Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quelles perspectives pour la langue française ?

 | 
Françoise Argod-Dutard

Préface

Gabriel de Broglie

Texte intégral

1La situation respective des langues dans le monde fut toujours liée à la puissance des peuples qui les parlent et les grandes langues liées au sort des empires. Dans le monde d’aujourd’hui, le pouvoir dépend certes de la politique et de la force militaire, mais plus encore des conditions économiques, scientifiques, techniques. Or les nombreux instruments de pouvoir développent, chacun, leur langage spécialisé. D’où l’extrême importance de cette question prospective : comment le français évolue-t-il face au défi des langages spécialisés ?

2Une superpuissance domine le monde. Sa langue s’impose dans de nombreux domaines. Cette langue véhicule des images, des héros, des usages, à la fin un mode de pensée, qui se répandent sur l’ensemble de la planète où ils exercent une domination économique et culturelle, que certains dénoncent comme un néocolonialisme.

3Cette domination est le résultat d’une volonté politique. Toutes les puissances ont une politique linguistique et celles qui le reconnaissent le moins ouvertement ont la plus déterminée. Sans céder à une obsession antiaméricaine, il faut constater que les États-Unis d’Amérique ont une politique linguistique très volontaire, appliquée par le pouvoir fédéral, les grandes agences gouvernementales, les fondations et les universités, les grandes affaires.

4D’autre part, les techniques modernes de communication donnent à l’impérialisme linguistique des moyens de propagande, de pression, de séduction jamais réunis dans le passé. D’où cette idée, qui nous vient de l’empire romain, d’une lingua franca qui s’imposerait de manière universelle, pour le plus grand bien et le progrès de l’humanité. Cette idée est si bien présentée qu’elle trouve autant de partisans chez les dominés que chez les dominateurs.

5L’idée, pour certains le rêve, sont-ils en train de se réaliser ? Je ne le crois pas. Je ne vois pas le monde en voie d’unification linguistique. Je pense même que le concept d’une langue universelle est une idée scientiste de la fin du xixe siècle, aujourd’hui dépassée.

6L’anglo-américain est-il en train de se substituer aux langues artificielles dans leur ambition d’universalité ? Non plus et pour plusieurs raisons. Tout d’abord la langue d’usage qui sert aux touristes, aux commerçants ou aux experts à l’occasion de leurs contacts internationaux est une langue pauvre de quelque 500 mots, qui ne peut pas se substituer aux langues complètes des nations ni rendre toutes les précisions et les nuances d’échanges entre intellectuels de différentes sphères linguistiques. Au-delà des simples conventions utilitaires, la traduction reste indispensable. D’autre part, les États-Unis ne sont pas eux-mêmes, sur leur territoire, en voie d’unification linguistique et les langues minoritaires, l’espagnol surtout, s’y développent. Enfin, les langues de toutes les grandes nations sont en expansion numérique et aucune ne donne des signes de dépérissement. Le chinois mandarin est parlé par un milliard de personnes, l’hindi par près de cinq cents millions. Les grandes nations démontrent toutes une solidité linguistique. L’Allemagne et l’Espagne se sont dotées d’une législation linguistique. Le parlement russe étudie un régime inspiré de la loi Toubon. Le Japon préserve sa langue, de même l’arabe littéraire est entendu par trois cents millions de personnes.

7Mais si le monde n’est pas en voie d’unification linguistique, c’est surtout grâce à la vitalité des grandes langues internationales qui sont au nombre de quatre, l’anglais, le français, l’espagnol, le portugais, auxquels se joindront peut-être le russe et le chinois. Pour accéder à ce rang, ces langues doivent présenter des caractéristiques qui leur permettent de conserver leur vocation de communication mondiale : chiffre suffisant de population, attachement à la langue, vocabulaire et néologie vivants permettant de désigner toutes les notions et réalités nouvelles à mesure qu’elles apparaissent, langue d’échange pour une activité économique suffisante, langue parlée sur plusieurs continents, présence sur tous les réseaux modernes de communication, véhicule d’une culture d’un rayonnement universel.

8On remarquera que la plupart de ces caractéristiques sont d’ordre matériel. Le français les réunit toutes, avec l’anglais. À l’échelle de la planète, notre langue ne se trouve pas dans la situation alarmante que certains dénoncent parfois. Le français n’a jamais été parlé par un aussi grand nombre de locuteurs qu’aujourd’hui. Les francophones réels sont au nombre de cent dix millions, les francophones occasionnels de soixante millions, et les francisants ayant des notions de français de cent dix millions. Les francophones sont dispersés sur les différents continents. La qualité moyenne du français écrit et parlé — qu’est-ce que la qualité moyenne d’une langue ? — se situe à un niveau meilleur, sur le plan international, que celui de toutes les autres langues, meilleur sur notre territoire que celui en usage il y a un siècle. Notre langue se déforme peu, elle évolue, elle s’enrichit. Elle est en outre parlée, souvent très bien, par des élites étrangères qui lui conservent une part de son statut ancien. Cela la place au deuxième rang des grandes langues mondiales.

9Mais le français tient, en outre, la place de l’ancienne langue dominante. Nous vivons dans la nostalgie du temps où les dirigeants du monde s’exprimaient en français. Nous avons tendance à attribuer ses régressions à de mauvais coups du sort. Mais en réalité, nous nous gardons bien d’appliquer à la langue les critères et les conditions du développement. La première de ces conditions est démographique. Or la démographie française n’a plus cessé de s’affaiblir depuis le milieu du xviiie siècle, et nous n’avons jamais, sauf au Québec, établi de peuplements outre-mer.

10C’est sans doute à cette situation de langue détrônée que les Français doivent le dépit qu’ils éprouvent à l’égard de la prépondérance de l’américain. Mais ni les données de l’économie, ni celles de la technologie ne conduisent au triomphe d’une seule langue et à l’unification linguistique du monde.

11Les lois de l’économie ne me paraissent pas avoir un effet unique sur la langue. La recherche, la science, la haute technologie favorisent sans doute, nous le voyons bien, l’emploi d’une langue commune. C’est beaucoup moins vrai pour les processus de production, la gestion des ressources humaines. Ce ne l’est plus du tout pour le commerce, la distribution des produits. Les sociétés multinationales trouvent au contraire dans la diversité linguistique de leurs marchés, non un obstacle mais un atout supplémentaire qui leur permet d’adapter leurs produits et leurs circuits aux différents marchés mieux que ne peut le faire les entreprises qui n’ont pas leur dimension.

12On s’interroge sur le devenir de l’Union européenne. Engage-t-elle nos vieilles nations vers une fusion linguistique ? Le traité de Rome est muet sur les langues. Le traité de Maastricht proclame le principe de la diversité culturelle. La diversité linguistique de l’Europe est constitutive de la communauté et donc de l’appartenance des membres à cette communauté. Elle n’est pas plus évitable que la diversité de l’histoire, des cultures, et même de la géographie de l’Europe. Si l’objectif économique est de créer un marché unique, l’entrave principale ne réside pas dans les langues, mais dans les rivages et les montagnes, que nul n’envisage d’éliminer.

13D’où viennent donc ces questions résurgentes des langues de travail, de l’étiquetage des produits, de la langue des brevets ? Périodiquement, une initiative maladroite de la Commission ou d’un pays de langue non latine vient relancer un débat qui a déjà été tranché. La France proteste et ses partenaires la laissent monter seule au créneau, sachant qu’elle est le meilleur défenseur d’un principe auquel tiennent treize des quinze membres de l’Union, le plurilinguisme, sachant aussi que tout ce qui méconnaîtrait la diversité linguistique de l’Europe serait sans avantage économique, entraînerait au contraire un appauvrissement, pas seulement culturel, et des conflits linguistiques bien inutiles.

14Si l’on fait masse de toutes les nouvelles techniques de communication, on constate que la société de l’information réduit globalement la place des langues, dont on se sert de moins en moins. L’image, l’icône, l’informatique personnelle, les multiples usages de l’Internet comme outil ont remplacé dans un grand nombre de circonstances l’usage des langues.

15En même temps, grâce à la dématérialisation des services numériques et à la souplesse infinie de l’Internet, les lois de l’uniformisation ne jouent plus. Toute langue peut désormais être préservée, même celles des tribus de l’Amazonie. Mais beaucoup de langues ne sont plus assez perfectionnées, ni complètes, pour suivre le progrès de la société de l’information. À cet égard, les grandes langues internationales voient leurs positions respectives stabilisées et consolidées. Le français, au même titre que les autres langues, bénéficie de cet avantage acquis.

16C’est qu’en réalité, il n’y a pas de fatalité en matière de langue. Les marxistes ont convenu que le matérialisme historique ne s’appliquait pas en ce domaine. Le mouvement des langues n’est pas seulement commandé par des phénomènes de puissance. Il dépend aussi des caractères propres de chaque langue, de leur efficacité en tant que langage. Le français, de ce point de vue, avait succédé au latin. Pourquoi, pour combien de temps ?

17La situation actuelle du français, langue unique et unifiée en usage en France est exceptionnelle dans le monde et récente. Le confort des Français dans leur langue date de quatre-vingt-cinq ans. Il y a peu de différences entre les niveaux de la langue, maternelle, populaire, officielle, de culture. À travers le monde, aussi, le français se déforme peu, beaucoup moins que l’anglais et l’espagnol. Notre langue est normalisée, institutionnalisée et figée. Le vocabulaire se rétracte. Il y a certes des emprunts à l’anglais, mais moins qu’il y a quarante ans. La création de néologismes, d’expressions nouvelles est une nécessité pour exprimer toutes les réalités nouvelles, que le français ne satisfait qu’avec effort et timidité. Le français parlé connaît des relâchements qui parfois proviennent d’un perfectionnisme. L’orthographe connaît sans doute la détérioration la plus grave. On notera encore les dégradations du français parlé. La prononciation évolue aussi en même temps que les accents régionaux s’estompent. On pourrait inclure, dans le panorama des usages actuels, l’apparition des argots, du verlan, des suffixes en -os, du langage des banlieues.

18Globalement cependant, le français ne perd pas ses qualités qui continuent à être reconnues, hors de la sphère francophone, et prennent à ce titre plus de prix.

19Les qualités du français ? La principale qui contient toutes les autres est la clarté. Le français n’est pas seulement clair, il tend à la spéculation, à la démonstration, au commandement et à la synthèse. Cela est dû à quelques caractères indéfiniment célébrés : l’ordre direct de la phrase qui procède du particulier au général, de ce qui commande la compréhension à ce qui en découle, l’équilibre entre le nom qui exprime les formes fixes et les concepts et le verbe, qui exprime les formes en mouvement et l’action. Cela est dû à la richesse des verbes français en temps, en modes, en formes, à la force des conjonctions, à la précision de son vocabulaire abstrait, à sa syntaxe indestructible.

20Pour l’avantage qu’il donne à la stabilité sur le mouvement, à la raison sur les sentiments, à l’institution sur l’intimité, à l’ordre sur le désordre, au vertical sur l’horizontal, le français offre l’outil le plus évolué au service de l’activité intellectuelle.

21Mais cet outil n’est pas le seul, il y en a un autre, l’anglais, qui est plus facile, plus court, mieux adapté au monde de l’économie, de l’entreprise. Il fait prévaloir la simplicité sur la forme, la rapidité sur la concision, l’échange sur l’analyse, la communication sur la déclaration. D’où l’inévitable interrogation : le français ne correspond-il pas à un moment dépassé de la civilisation, ses qualités conviennent-elles à notre société de consommation, de permissivité ?

22Le français présente une autre qualité, elle aussi façonnée par son histoire, mais possédant tout son prix dans le monde où nous vivons : il n’est pas oppresseur, pas même impérialiste. Au faîte de sa puissance, il n’a jamais combattu ni éliminé les langues étrangères, sa vocation a toujours été et reste au contraire la coexistence, la complémentarité, le passage d’une culture à une autre, d’une conception du monde à une autre. Après avoir été la langue des cours et celle de la révolution, la langue de l’héritage et celle des droits de l’homme, le français est devenu, en quelques décennies, le ciment de l’un des réseaux importants de la planète, la Francophonie.

23C’est un réseau dense et chaleureux, mais déséquilibré et pas assez généreux, en tout cas de la part de la France. Le nombre des partenaires augmente (cinquante-cinq pays au sommet de Beyrouth) qui n’ont pas tous nécessairement « le français en partage », mais sont attirés par une solidarité qui n’est pas seulement linguistique, et qui risque de se dissoudre dans une forme de résistance à la mondialisation. L’ensemble est pauvre, menacé et souvent timide, mais il réagit avec vigueur, il est en voie d’expansion numérique, de développement institutionnel et de consolidation.

24Le français ne relie pas seulement les pays de la francophonie. Il facilite l’accès à toutes les langues et l’échange entre elles. Langue ouverte, il favorise la similarité entre une langue et une culture, contrairement à d’autres langues plus fermées. Il capte et développe la sympathie entre les cultures. Il est recherché pour son aptitude au dialogue, les traducteurs l’apprécient comme la plate-forme la mieux conçue, le pont le plus sûr pour les traductions, même pour celles d’une langue étrangère à une autre.

25Les qualités de la langue française garantissent donc son développement. On a tout dit sur la faillite de l’enseignement du français en France. Le premier degré fabrique une proportion alarmante d’illettrés qui restent, dans le second degré des handicapés du français, handicap qui ne les empêchera pas d’accéder à l’enseignement supérieur, mais qu’ils ne rattraperont pas.

26Le scandale est d’autant plus grand que le français s’enseigne hors de France, comme langue maternelle, langue d’enseignement ou langue étrangère, par cent mille professeurs de français répartis dans cent dix-huit pays. Ces enseignements sont loin d’être frappés de la même stérilité. À l’étranger, on apprend le français, tout simplement, et un peu de littérature française de surcroît.

27L’entretien d’une langue comporte aussi sa diffusion par tous les canaux, la presse, le livre, la télévision, le cinéma, les conférences, les expositions, les centres culturels, les alliances françaises, les tournées théâtrales. La panoplie est complète mais il n’est pas sûr qu’elle atteigne la masse critique dans chaque cas.

28L’entretien de la langue passe aussi par sa présence dans les nouveaux médias. Tous les moyens devraient être conjugués pour accroître l’offre des documents en français et généraliser l’accès des Français à l’Internet.

29Les techniques informatiques appliquées à la langue constituent une aventure naissante mais vont connaître de grands développements : traitement de toutes sortes de documents, banques et bases de données, recherche et tri d’informations, édition assistée par ordinateur, logiciels de correction de l’orthographe et du style, aide à la rédaction de résumés automatiques, logiciels de génération de textes à partir de résumés, de traduction automatique ou assistée par ordinateur. Elles ont aussi abordé le domaine du traitement vocal de la parole, du locuteur, de la langue, des mots, des sujets, la dictée automatique.

30Pour le moment, ces industries n’affectent pas globalement la santé de la langue mais elles commanderont son emploi au niveau mondial dans l’avenir et la situation respective d’une langue par rapport aux autres pour arriver, à la fin, à mettre en cause sa survie en tant que langue internationale.

31Les États-Unis sont très engagés dans les industries du langage. Ils investissent dans de multiples applications qui ont toujours des débouchés économiques. Les pays asiatiques, le Japon, la Corée, la Chine les ont suivis dans cet effort, par nécessité, pour que la spécificité de leurs langues ne leur ferme pas l’accès aux ressources linguistiques mondiales. L’Europe aborde ces questions dans un esprit plus désintéressé, avec la contrainte du multilinguisme qui, dans ce cas, est plus un avantage qu’un inconvénient, mais de façon dispersée, souvent en concurrence. La France a été pionnière dans ce domaine, pour le traitement oral et pour l’écrit, avec l’œuvre monumentale qu’est le Trésor de la langue française, enviée, copiée à l’étranger, aujourd’hui enfin entièrement informatisée. Mais l’effort n’a pas été soutenu. La France a pris du retard, notamment par rapport à l’allemand. Ce retard est tel qu’elle ne peut plus se présenter seule face à l’anglais. Nous devons unir nos efforts avec nos principaux partenaires européens, l’Allemagne, l’Espagne, la Grande- Bretagne dont les ressources langagières sont différentes de celles des États-Unis pour les industries du langage, jouer des synergies communautaires et remettre en marche les projets bien conçus qui avaient été lancés il y a huit ou dix ans.

32On pourrait allonger la notice d’entretien de la langue. Ce serait donner à cette dernière un caractère trop mécanique, trop utilitaire. Ces disciplines sont désignées par le terme : génie linguistique. On est loin, on le voit, du génie de la langue, et plus loin encore du génie littéraire.

33Et cependant ! J’aimerais pour terminer donner un exemple en réponse au défi des langages spécialisés. Dans le plus vaste des corpus linguistiques informatisés, le Trésor de la langue française, prenons deux mots : pays, et le verbe plaire. Demandons à la banque de faire apparaître tous les cas où ces deux mots figurent dans un groupe de cinquante mots. Aussitôt plusieurs citations apparaissent dans l’œuvre de Joachim Du Bellay, et combien d’autres dans la littérature française !

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540