. De la conduite du fait de chirurgie, Paris, Vasconsan, 1557 (8v°).

12 Cf. La Rhétorique française, 1567, P 3 v° : « Nous auons si grande indigence de noms et appellations propres, que non seulement toutes les espèces, et parties de cet art, mais aussi l’art vniversel n’a encores peu rencontrer en sa langue un nom général, comprenant les actions et effetz de toutes ses parties : Ains est contraint d’vsurper cete apellation Grecque de thetorique, comme aussi presque tous les noms grecz et Latins des Tropes et Figures ».

13 Cf. « L’Avertissement au lecteur » de sa traduction des Dialogues d’honneur de Possevin, Paris, Jan, Longis, 1557 : « Au regard de quelques mots, que l’on pourra trouuer encores rudes pour ce temps en nostre language (comme spontanément pour voulontairement, agible pur faisable, et autres de telle façon) les bien considerans apperceuront assez que ie les ay laissez telz, pour ne peruertir l’intencion de mon Auteur… ».

14 Cf. Deuis de la langue française, fort exquis, et singulier, faict et composé par A. M. Sieur des Moystardieres, Paris, Vve Richard Breton, 1572.

15 Cf. La Maniere de bien traduire d’une langue en aultre. D’auantage. De la punctuation de la langue Françoyse. Plus. Des accents d’ycelle, Lyon, Dolet, 1540, rééd. Obsidiane, 1990, p. 14.

16 Cf. la seconde préface de Du mouvement des muscles (Lyon, E. Dolet, 1541) citée par C. Longeon dans Premiers combats pour la langue française, Paris, Livre de Poche, « Classique », 1989, p. 93 et 94.

17 Cf. Lunettes des chirurgiens et barbiers, qui accompagne le Miroir des apothicaires (Lyon, 1531), extrait cité par C. Longeon dans Premiers Combats pour la langue française, Paris, Livre de Poche, « Classique », 1989, p. 60.

18 Lyon, G. Rouille, 1540.

19 O. de Serres, « Les noms collectifs d’arbres et de plantes dans Le Théâtre d’agriculture et mesnage des champs d’Olivier de Serres », 1600, Le français préclassique, 1995, 4, p. 87-135.

20 D. Jamot, V. Sertenas, 1540.

21 Paris, PUF, 1988, p. 305-315.

22 Cf. op. cit., note 14.

23 F. Brunot, Histoire de la langue française, Paris, A. Colin, t. II, 1967.

24 Cf. Art poetique français, 1548, éd. par F. Goyet, Paris, Le Livre de poche, 1990, p. 62.

25 « The scientific and technical vocabulary of Du Bartas », BHR, 1959, 21, 131-160.

26 « Le vocabulaire du bâtiment chez Nicot : quelques datations », Revue de linguistique romane, 49, p. 327-357.

27 Cf. « Les vocabulaires techniques dans la lexicographie française du xvie au xviiie siècle », in Manfred Höfler (éd.), La Lexicologie française du xvie au xviiie siècle, Actes du colloque international de Lexicographie, Herzog August Bibliotek, Band 18, p. 65-78.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540