Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quelles perspectives pour la langue française ?

 | 
Françoise Argod-Dutard

1re partie. Les pratiques du français en France

La langue, une passion française

Jacques Boislève

Texte intégral

  • 1 Michel Tournier, Le Vent Paraclet, Paris, Gallimard, « Folio », p. 88 et 308.

1« L’histoire de France commence avec la langue française. La langue est le signe principal d’une nationalité. Le premier monument de la nôtre est le serment dicté par Charles le Chauve à son frère, au traité de 843… » Dès la première phrase de son fameux Tableau de la France, Michelet relève le lien intime entre notre langue et notre pays de sorte que, plus encore que le sol ou le sang, c’est, en France, la langue qui constituerait l’identifiant national majeur. Michel Tournier va plus loin encore : « Est français, selon moi, quiconque parle et écrit le français et il est d’autant plus français qu’il le parle et l’écrit plus et mieux ». De ce fait, l’écrivain serait plus français que les autres, « français au carré », dit Tournier1. Voici d’emblée posée la trilogie française : histoire, langue et littérature.

La Renaissance : le patriotisme de la langue

2Au temps de la Renaissance, que de chemin déjà accompli sur la voie de l’unification du pays et de sa langue. Mais un grand bond en avant s’opère alors, nourri de tout ce qui précède et nécessaire à tout ce qui va suivre. Tout progrès s’inscrit, c’est particulièrement le cas au xvie siècle, tout à la fois dans la continuité et dans la rupture. Faute de pouvoir être exhaustif, on s’en tiendra ici aux deux textes fondateurs : l’édit de Villers-Cotterêts et le « manifeste » de la Pléiade. Deux documents — comment ne pas le rappeler sur ces bords de Loire ? — rédigés par des plumes angevines. Le premier par le chancelier Guillaume Poyet, le second par celui qui nous rassemble à Liré, Joachim du Bellay.

3L’édit de Villers-Cotterêts promulgué en 1539 par François Ier comprend 192 articles. Deux nous retiennent ici, les articles 110 et 111 qui imposent l’usage du français (au lieu du latin) dans la rédaction des actes judiciaires et notariés :

Et afin qu’il n’y ait cause de doute sur l’intelligence des dits arrests, nous voulons et ordonnons qu’ils soient faits et escrits si clairement qu’il ne puisse y avoir aucune ambiguïté ou incertitude, ni lieu à demander interprétation.
Et pour que de telles choses soient si souvent advenues sur l’intelligence des mots latins contenus dans les dits arrests, nous voulons dorénavant que tous arrests, ensemble toutes autres procédures, soit de nos cours souveraines et autres subalternes et inférieures, soit de registres, enquêtes, contrats, commissions, sentences, testaments et autres quelconques actes et exploits de justice ou qui en dépendent, soient prononcez, enregistrez et délivrez aux parties en langage naturel français et non autrement […]

  • 2 Ferdinand Brunot et Charles Bruneau, Histoire de la langue française, Paris, A. Colin, 1967. Ferdin (...)

4Cet édit fait du français la langue du droit au nom d’une exigence de clarté. Il a d’autres mérites : il délimite la part de la juridiction ecclésiastique et de la juridiction séculière, fixe les règles de la procédure criminelle, organise l’instruction secrète et réglemente la question, ordonne aux curés de tenir registre des baptêmes, ébauche d’une identité nationale. Mais cet édit a le tort d’interdire, et pour longtemps, les coalitions ouvrières. Ses articles sur la langue consacrent l’unité administrative du royaume appelé désormais à parler « la langue du roi ». Il y a maintenant une langue d’État. L’Université n’en continue pas moins d’enseigner le droit en latin, et les livres resteront longtemps en latin. Mais note Brunot2, qui est sur ce chapitre comme pour la période révolutionnaire, notre source principale :

C’est en français que l’administration parla, délibéra, écrivit, en français que furent rédigées les coutumes. Dans cette vie d’affaires quotidiennes, de débats, de plaidoyers, où tous étaient menés, s’élabora un français nouveau, un peu pédant, un peu lourd et gauche, mais solide, grave, exact.

  • 3 Auguste Brun, Parlers régionaux. France régionale et unité française, Paris ; Toulouse, Didier, 194 (...)

5Ainsi se trouve officialisée l’unification de la langue préconisée dès Louis XII par le conseiller Claude de Seyssel. Tout, en effet, ne s’est pas fait en un jour : dès 1490, Charles VII prescrit que, en Languedoc, procès et enquêtes soient faits en français ou en langue vulgaire du pays. Louis XII renouvelle la prescription en 1510, de même que François Ier en 1533, avant d’étendre cette disposition à la Provence en 1535. L’ordonnance générale de 1539 consacre la fin du latin judiciaire et l’emploi des dialectes dans ce domaine. Après 1545, disparition très rapide du latin et des dialectes même des écrits les plus directement utiles au public : cadastre, criées de police, statuts corporatifs. Auguste Brun3, après avoir rappelé toutes ces étapes, note : « Le notaire a été l’artisan de cette victoire du français ».

6L’édit de Villers-Cotterêts doit être resitué dans son contexte : le règne — j’allais dire le siècle — de François Ier, marqué certes par la Renaissance, la Réforme et l’Humanisme, mais aussi par la croissance économique et démographique, les progrès de l’imprimerie, la montée de la bourgeoisie, le repositionnement des grandes nations au sein de l’Europe et l’ouverture au monde. On soulignera seulement deux points en lien direct avec notre sujet : en 1532, le rattachement de la Bretagne à la France et, deux ans plus tard, les premiers pas en terre américaine de Jacques Cartier sur les rives du Saint-Laurent. Absolutisme en marche, souci de préserver l’unité de la foi pour garantir l’unité du royaume, gallicanisme en germe vis-à-vis de l’Église romaine, mécénat royal et politique culturelle avec la création notamment du Collège des trois langues (hébreu, grec et latin), ce règne, par bien des traits, préfigure notre Grand Siècle.

  • 4 Sur La Deffence et Illustration de la langue françoyse resituée dans le contexte de son siècle et s (...)

7François Ier est mort depuis deux ans quand paraît, en 1549, La Deffence et Illustration de la langue françoyse4, tout à la fois art poétique de la future Pléiade et manifeste pour l’emploi du français de préférence au latin. Son auteur, le jeune Du Bellay, sans faire de propositions personnelles vraiment nouvelles, aura du moins été celui qui a su rassembler et formuler les attentes de son temps pour faire du français vulgaire, à l’instar des langues anciennes et de l’italien, une langue littéraire en l’enrichissant des mots nouveaux nécessaires à la création, à la discussion et à la réflexion. Proclamer le français langue d’avenir, ce fut le grand mérite du poète angevin :

Le temps viendra où notre langue française se pourra égale aux Grecs et Romains, produisant comme eux des Homère, Démosthène, Virgile et Cicéron.

8Ces avancées de la langue, il les lie étroitement au progrès général de son pays — cette « France, mère des arts, des armes et des lois », qu’il salue dans Les Regrets — pour faire du français un instrument de l’ambition nationale. L’idée neuve et féconde, elle est là : dans ce patriotisme de la langue auquel Ronsard dans La Franciade ajoute une dimension mythologique. Ronsard, qui disait préférer « les vieux mots d’Arthur, Lancelot, Gauvain et du Roman de la Rose plutôt que le recours à Virgile et Cicéron », amorce le processus de sacralisation des écrivains qui constituera un phénomène majeur en France. Pour lui, ils mériteraient leur statue sur la place publique, ceux qui « les premiers osèrent abandonner la langue des Anciens pour honorer leur pays ». La littérature française aura ainsi ses dieux, auxquels la nation ouvre en grand les portes de son Panthéon. Aujourd’hui encore, après Malraux, Dumas !

9Jean Bodin, autre grand Angevin du xvie, pose le premier la question de l’enseignement en français et c’est en français également qu’il publie en 1576, La République, son grand œuvre sur l’art de bien gouverner. Brunot lui rend hommage :

La première protestation qui, à ma connaissance, se soit élevée contre cette domination exclusive du latin dans les écoles, est celle que Jean Bodin, le célèbre jurisconsulte, a placée dans son Discours aux consuls de Toulouse sur l’instruction de la jeunesse en 1559. Non seulement il y estime que c’est une qualité pour un maître de savoir sa propre langue, mais, tout en reconnaissant les avantages du latin qui sert de langue commune aux lettrés de toutes les nations, il ose dire qu’il y aurait une économie énorme de travail et de temps à étudier les sciences en langue maternelle, comme ont fait les Anciens, comme les Italiens commencent à la faire, et il avance hardiment que le français peut y suffire, étant assez riche pour non seulement vêtir mais pour orner les disciplines ; on doit donc s’exercer à écrire et à parler en français, comme en grec et en latin.

10Une idée hardie mise en application par plusieurs professeurs du Collège royal, dont Ramus et le mathématicien Forcadel.

11« Plus nous aurons de mots dans notre langue, plus elle sera parfaite » proclame Ronsard. Rabelais n’a pas attendu les jeunes loups de la Pléiade pour pratiquer, une des grandes préconisations de la Défense : l’enrichissement de la langue. Non comme eux sur le mode aristocratique, mais, dans l’ivresse de la première Renaissance, avec une verve toute populaire, une boulimie qui enthousiasme Brunot :

Rabelais entassa la plus extraordinaire collection de mots nouveaux qu’un homme ait jamais jetés dans un livre. Latin, grec, hébreu même, langues étrangères, argot, patois, il emprunte partout, à toutes mains, et en même temps, il forge noms et mots, dérive, compose, pour plaisanter ou sérieusement. Tous les procédés populaires ou savants lui sont bons. On se figure quelle influence a pu avoir pareil exemple, effrayant par certains côtés, séduisant par d’autres, sur tous ceux qui écrivaient.

12La bibliothèque idéale de Thélème symbolise parfaitement cette pluralité des langues anciennes et modernes dans lesquelles l’érudit puise les mots nouveaux, ainsi que la question centrale de la traduction dans l’Europe du temps :

Depuis la tour Artice jusqu’à Crière étaient les belles grandes librairies en grec, latin, hébreu, français, toscan et espagnol, des parties par les divers étages selon iceux langages. Au milieu était une merveilleuse vis, de laquelle l’entrée était par le dehors du logis en un arceau large de six toises.

13De même, la « leçon » que donne Pantagruel à un pauvre étudiant limougeaud qui, traître à son patois, s’exerce à parler la langue de Paris en la truffant de mots latins, illustre les trois états du langage à une époque où il est en pleine mutation : un français qui se cherche encore comme langue savante, mais qui ne s’est pas encore trouvé face au latin, et un parler provincial toujours sous-jacent, mais déjà refoulé :

N’est-ce pas la langue de Ronsard et de Du Bellay qui a gagné ? Le français savant et non la langue des gueux, tellement plus foisonnante, verte, populaire. Dans la lignée de Ronsard, tous nos classiques. Mais un seul héritier pour Villon et Rabelais : Céline.

  • 5 Michel Ragon, Le Roman de Rabelais, Paris, Albin Michel, 1993 et « Entretien avec l’auteur », J. Bo (...)

14Michel Ragon, qui pose cette grave question, qualifie Ronsard de « châtreur » dans son Roman de Rabelais5.

  • 6 L’Académie : son officialisation par Richelieu en 1635 consacre le statut particulier des gens de (...)
  • 7 Les dictionnaires, véritables marqueurs et mémoire de la langue. Le plus récent d’entre eux, le Tré (...)

15À châtreur, châtreur et demi puisque « Enfin, Malherbe vint… ». Dès 1600, commence alors la grande cure d’amaigrissement si profitable au génie classique, l’âge d’or de notre langue telle qu’elle va se parler à la ville (dans les salons, à commencer par l’hôtel de Rambouillet), à la scène (Corneille, Racine, Molière), à la cour et aussi du haut de la chaire (Bossuet, Fénelon, Massillon…). Il y aurait lieu, je crois, d’insister, parallèlement au magistère de la pensée (Montaigne, Descartes, Pascal, Montesquieu, Rousseau…), sur ce ministère de la parole, cet art oratoire d’abord des grands prélats puis, après eux, des tribuns politiques et des ténors du barreau. Cette belle langue écrite, elle se parle également haut et fort à l’église et dans les théâtres. Elle donne le ton à une société d’« honnêtes gens » très soucieuse du « bon usage ». Elle propage les ordres du roi. Ce monde en représentation se trouve renforcé par la relation de cette représentation (Saint-Simon, Madame de Sévigné, le Cardinal de Retz…). C’est le triomphe du français, cette langue « parvenue », qui n’était pourtant au point de départ qu’un dialecte parmi d’autres, mais « un dialecte qui a réussi » à l’inverse de ceux « qui ne s’écrivant plus » ont dégénéré en patois ainsi que le note Auguste Brun. Déjà durement moqués par Molière, les paysans sont ravalés par La Bruyère au rang de vulgaires animaux et chez La Fontaine, les ânes parlent patois. La divergence est totale alors, l’écart maximal entre la capitale et le pays profond et le divorce consommé, entre des parlers toujours plus émiettés et cette langue écrite sans cesse unifiée, magnifiée, codifiée par l’Académie6, première agence de la langue, les dictionnaires7, de Vaugelas, le premier préposé appointé à la langue, Furetière chassé de l’Académie pour atteinte au monopole et Ménage, premier archéologue des mots, jusqu’à la grande aventure intellectuelle et scientifique de l’Encyclopédie… Si le soleil français éclipse les parlers locaux, il ne les a pas pour autant abolis. Brun rappelle opportunément que dans toutes les parties du royaume, « les sujets du roi sont bilingues. Ils continuent de parler, si c’est leur plaisir, le dialecte local, mais quand ils écrivent ils n’emploient que le français, langue officielle ». Brun précise encore que longtemps dans le Midi, le provençal reste la langue de tous les jours, pour tous. Pas seulement à la campagne. Mais, dans la deuxième partie du règne de Louis XV, dans le Midi, l’air de Paris souffle sur les journaux et le théâtre. Une opinion publique se constitue en français. Des gouvernantes vantent leur accent français. Cette langue à son tour est devenue rustre.

16Après avoir servi l’intention unificatrice de la monarchie, le français seconde maintenant ses visées impérialistes. Succédant à un xviie siècle qui a consacré la langue française au plan national, le xviiie siècle est celui de son universalité. Ce que résume fort bien Voltaire, dans Le Siècle de Louis XIV :

La langue française est de toutes les langues celle qui exprime avec le plus de facilité, de netteté et de délicatesse tous les objets de la conversation des honnêtes gens ; et par là elle contribue dans toute l’Europe à un des plus grands agréments de la vie.

17Ce disant, Voltaire dit toutes les qualités de notre langue, mais aussi les limites de ce beau langage confronté, sinon dans la correspondance, du moins dans les salons, au double péril de la préciosité et de la futilité. Talleyrand a relevé le paradoxe d’une Europe éclairée qui parle français et d’une France « d’en bas » restée fidèle à ses patois. Auguste Brun explique :

Le français une fois reconnu comme langue officielle, la royauté ne songe aucunement à en imposer l’usage exclusif, à la répandre par des moyens appropriés. Elle n’a jamais songé à combattre le patois. L’ancien régime n’a pas conçu l’unité nationale comme synonyme d’uniformité.

La Révolution : une mystique de la langue

18Sous la conjonction d’un double phénomène — l’action d’un État qui a une politique linguistique et l’élan d’un pays qui désire l’unification —, la France, après la Renaissance, opère sous la Révolution un nouveau bond dans la voie de son unification linguistique.

La Révolution a été aussi féconde pour la langue que pour la nation même, et par ses résultats immédiats et par ses lointaines conséquences […]. C’est grâce à elle que, d’un coup, sans retour possible en arrière, le français a été sacré langue nationale, qu’il est devenu non seulement l’instrument, mais l’objet de l’enseignement comme le demandaient déjà les parlementaires de 1760 […].

19« Mais désormais ce qui était l’exception devint la règle […] » indique d’emblée Brunot en insistant sur le fait national :

Si la langue devient nationale, c’est qu’une nation se forme, sciemment, par des actions de volonté et d’amour, et que la langue apparaît aux hommes politiques et aux citoyens comme un élément essentiel de la « nationalité ». [Et, par voie de conséquence] les langages locaux sont désormais des dissidents qu’il faut combattre et réduire. La puissance formidable de l’État est mise au service de leur adversaire.

20Les idiomes et les patois « divisent les départements, les districts, les communes en autant de peuples étrangers » écrit à l’abbé Grégoire un de ses correspondants. Le questionnaire de Grégoire (11 août 1790) dresse un état des lieux, mais c’est aussi, déjà, en soi un plan de bataille en vue d’éradiquer ces parlers locaux « indignes des hommes libres ».

  • 8 Élu député à la Convention, Grégoire y est membre du comité d’Instruction publique. En cette qualit (...)
  • 9 Michel de Certeau, Dominique Julia, Jacques Revel, Une Politique de la langue. La Révolution frança (...)

21Pourquoi uniformiser la langue ? Pour des raisons pratiques d’abord. Dans le grand brassage de l’époque qui va de la Fête de la Fédération à la Levée en masse, un langage commun est devenu nécessaire. C’est d’ailleurs resté jusqu’à nos jours un leitmotiv de la conscription. Mais aussi, et plus encore, pour des motifs philosophiques, si on se réfère à la pensée des Lumières, ou idéologiques dans la perspective de la Terreur. L’intention était louable : pour faire des sujets d’hier des citoyens, il fallait rompre avec l’obéissance aveugle aux lois en vue d’une soumission raisonnée. En propageant le français au nom de la liberté et en le généralisant au nom de la fraternité. La Révolution, pas autrement troublée par le singulier paradoxe d’une langue de la liberté imposée par la contrainte, a choisi en effet le passage en force pour répandre l’usage du français : « Le langage est devenu une affaire d’État. De libre qu’elle était, la langue devient matière d’inspection et objet de règlements. » note Brunot. Plus que d’une politique de la langue, on peut évoquer une mystique de la langue, tant la langue au service de la patrie apparaît dès lors comme une cause sacrée. De cette sacralisation de la langue, l’abbé Grégoire8 sera un des grands prêtres, mais non le seul. Pour lui l’unification linguistique est appelée à former l’âme commune de la nation, son principe fédérateur. Michel de Certeau9 ne dit pas autre chose quand il voit dans la langue, après le régicide de 1793, « un nouveau corps du roi » par lequel la nation, en éliminant les patois et les dialectes, impose un nouvel ordre symbolique sans pour autant restaurer l’ancien pouvoir monarchique. Le français « après avoir été l’expression du génie d’un pays […] devenait celle de son âme même » et parler français devenait une forme d’adhésion, une façon de se montrer patriote, un gage que l’on donnait à la France régénérée dans l’égalité et la fraternité. Un pays, une langue : cette idée est française, défendue notamment par Turgot et Raynal, mais déjà mise en œuvre avant eux par François Ier, Richelieu et Colbert. Sous la Révolution, elle apparaît comme une idée neuve qui émanerait de la nation elle-même. Le 2 thermidor, on réédite même, ou on parachève, l’édit de Villers-Cotterêts :

Désormais nul acte public ne pourra dans quelque partie que ce soit du territoire de la République être écrit dans une langue autre que la langue française, ni aucun autre acte, même sous seing privé…

22Condorcet sous la Législative récuse l’aristocratie du langage. Ceux qui ne comprendraient pas le français et dépendraient d’autres pour lire les textes, ne pourraient exercer la plénitude de leurs droits de citoyens. Un peuple d’égaux nécessite un accès égal au savoir. Mirabeau demande que soient supprimés les archaïsmes juridiques. Pour Talleyrand, le chemin de l’unité nationale passe par l’école. Dans son rapport à l’Assemblée constituante des 10, 11 et 19 septembre 1791, Talleyrand dresse l’instituteur rural contre les dialectes, préfigurant le corps des hussards noirs de la République, un siècle plus tard, sous Jules Ferry. Les premières bases de la formation des maîtres sont lancées avec le projet d’École normale. En 1793, Grégoire va jusqu’à imaginer des échanges scolaires entre le Nord et le Midi pour uniformiser la langue ! Tous souscrivent au credo de Grégoire :

Lire, écrire et parler la langue nationale sont des connaissances indispensables à tous citoyens. L’unité de la République commande l’unité des idiomes et tous les Français doivent s’honorer de connaître une langue qui désormais sera par excellence celle du courage, des vertus et de la liberté.

23Des vecteurs populaires apparaissent pour véhiculer les idées nouvelles auprès des adultes et du peuple : les gazettes, les almanachs, la chanson, le théâtre de circonstance propagent et popularisent la véhémence des discours et l’emphase des grandes messes patriotiques. Des mots déifiés, « patrie », « liberté », deviennent des forces vivantes. Et c’est encore Brunot qui le relève, le mot propagande passe alors du vocabulaire religieux au vocabulaire politique.

24« Souvent gouvernés par les mots, les peuples pour des mots se sont égorgés… » a écrit l’abbé Grégoire, l’homme qui rêvait d’intégrer les Juifs dans la nation, les Noirs au sein de l’Humanité et d’associer les Chrétiens au grand élan de la Révolution. La guerre déclarée aux langues régionales et aux parlers locaux par le nouveau pouvoir qui veut envoyer ses instituteurs « en mission » a des allures de croisade. Certes, l’intention est bonne. Il s’agit, toujours, selon Grégoire, de libérer ses concitoyens des « derniers anneaux de la chaîne que la tyrannie avait imposée » et de « révolutionner » la langue. Mais que dire de la méthode, comparable à bien des égards aux dragonnades ? Haro donc sur les parlers réactionnaires, en dépit de la savoureuse objection d’un correspondant provençal de Grégoire : « Pour détruire le patois, il faudrait détruire le soleil, la fraîcheur des nuits, le genre d’aliments, la qualité des eaux, l’homme tout entier ». D’autres correspondants lui suggèrent, en Vendée de mener de pair l’instruction des hommes et le développement du territoire en ouvrant des routes et en creusant des canaux, et en Bretagne, de donner du temps au temps. Grégoire, comme Talleyrand, n’est pas fermé à l’idée de transitions (ce qui pose à nouveau la question des traductions, sous un angle bien différent de la Renaissance, mais avec une égale acuité). De même, sous la Convention, le rapport Lanthenas de décembre 1792 proclame la nécessité de détruire les patois, mais fait preuve de plus de tolérance envers les idiomes communs à la France et aux pays voisins. D’autres sont beaucoup plus radicaux. Ainsi Carrier : « On ne peut pas faire entendre le langage de la raison dans les idiomes séditieux ». Et le très virulent Barère devant le Comité de Salut Public, le 27 janvier 1794 :

Le fédéralisme et la superstition parlent bas-breton, l’émigration et la haine de la République parlent allemand, la contre-Révolution parle italien et le fanatisme parle basque. Brisons ces instruments de dommage et d’erreur. Il vaut mieux instruire que faire traduire, comme si c’était à nous de maintenir ces jargons barbares et ces idiomes grossiers qui ne peuvent plus servir que les fanatiques et les contre- révolutionnaires. […] La monarchie avait raison de ressembler à une tour de Babel ; dans la démocratie, laisser les citoyens ignorants de la langue nationale, c’est trahir la patrie, c’est méconnaître les bienfaits de l’imprimerie, chaque imprimeur étant un instituteur de langue et de législation.

25Barère encore :

Nous avons observé que l’idiome appelé bas-breton, l’idiome basque, les langues allemandes ou italiennes ont perpétué le règne du fanatisme et de la superstition, assuré la domination des prêtres, des nobles et des patriciens, empêché le Révolution de pénétrer dans neuf départements importants qui peuvent favoriser les ennemis de la France,

26au nombre desquels, évidemment, les brigands patoisants de la Vendée :

Ceux qui parlent un idiome différent de celui de l’instruction publique : Citoyens, c’est ainsi que naquit la Vendée ; son berceau fut l’ignorance des lois, les prêtres réfractaires, les nobles conspirateurs, les praticiens avides et les administrateurs faibles ou complices ouvrirent une plaie hideuse au sein de la France ; écrasons l’ignorance, établissons des instructions de langue française dans les campagnes,

27les patois, ennemis de l’intérieur, et le latin, agent de l’étranger, au service lui aussi de la réaction. Brunot note : « L’Église [a été] évincée des cérémonies patriotiques parce qu’elle continue de parler une langue étrangère ». Grégoire, tout pétri de gallicanisme, aurait voulu franciser le culte pour mieux associer l’esprit chrétien à l’esprit de réforme. Le savent-ils, les modernes zélateurs de la messe en latin de Pie V ? Sous la Révolution, on chante des hymnes en français… à Saint-Nicolas-du-Chardonnet ! Parallèlement à sa lutte contre les patois, la Révolution a aussi délégitimé le latin en faisant de cette concurrente permanente du français, dans les écoles et les églises, « une langue étrangère ». Brunot, sur ce point, a de très intéressants développements.

28À l’heure du bilan, « c’est un étrange phénomène que la langue que l’Europe entière s’honore de connaître et de cultiver soit ignorée d’une partie des Français ou parlée d’une manière si rebutante ». À en croire Sonthenax, la France en serait restée — en 1799 — à l’état décrit dix ans plus tôt par Talleyrand. En réalité « en dix ans se trouve accompli ce qui aurait nécessité précédemment un siècle ». Brunot rend cette justice à la Révolution, mais un siècle encore sera nécessaire pour voir aboutir, sous Jules Ferry, son grand projet d’éducation citoyenne en prenant appui sur la généralisation du français et la formation des maîtres. Brunot crédite aussi la Révolution de cet autre acquis : l’important enrichissement du vocabulaire, essentiellement dans le champ politique, témoin comme les avancées de la langue nationale, d’un réel progrès démocratique.

1880-2002 : des politiques de la langue

Le renouveau provençal

29Des langues qu’on pouvait croire condamnées peuvent renaître. Le provençal en est la preuve. Jasmin en Gascogne, Roumanille en Provence rêvent d’une langue et d’une littérature retrouvée et poursuivie. Ils lancent sous la forme d’une école littéraire le mouvement du Félibrige, un mot étrange qui a peut-être à voir avec le lait maternel, ce besoin d’aller puiser la vie nouvelle à la source ancestrale. Des congrès préparatoires ont lieu à Arles dès 1852, puis à Aix l’année suivante, avant la constitution officielle du mouvement au printemps 1854 près d’Avignon, préludes aux grandes retrouvailles annuelles d’Orange. Des Catalans rejoignent en 1869 les rangs du Félibrige, si fortement animé par Frédéric Mistral et auquel Alphonse Daudet adhère. Le mouvement s’étend alors de Barcelone à Paris. Il rayonne, avec bien des particularismes locaux, sur la Provence, le Languedoc, l’Aquitaine, la Catalogne, jusqu’au Limousin. Purement littéraire et artistique pour les uns, il ravive chez d’autres le rêve autonomiste, notamment en terre albigeoise, où il se nourrit de la mythologie cathare.

30On peut s’interroger : n’assisterait-t-on pas aujourd’hui avec la celtomania, ses grandes pompes (Quimper, Lorient, Carhaix) et le concert géant du stade de France, à quelque chose d’un peu comparable, la musique volant au secours des militants de la langue, avec un soutien populaire assez fort pour autoriser le lancement d’une chaîne de télévision bretonne ?

L’effacement des parlers locaux

  • 10 Michel Ragon, Enfances vendéennes, Rennes, Éditions Ouest-France, p. 28-29, 37-38.

31Avec l’effacement des patois, si vivants encore jusque dans les années cinquante, c’est la France rurale qui s’en va, emportant avec elle les mots des terroirs. Voici deux témoignages émouvants sur cette langue ancestrale abolie mais vive encore et douloureuse dans la mémoire. Dans L’Accent de ma mère10 Michel Ragon note, à propos des mots vendéens dont sa mère truffait sa conversation :

Parfois, elle s’en apercevait et s’arrêtait sur un de ces mots en riant, disant : « Où est- ce que je suis allée chercher ça ? Ce n’est pas du français. Çà vient d’où ? On se le demande ». Et elle répétait le mot patois en s’en amusant […]. Parfois, ce mot amenait avec lui d’autres mots sortis de la nuit des temps qui formaient des proverbes ou des bribes de chanson. Et ma mère restait à rêver au seuil de ce langage qu’on lui avait appris à mépriser.
Cet accent de ma mère m’a amené à cette constatation que si je ne me souviens pas d’avoir appris le patois, alors que je me souviens très bien d’avoir appris le français, c’est que le patois représente ma langue maternelle, ma langue native, alors que le français est une langue acquise, et très difficilement acquise, avec beaucoup de coups de règle sur les doigts […].

32Michel Ragon évoque aussi la correspondance en français, langue écrite et comme il dit « endimanchée », à la différence du patois langue quotidienne qui n’était que parlée :

Cette correspondance de mon père et de ma mère montre très nettement un phénomène de dédoublement culturel. Le style dans lequel ils s’expriment est celui d’une culture d’emprunt […]. Alors que mon père sera après sa retraite un amuseur quasi professionnel et patoisant, alors que ma mère a toujours truffé son langage de mots locaux, aucune trace de patois dans ces lettres. Rien de paysan. Le patois était donc déjà pour eux la langue de la quotidienneté vulgaire, dont on ne pouvait se servir pour les lettres d’amour. Mon père racontait ses histoires drôles en patois, mais il ne lui venait pas à l’idée qu’un fiancé puisse employer un autre vocabulaire que celui du langage académique.

33Ces histoires racontées par son père, Michel Ragon dit

[les avoir] retrouvées plus tard, avec une certaine stupeur, en lisant Rabelais. Comme j’ai retrouvé dans Gargantua et Pantagruel mon patois et mon père. Si bien que je ne sais plus si c’est mon père ou Rabelais qui raconte…

34Car tous deux, dans ce lointain Poitou d’entre Fontenay-le-Comte et Maillezais qui leur fut un temps commun, puisaient dans le vieux fonds français, héritage de soties, farces et fêtes carnavalesques médiévales ou venues de plus loin encore : ces gauloiseries colportées d’âge en âge.

  • 11 Pierrette Fleutiaux, Des phrases courtes, ma chérie, Arles, Actes Sud/Éditions Lemeac, p. 127-129.

35Du côté de Limoges, cette fois, là aussi dans cet entre-deux de la langue d’oïl et de la langue d’oc, Pierrette Fleutiaux dit des choses semblables dans le beau livre-portrait qu’elle consacre à sa mère11 :

Enfant, elle parlait le patois de son village, qui n’était pas le même exactement que celui du village voisin, une langue des frontières occitanes où les mots latins étaient encore très reconnaissables mais dont les déclinaisons s’étaient écrasées au fil des siècles sous le long meulage des travaux et des jours de la vie paysanne.
Avec les autres gosses du village, elle faisait chaque jour plusieurs kilomètres à pied pour se rendre à l’école du bourg. Dans cette école, comme sur tout le territoire, on parlait français. Toute rechute dans le patois était interdite. Elle n’a pas ouvert la bouche jusqu’à ce qu’elle sache former des phrases parfaitement correctes. L’institutrice s’était inquiétée de ce mutisme. Ses parents aussi. Interrogée, sollicitée, ma petite mère ne livra jamais son secret. Peut-être ne savait-elle pas elle-même ce qui lui clouait ainsi la langue. Apprendre le français, avant toutes choses. C’était la première de toutes celles qu’elle a dû forcer. Mais contrairement à ses petits camarades du village, elle avait su que c’était une porte essentielle, celle qui conditionnait toutes les autres […]

36Pierrette Fleutiaux dit encore :

On ne devine pas ce que c’est, ce hissement perpétuel, chez ceux qui portent au cœur de leur chair une langue d’enfance qui est une langue méprisée. Chez certains, il a pour effet secondaire la violence. Chez ma mère, c’était l’épuisement.

37En Mayenne, l’écrivain Jean-Loup Trassard a initié une collecte de la mémoire rurale. Cette mémoire s’exprime, dit-il, « dans ce français du Moyen Âge qu’est le patois du Maine. » Dans ses livres, la langue paysanne sourd parfois au fil des pages écrites par ailleurs dans un français parfait et complexe, comme une humble résurgence au creux du bocage. Il y a ainsi une archéologie de la langue, des strates anciennes, qui affleurent, des mots sous-jacents au français, un patois refoulé, présent — pour combien de temps encore ? — dans les mémoires.

La question du breton

38Avant la première guerre mondiale, quatre personnes sur cinq parlent encore couramment le breton, en dépit de Jules Ferry et de la vache, ce grossier morceau de bois suspendu au cou du gosse surpris à causer breton, plus stigmatisant que le bonnet d’âne national, en dépit aussi du petit père Combe qui, en 1902, fait défense aux recteurs de Bretagne d’enseigner le catéchisme et de faire le prêche en breton, sans grand succès, le Breton étant têtu. Comment se peut-il que vingt ans après Jules Ferry des conscrits arrivent encore au régiment sans savoir lire et écrire le français ? Il faudra la Grande Guerre et l’émigration pour avoir raison de cet entêtement. Un entêtement qui perdure. Enseigner le breton est une revendication des nationalistes et des autonomistes bretons entre les deux guerres. Le maréchal Pétain tolérera que soient dispensés quelques cours de breton, mais hors programme. Un instituteur laïc, Yves Kerlaun, va jusqu’à ouvrir une école privée monolingue à Plestin-les-Grèves. Elle compte une dizaine d’écoliers. Elle ferme en 1944. Il faut attendre la loi Deixonne, pour que, en 1951, l’enseignement des langues régionales soit admis, du moins dans son principe. La mobilisation des parents aboutit en 1978 à la création des écoles Diwan en Bretagne sur un modèle emprunté aux Basques qui pratiquent le bain linguistique. Ces écoles basques et bretonnes passent sous contrat d’association avec l’État en 1994. Le 28 mai 2001, Diwan signe avec le ministre de l’Éducation nationale un protocole d’accord pour l’implantation des écoles bilingues par immersion dans le service public. Le 30 octobre 2001, le Conseil d’État, sur requête du Comité national d’action laïque (CNAL) sur le principe de l’intégration et du Syndicat national de l’enseignement secondaire (SNES ) uniquement sur le principe du breton, langue de communication, suspend l’application du protocole, le tout-breton, le tout-basque, le tout-corse risquant de se faire au détriment de l’enseignement du français, décrété « seul en usage à l’école » depuis 1880. Au-delà du recours purement juridique, le débat porte également sur la pédagogie : la méthode dite « d’immersion précoce » est-elle aussi propice à l’apprentissage des langues que l’affirment ses promoteurs ?

Langue corse et Constitution française

39La décision du Conseil constitutionnel du 17 janvier 2002 sur la question de la langue corse se situe dans la droite ligne de sa jurisprudence sur les langues régionales. Dès 1991, le Conseil constitutionnel avait eu à se prononcer sur l’enseignement du corse à l’école. À l’époque, il avait considéré que « l’enseignement de la langue corse et de la culture régionale ne saurait recouvrir un caractère obligatoire sans porter atteinte au principe d’égalité » (décision du 9 mai). En 1996, le Conseil constitutionnel refuse pour les mêmes raisons le caractère obligatoire de la langue tahitienne en Polynésie française. Les choses se compliquent encore avec la révision de la Constitution du 25 juin 1992 qui introduit le français comme « langue de la République » dans son article 2. L’objectif était louable : imposer le français face à la domination croissante de la langue anglaise en Europe et dans le monde, mais avec pour effet pervers de constituer une barrière juridique supplémentaire empêchant la reconnaissance officielle des langues régionales et la ratification par la France de la Charte du Conseil de l’Europe relative à ces langues.

En Alsace, un ultime avatar

40En Alsace et en Moselle, le bilinguisme était une tradition en matière de documents électoraux. Il avait été consenti en 1918 lors du retour à la France des départements de l’est. Aux dernières élections d’avril 2002, neuf candidats à la présidence de la République n’ont remis aux électeurs qu’une profession de foi en français. Extinction naturelle d’une exception ?

41En Alsace, sous la Révolution, l’intolérance vis-à-vis de la langue allemande et la francisation forcée avaient suscité dans la population locale un vif ressentiment à l’égard de la France.

Les préconisations de Bernard Poignant

Je crois les Français ouverts à toutes les langues parlées sur le territoire de la République. Elles sont 75, outre-mer compris. Toutes ont la même dignité. Il n’y a pas de hiérarchies à établir entre elles

42estime le député européen PS, Bernard Poignant, chargé d’un rapport sur les langues régionales remis au Premier ministre, Lionel Jospin, en 2001. Dans ce rapport, il pose deux butoirs pour bâtir une politique en faveur de ces langues :

1 - La langue française doit être la seule et unique langue de la République. C’est la langue des rapports avec l’administration, les services publics, la justice. C’est la langue nécessaire dans notre société de grande mobilité, dans un État qui connaît depuis plus d’un siècle d’importants flux migratoires entre nos régions et en provenance d’autres pays.
2- Il doit n’y avoir aucune obligation pour apprendre une langue régionale et […] il faut exprimer sa volonté de l’étudier […].

43Pour l’auteur du rapport, sauvegarder les langues menacées de disparition

doit être regardé comme un droit et une liberté. À condition que ce combat reste sur le terrain culturel et linguistique et qu’il ne soit pas utilisé comme un levier pour changer les règles de la communauté politique de citoyens que forme la République française.

La passe d’armes Lang-Allègre

  • 12 Le Monde, 15 septembre 2001.

44Sacrifiant à son tour à la repentance, Jack Lang, ministre de l’Éducation nationale, faisait cette déclaration : « La République n’avait pas besoin d’éradiquer les langues et les cultures régionales12 ». Jack Lang a par ailleurs précisé :

Depuis toujours, je suis un militant de la reconnaissance des langues régionales envers lesquelles l’État a un devoir de réparation historique. C’est dans cet esprit que j’ai mis en place le Conseil des langues et cultures de France […]. Je crois qu’aujourd’hui, l’inquiétude n’est plus de mise : la nécessaire diversité culturelle passe par un encouragement du plurilinguisme, y compris l’apprentissage obligatoire d’une langue vivante étrangère. Et cela dès le plus jeune âge. Plus l’enfant joue sur des registres linguistiques différents, mieux il appréhende l’originalité de sa langue maternelle. Il faut lui donner cette chance.

45Ce credo de Jack Lang lui a aussitôt valu cette vive réplique de Claude Allègre, son prédécesseur au ministère de l’Éducation nationale :

La première priorité, c’est le français, et les enfants ont déjà des difficultés en français. La deuxième priorité, c’est de parler anglais. Les langues régionales, ça vient après. […]. Il faudrait que la France fabrique des informaticiens sachant parler anglais, et on nous propose de fabriquer des bergers parlant breton ou occitan […].

46Lang et Allègre ont l’un et l’autre le mérite de reformuler la question : Lang en éludant l’objection juridique pour se placer sur le terrain pédagogique — la question de l’immersion — et historique — la question de la réparation —, Allègre, en faisant glisser astucieusement la question sur le terrain régional en préconisant que ce soient les régions qui financent cette option linguistique.

47Cultiver l’héritage en renouant avec les langues régionales ou préparer l’avenir en apprenant l’anglais ? Michel Tournier, dans Le Vent Paraclet nous apporte une clef pour mieux comprendre la genèse de ce débat toujours récurrent entre les anciens et les modernes :

Cette crise inaugurée au xviiie siècle se présente comme la charnière autour de laquelle va tourner l’éducation, passant du primat de la formation morale de nature initiatique à celui d’une information orientée vers des buts pratiques. Dès lors, l’initiation ne va cesser de reculer […].

Pierre Bourdieu : la fracture sociale passe par le langage

  • 13 Actes de la recherche en sciences sociales, 4 juillet 1975.

48Quand bien même toute la France parlerait maintenant français, les Français seraient-ils pour autant tous égaux devant la langue ? Non, répond Bourdieu, rappelant ainsi qu’après deux siècles la mise en garde de Condorcet sous la Législative restait toujours d’actualité : ceux qui ne comprennent pas le français seraient dépendants des autres pour lire les textes et ne pourraient de ce fait exercer la plénitude de leurs droits de citoyens. En 1975, Pierre Bourdieu publiait avec Luc Boltanski une longue étude sur « le fétichisme de la langue13 ». Il notait d’emblée l’interaction entre langue et pouvoir :

La langue officielle […] a bénéficié des conditions politiques et institutionnelles (existence d’un État, d’une bureaucratie, d’un système scolaire, etc.) nécessaires à son imposition et à son inculcation : ainsi reconnue et connue (plus ou moins inégalement) par l’ensemble des « sujets » d’une nation, elle contribue à renforcer l’unité politique qui fonde sa domination, ne serait-ce qu’en assurant entre tous les membres de cette unité le minimum de communication qui est la condition de la production et même de la domination symbolique…

49Et Bourdieu de souligner :

L’unification politique de la nation produit une nouvelle forme de diversité, mieux cachée, les dialectes régionaux s’effaçant peu à peu pour laisser la place aux dialectes de classe. […].Confrontés aux produits qu’offrent sur le même marché les professionnels de la production de discours (la langue écrite des auteurs consacrés et la langue orale des professionnels de la parole) et les membres de la classe dominante (la langue parlée dans la bonne société), les langues régionales et les usages populaires de la langue officielle subissent un déclassement systématique : les premiers se trouvent réduits à l’état de patois, tandis que les seconds sont convertis […], en jargons vulgaires, charriant « incorrections » et « provincialismes », donc totalement dévalués et impropres aux usages officiels…

50et de noter encore :

La dépossession symbolique ne peut s’accomplir que si les dépossédés collaborent à leur dépossession […]. Les classes populaires ne parlent pas. Elles sont parlées, même quand elles se donnent des porte-paroles.

51On est passé de l’innocence primitive des dialectes, sans confrontation, à une culpabilisation quand une langue et ses normes imposent du dehors et d’en haut leur supériorité. Ainsi, le français, s’il est parvenu au premier but que lui assignait la Révolution : son hégémonie sur l’ensemble du territoire, a abouti paradoxalement à une structuration sociale qui l’éloigné d’un autre enjeu majeur : l’égalité de tous devant la langue.

L’illettrisme, témoin de la fracture linguistique

52Un siècle après Jules Ferry, deux siècles après la Révolution, la partie ne serait donc pas gagnée ? Non, puisque la question de l’illettrisme est posée.

Le terme a été inventé à la fin des années soixante-dix par le mouvement ATD Quart-Monde, à l’époque où l’association a infléchi son action de la lutte contre la pauvreté vers la lutte contre l’ignorance. La France considérait alors qu’il n’y avait pas d’analphabètes en dehors des travailleurs étrangers. On estimait que la politique scolaire mise en œuvre depuis Jules Ferry avait permis de donner la maîtrise de l’écrit à tout le monde,

53rappelle Bernard Lahire, professeur de sociologie à l’École normale supérieure de Lille. Il précise :

C’est avec la mise en place de mesures de traitement social du chômage, dans les années quatre-vingt qu’on s’est rendu compte que toute la population ne maîtrisait pas la lecture et l’écriture.

54En 1984, le gouvernement créé un Groupe permanent de lutte contre l’illettrisme auquel a succédé en octobre 2000 l’Agence nationale de lutte contre l’illettrisme, qui a son siège à Lyon. La lutte contre l’illettrisme a été retenue comme une priorité nationale par la loi d’orientation du 29 juillet 1998 relative à la lutte contre les exclusions : de 2, 3 à 3, 5 millions de personnes sont concernées.

55En octobre 2001, le ministère de l’Éducation nationale réaffirmait la maîtrise de la langue française, orale ou écrite, comme objectif prioritaire en invitant les enseignants du primaire à recentrer les programmes sur cet objectif en abordant désormais l’apprentissage du français à travers toutes les disciplines. Simultanément la prise de contact avec une langue étrangère ou régionale était préconisée dès la grande section de l’école maternelle.

Pour conclure

56Avec son monolinguisme affiché et le peu d’appétence des Français pour les autres langues, notre pays fait un peu figure d’exception dans le monde. Mais la France a-t-elle été jamais le pays d’une seule langue ? Il faut y regarder de beaucoup plus près avant de l’affirmer.

  • Au xvie siècle, le latin est encore omniprésent, bien que sur le point d’être supplanté par le français. Il cède du terrain à la Révolution, mais revient en force dans les lycées-casernes de Napoléon. Depuis 813, l’Église prêche en langue vulgaire, mais prie en latin jusqu’à Vatican II. Calvin fait le choix du français pour populariser sa Bible et du latin pour la propager hors des frontières.
  • La question des traductions se pose de bout en bout. Langues anciennes/ langues modernes au xvie siècle, langue française/langues locales sous la Révolution, langues-pivots dans l’Europe d’aujourd’hui et dans les instances internationales.
  • Repli identitaire, quête de repères ? La question des langues régionales, qu’on pouvait croire en voie d’extinction, a été réactivée dans un monde caractérisé par la mondialisation croissante et un inéluctable métissage. Cette aspiration identitaire est partagée par les langues issues de la colonisation et de l’immigration, par exemple le berbère, qui revendique simultanément en Algérie le statut de langue nationale et en France celui de langue régionale.
  • L’enseignement élémentaire se recentre sur le français, mais l’enseignement des langues étrangères arrive dans les écoles primaires, avec l’obligation pour les élèves d’apprendre une langue étrangère. L’anglais, déjà choisi dans le secondaire par une très grande majorité, va devenir de ce fait notre seconde langue nationale.
  • Du coup de gueule d’Etiemble salutairement poussé en 1964 contre le « franglais » au coup d’arrêt tenté par la loi Toubon de 1994 en passant par le Haut Comité pour la défense de la langue française en 1966, assisterait-on à d’ultimes raidissements avant le grand déferlement ? On est passé d’un français conquérant (la Renaissance, l’Encyclopédie, la Révolution) à une position défensive nourrie par la nostalgie d’un âge d’or.
  • Un repositionnement s’opère dans le contexte de l’Europe (avec l’opportunité offerte par les langues-pivots) et de la mondialisation (avec le concept fécond de la Francophonie). La France, il y a peu encore, si hégémonique et dominatrice dans ce domaine, semble s’être convertie à son tour au pluralisme linguistique, au dedans comme au dehors. Menacée par l’anglais, y compris, dans certains domaines de pointe, sur son propre territoire, elle se bat désormais… à front renversé.
  • Le principe même d’exception culturelle qu’elle revendique si fortement et les valeurs universelles dont elle reste porteuse font devoir à la France de défendre maintenant sa langue différemment mais aussi plus ardemment. Face à la tentation de l’abandon et à notre impardonnable laxisme, elle devrait faire sienne la résistance, l’exigence et la créativité exemplaires du Québec et s’inspirer aussi de la belle leçon de ténacité que lui donnent les langues régionales : français, corse et breton, même combat !

Notes

1 Michel Tournier, Le Vent Paraclet, Paris, Gallimard, « Folio », p. 88 et 308.

2 Ferdinand Brunot et Charles Bruneau, Histoire de la langue française, Paris, A. Colin, 1967. Ferdinand Brunot (1860-1938) illustre parfaitement cette passion française qu’est notre langue à laquelle il a dressé un véritable monument. À travers les citations que nous faisons de lui, c’est aussi un hommage que nous voulons expressément rendre à ce Michelet de la langue que fut Ferdinand Brunot qui a pris place lui-même désormais, comme Littré, dans l’histoire de notre langue.

3 Auguste Brun, Parlers régionaux. France régionale et unité française, Paris ; Toulouse, Didier, 1946.

4 Sur La Deffence et Illustration de la langue françoyse resituée dans le contexte de son siècle et sur Du Bellay, cf. G. Cesbron (éd.), Actes du colloque international Joachim du Bellay 1989, Presses de l’Université d’Angers, 1990 ; Actes des Journées de la langue française à Liré, les 23 au 23 octobre 1999, Musée J. Du Bellay, déc. 1999 ; J. Boislève, « Portrait-rencontre : Joachim du Bellay à Liré », Revue Encres de Loire, 1999.

5 Michel Ragon, Le Roman de Rabelais, Paris, Albin Michel, 1993 et « Entretien avec l’auteur », J. Boislève, Revue de l’Académie de Bretagne, 2001.

6 L’Académie : son officialisation par Richelieu en 1635 consacre le statut particulier des gens de lettres dans la société française.

7 Les dictionnaires, véritables marqueurs et mémoire de la langue. Le plus récent d’entre eux, le Trésor de la langue française, désormais interrogeable sur la toile, atteint les 100 000 mots. Il convient de mentionner aussi l’Atlas linguistique de la France mis en œuvre par Jules Gilliéron (1854-1926).

8 Élu député à la Convention, Grégoire y est membre du comité d’Instruction publique. En cette qualité, il multiplie les rapports sur les réformes nécessaires à l’éducation d’un peuple qu’il veut régénéré, unifié et instruit. De là notamment son enquête relative « aux patois et aux mœurs des gens de la campagne », lancée pendant la Constituante et qui aboutit au rapport de prairial an II « sur la nécessité et les moyens d’anéantir les patois et d’universaliser l’usage de la langue française ».

9 Michel de Certeau, Dominique Julia, Jacques Revel, Une Politique de la langue. La Révolution française et les patois, Paris, Gallimard, 1975.

10 Michel Ragon, Enfances vendéennes, Rennes, Éditions Ouest-France, p. 28-29, 37-38.

11 Pierrette Fleutiaux, Des phrases courtes, ma chérie, Arles, Actes Sud/Éditions Lemeac, p. 127-129.

12 Le Monde, 15 septembre 2001.

13 Actes de la recherche en sciences sociales, 4 juillet 1975.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540