Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quelles perspectives pour la langue française ?

 | 
Françoise Argod-Dutard

Introduction

Henriette Walter

Texte intégral

1Les premières Rencontres de Liré avaient été organisées en 1999 autour de l’héritage de Joachim Du Bellay pour commémorer le 450e anniversaire de La Deffence et illustration de la langue françoyse, ouvrage paru en 1549. Elles se terminaient par une séance sur le thème : « Le français, une ouverture au monde ».

2C’était le prélude aux rencontres de cette année, encore plus résolument ancrées dans une vision dynamique de la langue française et qui se dérouleront selon trois axes principaux : diversité des usages, indispensable adaptation de la langue aux nécessités nouvelles, place du français dans le monde francophone.

Le français parmi les langues du monde

3Avec les progrès de la mondialisation dans tous les domaines, une inquiétude commence à se faire jour : celle de voir reculer la richesse humaine émanant de la diversité du monde au profit d’une uniformisation sans charme. Dans cette même optique, le besoin se fait sentir de réfléchir aussi sur les multiples langues qui nous entourent, sur leur état actuel et sur leur devenir. On comprendra dès lors que ce n’est pas un hasard si ces deuxièmes Rencontres de Liré autour de la langue française s’ouvrent, de façon symbolique, sur une table ronde replaçant volontairement le français parmi les langues du monde.

  • 1 André Martinet, Des steppes aux océans. L’indo-européen et les « Indo-Européens », Paris, P (...)

4Elles se comptent par milliers, et le français a eu la chance d’appartenir à une grande famille de langues qui tient elle-même une place de choix parmi les autres familles linguistiques car elle représente près de la moitié de la population mondiale : il s’agit de la grande famille indo-européenne1, où figurent aussi bien les langues classiques de l’Antiquité — grec, latin ou sanskrit — que des langues modernes au passé glorieux mais à l’avenir incertain, et d’autres au destin prestigieux, comme l’anglais ou le français, l’italien, l’espagnol ou le portugais, l’allemand ou le russe. Qui plus est, certaines de ces langues ont eu le privilège de s’implanter à partir du xvie siècle très loin de leur lieu d’origine, si bien que de nos jours quatre d’entre elles sont devenues les principales langues des Amériques : le portugais, l’espagnol, l’anglais et le français. De plus, le français partage avec l’anglais le privilège d’être parlé ou enseigné aux quatre coins de la planète, et les contacts entre les diverses langues mises en présence ont toujours été enrichissants pour les unes et les autres.

La langue française, généreuse

5Depuis des siècles, le français a eu de multiples occasions de donner abondamment aux autres langues : chef (de cuisine) est passé en anglais, en italien, en portugais ou en grec moderne ; carte blanche s’emploie très naturellement en allemand ; perron est le mot néerlandais pour désigner un quai ; soutien désigne le soutien-gorge en portugais et carné (sic), les papiers d’identité en espagnol. De son côté, le roumain a adopté et adapté porte-monnaie, foulard, galanterie ou appartement. Plus loin de nous, en persan, merci, manteau, cadeau, appartement, mime et maman font partie du vocabulaire courant.

  • 2 Sergio Corrêa da Costa, Les Mots sans frontières, Monaco, Éditions du Rocher, 1999, 890 p.

6La liste pourrait s’allonger indéfiniment car une étude récente2 a permis d’établir que dans le domaine des mots sans frontières, le français tient la première place, devançant l’anglais d’une courte longueur.

La langue française, hospitalière

7Jetons à présent un regard sur les origines et le développement de la langue française et nous verrons qu’elle s’est aussi beaucoup enrichie en puisant dans des dizaines de langues, proches ou lointaines.

  • 3 Henriette Walter et Gérard Walter, Dictionnaire des mots d’origine étrangère, Paris, Larousse, (199 (...)

8Cette langue française qui nous réunit aujourd’hui a pour origine lointaine le latin arrivé en Gaule il y a plus de deux mille ans, mais elle n’a véritablement émergé en tant qu’individualité que mille ans plus tard. Le passage du latin au français a été un processus lent, dont il faut souligner qu’il ne s’est jamais fait en vase clos, mais avec l’apport de nombreuses autres langues3 de plusieurs langues voisines, bien sûr, comme l’allemand à qui le français doit accordéon, nouille ou valse, comme l’espagnol avec cédille ou le verbe caracoler, comme le portugais avec caravelle ou marmelade, mais aussi de quelques langues aux tonalités exotiques et qui nous ont transmis des mots devenus familiers : par exemple chiffre, zéro, jupe ou alcôve, venus de l’arabe, nénuphar, que nous devons au persan, ou encore séraphin, chérubin, pris à l’hébreu. Il y a aussi le nahuatl, qui nous a donnés, par l’intermédiaire de l’espagnol, des mots aujourd’hui bien naturalisés, comme chocolat, cacao, cacahuète ou tomate, et c’est de l’arawak, autre langue amérindienne, que proviennent savane, canot ou maïs.

9Je m’attarderai un peu plus longuement sur une langue très proche et sur le rôle qu’elle a joué dans la constitution du lexique français : la langue italienne. En effet, à quoi ressemblerait le français sans tout ce qu’il doit à l’italien ? Les verbes réussir et caresser, les adjectifs pittoresque et ingambe, les substantifs festin, solfège, concert, boussole, gazette, caleçon, costume, veste et des centaines d’autres formes lexicales aujourd’hui tout à fait intégrées ont été de généreux présents de l’italien.

10Les linguistes ont un admirable euphémisme pour nommer ces cadeaux lexicaux : ils les nomment pudiquement des emprunts, comme s’il s’agissait d’un apport provisoire. Mais c’est la plupart du temps du provisoire qui dure.

11Ainsi, quand, à la suite de son séjour en Toscane en 1580, Montaigne décrit en détail ce qu’il nomme doccia sous sa forme italienne, il ne se doute pas qu’il devient un passeur de mots et que douche fera bientôt partie de l’inventaire lexical du français. C’est dans les écrits de Montaigne qu’apparaissent aussi pour la première fois bien d’autres mots aujourd’hui totalement francisés, comme baguette, ombrelle, contraste, fracasser ou villanelle, et c’est chez Rabelais que l’on trouve les premières attestations de soutane, sentinelle, ballon, gondole ou de l’expression à l’improviste, tous d’origine italienne.

12Il faut dire que le xvie siècle a été celui d’une attirance irrésistible pour tout ce qui venait d’Italie, à commencer par la langue italienne. Non sans des mises en garde et des réticences, que l’on découvre chez Ronsard par exemple, lui qui, tout en n’hésitant pas à employer le mot camisole venu de l’italien, refusait inexplicablement sentinelle ou embuscade. Du Bellay, de son côté, regrettait l’introduction en français de soldat et de bravade. Après un séjour de près de trois ans en Italie, il rappelait dans des vers célèbres son attachement à son petit Liré empreint de douceur angevine :

Plus me plaist le séjour qu’ont basti mes ayeux
Que des palais Romains le front audacieux.
Plus que le marbre dur me plaist l’ardoise fine,
Plus mon Loyre Gaulois que le Tybre latin
Plus mon petit Lyre que le mont Palatin
Et plus que l’air marin, la douceur angevine.

Le français, terre d’échanges

13À se plonger dans l’époque paradoxale de la Renaissance, qui est en même temps l’époque de l’affirmation du français face au latin et la période d’un prodigieux renouvellement lexical en grande partie dû à l’afflux massif de vocabulaire italien, on en oublierait presque d’évoquer les mouvements lexicaux de l’époque actuelle, où c’est l’anglais qui représente une menace non seulement pour le français mais pour l’intégrité et l’identité des autres langues.

14Face au spectre de la mondialisation linguistique et de la crainte de voir s’imposer une langue unique, il est bon de rappeler que chaque langue apporte sa vision du monde et contribue au patrimoine culturel de l’humanité. De plus, les échanges réciproques entre les langues favorisent une attitude de tolérance. On peut reconnaître ce que l’on doit aux autres langues du monde tout en éprouvant de la tendresse et du respect pour ce qui a forgé l’identité de chacun.

15Peut-être le meilleur moyen de maintenir cette diversité enrichissante est-il, non pas de s’entourer frileusement de remparts défensifs mais plutôt de s’ouvrir aux autres, d’apprendre et d’enseigner les langues venues d’ailleurs tout en continuant à diffuser encore et toujours la langue française hors de ses frontières originelles.

Notes

1 André Martinet, Des steppes aux océans. L’indo-européen et les « Indo-Européens », Paris, Payot, 1986, 274 p.

2 Sergio Corrêa da Costa, Les Mots sans frontières, Monaco, Éditions du Rocher, 1999, 890 p.

3 Henriette Walter et Gérard Walter, Dictionnaire des mots d’origine étrangère, Paris, Larousse, (1991), 2e éd. revue et augmentée, 1998, 427 p., ainsi que Henriette Walter, L’Aventure des mots français venus d’ailleurs, Paris, Robert Laffont, 1997, 344 p. (Prix Louis Pauwels 1998).

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540