Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La chanson poétique du XIXe siècle

 | 
Brigitte Buffard-Moret

Deuxième partie. La chanson des poètes au XIXe siècle : quand les mots se font musique

I. Entre tradition mondaine et inspiration romantique : les chansons d’Alfred de Musset

Texte intégral

Des « chansons à mettre en musique »

1Le changement ne se fait pas néanmoins de façon brutale et Musset, dans son premier recueil poétique, publie des Chansons à mettre en musique qu’il fait précéder d’une épigraphe reproduisant les paroles de Suzanne à Chérubin dans La Folle Journée : « Allons, bel oiseau bleu, chantez la romance à madame », se plaçant ainsi dans la tradition de la chanson mondaine destinée à être chantée. Il avait commencé en 1824, à l’âge de quatorze ans, par une chanson dont le titre À ma mère était suivi de l’indication de fredon « Sur l’air de : Femme, voulez-vous éprouver… ». Elle commençait comme une chanson à boire, ce qui n’était guère en accord avec le sujet et l’âge de l’apprenti poète, mais l’inscrivait dans la lignée de toute une tradition bachique. Elle reproduisait le vers final bissé de l’air original :

  • 1 Alfred De Musset, « A ma mère », Poésies Posthumes, dans Poésies complètes, édition de Maurice All (...)

Après un si joyeux festin
Zélés sectateurs de Grégoire,
Mes amis, si, le verre en main,
Nous voulons chanter, rire et boire,
Pourquoi s’adresser à Bacchus ?
Dans une journée aussi belle,
Mes amis, chantons en « chorus »
A la tendresse maternelle1. (bis)

  • 2 Ibid., p. 511.
  • 3 Elle ne fut publiée qu’en 1896, après la mort de Musset.

2De la même façon, La Complainte historique et véritable sur le fameux duel qui a eu lieu entre plusieurs hommes de plume très connus dans Paris, à l’occasion d’un livre dont il a été beaucoup parlé de différentes manières, ainsi qu’il est relaté dans la présente complainte2, fantaisie datant de 18333, portait la mention du timbre : « Air de la : Complainte du maréchal de Saxe ».

3Parmi ces Chansons à mettre en musique, L’Andalouse a séduit plusieurs compositeurs et Musset composa quelques strophes supplémentaires au poème Venise pour Gounod qui le lui demandait. Musset a également écrit Rappelle-toi, traduction du lied Vergiss mein nicht de Mozart, comme le signale le sous-titre du poème : Paroles faites sur la musique de Mozart. Cette œuvre lui avait été commandée par Hetzel, qui avait écrit sous le pseudonyme de P.-J. Stahl Voyage où il vous plaira, publié en 1843, dans lequel figura la chanson.

  • 4 Cité par Maurice Allem dans son édition de Alfred De Musset, Poésies complètes, éd. cité, p. 660.

4Beaucoup d’autres chansons de Musset, tant parmi ses Premières Poésies que parmi ses Poésies Nouvelles, sont des chansons de circonstance, comme Le Rhin allemand, composé lors d’une soirée chez Mme de Girardin pour répondre au chant hostile à la France d’un poète allemand, et dont s’emparèrent, selon son frère Paul de Musset, « cinquante compositeurs au moins4 ». La chanson : Lorsque la coquette Espérance…, publiée sans date dans la Revue des Deux Mondes du 1er décembre 1841 et composée de trois quatrains, est elle aussi une chanson mondaine :

Lorsque la coquette Espérance
Nous pousse du coude en passant,
Puis à tire-d’aile s’élance,
Et se retourne en souriant ;

Où va l’homme ? Où son cœur l’appelle.
L’hirondelle suit le zéphyr,
Et moins légère est l’hirondelle
Que l’homme qui suit son désir.

  • 5 Alfred De Musset, Poésies complètes, op. cit., p. 407.

Ah ! fugitive enchanteresse,
Sais-tu seulement ton chemin ?
Faut-il donc que le vieux Destin
Ait une si jeune maîtresse5 !

5M. Jean Sigaux a raconté, dans Le Courrier de Londres du 5 juillet 1891, que ces vers furent composés en l’honneur d’une femme du monde, la baronne D…, sur l’album de laquelle ils furent écrits, et qu’ils y sont suivis d’un poème d’un certain Pélissier, devenu maréchal et duc de Malakoff, qui emploie dans un ordre inverse les rimes de la chanson de Musset : il s’agit bien d’une joute poétique et mondaine :

Pour chanter la jeune maîtresse
Que Musset donne au vieux destin,
J’ai trop parcouru de chemin
Sans atteindre l’enchanteresse.

Toujours vers un nouveau désir
J’ai tendu comme l’hirondelle,
Mais sans le secours du zéphir
Qui la porte où son cœur l’appelle.

  • 6 Cité par Maurice Allem, ibid, p. 659.

Adieu ; fantôme souriant
Vers qui la jeunesse s’élance,
La raison me crie en passant,
Le souvenir vaut l’Espérance6.

  • 7 Cité par Maurice Allem, ibid., p. 654.
  • 8 Alfred De Musset, Premières poésies, p. 141.

6Les chansons de Musset voisinent d’ailleurs dans ses recueils avec d’autres poèmes de circonstance : la pièce A une Fleur, comme l’explique le frère de Musset dans sa Biographie de Musset, fut écrite à la suite d’un échange de compliments et de fleurs entre la comtesse de Fitz-James et le poète7. Musset, dans la tradition des poètes mondains des siècles précédents, use du rondeau, du sonnet et d’autres formes brèves, comme le poème A Madame N. Menessier qui avait mis en musique des paroles de l’auteur8, étrange composition de deux quatrains isométriques au système rimique totalement indépendant (abba ccdd) et d’un sizain hétérométrique.

7Quant à la pièce Adieux à Suzon, qui ne s’intitule pas chanson mais qui comporte un refrain en vers courts avec variation, le dernier ayant un timbre rimique différent de tous les autres refrains, et dont le nom du destinataire réfère à la chanson populaire, elle fut, semble-t-il, composée en l’honneur d’une jeune fille qui inspira une passion à Musset :

Adieu, Suzon, ma rose blonde,
Qui m’a aimé pendant huit jours ;
Les plus courts plaisirs de ce monde
Souvent font les meilleurs amours.
Sais-je, au moment où je te quitte,
Où m’entraîne mon astre errant ?
Je m’en vais pourtant, ma petite,
Bien loin, bien vite,
Toujours courant.

Je pars, et sur ma lèvre ardente
Brûle encore ton dernier baiser.
Entre mes bras, chère imprudente,
Ton beau front vient de reposer.
Sens-tu mon cœur, comme il palpite ?
Le tien comme il battait gaiement !
Je m’en vais pourtant, ma petite,
Bien loin, bien vite,
Toujours t’aimant.

  • 9 Le poème comporte 5 strophes.

[…]9

  • 10 Alfred De Musset, Poésies nouvelles, op. cit., p. 468.

Que notre amour, si tu m’oublies,
Suzon, dure encore un moment ;
Comme un bouquet de fleurs pâlies,
Cache-le dans ton sein charmant !
Adieu ; le bonheur reste au gîte,
Le souvenir part avec moi :
Je l’emporterai, ma petite,
Bien loin, bien vite,
Toujours à toi10.

  • 11 Sainte-Beuve, article du 11 mai 1857 dans le Moniteur, reproduit au tome xiii des Causeries du lun (...)
  • 12 Note de Maurice Allem dans Alfred De Musset, op. cit., p. 700.

8Chez Musset, la chanson apparaît donc encore comme un divertissement léger, où l’on peut retrouver les allusions grivoises du siècle précédent, comme dans les dernières strophes de Ballade à la lune, supprimées d’ailleurs dans la première édition, et sa forme souvent reflète la rapidité de sa composition, avec ses « aimables négligences » que lui a reprochées Sainte-Beuve11. C’est ainsi que les conventions graphiques relatives à la rime et l’alternance entre rime féminine et rime masculine ne sont pas toujours respectées, comme on a déjà pu le constater dans les chansons des siècles précédents. Dans Le Rhin allemand, la rime a qui parcourt tout le poème allie, fautivement si l’on se réfère aux règles encore en vigueur, chantant, sang et blanc. Dans Boléro, pièce que Musset improvisa en 1840, « en joyeuse compagnie12 » et qu’il ne retint d’ailleurs pas pour la publication de ses œuvres dans leur classement définitif, les deux premières strophes comportent deux rimes masculines successives (b et c) et une rime féminine, « orpheline » dans la strophe mais reprise d’une strophe à l’autre (j’aime), comme on l’a déjà vu dans J’ai du bon tabac… :

Quand résonne ta castagnette,
La plus leste et la plus coquette,
C’est Pépa, ma Pépita
Mon beau lutin
Qui rit soir et matin.
Ah !… j’aime, j’aime…
Ah ! Ah ! j’aime cette enfant-là.

  • 13 Ibid., p. 535.

Lorsqu’elle danse le dimanche,
L’œil au vent, le poing sur la hanche,
Ah! Pépita, ma Pépita,
Tes beaux yeux bleus
Comme ils sont amoureux !
Ah !… j’aime… j’aime
Ah ! ah !… j’aime cette enfant-là13.

  • 14 Voir la chanson A Madame de B*** De Boufflers : Fille du ciel au maintien doux… (op. cit., p. 124) (...)

9Certaines chansons ne comportent pas le même schéma rimique dans toutes les strophes, comme Lorsque la coquette Espérance…, citée ci-dessus, qui se clôt par un quatrain en rimes embrassées alors que les deux premiers sont en rimes croisées, ou Boléro et A Saint-Blaise à la Zuecca…, dont toutes les strophes sont différentes, rappelant certaines chansons du xviiie siècle dans lesquelles chaque strophe pouvait avoir un fredon différent14 :

A Saint-Blaise, à la Zuecca,
Vous étiez, vous étiez bien aise
A Saint-Blaise.
A Saint-Blaise, à la Zuecca,
Nous étions bien là.

Mais de vous en souvenir
Prendrez-vous la peine ?
Mais de vous en souvenir
Et d’y revenir,

A Saint-Blaise, à la Zuecca,
Dans les prés fleuris cueillir la verveine,
A Saint-Blaise, à la Zuecca,
Vivre et mourir là !

  • 15 Jean-Louis Backès, « Questions de rythme dans les poésies de Musset », dans Alfred de Musset, Poés (...)
  • 16 Voir ci-dessus p. 155.

10On peut interpréter autrement, dans cette dernière pièce, la « répartition des rimes un peu folle15 », et estimer que l’on a affaire dans les deux derniers couplets à une structure en rabéraa16 : les vers 2-3 forment un tout et la rime féminine a alors son répondant, sous la forme d’une assonance, dans les autres strophes (peine, verveine), et même, sous forme d’une assonance, dans la première (Aise, Blaise). Les deux vers « Vous étiez, vous étiez bien aise/A Saint-Blaise » n’ont d’ailleurs qu’une syllabe de plus que le vers « Dans les prés fleuris cueillir la verveine », et la structure de la première strophe n’est finalement guère différente des deux suivantes. On a ainsi l’impression que ce morceau est avant tout destiné aux modulations de la chanson improvisée dans laquelle on adapte le nombre de syllabes au rythme chanté : si le poète peut en même temps être en règle avec la versification, c’est tant mieux pour lui, mais ce n’est sans doute pas sa préoccupation première quand il compose cette fantaisie à Venise.

11On peut interpréter également dans le sens de la modulation la minime différence qui existe entre les deux premières strophes de Boléro au vers 3, heptasyllabique dans la strophe 1 (« C’est Pépa, ma Pépita »), octosyllabique dans la strophe 2 (« Ah ! Pépita, ma Pépita »). Il en est de même du traitement du « tralala » : « Landerirette », dans la chanson Mimi Pinson : il n’a pas de répondant rimique au sein de la strophe mais comporte le même nombre de syllabes que le vers suivant, ce qui l’intègre au schéma métrique de la strophe :

  • 17 Alfred De Musset, Poésies nouvelles, op. cit., p. 433.

Mimi Pinson est une blonde,
Une blonde que l’on connaît.
Elle n’a qu’une robe au monde,
Landerirette,
Et qu’un bonnet.
Le grand Turc en a davantage.
Dieu voulut de cette façon
La rendre sage.
On ne peut pas la mettre en gage,
La robe de Mimi Pinson17.

  • 18 Sainte-Beuve, causerie du « lundi 11 mai 1857 », Causeries du lundi, t. xiii, éd. cit., p. 371.
  • 19 Ibid., p. 370.
  • 20 Voir ci-dessus, p. 156. Ce rythme se trouve aussi dans plusieurs chansons de Béranger antérieures (...)
  • 21 Toutes les strophes ont un vers semblable (v. 3) et comportent donc le même schéma syntaxique au n (...)

12Quant à la thématique de cette chanson, celle de la jolie fille pauvre mais honnête, elle est dans la droite ligne des vaudevilles du xviiie siècle. Un certain nombre des chansons de Musset, par leur rapport à la musique, les circonstances de leur composition et certains de leurs traits formels et thématiques, continuent à s’inscrire dans la continuation de la chanson du siècle précédent qu’elles renouvellent néanmoins en ce que le « grain d’ironie18 », la « légèreté moqueuse19 » qu’elles contiennent, servent à établir une certaine mise à distance avec leurs modèles. Ainsi la Chanson : « J’ai dit à mon cœur, à mon faible cœur… » a le rythme du décasyllabe césuré 5-5s — qui est celui de bien des chansons légères du xviiie siècle, comme J’ai du bon tabac20 —, pratique des jeux subtils de répétition21 qui, avant d’être ceux de Hugo, ont été ceux des chansons du siècle précédent, et parle de l’inconstance du cœur, comme bien des chansons légères ; mais les répétitions associées à la cadence du mètre donnent un aspect monotone et lancinant à ce poème dont la thématique est aussi celle du désenchantement :

J’ai dit à mon cœur, à mon faible cœur :
N’est-ce point assez d’aimer sa maîtresse ?
Et ne vois-tu pas que changer sans cesse,
C’est perdre en désirs le temps du bonheur ?

Il m’a répondu : Ce n’est point assez,
Ce n’est point assez d’aimer sa maîtresse ;
Et ne vois-tu pas que changer sans cesse
Nous rend doux et chers les plaisirs passés ?

J’ai dit à mon cœur, à mon faible cœur :
N’est-ce point assez de tant de tristesse ?
Et ne vois-tu pas que changer sans cesse,
C’est à chaque pas trouver la douleur ?

  • 22 Alfred De Musset, Premières poésies, op. cit., p. 123. Sont en gras les termes qui ne figurent qu’ (...)

Il m’a répondu : Ce n’est point assez,
Ce n’est point assez de tant de tristesse ;
Et ne vois-tu pas que changer sans cesse
Nous rend doux et chers les plaisirs passés22 ?

  • 23 Alfred De Musset, « La nuit de décembre », Poésies nouvelles, op. cit., p. 317 sq.
  • 24 Les strophes où ce refrain apparaît ont une structure rimique aabCCB, ddbCCB…

13De la même façon, dans La Nuit de décembre23, Musset fait également revenir périodiquement une même structure phrastique (proposition circonstancielle de temps dans la première phrase, complément circonstanciel de lieu au début de la seconde, sujet inversé fermant la phrase), et les mêmes mots (vint s’asseoir, vêtu de noir, qui me ressemblait comme un frère) entraînant le retour de deux mêmes timbres rimiques dans l’ensemble des strophes concernées24 :

Du temps que j’étais écolier,
Je restais un soir à veiller
Dans notre salle solitaire.
Devant ma table vint s’asseoir
Un pauvre enfant vêtu de noir,
Qui me ressemblait comme un frère. (Strophe 1)

Comme j’allais avoir quinze ans,
Je marchais un jour, à pas lents,
Dans un bois, sur une bruyère.
Au pied d’un arbre vint s’asseoir
Un jeune homme vêtu de noir,
Qui me ressemblait comme un frère. (Strophe 3)

A l’âge où l’on croit à l’amour,
J’étais seul dans ma chambre un jour,
Pleurant ma première misère.
Au coin de mon feu vint s’asseoir
Un étranger vêtu de noir,
Qui me ressemblait comme un frère. (Strophe 5)

A l’âge où l’on est libertin,
Pour boire un toast en un festin,
Un jour je soulevai mon verre.
En face de moi vint s’asseoir
Un convive vêtu de noir,
Qui me ressemblait comme un frère. (Strophe 7)

Un an après, il était nuit ;
J’étais à genoux près du lit
Où venait de mourir mon père.
Au chevet du lit vint s’asseoir
Un orphelin vêtu de noir,
Qui me ressemblait comme un frère. (Strophe 9)

Partout où j’ai voulu dormir,
Partout où j’ai voulu mourir,
Partout où j’ai touché la terre,
Sur ma route est venu s’asseoir
Un malheureux vêtu de noir,
Qui me ressemblait comme un frère (Strophe 18, dernière des sizains du poème).

  • 25 Alfred De Musset, La Confession d’un enfant du siècle, édition de Maurice Allem, Paris, Garnier, 1 (...)
  • 26 Dans le poème « Une soirée perdue », dans les Poésies nouvelles (p. 395) apparaît également un pro (...)

14Comme le déclare Octave, le narrateur de La Confession d’un enfant du siècle, « il y avait presque constamment en moi un homme qui riait et un autre qui pleurait25 ». Ici, les récurrences sonores et les répétitions n’ont plus rien à voir avec celles des chansons légères pratiquées par Musset, mais elles sont là pour peindre les cauchemars obsessionnels de l’« enfant du siècle26 ».

L’influence hugolienne

  • 27 Frank Lestringant, Musset, Paris, Flammarion, 1999, p. 66.
  • 28 Sainte-Beuve, « Alfred de Musset » (1833) dans Portraits contemporains, t. 2, Paris, Calmann- Lévy (...)
  • 29 Le titre pose de la partie pose problème : qu’est-ce qui est « fragment », qu’est-ce qui est « cha (...)

15Or l’influence d’un autre enfant du siècle joue sur l’inspiration de Musset : celle de Victor Hugo. Si Musset « nourrit assez vite pour Hugo un sentiment d’agacement et de léger mépris27 », il fréquente assidûment dès 1828 son salon et celui de Nodier, dont Hugo est aussi un fidèle, et celui-ci l’inspire tant du point de vue thématique que métrique. Évoquant les chansons espagnoles de Musset, Sainte-Beuve estime qu’elles sont « d’une heureuse turbulence de page, mais visiblement chauffées au large soleil couchant des Orientales28 ». Il en est ainsi des Stances : Que j’aime à voir, dans la vallée… figurant dans les Chansons à mettre en musique et fragments29. Elles ont une forme 8s 3s 8s 8s 8s 3s 8s 8s avec un système rimique aaab cccb :

  • 30 Alfred De Musset, Premières poésies, op. cit., p. 93.

Que j’aime à voir, dans la vallée
Désolée
Se lever comme un mausolée
Les quatre ailes d’un noir moutier !
Que j’aime voir, près de l’austère
Monastère,
Au seuil du baron feudataire,
La croix blanche du bénitier30 !

16rappelant en partie la structure de « Sara la baigneuse » des Orientales. Le poème de Hugo, du point de vue métrique, a un schéma 7s 3s 7s 7s 3s 7s et, du point de vue rimique, un schéma aab ccb :

  • 31 Dans Victor Hugo, Œuvres poétiques, t. 1, éd. Pierre Albouy, Paris, Gallimard, « La Pléiade », 196 (...)

Sara, belle d’indolence,
Se balance
Dans un hamac, au-dessus
Du bassin d’une fontaine
Toute pleine
D’eau puisée à l’Ilyssus31 ;

17D’autres œuvres antérieures de Hugo l’ont également influencé. Une pièce écrite en 1827 ou 1828 et qui fut publiée de manière posthume, La Nuit, ne s’intitule pas chanson :

Quand la lune blanche
S’accroche à la branche
Pour voir
Si quelque feu rouge
Dans l’horizon bouge
Le soir ;

Fol alors qui livre
A la nuit son livre
Savant,
Son pied aux collines
Et ses mandolines
Au vent ;
[…]

  • 32 Alfred De Musset, Poésies posthumes, op. cit., p. 494. Le poème comporte 11 strophes.

Et la lune blanche
S’accroche à la branche
Pour voir
Si quelque feu rouge
Dans l’horizon bouge Le soir32.

  • 33 Cette rime est commune à tous les 2s de la chanson.

18Elle pratique l’alliance de pentasyllabes et de vers de deux syllabes comme la Chanson d’Elespuru de la scène 2 de l’acte IV de Cromwell, qui date de 1827, avec un schéma de rimes inversé, le vers court étant de rime féminine chez Hugo33, masculine chez Musset :

  • 34 Victor Hugo, Cromwell, IV, 1, dans Théâtre, i, Notice et notes de Anne Ubersfeld, Paris, Robert La (...)

Au soleil couchant,
Toi qui va cherchant
Fortune,
Prends garde de choir ;
La terre, le soir,
Est brune34.

  • 35 La Chanson du fou est de nouveau citée par Hugo en épigraphe à sa Ballade dixième A un passant. qu (...)
  • 36 Musset utilise ce procédé par exemple dans une de ses Chansons à mettre en musique : Madame la mar (...)

19De plus, sa première strophe est reprise en fin de poème35 selon un procédé de bouclage par répétition propre à la chanson36. Or le thème de la chanson apparaît à plusieurs reprises dans le poème, notamment dans la 2e strophe citée ci- dessus.

  • 37 On reviendra sur le sens à donner à ce terme ci-dessous, p. 166.
  • 38 Elle ne fut pas gardée lors de la publication de ses œuvres.

20Un schéma approchant figure également dans la « ballade37 » : Un Rêve, première œuvre imprimée de Musset38, qui fut insérée le 31 août 1828 dans Le Provincial, petit journal paraissant à Dijon, avec la note suivante du rédacteur :

  • 39 Cité par Maurice Allem, dans Alfred De Musset, Poésies complètes, p. 678-679.

Voici des vers que nous n’osons risquer sans préface : c’est une étude rythmique d’après l’auteur de Cromwell39.

21Cette fois le vers long et le vers court qui le suit ont la même terminaison rimique, ce qui crée des échos sonores rapprochés :

  • 40 Alfred De Musset, « Un rêve », Poésies complémentaires, dans Poésies complètes, p. 473.

La corde nue et maigre,
Grelottant sous le froid
Beffroi,
Criait d’une voix aigre
Qu’on oublie au couvent
L’Avent40.

22La même inspiration hugolienne réapparaît dans un poème que Musset ne présente pas non plus comme une chanson, Le Voyage à Pontchartrain, sans doute composé en 1842, où la reprise du même timbre rimique à intervalle rapproché crée des effets plaisants :

  • 41 Alfred De Musset, Poésies posthumes, op. cit., p. 539 (le poème comporte 33 quatrains).

Paul, un soir, par la droite rive
Arrive
Croyant voir Madame Aubernon,
Mais non.
Où faut-il en quittant Versaille Qu’on aille ?
Retrouver Hetzel à Meudon ?
Va donc41 !

23et dont la structure est de toute évidence empruntée à La Chasse du Burgrave, ballade de Victor Hugo publiée dans l’édition de 1828 des Odes et Ballades :

  • 42 Dans Victor Hugo, Œuvres poétiques, t. 1, p. 522.

« Daigne protéger notre chasse,
» Châsse
» De monseigneur saint-Godefroy,
» Roi42 !

24qui lui-même la reprend à deux « ballades » de Gramadoch dans Cromwell, la première à la scène 1 de l’acte III :

  • 43 Victor Hugo, Cromwell, III, 1, p. 1444.

Pourquoi fais-tu tant de vacarme,
Carme ?
Rose t’aurait-elle trahi ?
– Hi43 !

25la seconde à la scène 7 de l’acte V :

  • 44 Ibid., p. 875.

C’est surtout quand la dame abbesse
Baisse
Les yeux que son regard charmant
Ment44.

  • 45 Stances de M. Charles Nodier à M. Alfred de Musset, dans Alfred De Musset, Poésies Nouvelles, op. c (...)

26La forme de cette « vive Odyssée Cadencée45 » eut grand succès. Nodier y rend hommage en la reprenant, avec le rajout d’une syllabe au vers court, qui passe de deux à trois syllabes, dans un poème qui à la fois complimente Musset de son Voyage et définit « l’aimable muse » du poète comme héritière du siècle précédent et de l’orientalisme hugolien :

Elle sait les harmonies
Des Génies,
Et les contes favoris
Des péris ;

  • 46 Ibid.

Les jeux, les danses légères
Des bergères,
Et les récits gracieux
Des aïeux46.

27Musset à son tour, dans sa Réponse à M. Charles Nodier, use des mêmes mètres pour évoquer ses poèmes passés liés à la chanson et à l’inspiration espagnole mise à la mode par Hugo :

  • 47 Ibid., p. 448.

Je brochais des ballades, l’une
A la lune,
L’autre à deux yeux noirs et jaloux,
Andaloux [sic]47.

  • 48 Ceci semble remettre en cause la datation du poème que fait Maurice Clouard, dans ses Documents in (...)

28Quant à La Nuit qui s’inspire, nous venons de le voir, à la fois de la Chanson du Fou et de A un passant, on peut aussi y reconnaître des thèmes et des rimes du poème des Orientales, Les Djinns. La neuvième strophe de La Nuit48 :

  • 49 « La Nuit », dans Alfred De Musset, Poésies nouvelles, op. cit., p. 495.

Le cercle l’embrasse
Son pied s’entrelace
Aux morts,
Sa tête se brise
Sur la terre grise !
Alors49,

29reprend des mots à la rime de la première strophe des Djinns :

  • 50 Victor Hugo, « Les Djinns », Les Orientales, dans Victor Hugo, Œuvres poétiques, t. 1, p. 653.

Murs, ville,
Et port,
Asile
De mort,
Mer grise
brise
La brise,
Tout dort50.

30Il en est de même dans la troisième strophe des Stances : Que j’aime à voir, dans la vallée… :

J’aime vos tours à tête grise,
Où se brise
L’éclair qui passe avec la brise.
J’aime vos profonds escaliers
Qui, tournoyant dans les entrailles
Des murailles,
A l’hymen éclatant des ouailles
Font répondre tous les piliers.

31qui reprend aussi une partie des mots à la rime de la première strophe des Djinns et dont la thématique rappelle celle des strophes centrales du poème de Hugo.

  • 51 Alfred De Musset, « Sonnet au lecteur » dans Poésies nouvelles, p. 470.
  • 52 Alfred De Musset, « A Juana », dans Premières Poésies, p. 138. Ce poème, qui n’est pas intitulé «  (...)
  • 53 Baudelaire, notes pour la rédaction et la composition du journal Le Hibou philosophe, dans Œuvres (...)
  • 54 Voir Dominique Combe, « Le sujet lyrique dans les Premières Poésies et dans les Poésies nouvelles  (...)

32À la lumière de cette étude de la place des chansons dans l’œuvre de Musset, deux remarques s’imposent. Tout d’abord, entre stances, chansons, ballades, poèmes sans mention particulière, il y a souvent bien des points communs : les frontières demeurent poreuses entre des « genres » toujours mal définis. Ensuite, les chansons de Musset apparaissent comme une œuvre entre deux siècles qui dit sur le mode léger que « Tout s’en va, les plaisirs et les mœurs d’un autre âge51 », « Tout s’en va comme la fumée52 ». La distanciation qu’établit le ton badin, voire ironique, et qui se perçoit de la Ballade à la lune à la Chanson : « Quand on se perd, par triste occurrence. » — Baudelaire a pu dire de Musset qu’il était le représentant de « l’Ecole mélancolico-farceuse53 » — sert de contrepoids au chant élégiaque qui se déploie de plus en plus largement des Premières poésies aux Poésies nouvelles54. Mettre ainsi de « vieilles chansons » au service des aspirations nouvelles d’un « jeune temps », c’est ce qu’avait commencé à faire avant Musset celui qui l’a en partie inspiré : Victor Hugo.

Notes

1 Alfred De Musset, « A ma mère », Poésies Posthumes, dans Poésies complètes, édition de Maurice Allem, Paris, Gallimard, « La Pléiade », 1951, p. 493.

2 Ibid., p. 511.

3 Elle ne fut publiée qu’en 1896, après la mort de Musset.

4 Cité par Maurice Allem dans son édition de Alfred De Musset, Poésies complètes, éd. cité, p. 660.

5 Alfred De Musset, Poésies complètes, op. cit., p. 407.

6 Cité par Maurice Allem, ibid, p. 659.

7 Cité par Maurice Allem, ibid., p. 654.

8 Alfred De Musset, Premières poésies, p. 141.

9 Le poème comporte 5 strophes.

10 Alfred De Musset, Poésies nouvelles, op. cit., p. 468.

11 Sainte-Beuve, article du 11 mai 1857 dans le Moniteur, reproduit au tome xiii des Causeries du lundi, Paris, Garnier, sans date, p. 371 et cité par André Guyaux dans son article « Sainte-Beuve et “l’enfant du siècle” », dans Alfred de Musset, Premières poésies. Poésies nouvelles, textes réunis par Pierre Brunel et Michel Crouzet, Actes de la Journée d’étude organisée par l’École doctorale de Paris-Sorbonne, 18 novembre 1995, Mont-de-Marsan, Éditions interuniversitaires, 1995.

12 Note de Maurice Allem dans Alfred De Musset, op. cit., p. 700.

13 Ibid., p. 535.

14 Voir la chanson A Madame de B*** De Boufflers : Fille du ciel au maintien doux… (op. cit., p. 124) qui comporte deux patrons strophiques, correspondant à deux fredons différents. Il en est de même de la pièce A Madame N. Messenier, évoquée ci-dessus.

15 Jean-Louis Backès, « Questions de rythme dans les poésies de Musset », dans Alfred de Musset, Poésies, « Faire une perle d'une larme », Actes du colloque d’agrégation du 2 décembre 1995, Société des Études romantiques, Paris, SEDES, 1995, p. 143.

16 Voir ci-dessus p. 155.

17 Alfred De Musset, Poésies nouvelles, op. cit., p. 433.

18 Sainte-Beuve, causerie du « lundi 11 mai 1857 », Causeries du lundi, t. xiii, éd. cit., p. 371.

19 Ibid., p. 370.

20 Voir ci-dessus, p. 156. Ce rythme se trouve aussi dans plusieurs chansons de Béranger antérieures à 1820 (Le Juge de Charenton, Le bon Dieu, dans Béranger, Œuvres complètes, Paris, Perrotin, 1851, t. 1, p. 214 et 344), mais toujours en hétérométrie, et dans le poème L’Alouette de Marceline Desbordes-Valmore paru en 1821, chez qui l’influence de la chanson est très grande puisqu’elle même est cantatrice et grande amatrice de romances :

Alouette, hélas ! petite alouette !
Ton cœur est content, ta voix peut chanter ;
Tes œufs sont éclos, et la bergerette
Ne t’écoute au loin que pour t’imiter.

(Marceline Desbordes-Valmore, Œuvres poétiques, édition complète de M. Bertrand, Presses Universitaires de Grenoble, 1973, t. 2, p. 590).

21 Toutes les strophes ont un vers semblable (v. 3) et comportent donc le même schéma syntaxique au niveau de l’interrogation directe des v. 3-4. Les strophes fonctionnent par paires : les strophes 1 et 3 sont consacrées aux paroles du poète, les strophes 2 et 4 aux paroles de son cœur, les strophes 1 et 3 formulent une question et les strophes 3 et 4 apportent la réponse. Toutes les quatre ont un patron syntaxique identique. Entre les strophes 1 et 3 et 2 et 4, il n’y a qu’une variante au niveau du 2e hémistiche du v. 2, qui n’affecte pas la rime. Pour les strophes 1 et 2 et 3 et 4 seule la rime 1er vers/4e vers change. Le schéma rimique du poème est le suivant : abba cbbc abba cbbc.

22 Alfred De Musset, Premières poésies, op. cit., p. 123. Sont en gras les termes qui ne figurent qu’une fois dans le poème.

23 Alfred De Musset, « La nuit de décembre », Poésies nouvelles, op. cit., p. 317 sq.

24 Les strophes où ce refrain apparaît ont une structure rimique aabCCB, ddbCCB…

25 Alfred De Musset, La Confession d’un enfant du siècle, édition de Maurice Allem, Paris, Garnier, 1960, 2e partie, chap. IV, p. 101.

26 Dans le poème « Une soirée perdue », dans les Poésies nouvelles (p. 395) apparaît également un procédé de répétition, puisque deux vers d’une bucolique inachevée de Chénier, « Les Colombes », (dans André Chénier, Œuvres complètes, éd. Gérald Walter, Paris, Gallimard, « La Pléiade », 1940, p. 490), légèrement modifiés par rapport à l’original, figurent à deux reprises, la deuxième occurrence clôturant le poème :

Sous votre aimable tête, un cou blanc délicat,
Se plie, et de la neige effacerait l’éclat.

Ce retour d’une structure étrangère au poème, puisqu’elle appartient à l’œuvre d’un autre auteur, rappelle les refrains médiévaux, d’une origine différente de celle des strophes (voir ci-dessus, p. 42). Ces vers, décrivant une jolie spectatrice, introduisent un contrepoint léger à la réflexion mélancolique sur « l’effroyable honte où la muse est tombée » (v. 46) en ce siècle. On trouve un peu haut dans le poème (v. 43) une allusion à un autre refrain populaire tiré d’une chanson du Vendômois (« Il est pourtant temps, pourtant temps ma mère,/Il est pourtant temps de me marier ») :

[…] il est pourtant temps, comme dit la chanson,
De sortir de ce siècle ou d’en avoir raison.

La fantaisie de la chanson s’associe à la nostalgie du temps passé.

27 Frank Lestringant, Musset, Paris, Flammarion, 1999, p. 66.

28 Sainte-Beuve, « Alfred de Musset » (1833) dans Portraits contemporains, t. 2, Paris, Calmann- Lévy, 1876, p. 184.

29 Le titre pose de la partie pose problème : qu’est-ce qui est « fragment », qu’est-ce qui est « chansons » ? Si l’on peut considérer à coup sûr comme fragment Quand je t'aimais, pour toi j’aurais donné ma vie…, pièce de douze vers en rimes suivies, ainsi que Au Yung-Frau, composé de deux sizains d’alexandrins et A Ulric G., composé de trois quatrains d’alexandrins, mètres bien solennels par rapport aux octosyllabes de LAndalouse ou aux hexasyllabes du Lever, on est plus hésitant pour le sonnet Que j’aime le premier frisson d'hiver ! le chaume… : il est certes dans un mètre rarement utilisé depuis le xviiie siècle pour la chanson, mais la forme du sonnet a été, depuis le xvie siècle, très souvent mise en musique. Néanmoins, la forme irrégulière de ce sonnet, avec des rimes croisées dans le premier quatrain et des rimes embrassées dans le second — ce qui ne se rencontre jamais, même chez Baudelaire — ferait pencher pour un « fragment » de jeunesse.

30 Alfred De Musset, Premières poésies, op. cit., p. 93.

31 Dans Victor Hugo, Œuvres poétiques, t. 1, éd. Pierre Albouy, Paris, Gallimard, « La Pléiade », 1964, p. 638. Ce poème fut mis en musique par Berlioz, Victor Massé, Hippolyte Monpou.

32 Alfred De Musset, Poésies posthumes, op. cit., p. 494. Le poème comporte 11 strophes.

33 Cette rime est commune à tous les 2s de la chanson.

34 Victor Hugo, Cromwell, IV, 1, dans Théâtre, i, Notice et notes de Anne Ubersfeld, Paris, Robert Laffont, collection « Bouquins », 1985, p. 237.

35 La Chanson du fou est de nouveau citée par Hugo en épigraphe à sa Ballade dixième A un passant. qui comporte, comme La Nuit, un procédé de bouclage par répétition.

36 Musset utilise ce procédé par exemple dans une de ses Chansons à mettre en musique : Madame la marquise, où la dernière strophe reprend presque mot pour mot la première, les mots à la rime se retrouvant en ordre inversé :

Première strophe :

Vous connaissez que j’ai pour mie
Une Andalouse à l’œil lutin,
Et sur mon cœur, tout endormie,
Je la berce jusqu’au matin.

Dernière strophe :

Et sur mon cœur tout endormie,
La bercerai jusqu’au matin,
Car on connaît que j’ai pour mie
Une Andalouse à l’œil mutin.

(Alfred de Musset, Premières Poésies, op. cit., p. 88-89).
Cette chanson fut mise en musique par Hippolyte Monpou.
Il utilise également ce procédé par deux fois dans La Ballade à la lune, puisque, dans sa première édition de 1830, le poème s’arrête à la 25e strophe, les strophes grivoises qui suivent n’ayant pas été retenues, et que lorsque le poème fut ensuite publié en entier, avec un bouclage en fin de poème, le bouclage de la strophe 25 demeura. Les strophes répétées comportent une variante au début du premier vers :

Strophe 1 :
C’était dans la nuit brune,
Sur le clocher jauni,
La lune,
Comme un point sur un i.

Strophes 24-25 :
Et qu’il vente ou qu’il neige,
Moi-même chaque soir,
Que fais-je,
Venant ici m’asseoir ?

Je viens voir à la brune,
Sur le clocher jauni,
La lune Comme un point sur un i.

Strophes 33-34 :
Ah : dit-il, prenons garde.
Quel témoin curieux
Regarde
Avec ces deux grands yeux ? »

Et c’est dans la nuit brune,
Sur son clocher jauni,
La lune
Comme un point sur un i.

(Alfred De Musset, Premières Poésies, « Ballades à la lune », p. 95-99).

37 On reviendra sur le sens à donner à ce terme ci-dessous, p. 166.

38 Elle ne fut pas gardée lors de la publication de ses œuvres.

39 Cité par Maurice Allem, dans Alfred De Musset, Poésies complètes, p. 678-679.

40 Alfred De Musset, « Un rêve », Poésies complémentaires, dans Poésies complètes, p. 473.

41 Alfred De Musset, Poésies posthumes, op. cit., p. 539 (le poème comporte 33 quatrains).

42 Dans Victor Hugo, Œuvres poétiques, t. 1, p. 522.

43 Victor Hugo, Cromwell, III, 1, p. 1444.

44 Ibid., p. 875.

45 Stances de M. Charles Nodier à M. Alfred de Musset, dans Alfred De Musset, Poésies Nouvelles, op. cit., p. 443.

46 Ibid.

47 Ibid., p. 448.

48 Ceci semble remettre en cause la datation du poème que fait Maurice Clouard, dans ses Documents inédits sur Alfred de Musset cités par Maurice Allem (dans Alfred De Musset, op. cit., p. 687), estimant qu’elle fut composée en 1827 ou 1828. Or Les Orientales datent de 1829.

49 « La Nuit », dans Alfred De Musset, Poésies nouvelles, op. cit., p. 495.

50 Victor Hugo, « Les Djinns », Les Orientales, dans Victor Hugo, Œuvres poétiques, t. 1, p. 653.

51 Alfred De Musset, « Sonnet au lecteur » dans Poésies nouvelles, p. 470.

52 Alfred De Musset, « A Juana », dans Premières Poésies, p. 138. Ce poème, qui n’est pas intitulé « chanson », comporte néanmoins une sorte de bouclage par répétition thématique, la première et la dernière strophe confrontant l’attitude des deux anciens amants face au souvenir de leurs amours passées. La dernière strophe compte un vers de plus que les autres, ce qui constitue encore une « aimable négligence » :

Strophe 1 :
O ciel ! je vous revois, madame, —
De tous les amours de mon âme
Vous le plus tendre et le premier.
Vous souvient-il de notre histoire ?
Moi, j’en ai gardé la mémoire : —
C’était, je crois, l’été dernier.

Strophe 8 :
Le temps emporte sur son aile
Et le printemps et l’hirondelle,
Et la vie et les jours perdus ;
Tout s’en va comme la fumée,
L’espérance et la renommée,
Et moi qui vous ai tant aimée,
Et toi qui ne t’en souviens plus !

53 Baudelaire, notes pour la rédaction et la composition du journal Le Hibou philosophe, dans Œuvres complètes, éd. Claude Pichois, tome II, Paris, Gallimard, « La Pléiade », 1976, p. 51.

54 Voir Dominique Combe, « Le sujet lyrique dans les Premières Poésies et dans les Poésies nouvelles », dans Musset, Premières poésies, Poésies nouvelles, p. 331.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540