Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sartre devant la presse d’Occupation

Notices sur les auteurs, journaux et périodiques

Avertissement

Texte intégral

1Pour rédiger les notices sur les auteurs, journaux et périodiques qui suivront, j’ai pu m’appuyer en grande partie sur les recherches effectuées dans des bibliothèques et archives parisiennes qui ont abouti à mon livre Le Théâtre de Jean-Paul Sartre devant ses premiers critiques, t. 1, Les pièces créées sous l’Occupation allemande, « Les Mouches » et « Huis clos », J.-M. Place, 1986, 2e édition L’Harmattan, 2001. Le lecteur est invité à se référer à cet ouvrage, en particulier pour les sources exploitées ayant paru avant 1983. Je me limiterai ici à en citer deux puisqu’elles sont mentionnées à plusieurs reprises dans les notices : Claude Lévy et Henri Michel, « La presse autorisée de 1940 à 1944, in Claude Bellanger et al. (dir.), Histoire générale de la presse française, t. IV, De 1940 à 1958 (PUF, 1975) et Dr Hermann Eich, Wege der französischen Presse, s. 1. [Paris], 1943 (rapport hors commerce publié à l’occasion d’une exposition de la presse française par la Propaganda-Abteilung Frankreich).

2En outre ont été consultés : l’Index biographique français, compilation de biographies succinctes tirées de plus de 250 dictionnaires, présentée sous forme de microfiches (2e édition cumulée et augmentée, compilée par Tommaso Nappo, Editions K.G. Saur, Munich, 1998) ; le Dictionnaire historique de la France sous l’Occupation dirigé par Michèle et Jean-Paul Cointet (Tallandier, 2000) ; l’ouvrage La Guerre des écrivains. 1940-1953 (Fayard, 1999) de Gisèle Sapiro ainsi que ses notes confectionnées avec Claire Paulhan pour l’ouvrage Sous l’Occupation de Jean Grenier (Éd. Claire Paulhan, 1997) ; l’Histoire de La Collaboration de Dominique Yenner (Pygmalion/Gérard Watelet, 2000) et le Dictionnaire des intellectuels français dirigé par Jacques Julliard et Michel Winock (Seuil, 1996).

3J’ai également bénéficié du concours de certains auteurs ou de leurs proches, en particulier de Pierre Dumayet, Paul-Louis Mignon, Georges Minet, Germaine Sorbets, Henri Troyat et Gérard Vincent.

4Nicole Racine, Anne Simonin et Michel Winock m’ont donné de précieuses informations. Diane Afoumado (CDJC), Karin Brüggemann et Edeltrud Büchler (Bibliothèque universitaire, Paderborn), Ana-Maria Islawa (Institut protestant de théologie, Paris), Brigitte Levoyet (Comédie-Française), Laurence Pieropan (Université de Liège), Marc Quaghebeur (Bibliothèque Royale Albert Ier, Bruxelles) et Florence Roth (Bibliothèque de la SACD) m’ont aidée dans le cadre de leurs institutions respectives.

5Merci à toutes et à tous.

RENÉ-MARILL ALBÉRÈS [pseud. de RENÉ MARILL] 1921-1982

6Né à Perpignan, où il a d’abord parlé catalan, R.-M. Albérès entre à l’École normale supérieure et obtient l’agrégation des lettres. De 1946 à 1954, il est secrétaire général de l’Institut français de Buenos Aires, puis professeur à l’Institut français de Florence et à l’université de Fribourg. Docteur ès lettres en 1957 après une thèse sur l’esthétique et la morale chez Giraudoux, il entre dans l’enseignement supérieur en 1969 à l’université d’Orléans.

7Parallèlement, il poursuit une activité de journaliste : il est éd journaliste au Figaro Littéraire (1950-1956), écrit dans Arts et devient titulaire, en 1960, du feuilleton des Nouvelles littéraires. Auteur d’essais, de monographies (dont une sur Sartre) ainsi que de deux romans, il prononce de nombreuses conférences, notamment en Pologne. Adversaire de la nouvelle critique, il affirme dans Arts (du 15 au 21 décembre 1965), citation de Roland Barthes à l’appui, que la « néo-critique a créé un yiddish [sic] qui lui est propre ».

8Sartre connut apparemment les articles qu’Albérès publia dans L’Écho des Étudiants. Dans une mise au point parue dans Action du 29 décembre 1944, il le qualifie de « petit cuistre venimeux » qui lui « aboyait aux chausses toutes les semaines ».

GOLDA ANTIGNAC

9Critique dramatique de L’Information universitaire, Golda Antignac publie, en 1934 et 1935, dans la revue Drama (organe de la British Theatre Association), des articles sur « The Paris Stage » et « The Renaissance of the Open Air Play in France ».

L’APPEL

10Hebdomadaire fondé par Pierre Costantini, le créateur de la Ligue française d’épuration, d’entraide sociale et de collaboration européenne, dont L’Appel est l’organe. Paraissant tous les jeudis avec un tirage peu important, il développe une violente propagande antisémite et antimaçonne, réclamant même le port obligatoire d’un brassard pour les francs-maçons, sur le modèle de l’étoile jaune pour les juifs. La Ligue se transforme en 1942 en Mouvement social européen. L’Appel a pour sous-titre « Pour la France unie dans l’Europe unie ». Son directeur se distingue comme un actif recruteur de la Ligue des volontaires français contre le bolchevisme. À la Libération reconnu irresponsable, il échappe au châtiment suprême et passe une dizaine d’années en asile psychiatrique.

MARCEL ARLAND 1899-1986

11Ayant reçu le prix Goncourt en 1929 pour son roman L’Ordre, Marcel Arland, succédant à Thibaudet, quine l’enseignement et devient titulaire de la chronique des romans de La NRF, fonction qu’il conserve jusqu’en janvier 1942, quand Drieu La Rochelle prend la direction de la revue. Il accepte également la direction des pages littéraires de Comœdia, alors que Sartre avait abandonné, après un premier article, la chronique littéraire, se rendant compte que l’hebdomadaire était moins indépendant que le rédacteur en chef, René Delange, ne le lui avait dit. (Il n’empêche que Beauvoir ressentit fin août 1943 une immense satisfaction quand elle lut le compte rendu qu’Arland avait consacré, dans Comœdia, à son premier roman, L’Invitée.) Parmi les écrivains opposants, la collaboration d’Arland à Comœdia fait l’objet de controverses : Mauriac la met en cause alors que Paulhan, qui a recommandé Arland, s’en fait le défenseur. C’est avec lui qu’Arland codirige La NNRF de 1953 à 1968, année où il entre à l’Académie française. Après la mon de Paulhan, il en est le seul directeur jusqu’en 1977.

ARMORY [pseud. de L.-C. DAURIAC] 1877-1946

12Fils de Lionel Dauriac, professeur de philosophie et célèbre esthéticien de la musique, Carle-Lionel Dauriac est né à Brest. Selon Gringoire (22 octobre 1943), il est tour à tour peintre, chansonnier, journaliste, secrétaire de théâtre et auteur dramatique. Il assure une rubrique radiophonique à la Tribune des nations avant 1939 et se trouve sans emploi après l’armistice. Quand Jean Luchaire crée Les Nouveaux Temps, il confie la chronique dramatique à son oncle maternel qui signe du pseudonyme Armory. Sa chronique se proclame hostile à tout conformisme et à tout esprit de système. Pourtant, dans un article du 2 septembre 1941, il souhaite « des pièces où l’idée de la Révolution nationale se dégage d’elle-même ». Armory collabore aussi à d’autres journaux et périodiques. On trouve sa signature, entre autres, dans Aspects.

GABRIEL AROUT [pseud. de GABRIEL AROUTCHEFF] 1909-1982

13D’origine russe, Gabriel Arout vit depuis 1921 en France. Il fait ses études au lycée Montaigne, à Louis-le-Grand et à la Sorbonne avant d’obtenir la licence ès lettres. Depuis 1943, il est auteur dramatique : sa première pièce, Orphée ou la Peur des miracles, créée par Louis Ducreux au théâtre du Vieux-Colombier, transpose le mythe d’Orphée en 1943. Il en écrit une vingtaine d’autres, collabore à de nombreux films et fait des traductions du russe. Ses adaptations de L’Idiot et de Crime et châtiment sont montées à la Comédie-Française. À la Libération, il assure la critique dramatique dans l’hebdomadaire Carrefour.

ASPECTS

14Revue mensuelle illustrée dont le premier numéro paraît le 5 novembre 1943. Le directeur en est Jacques de Lesdain, l’éditorialiste de L’Illustration imposé par l’occupant, qui présente ainsi le nouveau périodique : « […] Littérature, politique, économie, sciences et arts seront traités […] avec le souci constant de maintenir une tenue littéraire élevée et une direction politique orientée, à l’extérieur, vers les solutions européennes du conflit et, à l’intérieur, vers l’inéluctable avènement d’une nation communautaire, de laquelle seront bannis les éléments hétérogènes et dissociants. » Au premier numéro collaborent, entre autres, Maurice Rostand, Étienne Rey, Robert de Beauplan et Jean Silvain (pour le théâtre), au deuxième Armory et Georges Oltramare qui fera dans l’avant-dernier numéro le compte rendu de Huis clos.

ALEXANDRE ASTRUC né en 1923

15Né à Paris dans une famille de journalistes, Alexandre Astruc fait ses études secondaires à Saint-Germain-en-Laye et prépare Polytechnique à Henri-IV, en même temps que des licences en lettres et en droit. Il commence à écrire pour des revues littéraires à l’âge de 17 ans. Contrairement à une opinion répandue, il n’a pas eu Sartre comme professeur, mais connaît certains de ses élèves du lycée Pasteur. Devenu secrétaire de rédaction de la revue Messages, il est chargé par Jean Lescure d’approcher Sartre et fait ainsi sa connaissance. Il entre vite dans le cercle des familiers, si bien que ses comptes rendus contiennent, en partie, de l’information de première main de Sartre pour lequel il « milita », selon Jean Lescure. Ce dernier affirme que l’essai « Signification de Sartre », paru dans Messages, lui aurait donné une grande autorité en la matière. À la Libération, il écrit dans de nombreux journaux avant de devenir le cinéaste connu qui lança la notion de la « caméra-stylo ». Dans les années soixante-dix, il réalise avec Michel Contat le film Sartre par lui-même.

L’ATELIER

16Hebdomadaire collaborationniste de gauche lié au Rassemblement national populaire (RNP), parti fondé en 1941 par Marcel Déat. Le journal publié du 7 décembre 1940 jusqu’à la Libération de Paris porte en sous-titre « Hebdomadaire du Travail français ». Ses deux directeurs successifs viennent de la CGT et du Parti socialiste interdits sous l’Occupation. Son comité de rédaction est presque exclusivement composé d’importants dirigeants syndicaux venant de l’ex-CGT. La ligne politique de cet hebdomadaire ouvriériste est très proche de celle de la France socialiste. Ses militants syndicaux et socialistes partagent une même hostilité au communisme et au bellicisme. À partir de 1941, ils rejoignent le RNP. En 1943 et 1944, le tirage du journal n’aurait pas dépassé les 20 000 exemplaires.

AU PILORI

17Le plus antisémite et délateur des journaux collaborationnistes, Au Pilori, sous-titré « Hebdomadaire de combat contre la judéo-maçonnerie », est l’équivalent du Stürmer nazi, Il paraît du 12 juillet 1940 jusqu’à la Libération. À partir de mars 1943, le directeur politique est Jean Drault, selon Venner « vieillard grabataire, mais illustre dans les milieux antisémites pour avoir été un compagnon d’Édouard Drumont ». L’hebdomadaire tire, toujours selon Venner, en moyenne de 30 000 à 40 000 exemplaires. Selon Claude Lévy et Henri Michel, son tirage s’élève à la fin de l’Occupation à 65 000 exemplaires. Plusieurs rédacteurs seront sévèrement condamnés après la Libération.

AUJOURD’HUI

18Quotidien parisien qui paraît du 10 septembre 1940 au 17 août 1944. La direction est d’abord assurée par l’anticonformiste de gauche Henri Jeanson qui, bravant les consignes de l’occupant, est écarté et incarcéré à la fin de 1940. Georges Suarez prend alors la direction du journal et le soumet à un collaborationnisme de droite. Le tirage chute alors de 110 000 exemplaires (novembre 1940) à 61 000 (mars 1943), mais remonte à 85 000 en mai 1944. S’adressant à un lectorat bourgeois et intellectuel (pareil à celui du Figaro), il dispose de collaborateurs de talent (Jean-Pierre Maxence et son frère Robert Francis, mais aussi Robert Desnos et Henri Troyat). À la Libération, Georges Suarez est le premier journaliste à subir la peine de mort. Pro-nazi, il avait critiqué Vichy pour être trop mou envers les juifs et les résistants.

GEORGES BATAILLE 1897-1962

19Né dans le Puy-de-Dôme, Georges Bataille quitte très tôt l’Auvergne, Admis en 1918 à l’École nationale des chartres, il en sort en 1922 puis est nommé à la Bibliothèque nationale où il restera jusqu’en 1949. Personnage excentrique, il rompt avec le catholicisme auquel il s’était converti et s’affronte au surréalisme. Toujours à contre-courant, il fonde dans les années trente des revues élitaires et éphémères ainsi que le Collège de sociologie (avec Michel Leiris et Roger Callois). Les années d’Occupation sont pour Bataille un temps de repli et d’intense création littéraire. Son premier livre philosophique, L’Expérience intérieure (1943), est dénigré par Sartre dans Les Cahiers du Sud comme anti-intellectualisme et nouveau mysticisme (Bataille y répondra). En 1946, il crée la revue Critique qui alimente la pensée des futurs structuralistes et poststructuralistes, qui se démarqueront de l’hégémonie intellectuelle exercée par Sartre à travers Les Temps modernes pendant la décade après la Libération.

FRANÇOIS-CHARLES BAUER [pseud. FRANÇOIS CHALAIS] 1919-1996

20Né à Strasbourg, fils d’un avocat, F.-Ch. Bauer fait ses études secondaires dans sa ville natale avant d’obtenir la licence en droit. Sous l’Occupation, il est journaliste, entre autres, à Combats, organe de la Milice, et à Je suis partout où il tient dès février 1944 1a chronique littéraire en alternance avec Georges Blond. Selon André Ransan, il y « joue son petit Laubreaux » (L’Appel, 8 juin 1944). À la Libération, il poursuit sa carrière, sous le pseudonyme de François Chalais, comme correspondant de guerre et critique cinématographique à Carrefour ; puis au Parisien libéré ainsi qu’à d’autres journaux. Il collabore dès 1949 à l’ORTF puis en 1953 comme journaliste et réalisateur à la télévision. Dans les années quatre-vingt devenu critique cinématographique au Figaro magazine, il écrit en septembre 1980 qu’il a perdu ses vingt ans sous l’Occupation, le ventre vide avec la « chimère d’espérer), pour unique trésor. François Chalais a produit des ouvrages dramatiques, des dialogues de films et des scénarios.

LES BEAUX ARTS

21Sous-titré « Le Journal des Arts », cet illustré de grand luxe imprimé sur papier glacé paraît tous les dix jours. Il comporte une page « Ventes » s’adressant à une bourgeoisie aisée.

PIERRE BÉNARD 1901-1946

22Journaliste, Pierre Bénard collabore après la Première Guerre mondiale à L’Œuvre, puis entre au Canard enchaîné où il est rédacteur en chef de 1936 à 1940. Pacifiste de gauche, il se déclare en mars 1936 conne la guerre, même comme moyen de combattre le fascisme. Sous l’Occupation, il entre dans la Résistance intellectuelle et collabore, dans la clandestinité, à Combat et Défense de la France dont il devient rédacteur en chef à la Libération. Comme Sartre, il dénonce les collaborationnistes dans Les Lettres françaises clandestines ainsi que dans La Scène française et L’Écran français intégrés aux Lettres françaises et, respectivement, organe du Front national du théâtre et du Front national du cinéma ; on trouve ses contributions dans les numéros de mars, avril, mai et août 1944. Son compte rendu de Huis clos reproduit dans l’anthologie nous apprend que sa femme tapa à la machine le scénario Résistance que Louis Daquin (écrivant lui aussi dans L’Écran français) devait réaliser. Pierre Bénard compte, avec Sartre, parmi les signataires du « Manifeste des écrivains français » dans le premier numéro légal des Lettres françaises paru une semaine avant la reprise de Huis clos. Mis à part ses responsabilités à Défense de la France (qui devient très vite France-Soir), il dirige, à nouveau, à la Libération la rédaction du Canard enchaîné, mais donne aussi des articles à Front national, aux Lettres françaises et (sous le pseudonyme de Saint-Benoît) à L’Homme libre.

JACQUES BERLAND 1914-1970

23Né à Paris, Jacques Berland y fait ses études secondaires et prépare une licence ès lettres. Avant 1939, il travaille comme journaliste au Journal et à Cinémonde, sous l’Occupation à Paris Soir, à la Libération à Front national, etc. De 1947 à 1948, il administre le Théâtre de la Renaissance, puis travaille à la radio et réalise des films.

LOUIS BLANQUIE

24Journaliste au quotidien Le Matin.

JACQUES DE BOISEMBRÉ

25Journaliste au bimensuel Revivre (Le Cahier jaune), Jacques de Boisembré est titulaire de la rubrique « Soirées de Paris ».

YVES BONNAT 1912-1992

26Né à Voiron, Yves Bonnat fait, après ses études secondaires, l’École nationale supérieure des beaux-arts. Artiste-peintre, il travaille comme dessinateur humoristique et décorateur-maquettiste de théâtre. Sous l’Occupation, il assure, entre autres, la critique dramatique dans Beaux-Arts, le « courrier du théâtre » dans Toute la vie (l’illustré de Jean Luchaire) et donne aussi des articles à L’Écho des étudiants (très Révolution nationale). Membre du PCF, il est chargé, à la Libération, de la chronique du music-hall dans Ce Soir, quotidien communiste où il publie aussi, le 13 octobre 1944, une interview de Simone de Beauvoir à propos de sa pièce Les Bouches inutiles. Dans le premier numéro de l’hebdomadaire Action, il fait le point sur la situation du théâtre français. Il écrit également dans l’hebdomadaire Spectateur, fondé en juin 1945, ainsi que dans Le Peuple, organe de la CGT.

GEORGES BOZONNAT 1904- ?

27Georges Bozonnat est de nationalité suisse. En 1933, il publie un livre sur La Jeunesse d’Henri Rochefort. Dans la France occupée, il collabore notamment à Combats et à La NRF où il fait en novembre 1941 le compte rendu de Quand Israël se venge de Charles Lesca. J. Verdès-Leroux relève dans cet article la « violence des mots, la brutalité et le schématisme d’une pensée qui célèbre l’année 40 comme “l’année la plus purificatrice” de l’histoire, celle où s’effondre la “guerre juive” ». Georges Bozonnat donne aussi, de mars 1941 à juin 1944, de nombreux articles, enquêtes, chroniques et nouvelles à l’hebdomadaire Je suis partout. Parmi ses sujets de prédilection : la Commune et Rochefort, la radio, le music-hall. Après la crise de Je suis partout, il remplace en septembre 1943 Poulain dans la gérance. Il fut condamné par contumace, en mai 1947, à vingt ans de travaux forcés et vingt ans d’interdiction de séjour.

ROBERT BRASILLACH 1909-1945

28Né à Perpignan, Brasillach perd son père, officier de l’armée coloniale, à l’âge de 5 ans. Il fait ses études secondaires à Sens, puis à Louis-le-Grand, avant d’entrer, en 1928, à l’École normale supérieure où il a comme condisciples Thierry Maulnier et Simone Weil. Sympathisant avec l’Action française, il mène, à partir de sa sortie de l’École, une double carrière d’écrivain et de journaliste engagé. Très tôt, il collabore à L’Action française et Je suis partout où, en 1938, il devient rédacteur en chef, poste qu’il reprend à la reparution du journal après sa rentrée de captivité en avril 1941. Fasciste convaincu, il adhère sans réserve à une ligne politique faite de progermanisme et d’antisémitisme (« Il faut se séparer des Juifs en bloc et ne pas garder de petits », écrit-il le 25 septembre 1942). Au milieu de 1943, il quitte le journal, refusant de cacher aux lecteurs le tournant de la guerre après le débarquement américain en Afrique du Nord et la bataille de Stalingrad. Désormais, il écrit dans Révolution nationale et La Chronique de Paris. À la Libération, il est condamné à mon pour intelligences avec l’ennemi. Beauvoir assiste au procès. Elle ne signe pas, comme d’autres, la lettre demandant la grâce de Brasillach ; Sartre non plus. Elle s’en explique dans Les Temps modernes de février 1946. Brasillach est fusillé le 6 février 1945. Il sera la plus célèbre des victimes de l’épuration intellectuelle, il est vrai aussi l’un des écrivains français qui sont allés le plus loin dans la voie de la collaboration avec l’Allemagne.

DR ALBERT BUESCHE

29Ayant débuté comme enseignant (« Studienrat ») au Lycée français de Berlin et soutenu en 1920 une thèse sur la conception du théâtre chez August Graf v. Platen, le Dr Alben Buesche se lance dans la mise en scène dans plusieurs théâtres allemands, puis s’installe comme lecteur à Paris. C’est à sa connaissance de la littérature et culture françaises qu’il doit d’être engagé en 1941 comme rédacteur en chef des pages culturelles de la Pariser Zeitung, fonction qu’il conserve jusqu’à la fin de l’Occupation. Il est en même temps le correspondant culturel de l’hebdomadaire Das Reich (Berlin) qui l’embauche, le 15 septembre 1944, comme rédacteur. Puis sa trace se perd. Il semble avoir travaillé comme critique d’art et s’être occupé de la Société franco-allemande nouvellement fondée à Berlin. En 1952, il édite le recueil Berlin-Paris avec pour sous-titre « Contributions à l’Europe naissante ». Il est marié à la comédienne Ursula Krieg qui fait carrière sur les scènes de Berlin après la Seconde Guerre mondiale et joue également dans quelques films.

30Simone de Beauvoir écrit dans ses Mémoires à propos de son article sur Les Mouches : « Le critique allemand de Pariser Zeitung ne s’y méprit pas [i.e. sur le sens politique de la pièce], et le dit, tout en se donnant les gants de faire un compte rendu favorable. » Selon Gerhard Heller, Buesche aurait été « un ennemi d’opinions officielles d’alors » (lettre à Ingrid Galster du 15 juin 1980). Comme Heller lui-même, il fut pourtant membre du parti nazi et, à Paris, actif dans la section de propagande du bureau de la NSDAP où il s’occupa des questions d’art.

CAHIERS DE NOTRE JEUNESSE

31Revue lancée pendant l’Occupation à Lyon par l’Association catholique de la jeunesse française (ACJF) avec l’appui du militant « jéciste » Gilbert Dru (exécuté par les Allemands place Bellecour en 1944). Publiant des formules comme « Mieux vaut souffrir que trahir » ou des attaques contre les « frais disciples » de Péguy, la revue a des problèmes avec la Censure et disparaît après deux ans d’existence en juin 1943 pour reparaître après la Libération. Dans le numéro de juin 1943, le jeune catholique Jean-Marie Domenach, futur directeur de la revue Esprit, accuse Gustave Thibon, le penseur du régime de Vichy, de mépriser l’homme.

LES CAHIERS DU SUD

32Revue littéraire mensuelle fondée en 1925 par Jean Ballard à Marseille où elle paraît légalement sous l’Occupation. Elle sert de tribune à certains écrivains qui bravent La NRF de Drieu sous contrôle allemand. C’est le cas de Sartre : il y publie des études sur Camus, Blanchot, Bataille et Brice Parain dans huit numéros entre février 1943 et mai 1944. Bien qu’éditée en zone Sud, la revue circule, selon José Corti qui la diffusa, ouvertement à Paris pendant toute la durée de l’Occupation. Elle continue à paraître après la Libération et ne s’arrête qu’en 1966.

ALBERT CAMUS 1913-1960

33Quand Albert Camus fait en octobre 1938 dans Alger républicain le compte rendu de La Nausée, il ne sait pas qu’il sera bientôt associé à Sartre sous l’enseigne de l’« existentialisme », Sartre non plus quand il analyse L’Étranger en février 1943 dans Les Cahiers du Sud. Les deux hommes se rencontrent à la générale des Mouches le 2 juin 1943 et se lient d’amitié. On sait que Huis clos, rédigé en automne 1943, devait être mis en scène par Camus, retenu également pour le rôle de Garcin. Vu la critique de l’exubérance de la mise en scène des Mouches, telle que Camus la prononce dans sa lettre à Jean Ballard (dont est tiré l’extrait reproduit dans l’anthologie), on peut se demander si l’extrême pauvreté des moyens dont Huis clos fait preuve n’est pas due en grande partie au jugement défavorable de Camus sur la pièce antérieure.

LE CANARD ENCHAÎNÉ

34Cet hebdomadaire satirique fondé en 1916 connaît un grand succès dans l’entre-deux-guerres. Non-conformiste, il est en 1936 le plus lu des hebdomadaires de gauche, dépassant 250 000 exemplaires. Parmi les animateurs principaux, il faut mentionner Henri Jeanson et Pierre Bénard, rédacteur en chef entre 1936 et 1940. Le dernier numéro paraît le 5 juin 1940, puis Le Canard se saborde en attendant le retour de la liberté. Pierre Bénard, toujours rédacteur en chef, fait paraître le premier numéro à la Libération le 6 septembre 1944.

CARREFOUR

35Hebdomadaire fondé à la Libération (le premier numéro paraît le 28 août 1944). Selon G. Sapiro, il prend, entre autres, la suite du fascicule clandestin d’inspiration chrétienne Cahiers du travaillisme français. Animé à sa naissance par une équipe liée aux démocrates-chrétiens, il veut être le « lieu de rencontre de patriotes de bonne volonté » et le « soutien d’un régime épuré capable d’assurer […] les réformes de structure qui s’imposent […] pour rendre à notre pays, exploité dans l’épreuve, une mystique et un dynamisme collectifs. » On trouve les signatures de nombreux intellectuels notoires, surtout catholiques, entre autres J. Romains, G. Bernanos, A. Maurois, F. Mauriac, G. Marcel, M. Arland. Une enquête lancée en 1945 sur « la responsabilité de l’écrivain » situe l’hebdomadaire au cœur des débats du moment.

36 Parmi les journalistes chargés des différentes rubriques, on relève A. Castelot (histoire) et François Chalais – sous l’Occupation François-Charles Bauer – (cinéma).

CASSANDRE

37 Hebdomadaire belge de la vie politique, littéraire, artistique paraissant à Bruxelles et en vente à Paris. Ce périodique est réputé comme organe de collaboration avec les nazis.

ANDRÉ CASTELOT [pseud. d’ANDRÉ STORMS] 1911-2004

38Né à Anvers, naturalisé Français en 1961, André Castelot prend comme pseudonyme le nom de jeune fille de sa mère Gabrielle Castelot, femme de lettres. Il fait ses études à l’École Gerson à Paris, à l’institution Sainte-Croix à Neuilly et aux cours Kaiser à Paris. Journaliste depuis 1935, il travaille avant la guerre comme critique dramatique au Petit Journal. Secrétaire d’Alphonse de Châteaubriant entre 1933 et 1937, il entre en juillet 1940 à La Gerbe où sa mère, « égérie » de Châteaubriant, travaille comme secrétaire générale de la direction (de souche allemande, elle parle couramment la langue de l’occupant et s’emploie, dans des conférences et des articles qu’elle signe de son pseudonyme Guy Harveng, comme médiatrice entre la France et l’Allemagne nazie.) Mise à part sa critique dramatique dans La Gerbe, André Castelot est commentateur attitré des actualités mondiales, succursale de la « Wochenschau » allemande, dans des salles de cinéma. À la Libération, il figure sur la liste noire du CNE, passe neuf mois en détention préventive et subit pendant deux ans une interdiction de publier. Néanmoins, il fait une grande carrière dans les médias et l’édition. Se consacrant à l’histoire, il écrit un grand nombre d’ouvrages de vulgarisation qui sont, en partie, traduits en plusieurs langues et couronnés par des prix. Administrateur des éditions Plon, il est en même temps critique historique au Figaro et réalise des émissions à la radio et à la télévision ainsi que de nombreux spectacles Son et Lumière. En 1984, il reçoit le grand prix d’Histoire de l’Académie française pour l’ensemble de son œuvre.

JEAN CATESSON

39Sartre écrit le 3 mai 1940 à Beauvoir qu’il a reçu « une lettre digne » d’un certain docteur Catesson qui lui demande pourquoi il ne lui répond pas. Et il ajoute : « c’est le docteur qui a écrit sur Van Gogh et sur Le Néant ». Il existe effectivement une thèse en médecine intitulée Considérations sur la folie de Van Gogh de Jean Catesson qui date cependant de 1943. S’agit-il de l’auteur du compte rendu dans Poésie 43 ? De Jean Catesson, on trouve aussi des articles dans Comœdia et, après la guerre, dans Critique, par exemple dans le n° 46 (1951) un essai intitulé « La prétendue contradiction de Sartre », ainsi que des études dans la Revue de métaphysique et de morale.

PIERRE CAUCHOIS

40Selon Beauvoir, il s’agit d’un ancien élève de Sartre, lequel, dans une lettre de juillet 1938, lui raconte les malheurs du jeune homme. C’est probablement lui que rencontre le maurrassien François Sentein en octobre 1944 au Café de Flore : contrairement à son attente, Cauchois, « gaulliste actif », lui serre la main (Minutes d’un libéré). Dans Les Temps modernes de janvier et février 1951, la rubrique « Actualités » est signée Pierre Cauchois.

CE SOIR

41Quotidien communiste fondé en 1937 et dirigé par Aragon et Jean-Richard Bloch, Ce Soir est interdit en septembre 1939, après la signature du pacte germano-soviétique. Sous-titré « Grand quotidien d’information indépendante », il reparaît le 22 août 1944 et est, toujours sous la direction d’Aragon, puis de Jean-Richard Bloch dès son retour d’URSS, avec un tirage de 288 000 exemplaires en janvier 1945, le journal du soir le plus lu. Sa publication s’arrête le 1er mars 1953.

CHANTIERS

42Bimensuel sous-titré « Pour l’équipement du pays », il s’agit de l’organe du Commissariat à la lutte contre le chômage. Initialement destiné aux ouvriers des chantiers du Commissariat susmentionné et aux artisans reclassés par ses soins, ce périodique se veut dès mai 1943 l’organe et le lieu de rencontre des travailleurs venus de tous les secteurs de l’économie. Depuis 1944, la dernière page comporte une petite rubrique « Spectacles et sports ». L’importance attribuée à Huis clos est exceptionnelle vu le peu de poids qu’on accorde d’habitude au théâtre dans ce périodique.

GEORGES CHAPEROT 1902-1970

43Né à Brest, Georges Chaperot devient journaliste après ses études secondaires. Auteur de pièces de théâtre et de scénarios de films dans l’entre-deux-guerres et sous l’Occupation (avec Noël-Noël), il est plus tard directeur-gérant d’une société cinématographique. Après le départ de Lucien Rebater en février 1943, il est chargé de la critique dramatique au Cri du peuple.

PIERRE CHAPUIS

44Critique dramatique (intérimaire) à Combat.

LOUIS CHAUVET 1906-1981

45Né à Perpignan où il fait ses études secondaires, Louis Chauvet part à Paris suivre des cours à la Faculté des Lettres à la Sorbonne et pour s’orienter ensuite vers le journalisme. Il débute au journal Le Temps et entre en 1930 au Figaro. Après y avoir tenu la rubrique des reportages, il se consacre au Figaro littéraire. Dès la Libération, il est chargé de la rubrique du cinéma avant de diriger la page des spectacles. Il publie aussi des romans et des monographies sur le cinéma.

LOUIS CHÉRONNET 1899-1950

46Critique et historien (notamment de Paris), Louis Chéronnet est auteur de monographies d’artistes et d’ouvrages sur la photographie. De 1929 à 1939, il est le rédacteur en chef de la revue Art et décoration. Membre de diverses commissions (de la Monnaie, des Beaux-Arts, du musée de Sèvres) et du jury du Salon national de la photographie, il écrit dans de nombreuses revues, dont Europe et la Revue européenne.

47Sous l’Occupation, il travaille d’abord au Rouge et le bleu, l’hebdomadaire non conformiste d’un ancien ministre de Léon Blum qui essaie de concilier l’héritage du Front populaire avec un européisme bon teint, mais qui est vite suspendu. À la Libération, Les Lettres françaises, ayant appris qu’il travaillait à l’Office français du Tourisme, classent Chéronnet d’abord parmi les collaborationnistes, mais publient un démenti en signalant qu’il avait eu une activité résistante. Il fait partie du comité de rédaction de la revue Élites françaises créée en avril 1945, tout en écrivant dans des journaux d’extrême gauche.

LA CHRONIQUE DE PARIS

48Revue littéraire mensuelle fondée en novembre 1943 par Henry Jamet, gérant des éditions Balzac et de la librairie franco-allemande Rive Gauche. Ami de Jamet, Robert Brasillach y trouve une nouvelle tribune après son départ de Je suis partout. Il y tient la rubrique des spectacles, Lucien Rebatet celle des ans, Georges Blond celle des lettres, André Fraigneau la « vie parisienne ». Leurs signatures côtoient celles de Marcel Aymé, Jean Anouilh, André Thérive, Ramon Fernandez ou Pierre Drieu La Rochelle, lui aussi privé de tribune après le sabordage, en juin 1943, de La NRF, qu’il avait dirigée. La revue sortant le 15 de chaque mois cesse de paraître à la fin de l’Occupation.

JEAN COCTEAU 1889-1963

49Écrivain, poète, romancier, homme de théâtre et de cinéma, dessinateur et peintre, Jean Cocteau est depuis longtemps entré dans le domaine public au moment de l’Occupation. Sa situation est ambiguë. D’une part, mis à part son pacifisme, son dandysme lui fait fuir tout engagement politique durable, ce qui ne l’empêche pas d’être en bons termes avec l’occupant (l’histoire a surtout retenu son Salut à Breker quand le sculpteur officiel des nazis vint exposer à Paris). D’autre part, 1’homosexuel notoire est une cible permanente pour les défenseurs de l’Ordre Nouveau qui lui reprochent son « immoralisme » : Cocteau apparaît comme l’auteur type de la décadence républicaine. Il est d’autant plus curieux de voir qu’il applique le même genre de critique à L’Invitée, roman de Simone de Beauvoir paru à la rentrée 1943 (« C’est une chienne qui raconte des vies de chiens qui rongent des os, qui pissent à tour de rôle contre le même bec de gaz, qui se mordent ou qui se sentent le derrière. […] Et c’est ce monde- là qui me reproche d’être impur ! » Journal, 26 octobre 1943).

50La Machine à écrire, créée au théâtre Heberrot, est interdite en avril 1941. En revanche, Renaud et Armide, tragédie en vers créée en avril 1943 (quelques semaines avant Les Mouches) à la Comédie-Française, est assez bien reçue, mais déconcerte parce qu’on ne retrouve plus l’image de l’enfant terrible du théâtre français.

51À la Libération, Cocteau, dont le nom figure sur les listes noires des épurateurs, bénéficie d’un non-lieu. Sartre, qui fait partie des épurateurs, aurait dit à Jean Genet que Cocteau n’avait « pas su mener sa barque » (Journal, 8 septembre 1944). Sartre et Cocteau signent en 1948 ensemble une lettre au président de la République en faveur de Genet. La même année, Cocteau prend part à la mise en scène des Mains sales.

COMBAT

52Issu de la Résistance comme organe du mouvement du même nom, sous-titré « De la Résistance à la Révolution », Combat appuie la gauche non communiste. Le journal sort son premier numéro légal le 21 août 1944. Entre le 28 août et le 4 septembre, il publie tous les jours un reportage sur l’insurrection parisienne signé par Sartre (et rédigé en réalité par Beauvoir). C’est dire que Sartre est proche de ce quotidien dont le rédacteur en chef est depuis septembre 1943 Albert Camus, à l’époque ami de Sartre. Celui-ci et Beauvoir ont participé, selon le témoignage de Jacqueline Bernard recueilli par O. Todd dans sa biographie de Camus, à une réunion clandestine du mouvement : Sartre se serait même proposé pour les faits divers de la feuille clandestine, Beauvoir aurait offert ses services comme agent de liaison. À la Libération, Camus embauche tous les jeunes de leur entourage qui désirent entrer à Combat (Bost, Mignon, Astruc…). Selon Beauvoir, on y commente « avec faveur tout ce qui sortait de [leurs] plumes et de [leurs] bouches ». (Dans son compte rendu de Huis clos, pièce dont la mise en scène devait être assurée par Camus qui devait également jouer le rôle de Garcin, le critique dramatique intérimaire ne semble pas avoir compris la consigne.) En janvier 1945, le tirage du journal est de 185 000.

COMBATS

53Organe hebdomadaire de la Milice, force paramilitaire créée en janvier 1943 par l’État de Vichy et particulièrement destinée à la répression du « terrorisme ». Le journal paraît chaque vendredi du 8 mai 1943 jusqu’à la fin de l’Occupation, d’abord à Vichy, puis à Paris. Selon J. Verdès-Leroux, une « faune ambiguë » s’y ébat, de Joseph Darnand, chef de la Milice, et Philippe Henriot, ministre de la Propagande, aux deux Abel (Bonnard et Hermant) et Colette, en passant par des collaborateurs de Je suis partout. François-Charles Bauer (François Chalais) tient la chronique cinématographique.

COMŒDIA

54Hebdomadaire des spectacles, des lettres et des ans, Comœdia a été créé en 1906 sous forme de quotidien culturel. Disparu en 1936, il est relancé le 21 juin 1941 par René Delange pour occuper la place laissée vacante par Les Nouvelles littéraires. Tranchant par sa relative retenue sur le reste de la presse parisienne, Comœdia séduit Sartre en un premier moment : il accepte d’y tenir la chronique littéraire. Il abandonne cependant cette fonction après sa première chronique s’apercevant que la feuille est moins indépendante que René Delange ne l’avait prétendu. (Il n’y reviendra que pour une interview au moment de la création des Mouches en avril 1943 et un hommage à Giraudoux, décédé en février 1944.) En effet, Comœdia est subventionné par l’Institut allemand qui en surveille la publication. Delange est obligé d’insérer une page « Connaître l’Europe » qui présente régulièrement des auteurs allemands et des œuvres allemandes. Il doit également respecter les consignes antijuives, comme le remarque Claude Morgan dans Les Lettres françaises clandestin es de novembre 1943 : dans une anthologie de poètes allemands, il a cherché en vain Heinrich Heine. Pourtant il semble que, parmi les périodiques paraissant légalement à Paris, Comœdia est pour beaucoup d’opposants le plus lisible. Beauvoir prétend dans ses Mémoires que Comœdia protesta contre les délations auxquelles se livrait Je suis partout et qu’il défendit les œuvres qui s’opposaient aux valeurs fascistes et au moralisme vichyssois. Crédité de 45 000 exemplaires en juin 1941, son tirage vacille, probablement en fonction des contingentements de papier. Pratiquant la politique de la signature – on y trouve, mis à part Giraudoux, Cocteau, Dullin, Colette, Paulhan, Montherlant – le journal est très demandé et se voit parfois, selon Olivier Gouranton, dans l’incapacité de répondre aux demandes d’abonnement. Paraissant le samedi matin, il est (à en croire Paul Léautaud) souvent épuisé dès 9 heures.

CONFLUENCES

55Revue littéraire fondée en juillet 1941, très rapidement dirigée par René Tavernier, et paraissant légalement à Lyon, qui accueille des écrivains refusant d’écrire dans La NRF de Drieu ou n’y étant plus acceptés parce que d’origine juive ou antifasciste. Sartre publie des fragments des Mouches dans le numéro d’avril-mai 1943. En 1942, la Censure de Vichy a suspendu cette « revue contestataire » (G. Sapiro) pendant deux mois après la publication d’un poème d’Aragon qui utilise désormais un pseudonyme. La suspension est censée servir d’exemple, comme le signifie une lettre de mise en garde du ministère de l’Information à l’intention de Poésie 42 et de Fontaine. C’est autour de Confluences que se constituera le Comité national des écrivains de la zone Sud. La presse collaborationniste parisienne ne s’y trompe pas et dénonce Confluences comme exemple distingué des revues littéraires de la zone Sud qui s’opposent aux « idées nouvelles » et manifestent la plus grande tendresse pour la IIIe République, « ses juifs, ses pédérastes et ses francs-maçons ». Confluences est édité et diffusé à plus de 10 000 exemplaires, surtout dans le Sud de la France, mais aussi par l’intermédiaire de libraires parisiens sélectionnés.

GEORGES COTTIER né en 1922

56Suisse né à Genève, Georges Cottier obtient une licence ès lettres classiques à l’Université de sa ville natale. Il travaille au service de l’attaché culturel de l’Ambassade de France à Berne tout en résidant à Genève en attendant son visa pour entrer chez les Dominicains à Paris (juillet 1945). Consacré prêtre en 1951, il devient professeur de théologie à Fribourg et ailleurs. Dès les années quatre-vingt, il occupe la fonction importante de théologie de la Maison pontificale et fait en tant que tel partie de nombreux comités et institutions. Ainsi, il est consultant auprès de la Congrégation Pro Doctrina Fidei. Georges Cottier a été nommé, en octobre 2003, archevêque puis cardinal.

57Parmi ses publications, on trouve une anthologie de la presse clandestine française De la Résistance à la Révolution publiée en novembre 1945 aux Cahiers du Rhône et une monographie L’Athéisme du jeune Marx (1959).

LE COURRIER DE L’ÉTUDIANT

58Bimensuel sous-titré « Bulletin du Comité supérieur des œuvres sociales en faveur des étudiants et de l’Union nationale des associations générales des étudiants de France ». Le premier numéro paraît le 10 décembre 1944, le dernier le 30 avril 1947. Le directeur est A. Rosier, le rédacteur en chef P. Champromis. Au comité de rédaction, on trouve M. Abraham, Coutaux, G. Jamati, G. Lardant, de Lescure, Rolland, P. Rostini, Sananes, J. Thill. Le critique dramatique est Marc Beigbeder. Parmi les collaborateurs et les auteurs de prestige : R.-M. Albérès, Stanislas Fumet, Jean Guéhenno, Albert Camus, Jean d’Ormesson, Pierre Emmanuel, Jean Beaufret, Henri Gouhier.

LE CRI DU PEUPLE

59Quotidien du Parti populaire français (PPF), l’un des deux partis dominants du collaborationnisme parisien fondé par Jacques Doriot en 1936, Le Cri du Peuple, subventionné par le gouvernement de Vichy, voit le jour le 19 octobre 1940. « Organe de doctrine, de combat, d’information », de « tendance nationale et sociale », selon la présentation de Jacques Doriot, le journal fait preuve, avec violence, d’anticommunisme, d’antisémitisme et de haine contre la République. La rédaction compte des ex-communistes (comme Doriot lui-même) et d’anciens Camelots du roi. Le journal qui recrute ses lecteurs surtout dans le milieu populaire est tiré en mars 1943 à 63 000 exemplaires, en mai 1944 à 70 000 exemplaires. La critique dramatique est assurée jusqu’en février 1943 par Lucien Rebater. On trouve aussi la signature d’Alain Laubreaux.

DÉFENSE DE LA FRANCE

60Organe du mouvement clandestin du même nom paraissant depuis 1941, Défense de la France est le journal résistant le plus répandu. Les derniers numéros clandestins sont tirés à 100 000, 240 000 et même 450 000 exemplaires. Après un premier numéro « libéré » paru à Rennes le 5 août 1944, la première édition légale parisienne sort le 22 août 1944 sous la direction d’Aristide Blank, l’un des jeunes (proches de Sciences-Po) qui ont monté le mouvement clandestin. Pierre Bénard dirige la rédaction du quotidien. En novembre, Pierre Lazareff, ancien rédacteur en chef de Paris-Soir, rejoint l’équipe. Dès le 8 novembre 1944, il change le titre du journal. Défense de la France devient France-Soir et fait bientôt partie de la presse à sensation. En janvier 1945, il est avec un tirage de 264 000 exemplaires le deuxième quotidien vespéral après Ce Soir.

DEMAIN

61Hebdomadaire catholique fondé en février 1942 à Lyon par Jean de Fabrègues – monarchiste qui avait dirigé quelque temps avec Thierry Maulnier la revue doctrinale Combat – Demain cherche à s’imposer, selon Claude Lévy et Henri Michel, dans les milieux démocrates-chrétiens hostiles au régime de Vichy, mais en vain. Comptant parmi ses collaborateurs des écrivains tels que Gustave Thibon, le penseur du Maréchal, Demain, qui se voulait « hebdomadaire de la Cité française », demeure l’hebdomadaire de ceux qui avaient accepté la Révolution nationale.

DENIS

62Auteur d’un compte rendu de Huis clos ayant paru en novembre 1944 dans l’hebdomadaire Le Peuple. (Il ne s’agit pas de Claude Aveline qui signa ses textes clandestins également « Denis ».)

GASTON DERYCKE [pseud. CLAUDE ELSEN] 1914-1975

63Journaliste et écrivain belge, Gaston Derycke dirige la rédaction de l’hebdomadaire bruxellois Cassandre sous l’Occupation allemande. En décembre 1943 et en mai 1944, il donne deux nouvelles à Je suis partout. Le journaliste belge Robert Poulet, de la même veine que Derycke, décrit son compagnon comme « caricature de la jeune génération intellectuelle ». Il lui trouve » une sécheresse nietzschéenne, un nihilisme rimbaldien et je ne sais quoi de rapide, de pratique, de cynique et de ricanant ». À la Libération, il est condamné par contumace et privé de la nationalité belge. Il prend le pseudonyme de Claude Elsen pour écrire dans la presse d’extrême droite française (Écrits de Paris, Rivarol, Défense de l’Occident). L’un des témoins de son second mariage sera… Jean Paulhan.

GUY DESSON 1909-1980

64Né en Seine-et-Marne, Guy Desson fait ses études au collège de Meaux, puis à Paris où il obtient une licence ès lettres. Reçu à l’agrégation de grammaire, il exerce comme professeur de lettres jusqu’à la guerre. À 17 ans, il adhère au Parti socialiste et milite dans sa région natale. Démobilisé, il organise dès décembre 1940 un réseau de résistance avec des amis. À la Libération, il est secrétaire général du Populaire, en 1946 chef du cabinet d’Andrée Viénot sous-secrétaire d’État à l’Éducation nationale, puis chargé de mission au cabinet d’Edmond Naegelen, ministre de l’Éducation nationale. En 1947, il devient député des Ardennes. Il quitte en 1958 la SFIO pour adhérer au PSA et est élu à nouveau dépuré en 1967. Guy Desson a été président-délégué de l’association France-URSS depuis 1973.

DER DEUTSCHE WEGLEITER FÜR PARIS

65Bimensuel paraissant du 15 juillet 1940 jusqu’à la Libération et servant aux Allemands de « pariscope ».

PIERRE DRIEU LA ROCHELLE 1893-1945

66Avec Robert Brasillach, Pierre Drieu La Rochelle est le personnage le plus en vue du fascisme et de la Collaboration intellectuelle. Membre du PPF et romancier édité par Gallimard, à la recherche d’un ordre viril, raciste, populaire, il prend en 1940 la direction de La NRF par la volonté de l’occupant représenté par l’ambassadeur de l’Allemagne nazie, son ami Otto Abetz. Il démissionne en 1943, faute d’avoir pu attirer des écrivains prestigieux. Dans le numéro de janvier 1943, il justifie son fascisme par l’ambition de réduire la décadence en France. Désormais, l’écrivain qui occupe de nombreuses autres fonctions dans la France occupée ne se manifestera plus guère dans la presse, mis à part dans Révolution nationale et La Chronique de Paris où il croise Robert Brasillach qui est au même point de désillusion que lui. Recherché à la Libération, il se cache, puis se donne la mort en mars 1945.

67Dans un article anonyme des Lettres françaises clandestines paru en avril 1943, Sartre fait le portrait et le diagnostic de Drieu : « Il est venu au nazisme par affinité élective : au fond de son cœur comme au fond du nazisme, il y a la haine de soi et la haine de l’homme qu’elle engendre. »

PIERRE DROUEL

68Critique dramatique de l’hebdomadaire Au Pilori et critique cinématographique de l’hebdomadaire Notre Combat, « le grand organe de la révolution cent pour cent française » (13 mars 1943). En février 1943, Pierre Drouel soutient son « ami » Alain Laubreaux qui avait suggéré que la Comédie-Française se transforme en véritable théâtre d’État servant les fins de la Révolution nationale.

PIERRE DUCROCQ [pseud. CHRISTIAN LUDE] 1913-1978

69Pierre Ducrocq est critique dramatique de l’hebdomadaire Révolution nationale et critique du music-hall à La Gerbe où il écrit également des articles politiques. Au lendemain de Stalingrad, il s’adresse, par exemple, au « Jeune Français » pour l’inviter à s’engager contre la victoire communiste menaçante, en utilisant une « métaphore étonnante » (de pâtisserie) que Pascal Ory a relevée (La Gerbe, 25 mars 1943). En avril 1943, il rend compte, en alexandrins, de Renaud et Armide de Cocteau, tragédie en alexandrins ; il dédie son compte rendu en vers à Alain Laubreaux, « en sympathie ». Pierre Ducrocq est également auteur dramatique. Sa pièce La Nuit du printemps est montée en 1941 au Théâtre Saint-Georges avec François Périer. Il collabore aussi à Radio-Paris.

PHILIPPE DUMAINE [pseud. de ROBERT THENON] 1901-1990

70Auteur d’un compte rendu des Mouches paru en 1943 dans Suisse contemporaine, Philippe Dumaine publie en 1942 aux éditions Robert Laffont à Marseille un dialogue avec Gabriel Boissy sous le titre Absence de Dieu.

PIERRE DUMAYET né en 1923

71Né dans les Yvelines, Pierre Dumayet fait des études au lycée Buffon et à la Faculté de Paris et obtient une licence ès lettres. Il est journaliste à la radiodiffusion française dès 1947 et collabore au Journal parlé, puis il sera parmi la demi-douzaine de journalistes qui signent en octobre 1949 1e premier Journal télévisé. Producteur d’émissions telles que « Cinq colonnes à la une » ou « En votre âme et conscience », il devient un personnage connu de la télévision. On a surtout retenu ses émissions littéraires. À « Lecture pour tous » (1953-1968), où il pratique l’interview confidence, succèdent les documentaires « Des milliers de livres écrits à la main » (1974-1976), qui explore le travail du manuscrit et les bibliothèques, et « Lire c’est vivre » (Antenne 2, 1975-1987) où des lecteurs anonymes sont invités à réagir à la lecture d ’un chef d’œuvre. Entre 1961 et 1964, il est rédacteur en chef adjoint du Nouveau Candide.

JEAN DUNCANT

72Critique dramatique de Combats. Heureux d’une représentation de L’Église de Céline, il fustige, dans sa chronique du 5 juin 1943, « trois ans de péguysme larvé, de folklore de prisunic, de tambourinaires à dix francs le quart d’heure ».

L’ÉCHO DES ÉTUDIANTS

73Hebdomadaire fondé en 1910 et paraissant à Montpellier, d’abord comme organe des étudiants de l’université de cette ville, L’Écho des Étudiants est transformé, à dater du 25 janvier 1941, en journal favorable à Pétain. Le directeur en est René Barjavel, futur romancier, dont l’œuvre exprime un refus angoissé de la modernité et promeut le retour à la nature et à des valeurs ancestrales. La chronique dramatique est assurée par René-Marill Albérès, la chronique cinématographique par René Barjavel lui-même. On trouve assez souvent la signature de François-Charles Bauer (François Chalais), mais aussi celles de Claude Roy (encore en octobre 1943) et d’Yves Bonnat. Dans le numéro du 2 janvier 1943, Louis Gibert propose Céline pour l’académie Goncourt. Dans Les Lettres Françaises clandestines d’octobre 1943, Louis Parrot dénonce l’antisémitisme du journal qui avait traité Bergson de « philosophe juif responsable d’avoir abâtardi les vertus françaises ». On apprend aussi que l’hebdomadaire se vendait à Paris : « L’Écho des Étudiants, qui pose au grand journal littéraire de la jeune France, est le seul hebdomadaire de zone sud admis à franchir la ligne de démarcation. Cette faveur, on le pense bien, n’a pas été octroyée par le ministère de l’Information sans contrepartie ; L’Écho doit être l’organe de la jeunesse “révolutionnaire” et, à ce titre, répandre les mots d’ordre de la Révolution nationale ».

L’ÉCHO DE LA FRANCE

74Dernier-né de la presse quotidienne de Paris sous l’Occupation, L’Écho de la France paraît quelques mois avant la Libération. On y trouve 16 articles politiques de Robert Brasillach (repris dans les Œuvres complètes). François-Charles Bauer (François Chalais) assure la critique dramatique.

JEAN FAYDIT DE TERSSAC

75Critique dramatique de l’hebdomadaire Le Pays libre.

JACQUES DE FÉRAUDY 1886-1971

76Fils du comédien Maurice de Féraudy (1859-1932) qui fut doyen de la Comédie-Française, Jacques de Féraudy fait des études au Conservatoire de Paris (deuxième prix de comédie en 1906 pour le rôle de Figaro dans Le Barbier de Séville). À partir de 1907, il est engagé à la Comédie-Française dans les emplois d’amoureux comiques et rôles de genre. Peu après pensionnaire, il quitte la Maison de Molière en 1911 pour chanter l’opérette, mais se fera surtout connaître par le cinéma, soit comme réalisateur (Molière, en 1922 ; Du Crépuscule à l’aube, 1923), soit comme interprète, de 1919 à 1956.

77Sous l’Occupation, Jacques de Féraudy est critique dramatique à l’hebdomadaire Au Pilori. Jugeant la mise en scène de Phèdre par Jean-Louis Barrault d’une vulgarité intolérable, il exige en avril 1944 du ministre Abel Bonnard la démission de Jean-Louis Vaudoyer, administrateur de la Comédie-Française. En septembre 1941, il a manifesté son antisémitisme en trente-deux alexandrins dont le premier commence par « Va-t’en, Juifs ».

LOUIS-JEAN FINOT [pseud. de LOUIS-JEAN FINCKELHAUS] 1898-1957

78Fils du fondateur du Cri de Paris et de La Revue des revues, Polonais naturalisé Français en 1897, Louis-Jean Finot travaille dans l’entre-deux-guerres comme journaliste entre autres à L’Éclaireur de Nice, au Soir et à La Patrie. Rentré de captivité, il est critique à La Semaine de Paris et collaborateur de l’organe du COES (Comité d’Organisarion des Entreprises du Spectacle, organisme de Vichy), mais participe en même temps à la Résistance en rédigeant et diffusant une revue clandestine à l’intérieur du ministère de l’Éducation nationale. Il collabore aussi au journal clandestin Résistance dont il devient le rédacteur en chef lorsque ce journal peut paraître au grand jour (il y fustige les critiques dramatiques collaborationnistes). Louis Jean Finot est également romancier, auteur dramatique et cinématographique.

FONTAINE

79Revue littéraire trimestrielle publiée légalement à Alger, sous la direction de Max-Pol Fouchet, condisciple de Camus au lycée d’Alger, dès avril 1939. Après la défaire, Fontaine prend ses distances avec le nouveau régime et publie les textes des écrivains repliés en zone Sud (que l’on trouve aussi dans Poésie 41, 42… et Confluences) ou exilés : Aragon, Eluard, Artaud, Max Jacob, Soupault, Jules Supervielle, entre autres. En 1941, la revue devient mensuelle. Soumis au contrôle de Vichy jusqu’à la libération de l’Afrique du Nord par les Alliés, Fontaine, dénoncé par Drieu La Rochelle dans La NRF, reçoit une lettre de Paul Marion, secrétaire d’État à l’Information. On fait savoir à Max-Pol Fouchet que les « allusions transparentes aux événements politiques actuels » parsemés dans les revues de caractère strictement littéraires n’échappent pas aux autorités. C’est une mise en garde. Pourtant, ce n’est pas Vichy, mais le nouveau gouvernement qui suspend fontaine (tirage : 12 000 exemplaires) pendant six mois. La revue devient ensuite un organe plus actif de la France libre. Les Lettres françaises clandestines publient en février 1944 un court texte de Max-Pol Fouchet sur la poésie qui « s’est refusée à collaborer avec l’envahisseur ». À la Libération, Fontaine paraît à Paris jusqu’en 1947.

FRANCE-EUROPE

80Hebdomadaire politique, littéraire et artistique, « organe de l’unité française par la Révolution nationale », France-Europe est, selon Pascal Ory, « une sorte de journal corse de Paris, spécialisé dans les appels réitérés à l’épuration des cadres de l’État français ». Le premier numéro date du 11 juillet 1942. Le directeur est Laurent Malandri, le gérant Dominique-François Perinotti.

LA FRANCE LIBRE

81Revue de la Résistance extérieure fondée en novembre 1940 à Londres par André Labarthe et Raymond Aron qui s’est embarqué le 24 juin pour rejoindre de Gaulle. Aron est pendant la guerre secrétaire de rédaction de la revue et y assure, sous le pseudonyme de René Avord, régulièrement une chronique. Il accueille des textes de Jacques-Laurent Bost et de Lionel de Roulet, anciens élèves du lycée du Havre où il a été professeur. Sartre, qui connaît Aron depuis l’École normale, fait en janvier 1945, dans Combat, un portrait éblouissant de la revue. Il écrit notamment :

82« Les articles les plus divers sur Vichy, l’état de la France, sur l’opinion italienne Ou la presse allemande, sur des problèmes de droit international, des récits de guerre faits par des officiers ou des soldats se groupaient autour de trois chroniques régulières, toutes trois d’une intelligence admirable : la chronique de Raymond Aron (René Avord), qui nous donne une sorte d’analyse spectrale du national-socialisme ; celle du critique militaire anonyme qui a su prendre pour expliquer les batailles et la stratégie de cette guerre universelle un point de vue mondial et montrer en chaque cas comment le sort des armes et la lutte économique se commandaient étroitement ; celles enfin de René Vacher, l’économiste, qui examinent les problèmes de la guerre et de l’après-guerre. Politique, économie, stratégie : la revue, dans son ensemble, nous présente ce que, pendant quatre ans, nous avons tant réclamé contre les mensonges des journaux nazis : une explication de notre temps ».

83La France libre paraît tous les mois. Sartre publie dans le numéro de novembre 1944 « Paris sous l’Occupation », au moment où Aron est prévu pour le premier comité de rédaction des Temps modernes, revue lancée en octobre 1945. Conçu au début à l’intention des Français résidant en Angleterre, le périodique a été considéré dans le monde, selon Aron, comme la revue gaulliste, celle de la France libre par excellence bien que son directeur A. Labarthe l’ait fait évoluer à partir de l’été 1941 vers l’antigaullisme (et qu’Aron y ait écrit son article le plus antigaulliste « L’ombre des Bonapartes » qu’il regretta par la suite, d’ailleurs). L’une de ses fonctions était de maintenir le contact entre les Français hors de France et les Français de France. Tirée au début à 8 000 exemplaires, elle finit par en atteindre 22 000.

LA FRANCE SOCIALISTE

84Quotidien de gauche publié à partir du 10 novembre 1941, La France socialiste prend la place de La France au travail, journal destiné aux lecteurs de L’Humanité (organe du PC interdit depuis le pacte germano-soviétique). La direction politique est assurée jusqu’en juillet 1943 par René Chateau, agrégé de philosophie et disciple d’Alain. Des hommes politiques de gauche, des syndicalistes et des hommes de lettres d’inspiration socialiste ou pacifiste tels que Claude Jamet (qui tient la chronique littéraire) y collaborent. Le journal est « favorable à un socialisme qui reposerait sur la “communauté nationale”, laïque et pacifiste, antivichyste aussi », écrivent Claude Lévy et Henri Michel. Il « célèbre Jaurès comme pionnier d’une réconciliation entre ouvriers allemands et français », écrit à son tour en 1943 le Dr Eich, chef du groupe « presse » de la Propagande allemande à Paris. Et il poursuit : « Malgré la méfiance dans la grande masse des ouvriers, le journal est parvenu à gagner des organisations, groupes et syndicaux de l’ancien mouvement ouvrier. » Le tirage indiqué pour mars 1943 est de 116 000, celui donné pour mai 1944 est de 140 000 exemplaires.

ROBERT FRANCIS [pseud. de ROBERT GODMÉ] 1909-1946

85Fils d’un entrepreneur de travaux publics et frère de Jean-Pierre Maxence, Robert Francis fait partie de la « Jeune droite » des années trente qui, marquée par l’influence de Maurras, est à la recherche d’une identité nouvelle après le choc de la Grande Guerre et la condamnation pontificale de l’Action française. Il se joint à son frère pour fonder en 1928 Les Cahiers qui se présentent comme l’organe d’une révolution spirituelle. Son antiparlementarisme et son anticapitalisme se manifestent dans Demain la France publié au lendemain des émeutes de février 1934 en collaboration avec son frère et Thierry Maulnier. Beauvoir, qui qualifie dans ses Mémoires Francis de fasciste, relève le succès que la critique de droite fait en 1934 à deux romans qui, selon elle, sont des imitations d’Alain-Fournier (l’un d’eux reçut le prix Fémina). Robert Brasillach parle de deux autres en 1937 dans L’Action française. Sous l’Occupation, Francis milite pour l’Ordre nouveau, dans Les Nouveaux Temps, Combats et ailleurs, et pour une réforme de l’enseignement. Il publie aussi dans La NRF de Drieu. Dans Les Lettres françaises clandestines de février 1944, on signale un article paru dans Aujourd’hui qui raille « les petites feuilles de propagande clandestines » et « les naïf dissidents de l’intérieur ». Ceux-ci le mettront, à la Libération, sur la liste noire. Arrêté, il plaide l’irresponsabilité. Relaxé du crime d’intelligences avec l’ennemi, il est néanmoins condamné à dix ans d’indignité nationale.

LE FRANCISTE

86« Hebdomadaire de la Révolution socialiste française », Le Franciste est l’organe du parti franciste, ligue fasciste inspirée par le régime mussolinien fondée par Marcel Bucard en 1933, dissoute par Léon Blum en 1936, puis reconstituée sous l’Occupation par son fondateur qui dirige le journal. Le parti se limitant à quelque 10 000 adhérents, Bucard revendique l’antériorité de sa ligue par rapport aux autres formations fascistes et sa dimension internationale. Il peut se vanter aussi d’un mouvement de jeunes important qui prend pour modèle la Jeunesse hitlérienne. En 1943, des militants fascistes se portent volontaires de la Waffen-SS, d’autres rejoignent en 1944 la Milice. À la Libération, Bucard est condamné à mort et exécuté en mars 1946.

FRONT NATIONAL

87Quotidien issu de la clandestinité. « Organe du Comité directeur du Front national de lutte pour la libération de la France », Front national est publié à partir d’octobre 1943. Dirigé par le communiste Pierre Villon, il est rédigé par Laurent Casanova et Jacques Debû Bridel. Celui-ci dirige à la Libération le quotidien avec Georges Adam comme rédacteur en chef. Georges Adam dirige également la rédaction des Lettres françaises, organe du Comité national des écrivains, si bien qu’on comprend facilement que Pierre Bénard, lui aussi membre du CNE, publie son compte rendu de Huis clos dans ce journal tiré en janvier 1945 à 172 000 exemplaires.

POL GAILLARD 1916-1983

88Fils et petit-fils de cheminots, Pol Gaillard est né à Romilly. Il fait ses études au collège des jésuites à Reims. Il est reçu à l’agrégation de lettres en 1941, après huit mois de captivité. Nommé au lycée d’Orléans, puis au collège Stanislas, il est officier de renseignements dans la Résistance et collabore à L’Université libre clandestine. Adhérant au Front national et au Parti communiste de 1943 dans la clandestinité, il est appelé dès la Libération à la rédaction de L’Humanité où il assure bientôt la critique dramatique, de même que dans Les Lettres françaises ainsi qu’à La Pensée et à Parallèle 50. Esprit indépendant, Pol Gaillard quitte en 1948 Les Lettre françaises (où Elsa Triolet le remplace), un peu plus tard La Pensée et Parallèle 50, enfin en 1956 1e PC lui-même. Dès lors, il se consacre surtout à l’enseignement : il est professeur de lettres des classes préparatoires à Polytechnique et Normale sciences du lycée Janson-de-Sailly avant d’être nommé maître-assistant à Paris X-Nanterre. Auteur, Pol Gaillard a donné au théâtre et à la télévision plusieurs pièces. Il a signé de nombreuses éditions et analyses d’auteurs français destinés aux étudiants et réalisé de nombreux disques de théâtre.

ROBERT GARNIER-ROJAN

89Critique dramatique de l’illustré Actu et de L’Union française (selon Coston, hebdomadaire « résolument fasciste » dont le directeur est fusillé à la Libération) ainsi que du bimensuel Mon Pays.

JEAN GÉLY

90Critique dramatique de l’hebdomadaire La Marseillaise.

LA GERBE

91Fondé à l’initiative de l’ambassadeur Otto Abetz, l’hebdomadaire politico-littéraire La Gerbe doit permettre à l’occupant, selon une lettre adressée en juillet 1940 au chef de l’administration militaire, d’« exercer une influence directe sur l’évolution de la politique intérieure de la France par des Français dévoués à l’Allemagne et susceptibles d’être guidés dans la conception de leurs articles. » Approché par Abetz, l’écrivain Alphonse de Châteaubriant, grand admirateur d’Adolf Hitler, se charge de l’entreprise. Il sera président du groupe Collaboration et ne se lassera pas de proclamer que « le chef de l’Allemagne a été mandaté par la Providence pour pacifier et réaliser l’unité de notre vieux continent. » À côté de Je suis partout, qui le juge pas assez radical, l’hebdomadaire politico-littéraire le plus important, La Gerbe dispose d’une équipe brillante et pratique, de plus, la politique des signatures en publiant des textes d’auteurs comme Dullin, Anouilh, Cocteau, Montherlant, Aymé ou Morand. Dans sa présentation, le périodique ressemble aux politico-littéraires d’avant-guerre Gringoire et Candide. Son tirage s’élève à 140 000 exemplaires. La publication s’arrête à la fin de l’Occupation. Châteaubriant, qui sera condamné à mort par contumace en 1948, fuit à Sigmaringen, puis passe le reste de sa vie, accompagné par Gabrielle Castelot, sous le pseudonyme de professeur Wolf au Tyrol.

GERMINAL

92Cet hebdomadaire politico-littéraire de la gauche collaborationniste est lancé fin avril 1944 avec de l’argent allemand. Sous-titré « hebdomadaire de la pensée socialiste française », il réunit, selon Jean Guéhenno, « tous les traîtres et tous les “tarés” du socialisme ». Dans le premier numéro, on trouve, entre autres, un texte de Marcel Déat et une interview de Céline par Claude Jamet, le rédacteur en chef.

HENRI GHÉON [pseud. d’HENRI VANGEON] 1875-1944

93Né à Bray-sur-Seine, Henri Ghéon fait ses études au lycée de Sens où il perd la foi. Venu faire ses études de médecine à Paris, il y rencontre André Gide qui dédiera à son ami (homosexuel comme lui-même) en 1902 L’Immoraliste. Il participe à la fondation de La NRF où il publie surtout des essais de critique littéraire. Pendant la Première Guerre mondiale, il rompt avec son passé gidien et nietzschéen pour se convertir à un catholicisme fervent. Il s’éloigne de La NRF et adhère à l’Action française. Désormais, ses écrits sont destinés à défendre sa foi. Dès 1919, il produit une abondante œuvre théâtrale qui vise à renouveler les mystères et les miracles médiévaux. En 1925, il prend la suite de Copeau au Vieux-Colombier : pendant six ans, il y dirige une troupe d’amateurs, les Compagnons de Notre Dame, Il rêve d’un théâtre communautaire et croit trouver, au début de l’Occupation, les conditions pour sa réalisation dans une France ressoudée par la Révolution nationale, (Sartre conçoit à la même époque, au stalag, à sa manière un mystère de Noël pour ses camarades et vise lui aussi un sens communautaire, mais rassure Beauvoir : il ne deviendra pas comme Ghéon !) Celui-ci est en 1941 parmi ceux qui fustigent les « mauvais maîtres » (Gide en premier) censés avoir mené la France à la catastrophe. Son article sur Les Mouches montre qu’il ne compte plus sur un théâtre communautaire sauf entre croyants. Mort au moment du débarquement, il n’aura pas vu l’enfer de Huis clos sur la scène même où il monta, pendant les années vingt, son théâtre catholique que les critiques rapprochèrent pourtant en partie de la pièce de Sartre, il est vrai pour en marquer le contraste extrême. Salué par la presse collaborationniste, Ghéon reçut aussi un hommage dans Les Lettres françaises clandestines.

JACQUES GOMEL

94Auteur d’un article sur Huis clos paru en février 1945 dans Cahiers de notre jeunesse.

JEAN GOUJERVAL [pseud. d’ALBERT FINET] 1899-1993

95Né dans l’Eure-et-Loir, Albert Finet fait ses études à l’École alsacienne, à la Sorbonne, à la Faculté de théologie protestante de Paris et à l’École biblique de Jérusalem. Bachelier ès lettres, il obtient la licence de théologie. Dans son approche de l’Évangile, il suit la voie qu’a ouverte Karl Barth. Pasteur de l’Église réformée à Évreux et Montrouge, il est aumônier de la Marine (1932-1940). En 1945, il fonde l’hebdomadaire protestant Réforme dont il assure la direction jusqu’à sa retraite.

JEAN GUÉHENNO 1890-1978

96Fils d’un cordonnier et d’une mère piqueuse, Jean Guéhenno quitte le collège à 14 ans pour travailler dans une usine de chaussures. Il prépare seul le baccalauréat. Admis à l’École normale supérieure en 1911, il passe l’agrégation de lettres et entame une carrière dans l’enseignement et le journalisme. Rédacteur en chef de la revue Europe qu’il quitte en 1936 au moment où ! celle-ci devient compagnon de route du communisme, un des trois directeurs de Vendredi, l’hebdomadaire du Front populaire (1935-1938), il est l’une des figures de proue de la gauche intellectuelle des années trente. Sous l’Occupation, il compte parmi les tout premiers membres qui vont donner naissance à l’automne 1941 au Comité national des écrivains clandestin, collabore aux Lettres françaises et aux Cahiers de Libération et publie aux Éditions de Minuit clandestines, sous le pseudonyme de « Cévennes », un extrait de son Journal des années noires dont est tiré le passage reproduit dans l’anthologie. Contrairement à Sartre, qui participe avec lui dès le début de 1943 aux réunions clandestines du CNE, il refuse de publier légalement. Persona non grata pour l’Éducation nationale de Vichy, Guéhenno est rétrogradé à la rentrée 1943 de la khâgne de Louis-le-Grand (poste reçu en octobre 1941) en première au lycée Buffon. À la Libération, il récupère son poste à Louis-le-Grand avant d’être chargé de l’éducation populaire et des mouvements de jeunesse au ministère de l’Éducation nationale. Il démissionne assez vite et devient en 1949 inspecteur général, tout en continuant à écrire dans la presse. En 1962, il est élu à l’Académie française.

97Le personnage de l’Autodidacte, dans La Nausée, s’inspire de Guéhenno qui professe ce qu’il appelle la « religion de l’homme ».

VITTORIO GUERRIERO

98Critique dramatique de l’hebdomadaire Panorama. Dans le numéro qui précède celui où il rend compte des Mouches, il célèbre, à propos de l’hommage de la Comédie-Française à Gerhart Hauptmann, la rencontre des peuples.

JEAN HAAS

99Critique dramatique à Combats.

HEBDO 44

100Hebdomadaire paraissant entre le 20 avril 1944 et le 3 août 1944 à Vichy.

JEAN HERBAULT

101Critique dramatique de la revue mensuelle Images de France, sous l’Occupation et après la Libération.

CLAUDE HERVIN

102Critique dramatique du quotidien Libération.

HORIZON

103Revue littéraire paraissant à Nantes dont le premier numéro date de juillet 1945. Le directeur du périodique est Jean-Pierre Foucher, le rédacteur en chef Robert de La Croix. L’avant-lire précise l’orientation du projet : contre la littérature en tant que jeu gratuit et contre son inféodation à la politique. On annonce des textes à paraître, entre autres, de M. Arland, J. Cassou, Daniel-Rops, J. Paulhan, F. Ponge. Dans l’avant-lire du n° 8, la revue affirme poursuivre « la tâche qu’elle s’était imposée : témoigner des réelles va leurs des Lettres sans aucune concession à la mode et concilier dans l’harmonie tant de tendances opposées ». On trouve en effet côte à côte des textes aussi bien de James Joyce, de Francis Jammes et de Jean Cocteau que d’Henry Miller, de Gustave Thibon et de Gabriele d’Annunzio.

IDÉES

104« Revue de la Révolution nationale » selon son sous-titre, Idées est fondée en novembre 1941 par René Vincent, sous-directeur de la Censure au secrétariat d’Information de l’État français. Elle se veut « laboratoire d’idées » de la Révolution nationale entendue dans un sens opposé au pôle traditionaliste ou réactionnaire que forme l’entourage de Pétain. Ses collaborateurs misent sur une morale de l’ordre nourrie de vertus viriles et sur l’idée de « communautés naturelles… La revue rejette le parlementarisme, le capitalisme, le libéralisme, l’égalitarisme, l’individualisme et le matérialisme. Pour la création de l’homme nouveau qu’elle poursuit, elle s’intéresse en particulier à la formation de la jeunesse et de nouvelles élites par une réforme de l’enseignement et par la recherche d’autres voies pour recruter les élites que les grandes écoles et les concours. Parmi les collaborateurs de la revue, on trouve Armand Petitjean, Maurice Gaït, Jacques Laurent-Cély, Pierre Drieu La Rochelle, Jean-Pierre Maxence, François-Charles Bauer (François Chalais). François Sentein rédige pendant un moment la critique dramatique. Idées, qui s’arrête en juillet 1944, est considérée en octobre 1943 par Louis Parrot dans Les Lettres françaises clandestines comme « revue à tendance nettement fasciste des intellectuels vichyssois » ; Pierre Seghers la traite, dans le numéro de novembre décembre 1944 de Poésie 44, de « revue pro-nazie ».

L’ILLUSTRATION

105Grande revue hebdomadaire fondée en 1843, L’Illustration, tirée en 1939 à 200 000 exemplaires, se replie en juin 1940 à Bordeaux et à Clermont-Ferrand pour reparaître à Paris en août 1940. Avec l’autorisation de la reparution, l’occupant impose un éditorialiste à son goût, Jacques de Lesdain. Le journal se propose de créer « toute une mentalité neuve » et va, selon Claude Lévy et Henri Michel, bien au-delà. Tirée à 140 000 exemplaires, cette « revue préférée de la bourgeoisie, des gens bien-pensants » est diffusée dans les deux zones et même dans les camps de prisonniers de guerre. L’Illustration cesse de paraître en août 1944.

IMAGES DE FRANCE

106Mensuel sous-titré « La Revue des métiers d’art » paraissant sous l’Occupation et après la Libération. Le théâtre y occupe peu de place.

L’INFORMATION UNIVERSITAIRE

107Bulletin officiel qui publie les résultats des examens, annonce les concours administratifs, renseigne sur les séances des académies, des postes vacants, donne la liste des enseignants juifs exclus de l’enseignement, etc. Les étudiants disposent d’une page où ils peuvent se manifester. Cet hebdomadaire tire à 4 500 exemplaires.

CLAUDE JAMET 1910-1993

108Né à Paris, boursier au lycée Charlemagne, puis élève d’Alain à Henri-IV, Claude Jamet entre en 1928 à l’École normale supérieure en même temps que Simone Weil (sa condisciple à Henri-IV), Maurice Bardèche, Robert Brasillach, Thierry Maulnier et Georges Pelorson. Agrégé de lettres en 1932, il est nommé à Bourges et s’engage, après février 1934, dans la lutte ami fasciste, en devenant secrétaire général du Comité de vigilance antifasciste (CVIA). Professeur de khâgne à Poitiers dès 1935, il fonde, avec Jean-Richard Bloch, l’hebdomadaire Front populaire de la Vienne et adhère en juillet 1936 à la SFIO. Quand son entourage se laisse gagner à la guerre, Claude Jamet reste ultrapacifiste et s’engage dans des mouvements qui militent pour la paix. En 1939, il accepte pourtant sa mobilisation comme officier. Prisonnier en juin 1940, il est mis en congé de captivité en avril 1941 comme père de famille nombreuse (il a quatre enfants). Professeur au lycée Buffon, il tient en même temps la chronique littéraire dans l’hebdomadaire La France socialiste qui soutient les forces d’occupation, mais au nom du socialisme. Dans ses Carnets de déroute publiés en 1942 et célébrés par Brasillach dans Je suis partout, il se dit d’accord avec l’armistice et l’entrevue de Montoire. Dans le même journal, il fait l’éloge des Décombres de Lucien Rebatet. Ayant quitté La France socialiste en juillet 1943, il est critique dramatique à la rentrée dans l’hebdomadaire Notre Combat et, dès fin avril 1944, rédacteur en chef de l’hebdomadaire Germinal financé, selon Pascal Ory, directement avec de l’argent allemand. Dans l’Éducation, Claude Jamet est promu professeur de khâgne à Louis-le-Grand en septembre 1943 sur le poste de Jean Guéhenno, rétrogradé au lycée Buffon qu’il vient de quitter. Arrêté en novembre 1944, il passe 100 jours à Fresnes. Relaxé, mais révoqué sans pension en novembre 1945, ce père de cinq enfants travaille pendant quatre ans comme correcteur d’imprimerie. Il publie en 1947 un pamphlet dénonçant les excès de l’épuration (Fifi roi). Avec Pierre Boutang et Maurice Bard èche, il lutte pour sa réhabilitation. En 1949, il est réintégré, « par mesure humanitaire » en raison de ses lourdes charges de famille, dans l’Éducation nationale et enseigne jusqu’en 1970 dans des classes secondaires d’un lycée de la banlieue parisienne. Au moment de sa retraite, il entre au Parti socialiste et milite pendant vingt ans dans le 5e arrondissement de Paris sans avoir la chance, vu son passé, d’occuper des fonctions officielles.

HENRI JEANSON 1900-1970

109Né à Paris, fils d’un instituteur devenu professeur d’économie politique, Henri Jeanson fait ses études secondaires à Henri-IV. Il exerce divers petits métiers avant d’entrer, à 17 ans, dans le journalisme et de travailler dans des feuilles de gauche. Dès l’entre-deux-guerres, il se fait redouter comme critique et pamphlétaire, ce qui lui vaut de nombreux procès de presse et plusieurs condamnations. Au début de l’Occupation, il fonde le quotidien Aujourd’hui avec l’espoir de maintenir un journal indépendant. Il fait travailler des anticonformistes de gauche comme Jean Galtier-Boissière et Robert Desnos et des journalistes juifs sous pseudonymes. Ses attaques contre l’ordre dominant ne sont pas tolérées si bien que, fin 1940, il doit quitter le journal. Deux fois interné en 1941, Henri Jeanson devance la troisième arrestation en entrant dans la clandestinité, ce qui ne lui évite pas d’être blâmé, à la Libération, par le Comité d’épuration du cinéma. En effet, il a, dès les années trente, signé de nombreux scénarios, travail qui l’a rendu particulièrement célèbre et qu’il n’a pas abandonné sous l’Occupation, mais aussi des pièces de théâtre. À la Libération, il continue à écrire des dialogues de films tout en collaborant au Canard enchaîné, à Combat, puis à L’Aurore (comme critique de télévision).

JE SUIS PARTOUT

110Hebdomadaire politico-littéraire d’extrême droite publié avant la guerre par une équipe dominée par de jeunes dissidents de l’Action française convertis au fascisme, Je suis partout reparaît en février 1941, pareil à lui-même. Robert Brasillach en est jusqu’en juillet 1943 le rédacteur en chef. Il y proclame le 21 juillet 1941 : « La France doit créer pour elle-même, pour les siens cet esprit fasciste qu’elle doit adapter à ses exigences nationales. » Violemment antisémite, antibolcheviste, anglophobe et collaborationniste, le périodique paraissant le vendredi sur 8 pages est lu, en partie, par des adversaires idéologiques qui savourent les critiques agressives des vedettes Alain Laubreaux (théâtre) et Lucien Rebatet alias François Vinneuil (cinéma). Le succès vaut à Je suis partout un tirage important qu’on estime à la fin de l’Occupation à près de 300 000 exemplaires. Dans ses Mémoires, Simone de Beauvoir se souvient : « J’eus […] un haut-le-corps quand, en février, reparut l’hebdomadaire Je suis partout ; l’équipe semblait atteinte de paranoïa collective. Non seulement ils voulaient la peau de tous les hommes de la IIIe République, de tous les communistes, de tous les Juifs, mais ils se déchaînaient contre ceux des écrivains de l’autre zone qui essayaient, dans les très étroites limites du possible, de s’exprimer sans abdiquer. Ils multipliaient frénétiquement les dénonciations. “Il est un autre droit que nous revendiquons, écrivait Brasillach, c’est d’indiquer ceux qui trahissent.” Ils ne se faisaient pas faute d’en user. »

JEUNE FORCE DE FRANCE

111Bimensuel fondé en novembre 1942 par Jean Balestre qui compte parmi ses collaborateurs Georges Albertini et René Barjavel. Dans l’éditorial paru le 1er décembre 1943 à l’occasion du premier anniversaire du périodique, on lit : « Pour la doctrine, nous n’étions pas en peine. Notre équipe […] connaissait les expériences européennes. Elle avait délibérément choisi la formule virile d’une reconstruction nationale-socialiste française ». Dans le numéro du 15 mars 1944, Maurice Giffard donne la définition d’un racisme français : « Souhaitons-nous que la France redevienne le lieu des plus hautes et des plus sensibles élaborations humaines ? Oui. Alors, nous acceptons d’étudier les solutions de l’eugénisme et du racisme dont quelques-unes sont esquissées plus haut. Faisons-le sans passion, mais fermement, et sans plus attendre. » Dans le même numéro, on trouve une attaque contre Thierry Maulnier et le maurrassisme. Dans le numéro du 15 mai 1944, est encensé Jean Lousteau, journaliste de Radio-Paris, « premier officier français de la Waffen SS qui ait été décoré de la croix de fer ».

ROBERT KANTERS 1910-1985

112Né en Belgique, Robert Kanters fait ses études au lycée français de Bruxelles, puis à la faculté des Lettres de Bordeaux, où il obtient une licence ès lettres et le Diplôme d’Études supérieures de lettres. Il débute en 1932 dans le journalisme à Bordeaux en animant la revue Jeunesse. En 1938, il est professeur à l’École des Roches, puis devient précepteur chez Annet-Badel, homme d’affaires et mari de l’actrice Gaby Sylvia, qui achète le théâtre du Vieux-Colombier où Huis clos est créé. Servant aussi accessoirement d’arraché de presse et de secrétaire adjoint, il prend non seulement intimement part à la création de la pièce de Sartre, mais découvre aussi les milieux de théâtre. Il donne désormais des critiques dramatiques aux Cahiers du Sud (plus tard à L’Express), mais, ayant quitté le professorat, il est surtout conseiller littéraire aux éditions Julliard (1946-1953), puis directeur littéraire aux éditions Denoël et devient responsable, en 1961, à la suite d’André Rousseaux, de la chronique des livres du Figaro littéraire.

LABYRINTHE

113Revue mensuelle des lettres et des arts qui édite à Genève 23 numéros entre 1944 et 1946. Dans le n° 14 du 15 novembre 1945, Sartre publie un extrait de « La liberté cartésienne » (introduction à un volume de morceaux choisis de Descartes qui paraît en 1946 aux Éditions des Trois Collines à Genève), dans le n° 20 du 1er juin 1946, Beauvoir publie « Introduction à une morale de l’ambiguïté ».

MARCEL LAPIERRE 1903-1974

114Syndicaliste pacifiste, Marcel Lapierre travaille avant 1940 au Peuple, quotidien de la CGT, où il occupe le poste de secrétaire de rédaction de 1930 à 1939. Il est également rédacteur en chef de L’École libératrice. Sous l’Occupation, il assure la rédaction en chef en même temps que la critique dramatique de l’hebdomadaire L’Atelier. Après la guerre, il publie une Anthologie du cinéma (1946), puis Les cent visages du cinéma (1948).

ALAIN LAUBREAUX 1898-1968

115Né à Nouméa, Alain Laubreaux fonde en 1919, avec son père, Le Messager de Nouvelle-Calédonie. Arrivé en métropole en 1921, il débute au quotidien libéral Le Journal, devient critique littéraire de la Dépêche de Toulouse et collabore à plusieurs feuilles. Il forge surtout sa réputation comme critique dramatique de l’hebdomadaire Je suis partout qu’il rejoint en octobre 1936 et dont il devient l’un des piliers. En mai 1940, le journal d’extrême droite est interdit pour germanophilie par le ministre de l’intérieur Georges Mandel ; Laubreaux est arrêté et interné. Sous l’Occupation, Je suis partout reparaît, Laubreaux est relâché ; son arrestation est considérée, sous le nouveau régime, comme un martyre infligé par la « République enjuivée ». Dans Paris occupé, il est parmi ceux qui donnent le ton dans la vie culturelle. Il est aussi critique dramatique du Petit Parisien ainsi que chroniqueur à Radio-Paris, l’antenne de l’occupant. Dissident de l’Action française entré au PPF, il donne également des articles au Cri du peuple. On craint Laubreaux pour sa férocité délatrice (il dénonce Robert Desnos) et ses ambitions mondaines. Les Lettres françaises clandestines, qui le surnomment « Rastignac de Nouméa », lui consacrent un article entier en mars 1944. Il ne réussit pas, en été 1944, à se faire élire administrateur de la Comédie-Française. « Sa nomination », lit-on dans un rapport de l’occupant rédigé en juillet 1944, « a été refusée catégoriquement par Laval, car ce critique connu pour être favorable aux Allemands s’est fait beaucoup d’ennemis parmi les comédiens-français. » Laubreaux, immortalisé sous le nom de Daxiat (son pseudonyme d’auteur dramatique) par Truffaut dans Le dernier métro, se réfugie en 1944 en Allemagne où il prend, un an après, l’avion pour l’Espagne. Condamné à mort par contumace en février 1945, il meurt à Madrid en 1968.

JEAN LAURENT

116Critique dramatique de l’illustré Vedettes et de Radio-Paris, l’antenne de l’occupant, critique des spectacles de variétés dans Les Nouveaux Temps, critique du music-hall et de la danse dans Comœdia et La Gerbe.

MICHEL LEIRIS 1901-1990

117Poète proche des surréalistes à ses débuts et lié avec Georges Bataille, avec qui il fonde en 1936 le Collège de sociologie, Michel Leiris, diplômé de l’École pratique des hautes études, est chargé de recherches au musée de l’Homme quand Sartre fait sa connaissance en 1943 au Comité national des écrivains. Dès 1937, la nouvelle « Le Mur » publiée dans La NRF lui a fait grande impression. Sartre et Beauvoir ont admiré à leur tour L’Âge d’homme, le premier livre autobiographique de Leiris, à sa parution en 1939. Ils se lient avec lui et sa femme : les deux couples se fréquentent souvent sous l’Occupation. L’histoire culturelle a surtout retenu la représentation, au printemps 1944, du Désir attrapé par la queue, pièce de Picasso, dans l’appartement des Leiris quai des Grands-Augustins où Sartre et Beauvoir tiennent chacun un rôle. À la Libération, Leiris fait partie du comité de rédaction des Temps modernes. Sartre dédie en 1946 La Putain respectueuse à Michel et Zette Leiris. Leiris préface à son tour en 1947 le Baudelaire de Sartre. Même si son œuvre est aux antipodes de ce que Sartre définit comme littérature engagée, ses convictions de gauche vont le rapprocher souvent de Sartre dans l’appui de mouvements de libération.

HENRI-RENÉ LENORMAND 1882-1951

118Critique dramatique de l’hebdomadaire Panorama, Henri-René Lenormand est surtout auteur de pièces de théâtre : il y applique la psychanalyse de Freud, qu’il a connu personnellement. Les thèmes de ses pièces étant la névrose, l’inceste, l’homosexualité, la prostitution, le suicide et le meurtre, elles sont décriées comme de la boue. Décidé à lutter, comme les membres du Cartel, contre l’omnipuissance du théâtre boulevardier, il a beaucoup de peine, dans l’entre-deux-guerres, à s’imposer au public. L’Occupation n’améliore pas son sort : pour les partisans de l’Ordre Nouveau, il compte désormais parmi les « mauvais maîtres » jugés responsables de la défaite, d’autant plus que, durant un court laps de temps en 1935- 1936, il fit figure de sympathisant de l’Union soviétique, s’est engagé dans la lutte antifasciste et rallié officiellement au Front populaire. Quatre de ses pièces, refusées en partie par la Censure de Vichy, en partie par la Propagandastaffel, restent pendant l’Occupation « sur le carreau », comme il dit dans ses Mémoires. Il réagit par une série d’articles où il polémique contre « la terreur puritaine » de Vichy. À la même époque, il suggère la création d’un Conseil de l’ordre des auteurs dramatiques qui aurait dû faire office d’organisme de résistance à la censure. Dans des articles parus dans La Gerbe, il critique de manière très directe le bourrage de crâne vichyste. Ils ne déplaisent apparemment pas à l’occupant puisqu’il les laisse paraître. Le CNE n’y voit pas non plus d’actes de résistance : à la Libération, il met sur sa liste noire celui qui a régulièrement donné des papiers aux grands organes de la Collaboration et parlé à la radio (dans l’émission « Le ¼ d’heure de Collaboration ») si bien que les théâtres continuent à différer la représentation de ses pièces.

LES LETTRES

119Revue de poésie, philosophie, littérature, critique, Les Lettres défendeur « la cause de l’Esprit et de la Poésie ». Dirigée par André Silvaire qui avait déjà dirigé les trois numéros de Messages parus en 1938, la revue a pour critique dramatique Jean Vagne et pour critiques littéraires Robert Kanters et Jean Audard.

LES LETTRES FRANÇAISES

120Créées dans la clandestinité par Jacques Decour et Jean Paulhan, Les Lettres françaises paraissent dès septembre 1942 comme l’organe du Comité national des écrivains, ceux qui refusent d’accepter l’Occupation et le gouvernement de Vichy. D’abord ronéotypés, imprimés à partir d’octobre 1943, les articles anonymes dénoncent souvent les auteurs qui collaborent avec l’occupant, mais on trouve aussi des hommages aux victimes, des poèmes de circonstance, des chroniques, des échos, etc. Jacques Decour ayant été arrêté, un grand nombre d’articles sont d’abord rédigés par Claude Morgan qui devait l’assister. Puis on trouve Jacques Debû-Bridel, Édith Thomas, Paul Eluard, Aragon, Paulhan, Blanzat, Leiris, etc. Le premier article de Sartre paraît dans le numéro d’avril 1943 : « Drieu La Rochelle ou la haine de soi » ; d’autres suivront. La distribution se fait par la poste ou directement dans les boîtes aux lettres. À partir d’octobre 1943, le tirage s’élève à 15 000 exemplaires.

121À la Libération, Les Lettres françaises paraissent au grand jour. Le premier numéro légal du 9 septembre 1944 s’ouvre sur le Manifeste du CNE qui appelle à rester « unis dans la victoire » et à châtier les « traîtres ». Il comporte aussi à la une le fameux texte de Sartre « La République du silence ». Chrétiens, agnostiques, athées, socialistes et communistes demeurent effectivement unis pendant un moment, si bien qu’on peut considérer Les Lettres françaises comme « l’hebdomadaire le plus représentatif de l’intelligentsia d’après-guerre » et « modèle de la politique d’ouverture du PC », selon les propos de G. Sapiro. Mais au plus tard au début de la Guerre froide le PC s’impose, le tirage chute de 190 000 à 80 000 exemplaires et Sartre devient une des bêtes noires des jeunes communistes qui prennent la relève.

LIBÉRATION

122Quotidien né du mouvement qui porte ce nom en zone Sud, sous l’Occupation. Le premier numéro légal paraît le 21 août 1944. Le directeur est Emmanuel d’Astier de la Vigerie qui cofonde aussi l’hebdomadaire Action. De bonne qualité professionnelle, Libération est, avec des rédacteurs tels que Pierre Hervé, d’abord communisant, puis communiste. En janvier 1945, le quotidien atteint un tirage de 196 000 exemplaires. Il disparaît en 1964.

PIERRE LŒWEL 1890-1955

123Docteur en droit, diplômé de l’École des hautes études en sciences sociales, avocat, Pierre Lœwel se fait connaître par des procès retentissants, entre autres l’affaire Stavisky. Il accomplit aussi, dans l’entre-deux-guerres, une carrière de journaliste comme critique littéraire dans plusieurs journaux et après 1944, entre autres, dans L’Aurore, L’Ordre et Les Lettres françaises. En 1947, il accuse de trahison Jean Paulhan, qui a exigé de l’indulgence vis-à-vis des écrivains collaborationnistes. Sous l’Occupation , Pierre Lœwel a fait partie de la Résistance juive.

CLAUDE-EDMONDE MAGNY [pseud. d’EDMONDE VINEL] 1909 ou 1913-1966

124Née en Franche-Comté de parents instituteurs, Claude-Edmonde Magny fait ses études à Arras, où elle obtient le baccalauréat à 15 ans. Après une khâgne à Louis-le-Grand, elle entre à l’École normale supérieure où elle a pour camarades Armand Hoog, Roger Caillois et Pierre Grimal qu’elle épousera. En 1935, elle est reçue troisième à l’agrégation de philosophie (première à l’écrit). Elle passe deux ans à Rome où Pierre Grimal est élève de l’École française, puis prend son premier poste à Niort non loin de Saint-Maixent où son mari fait son service militaire. Son deuxième poste est à Rennes ; elle y passe trois ans et devient mère d’une fille. Nommée à Paris, au lycée Fénélon, surchargée de 65 élèves de philosophie, elle quitte l’Université à la Libération pour se consacrer à la critique dans les revues et les journaux et à sa thèse sur Platon et les mathématiques. Elle est critique littéraire de la revue Esprit (elle y avait déjà publié pendant la drôle de guerre), écrit dans Clartés, Cavalcade, Une Semaine dans le monde, Samedi-Soir et a sa chronique de cinéma dans l’hebdomadaire Juin. Elle publie des livres de théorie littéraire et des monographies sur Giraudoux et Rimbaud, elle introduit le roman américain en France dans un ouvrage qui reçoit le prix Sainte-Beuve et écrit une histoire du roman français après 1918 extrêmement fouillée. Puis elle va enseigner à Cambridge et à Princeton où son « co-thurne » Armand Hoog est en poste.

125S’il existait un palmarès de la critique contemporaine de Sartre, c’est sans doute à Claude-Edmonde Magny qu’il faudrait le donner. Nourrie des mêmes lectures et armée, par son passage à l’École, des mêmes catégories philosophiques et des mêmes instruments analytiques, disposant du reste de L’Être et le Néant en manuscrit avant même sa publication, elle adopte dans ses nombreuses études l’attitude qu’elle recommande aux adversaires de Sartre : s’ouvrir vers une pensée nouvelle pour la critiquer, certes, mais seulement après l’assimilation. – Plusieurs années avant sa mort prématurée, Claude-Edmonde Magny s’est retirée presque complètement de la scène littéraire. Dans l’histoire intellectuelle française, elle n’a pas encore trouvé la place qu’elle mérite.

GABRIEL MARCEL 1889-1973

126Fils d’un conseiller d’État, ambassadeur de France et administrateur de la Bibliothèque nationale, Gabriel Marcel est né à Paris où il fait ses études secondaires et supérieures. À 18 ans, il soutient un diplôme d’études supérieures sur les idées métaphysiques de Coleridge dans leurs rapports avec la philosophie de Schelling. Reçu en 1910 à l’agrégation de philosophie, il occupe des postes dans l’enseignement à plusieurs reprises, en province et à Paris (en 1939-1940 au lycée Condorcet). Il ne termine pas sa thèse de doctorat qui devait porter sur les fondements philosophiques du mysticisme. Lecteur chez Plon et Grasset, il est en même temps chroniqueur théâtral, publie dans La NRF, fréquente les décades de Pontigny. N’ayant pas reçu d’instruction religieuse dans son enfance, il se convertit au catholicisme et reçoit le baptême à l’âge de quarante ans. C’est à partir d’une position chrétienne sans cléricalisme qu’il intervient dans le débat public. Au début des années trente, il soutient Emmanuel Mounier qui fonde la revue Esprit ; en 1940, après la défaite, il y met ses lecteurs en garde contre l’autoflagellation (celle-là même dont Sartre fait la satire dans Les Mouches). Il écrit également dans d’autres périodiques catholiques progressistes de la zone Sud où, de mère juive, il passe une partie de l’Occupation. Ayant cru jusqu’au milieu de 1941 à une entente secrète entre de Gaulle et Pétain, il adhère en 1943 au CNE. Critique dramatique des Nouvelles littéraires de 1945 à 1968, Gabriel Marcel écrit une trentaine d’ouvrages dramatiques qui n’ont pas connu le succès. Directeur de collection chez Plon, il publie lui-même des ouvrages philosophiques inspirés par un existentialisme chrétien qui ont eu un grand retentissement, surtout à l’étranger.

127Gabriel Marcel a suivi l’itinéraire de Sartre dès le début, et de près, puisque Sartre fréquentait même avant la guerre les vendredis philosophiques de Marcel rue Tournon. Au moment de La Nausée, il jugea que la suite de ses travaux méritait la plus sérieuse attention, attention qu’il porte aux Mouches, à L’Être et le Néant, à Huis clos et en particulier à ce qu’il appelle « le phénomène Sartre », la fascination que Sartre suscite auprès d’une certaine jeunesse. Même si Marcel passe progressivement de l’attention à l’inquiétude et finalement à l’indignation, comme Jacques Lecarme le signale à juste titre, les lectures qu’il a faites de l’œuvre de Sartre sont parmi les plus pénétrantes.

LA MARSEILLAISE

128Éditée par le « Front national de lutte pour la libération et l’indépendance de la France, Province de l’Île de France », sous « l’impulsion énergique », selon Claude Bellanger, du communiste André Carrel, ce périodique sera bientôt proclamé « grand hebdomadaire au service de la République ». Rémy Roure le compte en 1946 parmi les « organes spirituels du néocommunisme », au même titre qu’Action et Les Lettres françaises.

LE MATIN

129Fondé en 1884, Le Matin comptait parmi les cinq grands quotidiens des années vingt. Premier journal à reparaître après l’entrée des Allemands à Paris, ses éditeurs, selon le docteur Eich, chef du groupe « presse » des autorités occupantes, ont bientôt compris « les nouveaux temps ». Le Matin a d’abord comme rédacteur en chef Jean Luchaire, ami de l’ambassadeur Otto Abetz, avant qu’il prenne la direction des Nouveaux Temps en novembre 1940. Selon Claude Lévy et Henri Michel, Le Matin s’adresse à des milieux populaires et se caractérise par son engagement forcené en faveur des thèses nazies. Anticommuniste de longue date, le journal est hostile au parlementarisme, au maçonnisme, aux juifs et aux Anglosaxons. L’un des éditorialistes, Robert de Beauplan, fait partie des collaborationnistes les plus compromis (il sera condamné à mort à la Libération, mais sa peine sera commuée en détention à perpétuité). En août 1944, le journal se saborde et L’Humanité s’installe dans ses locaux. Il est tiré en mars 1943 à 260 000, en mai 1944 à 225 000 exemplaires.

THIERRY MAULNIER [pseud. de JACQUES TALAGRAND] 1909-1988

130Thierry Maulnier est né à Alès où son père, ancien normalien et condisciple de Péguy, et sa mère, ancienne sévrienne, sont professeurs. Après une khâgne à Louis-le-Grand, il est reçu à l’École normale supérieure en 1928, dans la même promotion que Robert Brasillach, Claude Jamet, Georges Pelorson et Simone Weil. Il échoue en 1931 à l’agrégation de lettres. Dès 1930, il publie ses premiers articles et milite dans L’Action française dont il est le critique littéraire pendant la guerre. Il s’occupe aussi de l’hebdomadaire Je suis partout dont il prépare le numéro du 7 juin 1940 pendant l’arrestation d’Alain Laubreaux, détenu pour atteinte à la sûreté de l’État. Laubreaux lui reprochera, par la suite, de s’être emparé du journal sans avoir mentionné son arrestation et le dénoncera comme gaulliste. Dans son compte rendu des Mouches, Maulnier relève, à mots couverts, la cécité de Laubreaux face à la dimension politique de la pièce. Au-delà des faits, cette querelle traduit les dissensions au sein de la rédaction de Je suis partout, qui opposent la tendance maurrassienne, demeurée germanophobe, à la tendance de plus en plus fascisante et pro-hitlérienne représentée par Alain Laubreaux. Maulnier commence en effet à écrire, sous l’Occupation, pour Le Figaro replié en zone Sud, dont il sera plus tard éditorialiste : il passe de l’extrême droite à un traditionalisme classique. Auteur de nombreux essais politiques dans l’entre-deux-guerres, il se consacre, après la guerre, avant tout à la littérature, à la critique et au théâtre où il débutera, à la fin de l’Occupation, avec une adaptation de l’Antigone de Garnier (dénigrée par Laubreaux, mais encensée par ses anciens condisciples Jamet et Pelorson). En 1948, il fonde, avec François Mauriac, la revue mensuelle La Table ronde pour contrer Les Temps modernes. Critique dramatique de Combat et de La Revue de Paris à partir de 1950, il est un adversaire de taille de la littérature et du théâtre engagés. Il est élu en 1964 à l’Académie française.

FRANÇOIS MAURIAC 1885-1970

131Romancier, essayiste et journaliste, François Mauriac est l’écrivain catholique le plus en vue de l’entre-deux-guerres. Élu en 1933 à l’Académie française, il abandonne progressivement la littérature en faveur de la politique. Ayant pris position, après le bombardement de Guernica, contre la « croisade » de Franco, tête de Turc de la presse collaborationniste qui le compte parmi les « mauvais maîtres », il est le premier écrivain consacré qui entre dans la Résistance littéraire et apporte ainsi, selon G. Sapiro, à l’entreprise clandestine la légitimité littéraire. Dès la fin 1942, il participe aux réunions clandestin es du Comité national des écrivains que Sartre devait rejoindre quelques mois plus tard. À partir de 1943, il donne aussi sa caution littéraire aux Lettres françaises clandestines, où il dénonce, comme Sartre, les écrivains collaborationnistes. Dans les Éditions de Minuit clandestin es, il publie en août 1943, sous le pseudonyme de Forez, le Cahier noir, où il stigmatise la servitude de l’État français. Pour comprendre pleinement la réaction de Mauriac à l’article de Leiris, il n’est pas inutile de rappel et la blessure que Sartre lui a infligée, en février 1939, dans La NRF, par la cri tique violente de sa technique romanesque.

CHARLES MÉRÉ 1883-1970

132Né à Marseille, Charles Méré a 23 ans lorsque sa première pièce est jouée. Il en écrit une trentaine d’autres qui seront créées à Paris. Auteur dramatique, il est en même temps journaliste. Entre 1920 et 1940, il assure la critique dramatique du quotidien Excelsior. Président de la Société des Auteurs et Compositeurs dramatiques depuis 1936, il conserve cette fonction sous l’Occupation et représente en tant que telles auteurs vis-à-vis de l’occupant qui le juge tantôt favorable, tantôt défavorable à la collaboration. Dans un article paru en juillet 1941 dans Comœdia, il voit la France au seuil d’un monde nouveau et exige une reconstruction du théâtre suivant l’exemple de l’Italie fasciste. Supposant que chaque peuple a le théâtre qu’il mérite, il déplore en avril 1942 l’éclipse de l’art en France sous la IIIe République et découvre pour la même période, « dans tout le Reich », une véritable renaissance du théâtre héroïque, Dans La Reine morte de Montherlant créée en décembre 1942, il voit pourtant un signe annonciateur d’une ère nouvelle où l’héroïsme retrouverait sa place sur la scène française. Par la critique dramatique qu’il assure dans Aujourd’hui, on le compte parmi les chroniqueurs qui, à côté de Laubreaux, Castelot, Purnal et Brasillach, donnent le ton. Sa critique étant sans hargne – comme l’atteste un confrère à la fin de l’Occupation – il n’aurait que des amis. Sa pièce La Captive conçue pendant la Grande Guerre et reprise en 1942 par l’Odéon est cependant dénigrée par Alain Laubreaux qui la considère comme pas assez engagée pour la Collaboration. En 1941, Charles Méré est candidat au poste d’administrateur de la Comédie-Française.

MAURICE MERLEAU-PONTY 1908-1961

133Né à Rochefort, Maurice Merleau-Ponty est marqué dans sa jeunesse par le catholicisme. Entre 1926 et 1930, il est élève de l’École normale supérieure. Reçu à l’agrégation, il est professeur de philosophie dans l’enseignement secondaire à Beauvais et à Chartres, puis, à l’automne 1940, au lycée Carnot et en 1944-1945 (successeur de Sartre) au lycée Condorcet, à Paris. Dans l’appartement que lui a cédé Vladimir Jankélévitch, révoqué en tant que juif de son poste à l’université de Lille et replié à Toulouse, il écrit sa thèse qui lui vaut en 1945 un poste de professeur à la Faculté des Lettres de Lyon. En 1949, il devient professeur de philosophie à la Sorbonne, puis occupe, en 1952, la chaire de philosophie au Collège de France où il succède à Louis Lavelle.

134Sartre et Merleau-Ponty se connaissent vaguement à l’École normale sans établir tout de suite, parait-il, un contact durable (Merleau-Ponty compte parmi les « talas », Sartre parmi les « anti-talas »). Avec Beauvoir, reçue en philosophie générale avant lui en 1928, il entame une amitié. Elle lui fait connaître son amie Zaza qui, faute de pouvoir l’épouser, en mourra (selon les Mémoires d’une jeune fille rangée où Merleau-Ponty apparaît sous le nom de Pradelle). Quand Sartre rentre de captivité, en mars 1941, Merleau-Ponty a constitué, avec des normaliens, un groupe contestataire, Sous la botte, qui rejoint le groupe clandestin Socialisme et Liberté que Sartre a créé à son tour, mais qu’il dissoudra fin 1941 ou début 1942 faute d’avoir pu nouer des contacts avec d’autres groupes. C’est Merleau-Ponty qui trouve, en 1942, un mécène pour monter Les Mouches (qui cependant se révèle être un petit escroc). À la Libération, il fait partie du comité initial des Temps modernes. Pendant des années, il est, avec Beauvoir, la cheville ouvrière de la revue jusqu’à sa rupture avec Sartre au début des années cinquante. En effet, l’ex-« tala » s’était approché des communistes au moment où Sartre cherchait encore une troisième voie. Élu au Collège de France, Merleau-Ponty quitte ses positions extrémistes et critique Sartre qui devient, entre 1952 et 1956, compagnon de route. La brouille n’empêche pas Sartre de consacrer à Merleau-Ponty, mort prématurément, l’un de ses plus beaux hommages.

MESSAGES

135La revue de poésie Messages dirigée par Jean Lescure sort cinq numéros avant la guerre. Membre du Comité national des écrivains collaborant aux Lettres françaises clandestines, Lescure fait reparaître trois numéros en France, puis doit imprimer, en raison de la censure, à Bruxelles et en Suisse. Dans le numéro de Bruxelles (achevé d’imprimer le 10 décembre 1942) se trouvent deux fragments des carnets de guerre de Sartre ; celui accueilli en août 1943 par les Éditions des Trois Collines à Genève (qui n’est publié qu’en décembre), « Domaines français », comporte un fragment de L’Âge de raison, roman qui paraît à la Libération. Outre l’étude d’Astruc, secrétaire de rédaction de la revue, le volume de 400 pages contient des contributions de plus de cinquante auteurs français antifascistes, ce qui donne, selon G. Sapiro, « une véritable anthologie de la littérature du “refus” ». La revue faisait figure d’« anti-NRF ».

PAUL-LOUIS MIGNON né en 1920

136Né au Vésinet, Paul-Louis Mignon est formé à la Sorbonne où il poursuit des études de lettres classiques et participe, avant la guerre, aux recherches du groupe théâtral médiéval sous l’autorité de Gustave Cohen. À la Maison des Lettres, Pierre-Aimé Touchard lui propose de faire la critique dramatique à la page des étudiants du périodique L’information universitaire. Charles Dullin, Jean-Louis Barrault, Jean Vilar, Jean-Paul Sartre, Albert Camus et Jean Tardieu ont également présidé à ses débuts. C’est grâce à Sartre qu’il peut entrer à Combat à la Libération. En alternance avec Jean Tardieu, il tient la chronique dramatique de l’hebdomadaire Action également issu de la clandestinité. Critique dramatique de la Radio de 1945 à 1985, il dirige, de 1959 à 1985, le service des informations artistiques et littéraires de France-Inter. Sa carrière se poursuit, de 1959 à 1974, à la télévision où il produit le Magazine du théâtre. Paul-Louis Mignon a présidé de nombreux organismes consacrés au théâtre. Il a publié une vingtaine de volumes sur l’histoire du théâtre contemporain. Depuis 2000, il est président de la Société d’histoire du théâtre.

PIERRE MINET 1909-1975

137Né à Reims, Pierre Minet s’enfuit de sa famille à l’âge de 16 ans pour mener à Paris une vie de bohème entre Montmartre et Montparnasse. Il y précède ses amis Roger Gilbert-Lecomte et René Daumal qui l’avaient remarqué à Reims jouant les provocateurs en vendant L’Action française au passage d’un défilé ouvrier. Pierre Minet prend part à la fondation de la revue Le Grand Jeu et collabore à son premier numéro en 1928. La même année, Gallimard publie un premier roman, L’Homme Mithridate. Son jeune âge, sa révolte, lui valent d’être considéré par certains comme un nouveau Rimbaud. Tombé gravement malade, il doit arrêter son activité littéraire. Sous l’Occupation, il travaille à Radio-Paris et assure la critique dramatique dans l’organe de l’antenne, Les Ondes, ce qui lui vaudra d’être inquiété à la Libération. Léon Pierre-Quint, membre du CNE et président des Éditions du Sagittaire, intervient en sa faveur. L’instruction se termine par un non-lieu. Pierre Minet continue alors à gagner sa vie en lisant et corrigeant des manuscrits pour cet éditeur. Il redevient romancier et écrit deux pièces de théâtre. Au fil des années, il publie des articles dans Les Cahiers du Sud, La NRF, La Nef et d’autres revues. Très proche de Gilbert-Lecomte, il édite sa Correspondance et préface ses Œuvres complètes.

MIRANDA

138Auteur d’un compte rendu de Huis clos dans Réveil des Jeunes. Il s’agit peut-être d’un pseudonyme.

SIMONE MOHY

139Journaliste, elle écrit dans la presse collaborationniste et allemande : mis à part Le Franciste, où elle assure en 1944 la critique dramatique, dans Le Cri du Peuple, Le Réveil du Peuple, Pariser Zeitung et France-Europe. Dans France-Europe, elle publie en mai 1943 une nouvelle inédite, parle en juillet 1943 de « La renaissance de la Slovaquie » et donne en août de la même année un rapport enthousiaste de son voyage en Allemagne où la « Hitlerjugend » lui a paru « une magnifique jeunesse hardie et respectueuse, visage tendu vers l’avenir ». Elle se manifeste également dans ses articles sur la femme allemande. Dans Le Franciste du 12 juin 1943, elle s’exprime sur le « poison juif » et « le ridicule des gaullistes ».

MON PAYS

140Sous-titré « Hebdomadaire de la rénovation française », Mon Pays, « revue des temps nouveaux », semble avoir paru en fait comme bimensuelles 1er et 15 de chaque mois à partir du 15 janvier 1941. Il contient des informations générales ainsi que des parties consacrées à la littérature, aux arts et à la vie familiale. Le directeur en est René Lepront, le rédacteur en chef Robert Bojac.

LA NEF

141Revue mensuelle fondée en juillet 1944 à Alger par Robert Aron et Lucie Faure. « Nef » est le sigle de « Nouvelle équipe française » : la revue se propose de contribuer à l’émergence d’une nouvelle élite. Elle est surtout littéraire, située au centre gauche, mais revendique un éclectisme au-delà de tout esprit orthodoxe.

GEORGES NEVEUX 1900-1982

142Fils d’un militaire français et d’une mère russe, Georges Neveux est né en Ukraine. Il passe une partie de sa jeunesse en Afrique du Nord, fait ses études secondaires à Nice, puis ses études de droit à Aix-en-Provence. Avocat stagiaire au barreau de Nice, il se fixe dès 1927 à Paris où il devient secrétaire général de la Comédie des Champs-Élysées que dirige Louis Jouvet et subir l’influence des surréalistes. Après l’échec d’une première pièce en 1930, Georges Neveux se tourne vers le cinéma pour rédiger des scénarios. Sous l’Occupation, il se replie en zone Sud où il écrit une pièce reprenant le mythe du Minotaurus, Le Voyage de Thésée. Créée en octobre 1943 au théâtre des Mathurins, elle est interprétée par Jean Marchat, Marcel Herrand et Maria Casarès, Cette pièce et Les Mouches sont donc simultanément à l’affiche, Le critique collaborationniste Georges Oltramare y voit une allégorie politique réjouissant gaullistes et zazous (Aspects, 3 décembre 1943), Après la guerre, Georges Neveux continue à écrire pour le théâtre et des scénarios. Pendant plusieurs années, il assure la critique dramatique dans l’hebdomadaire Arts.

LES NOUVEAUX TEMPS

143Quotidien du soir destiné à remplacer Le Temps replié à Lyon, Les Nouveaux Temps sont fondés le 1er novembre 1940 pour soutenir la politique française de l’ambassadeur Otto Abetz, qui installe son ami de longue date Jean Luchaire à la direction, Guy Crouzet, son éditorialiste, plaide en faveur de l’eugénisme, Le journal s’adresse aux cadres de la fonction publique, de l’industrie et du commerce, aux professions libérales et intellectuelles qui, selon Claude Lévy, liront, plus tard, Le Monde (Les Nouveaux Temps sont vendus à la sortie de la BN). Les feuilletons sont tenus par des collaborateurs de qualité (Pierre Mac Orlan, André Thérive, Marcel Delannoy, Nino Frank et d’autres). Le tirage s’élève en mars 1943 à 56 000, en mai 1944 à 62 000 exemplaires. Paul Léautaud note le 28 juin 1944 dans son carnet qu’il s’agit du journal le moins intéressant et le plus cher.

NOUVELLE JEUNESSE AU SERVICE DE LA FRANCE

144Périodique chrétien né dans la clandestinité.

LES NOUVELLES CONTINENTALES

145Hebdomadaire d’informations économiques, politiques et sociales disposant à partir de 1943 d’une chronique théâtrale.

LES NOUVELLES LITTÉRAIRES

146Cet hebdomadaire culturel fondé en 1922 et codirigé jusqu’en 1936 par Maurice Martin du Gard se saborde en 1940 pour reparaître en avril 1945. C’est le premier hebdomadaire format quotidien. Robert Kemp, René Lalou et d’autres critiques de renom signent la chronique littéraire, Gabriel Marcel la critique dramatique. En 1951, le tirage s’élève à 71 000 exemplaires.

L’ŒUVRE

147Avant la guerre porte-parole de la gauche pacifiste, le quotidien L’Œuvre devient sous l’Occupation l’organe du RNP dirigé par Marcel Déat, l’un des deux partis dominants du collaborationnisme parisien. Normalien et agrégé de philosophie, Marcel Déat est jusqu’en 1939 professeur au lycée Louis-le-Grand. Selon Coston, ses éditoriaux donnent le ton à la presse collaborationniste. On lit le 12 novembre 1943 : « [Q]uiconque est vraiment Français, et a le souci de l’avenir, doit aujourd’hui faire confiance à Hitler. » Déat fonde sa collaboration avec l’Allemagne sur le combat contre le communisme et l’affirmation de la nature socialiste du régime nazi. Selon Claude Lévy, ce quotidien paraissant le matin est lu par un public d’intellectuels. Le tirage est en mars 1943 de 132 000, en mai 1944 de 135 000 exemplaires.

L’OFFICIEL DU SPECTACLE

148Bulletin professionnel, supplément de La Semaine à Paris, L’Officiel du Spectacle est édité tous les mois par les soins de cette publication sous le contrôle du Comité d’Organisation des Entreprises du Spectacle ; cet organisme créé par l’État français de Vichy pour contrôler la vie théâtrale en assure entièrement la rédaction. Selon André Castelot, il est lu seulement par quelques initiés de la corporation théâtrale.

GEORGES OLTRAMARE 1896-1960

149Personnage important du collaborationnisme parisien, Georges Oltramare est né à Genève. Licencié en droit, il renonce à la carrière juridique pour se consacrer à la littérature, s’imposant comme l’un des romanciers à succès de la Suisse romande et comme auteur de vaudevilles. Fondateur en 1923 du journal satirique Le Pilori (à ne pas confondre avec le journal français du même nom), il se lance dans la politique active en 1930. Élu député de Genève en 1933, il se montre d’abord réservé à l’égard du nazisme et plutôt favorable au fascisme mussolinien. En juin 1940, il se trouve à Berlin : Otto Abetz l’invite à l’accompagner à Paris. Fin juin, Friedrich Sieburg lui propose de diriger un nouveau quotidien, La France au travail, fonction qu’il conserve jusqu’en juillet 1941. Il travaille ensuite à Radio-Paris où il produit trois émissions, sous le pseudonyme de Charles Dieudonné, dont Les Juifs contre la France et Un Neutre vous parle. Il continue à donner des articles à la presse : L’Appel, Au Pilori, Pariser Zeitung. Au début de 1944, il échappe à un attentat ; en avril de la même année, il organise, pour ses confrères de la presse collaborationniste, le célèbre « banquet des condamnés à mort ». Les Lettres françaises clandestines l’appellent en juin 1944 « aboyeur à gages de la propagande allemande ». Critique dramatique, s’il aime, comme Laubreaux, assommer les auteurs, il encense le Schillertheater de Berlin venu à la Comédie-Française jouer Calderón (avec Heinrich George) : « C’est par de si nobles échanges que l’esprit de l’Europe s’imposera de nouveau à un monde en rupture de civilisation. » (Aspects, 3 décembre 1943) Réfugié en Allemagne, puis en Suisse, il est arrêté deux fois. On lui inflige trois ans de prison, alors que la justice française le condamne à mort par contumace en janvier 1950. Il meurt à Paris après avoir publié deux livres de souvenirs.

LES ONDES

150Hebdomadaire illustré, Les Ondes sont l’organe de Radio-Paris qui contient tous les programmes radiophoniques (y compris ceux de la Radio nationale).

PANORAMA

151Sous-titré « Hebdomadaire européen », Panorama est créé en février 1943. Dirigé par Pietro Solari, il compte de nombreux collaborateurs italiens. Parmi les Français, on trouve, mis à part R. Cardinne-Petit (secrétaire de direction), Montherlant, Ramon Fernandez, H.-R. Lenormand et Sacha Guitry. Les germanistes Eugène Bestaux et René Lasne s’expriment sur les auteurs en faveur dans l’Allemagne de Hitler. Frédérique Straub, rédactrice de la Pariser Zeitung, écrit sur Hans Carossa. Dès l’éditorial d’ouverture, la collaboration est affichée comme programme. La France, selon un article paru en mars 1943, a un retard à rattraper pour se mettre au niveau de l’Italie, de l’Allemagne et d’autres nations qui ont déjà pris le rythme de la « foulée nouvelle ». C’est également en mars 1943 que paraissent des « Réflexions sur l’art juif » dans lesquelles Alphonse Séché dénigre les juifs comme apôtres du désordre et foncièrement inaptes à toute création artistique. D’après des notes prises en février 1944 par Jean Grenier, Panorama fut tiré à 70 000 exemplaires. Comœdia s’en serait inquiété. Mais d’autres prétendent que le périodique se vendit assez mal.

LE PARISIEN LIBÉRÉ

152Fondé par des résistants de la première heure, prenant la suite des « Cahiers de l’OCM » (Organisation civile et militaire, important mouvement de Résistance de zone Nord) et d’autres publications de la clandestinité, Le Parisien libéré paraît à partir du 22 août 1944. Claude Bellanger, son directeur, réunit une équipe censée réaliser un journal « populaire » qui reste « de qualité » pour attirer à la fois le grand public et les intellectuels. Installé dans les anciens locaux du Petit Parisien, Le Parisien libéré en adopte la présentation et garde, en partie, la même clientèle. Tiré en janvier 1945 à 222 000 exemplaires, ce journal est dès 1949 le plus lu des quotidiens français du matin.

PARIS-MIDI

153Première édition du jour de Paris-Soir (qui compte au total sept éditions quotidiennes différentes), Paris-Midi recrute ses lecteurs, semble-t-il, surtout parmi les turfistes. En mars 1943, le tirage s’élève à 35 000 exemplaires.

PARIS-SOIR

154Approchant en 1939 les deux millions d’exemplaires, ce journal, dirigé par Jean Prouvost, se replie à Lyon où il continue à être publié. L’occupant fait paraître un journal du même nom à Paris avec un directeur imposé par lui. Le tirage s’élève en mars 1943 à 430 000, en mai 1944 à 286 000 exemplaires. Paris-Soir est destiné à un large public. L’affiche de l’exposition sur la presse organisée en 1943 sous le contrôle de la Propagande allemande donne pour 100 lecteurs 26 ouvriers et professions industrielles, 17 artisans, 16 fonctionnaires, 15 commerçants, 14 professions libérales et 12 salariés. 39 % des Parisiens lisent ce journal qui se limite à les informer et à les distraire sans leur imposer, selon Lévy et Michel, de « rubriques sérieuses » tels qu’éditoriaux qui se font de plus en plus rares. Il y a des moyens plus subtils pour exercer de l’influence. Le Dr Eich, chef du groupe « presse » de la Propagande, compte Paris-Soir parmi la presse à sensation et le considère comme organe important pour former l’opinion.

PARISER ZEITUNG

155Quotidien allemand rédigé en allemand avec des pages françaises paraissant à Paris entre le 15 janvier 1941 et le 16 août 1944. Le journal s’adresse aux Allemands vivant à Paris et aux Français. Les pages françaises prennent progressivement plus d’importance, si bien qu’on sort, entre le 3 octobre 1943 et le 13 août 1944, une édition hebdomadaire française paraissant le dimanche. La rédaction et l’imprimerie se trouvent 100, rue Réaumur, dans les anciens locaux de L’Intransigeant. La rédaction en chef du journal lancé par le parti nazi est assurée par le Dr Walter Trautmann et le Dr Alfred Rapp qui avaient, respectivement, fait des études de sciences politique et d’histoire et acquis de l’expérience comme journalistes en Allemagne, (Rapp allait diriger à partir de 1950 la rédaction de la Frankfurter Allgemeine Zeitung à Bonn et sera particulièrement estimé par Konrad Adenauer.) Les pages culturelles se distinguent par leurs collaborateurs réguliers, parmi eux le Dr Albert Buesche et le Dr Heinrich Strobel, musicologue qui, mari d’une « non-aryenne », vit depuis la fin des années trente à Paris comme correspondant de la Deutsche Allgemeine Zeitung et exerce, sous l’Occupation, la même fonction pour l’hebdomadaire Das Reich, ainsi que les frères Ernst et Wolf v. Niebelschütz, eux aussi musicologues et journalistes. Parmi les collaborateurs français, on trouve le fasciste et antisémite Henry Coston, André Thérive et Frédérique Straub. Alphonse de Chateaubriant, Lucien Rebatet et Georges Oltramare ainsi qu’un certain nombre d’universitaires fournissent également des articles au journal allemand, comme par exemple Henri Labroue, professeur d’Histoire du judaïsme à la Sorbonne, garant scientifique de l’antisémitisme. La distribution du quotidien, effectuée en France par Hachette, oscille entre 40 000 et 50 000, celle de l’hebdomadaire français entre 7 000 et 5 000 exemplaires (en juin 1944, chute à 36 000 et, respectivement, à 2 500 exemplaires). Le tirage total du quotidien est cependant estimé à 190 000, celui de l’hebdomadaire, à 118 000 exemplaires en avril 1944 (ils sont aussi distribués en Allemagne et à l’étranger). La préfecture de Police de Paris dispose de la liste des abonnés qui sont d’environ 500, parmi eux 300 cafés, restaurants et hôtels à Paris et dans les environs ainsi que dans les départements du Nord, Pas-de-Calais et de l’Oise. La vente directe se fait également en zone non occupée. Dès février 1942, une édition spéciale est diffusée en Espagne, au Portugal, en Roumanie, Bulgarie, Turquie, Hongrie, Croatie, Grèce et Serbie. Trois quarts des lecteurs sont localisés à la Wehrmacht. Pour le quart restant, tout ce qu’on peut supposer, c’est qu’il s’agit de lecteurs d’un niveau élevé. Les contenus du quotidien et de l’hebdomadaire sont indépendants les uns des autres ; les pages allemandes du quotidien le sont aussi des pages françaises, comme on peut le constater en comparant, pour Les Mouches, le compte rendu du Dr Albert Buesche et celui de Frédérique Straub.

JEAN PAULHAN 1884-1968

156Éminence grise de la maison Gallimard et directeur de La NRF depuis 1925, Jean Paulhan est un résistant de la première heure. Engagé aux côtés du Front populaire, il est antifasciste et antimunichois. Après la défaite, il refuse de continuer à diriger La NRF, où il n’a plus le droit de publier des auteurs juifs et antifascistes, et abandonne la revue à Pierre Drieu La Rochelle. Il collabore à Résistance, l’organe clandestin du réseau du musée de l’Homme créé et rédigé dès l’automne 1940 par Boris Vildé, et cofonde avec Jacques Decour Les Lettres françaises clandestines, l’organe du Comité national des écrivains. Tout en conservant des responsabilités chez Gallimard, il est l’une des chevilles ouvrières des Éditions de Minuit clandestines. Il échappe plusieurs fois à la mort. Possédant chez lui une ronéo sur laquelle il tire des tracts clandestins, il est arrêté en mai 1941 par la Gestapo et emprisonné ; c’est grâce à l’intervention de Pierre Drieu La Rochelle qu’il est libéré. Plus tard, un appel du censeur allemand Gerhard Helier le met en garde contre une nouvelle arrestation : il réussit à se sauver par les toits. À la Libération, il se démarque des épurateurs les plus intransigeants, proteste contre l’inféodation des Lettres françaises aux communistes et quitte avec éclat le CNE en 1946.

157Paulhan connaît Sartre depuis 1937. G. Idt a montré comment il en fait un auteur Gallimard dès avant 1940. Si, en 1941, il le retrouve, rentré de captivité, « farouche, n’écrivant pas », il reçoit bientôt les manuscrits des Mouches et de L’Être et le Néant publiés par Gallimard en 1943, année où Sartre rejoint Paulhan au Comité national des écrivains. À la Libération, Sartre fait partie de la Commission de l’épuration des éditeurs et témoigne en faveur de Gaston Gallimard.

LE PAYS LIBRE

158Sous-titré d’abord « Hebdomadaire de combat du Parti français national collectiviste », puis dès le 22 août 1943 « Organe de combat des ouvriers patriotes et Révolutionnaires », Le Pays Libre est l’organe d’un mouvement d’extrême droite ressuscité en août 1940 (il avait existé après le 6 février 1934 sous un autre nom avec l’organe du même nom). Le périodique fondé en février 1941 a son siège d’abord à Paris, puis se replie à Lyon pour revenir à Paris avant la fin de la guerre. De même que L’Appel et Le Franciste, il est destiné à un public restreint d’abonnés ou est vendu dehors par des militants. Antidémocratique, antimaçonnique et antisémite, il paraît tous les dimanches. Le directeur en est Pierre Clémenti qui codirige aussi le comité parisien de la Légion des Volontaires Français contre le bolchevisme et s’engage lui-même dans la LVF, combattant en Pologne, avant de se réfugier à l’étranger après la défaite allemande.

GEORGES PELORSON né en 1909

159Fils d’un couple d’instituteurs du Sud du Jura, Georges Pelorson fait ses études au lycée de Beauvais, puis à Louis-le-Grand. Reçu en 1928 à l’École normale supérieure, il appartient à la même promotion que Brasillach, Jamet et Maulnier. Il démissionne après avoir obtenu sa licence d’anglais et enseigne le français à l’université de Dublin. Entre 1935 et 1939, il assume la direction de la nouvelle école franco-britannique de Neuilly. Tout en donnant des textes à La NRF, il dirige de 1938 à 1939 la revue Volontés qui allie littérature et considérations sociales. En février 1941, il est chargé de la propagande au secrétariat général à la Jeunesse en zone occupée. Soutenu par Abel Bonnard (qui va exclure Beauvoir en juin 1943 de l’enseignement), il est nommé secrétaire général adjoint à la jeunesse chargé de la zone Nord. Il se propose de compléter la formation théorique de l’enseignement public par une étape obligatoire où les futures élites de la nation seront éduquées dans le sens de la Révolution nationale. Renvoyé par Laval en février 1943, collaborateur de La Gerbe, il tient, à la demande de Lucien Combelle, la critique dramatique à Révolution nationale. Dès avant la guerre, il recherche un théâtre cathartique pour remplacer le théâtre de boulevard. Sous l’Occupation, il plaide pour la purification des scènes de « fœtus » et d’« homoncules » dont le théâtre de l’entre-deux-guerres était peuplé, selon lui, et revendique un « théâtre de la Nation » destiné à montrer « le chemin que la masse doit suivre ». Il y contribue lui-même par une pièce, Jules César, créée en 1944. À la Libération, Georges Pelorson figure sur la liste noire du CNE. Arrêté, il est condamné fin 1947 par la cour de justice de la Seine. Selon une autre source, il aurait été condamné à 15 ans de travaux forcés, par contumace. Sous le pseudonyme de Georges Belmont, il publie plus tard des traductions de Henry Miller.

LA PENSÉE

160« Organe du rationalisme moderne », La Pensée, fondée en 1939, reparaît comme revue trimestrielle à partir d’octobre-décembre 1944. Elle prend la suite de la publication d’avant-guerre en même temps que de La Pensée libre clandestine où paraît en février 1942 le manifeste du Front national des écrivains (bientôt relayé par Les Lettres françaises). Le comité de direction est composé, selon l’encadré publié dans l’Annuaire de la presse de 1946, de Paul Langevin et Frédéric Joliot-Curie, membres de l’Institut, professeurs au Collège de France et prix Nobel, Henri Wallon, professeur au Collège de France, Georges Tessier, professeur à la Sorbonne, et Georges Cogniot, agrégé de l’Université. Le secrétaire de la rédaction est René Maublanc, agrégé de l’Université (professeur de philosophie à Henri-IV). Sans être une revue officielle du PC, La Pensée est pourtant étroitement contrôlée par l’intermédiaire de Georges Cogniot. Selon J. Verdès-Leroux, seuls des points de vue rigoureusement conformes à la politique du Parti peuvent s’y exprimer. Le compte rendu de Pol Gaillard dans le premier numéro de la nouvelle série traduit, mis à part l’unanimisme des écrivains opposants réunis au CNE (qui ne va pas durer), la relative indépendance d’esprit du critique qui ne manque pourtant pas d’émettre des réserves vis-à-vis de la philosophie de Sartre.

LE PETIT PARISIEN

161Créé en 1876 et reparu, après l’armistice, le 8 octobre 1940, Le Petit Parisien est, avant la guerre et sous l’Occupation, le quotidien le plus vendu. Ayant dépassé avant la guerre un million, son tirage s’élève en mars 1943 à 510 000 et en mai 1944 à 451 000 exemplaires, D’abord journal d’information sérieux, formule qu’il a gardée d’avant-guerre, Le Petit Parisien accueille après février 1941 sous la direction de Claude Jeantet une partie de l’équipe fasciste de Je suis partout : Robert Brasillach, Alain Laubreaux et Lucien Rebater. Le journal suit plus ou moins ouvertement la ligne politique du PPF (qui était défendue directement dans l’hebdomadaire Le Cri du Peuple). Selon l’analyse de la Propagande allemande, ses lecteurs se recrutent surtout dans la petite bourgeoisie parmi les artisans, les commerçants, les fonctionnaires et les retraités. Réputé en tant que « journal des concierges », il était aussi lisible, selon Henri Amouroux, par des lecteurs plus cultivés.

LE PEUPLE

162Journal syndicaliste fondé en 1920. Quotidien avant la guerre, il se saborde en 1940 et reparaît le 16 septembre 1944 avec la périodicité hebdomadaire comme organe officiel de la Confédération Générale du Travail (CGT), L’influence du PC y est prépondérante.

M. PHILIPPE

163Critique dramatique du bimensuel Jeune Force de France.

POÉSIE 40, 41…

164Prenant la suite de Poètes casqués 1939 cautionné par Aragon, André Billy et Jean Paulhan, la revue Poésie 40 est créée par Pierre Seghers en 1940 à Villeneuve-lès-Avignon Où elle paraît sous l’Occupation. Elle devient, selon G. Sapiro, « un refuge pour les jeunes poètes dissidents et une tribune de littérature contestataire » : Louis Aragon, Paul Eluard, Pierre Emmanuel, Alain Borne, Louis Parrot, Francis Ponge et Henri Michaux, entre autres, y collaborent. Alors que Fontaine regroupe les voix de l’exil et celles de la zone Sud, Poésie 40, 41… réunit les poètes des deux zones (mais ne se limite pas à la seule poésie). Paraissant légalement, la revue est soumise à la Censure qui lui adresse la même mise en garde qu’à Fontaine (voir sous ce nom). Elle compte 19 numéros jusqu’à la Libération et s’arrête en 1947.

JEAN PONTOUVRE

165Critique littéraire à l’hebdomadaire La Gerbe.

LE POPULAIRE

166Organe central du Parti socialiste (SFIO), Le Populaire, sabordé en 1940, reparaît le 22 août 1944 sous la direction nominale de Léon Blum se trouvant encore en déportation en Allemagne. Directeur du Populaire avant-guerre, chef du parti, il avait fait du journal, par ses éditoriaux quotidiens, le grand organe socialiste. Il reprend la direction politique du quotidien après son retour en mai 1945. Avec un tirage de 235 000 exemplaires, Le Populaire est en janvier 1945 après L’Humanité le quotidien du marin le plus lu en France. À partir de 1946, ses lecteurs préfèrent de plus en plus Franc-Tireur, pendant que le Parti socialiste perd du terrain entre la droite et l’extrême gauche.

PRÉSENT

167Hebdomadaire politico-littéraire fondé en décembre 1941 par Jean Mistler à Lyon qui a une existence brève due, selon Claude Lévy et Henri Michel, à l’indépendance d’esprit dont il fait preuve et qui lui aliène les censeurs. Pourtant, ce n’est pas un organe de la Résistance : Kléber Haedens, jeune maurrassien et maréchaliste notoire, qui y tient la chronique littéraire, est mis en cause en décembre 1943 dans Les Lettres françaises clandestines.

ROLAND PURNAL 1896 (?)-1970

168Écrivain belge d’expression française protégé par Malraux et Paulhan, Roland Purnal est, selon l’éditeur de la correspondance Paulhan-Arland, « le clochard de La NRF ». On lui a donné, selon le même auteur, un placard sans fenêtre comme bureau : il est censé y corriger les épreuves de la revue. Chroniqueur théâtral de l’hebdomadaire Comœdia (où Arland dirige les pages littéraires), il est en même temps critique dramatique de La NRF de Drieu dont il approuve, dans une chronique de janvier 1942, le jugement sévère sur Giraudoux : ce dernier aurait personnifié le péché français de 1939. En février 1944, il publie, dans Comœdia, le dénigrement le plus violent de l’Antigone d’Anouilh encensée par Laubreaux, ce qui lui vaut d’être taxé de, « critique républicain » par son confrère de l’hebdomadaire L’Appel.

DAS REICH

169Hebdomadaire allemand fondé en mai 1940 à Berlin que Les Cahiers français (Londres) appellent en 1943 à juste titre « l’organe de Goebbels » puisque le ministre de la Propagande y publie régulièrement des éditoriaux. Les pages culturelles se donnent un air libéral si bien qu’on y trouve certains journalistes de la presse bourgeoise pas forcément partisans du nazisme. Das Reich a pour fonction principale de représenter l’Allemagne de Hitler à l’étranger : le périodique est vendu à Paris. En 1943-1944 il a un tirage d’environ 1 400 000 exemplaires.

RÉFORME

170Cet hebdomadaire protestant fut fondé en 1945 et dirigé par le pasteur Albert Finet. Malgré son tirage relativement faible d’environ 20 000 exemplaires, on lui attribue une influence incontestable sur la jeunesse intellectuelle protestante.

JEAN-MICHEL RENAITOUR [pseud. de PIERRE-ANDRÉ TOURNAIRE] 1896-1986

171Né à Paris, Pierre-André Tournaire fait, après des études à Henri-IV, une carrière politique dans l’entre-deux-guerres. Socialiste (et probablement franc-maçon), il est de 1928 à 1942 député de l’Yonne et pendant la même période maire d’Auxerre. Dès l’avant-guerre, il fait partie du conseil d’administration du Comité France-Allemagne. Sous l’Occupation, il donne des articles politiques aux Nouveaux Temps et assure la critique dramatique à L’Œuvre. Directeur du Théâtre Édouard-VII, il écrit une pièce, La Duchesse en sabots, qui sera créée en octobre 1942 à l’Odéon. Bien que la pièce soit ami-anglaise, Tournaire, homosexuel notoire qui signe ses articles Renaitour, attire sur lui les foudres d’Alain Laubreaux de la même façon que Jean Cocteau et Maurice Rostand dom on représente également des pièces dans des théâtres subventionnés. Engagé dans les rangs des FFI, il rejoint ensuite la 1er armée. Cependant, Les Lettres françaises le dénoncent dans leur numéro du 30 septembre 1944 et l’inscrivent sur la liste noire. Après la guerre, Jean-Michel Renaitour est conseiller général de Seignelay (1955-1979).

RÉSISTANCE

172Journal issu de la clandestinité qui paraît légalement à partir du 2 septembre 1944. Bellanger le classe parmi les quotidiens dans lesquels s’expriment « les idées d’inspiration socialisante, à la fois libérales et humanistes, de la Résistance » (il range Combat du même côté). En effet, ceux qui en assurent la publication se considèrent « de tendances religieuses, politiques et sociales variées » ; le désir d’instaurer « une véritable démocratie, respectueuse de l’éminente dignité de la personne humaine » les réunit. En janvier 1945, le quotidien est tiré à 160 000 exemplaires. En décembre 1946, Résistance fusionne avec Paris-Matin : les deux journaux forment désormais Ce Matin.

RÉVEIL DES JEUNES

173Organe de la jeunesse socialiste juive de France paru clandestinement pendant l’Occupation et légalement jusqu’en 1946.

LE RÉVEIL DU PEUPLE

174Organe du Front Franc, petit parti qui répand, selon H. Coston, avant la guerre les idées fascisantes et antisémites dans les milieux de droite. Son chef, Jean Boissel, relance le parti et son organe sous l’Occupation. Bimensuel au début, puis hebdomadaire dès septembre 1943, Le Réveil du Peuple assure une chronique dramatique par Roben Francis. Ayant un tirage peu important, il est surtout destiné à la jeunesse. Parmi les collaborateurs, on retrouve Simone Mohy, critique dramatique du Franciste.

REVIVRE (« LE CAHIER JAUNE »)

175Prenant la suite du Cahier jaune, le bimensuel Revivre dirigé par André Chaumet est publié, pendant l’Occupation, sous les auspices de l’« Institut d’études des questions juives et ethno-raciales ». Il affiche comme sous-titre « Le grand magazine illustré de la race » et fête le 5 juin 1944 Pierre Drieu La Rochelle : « le premier écrivain politique de notre temps ».

RÉVOLUTION NATIONALE

176Hebdomadaire fondé le 12 octobre 1941 par Eugène Deloncle, ancien « cagoulard », Révolution nationale demeure jusqu’en mai 1942 l’organe du MSR (Mouvement social révolutionnaire). Devenu après politico-littéraire sans lien avec un parti, mais pas pour autant moins collaborationniste et moins pro-nazi, il a comme rédacteur en chef Lucien Combelle qui conclut dans un article paru en juin 1942 : « La France sera fasciste ou ne sera plus. » Dans la nouvelle équipe qu’il forme participent Robert Brasillach (ayant quitté Je suis partout) et Pierre Drieu La Rochelle à un moment où ils avaient perdu leurs illusions. Georges Pelorson assure la critique dramatique. Le tirage s’élève à 60 000 exemplaires.

LA REVUE UNIVERSELLE

177Revue intellectuelle de l’Action Française Fondée en 1920, le bimensuel La Revue universelle reparaît en janvier 1942 à Vichy sous la direction d’Henri Massis. « Royaliste, catholique et anti-allemande », elle est « fort bien vue dans l’entourage du Maréchal ». Parmi les collaborateurs, on trouve Charles Maurras et Gustave Thibon, « les penseurs du régime ». La revue soutient les thèses antisémites de Vichy, mais se garde d’attaquer le régime républicain. Anti-britannique, elle ne prône pas l’asservissement au vainqueur. Elle est décriée par les journalistes parisiens, en particulier ceux de Je suis partout qui l’accusent d’avoir été « les précurseurs » des « terroristes ». La revue disparaît en 1944.

ÉTIENNE REY 1880-1965

178Né en Dordogne, Étienne Rey fait ses études à Henri-IV et entre à l’École normale supérieure. Agrégé, il devient secrétaire de Robert de Flers (1905-1914). En 1912, il publie La Renaissance de l’orgueil français, ouvrage qui, selon Michel Leymarie, manifeste un patriotisme républicain dont témoigne l’élection de Poincaré à la présidence de la République. Décoré de la Croix de Guerre, il s’oriente vers la création et la critique dramatique. Dès 1926, il assure la chronique théâtrale de Comœdia (consacrée plus particulièrement à la scène avant 1940) et collabore pendant la même période à La Vie parisienne. Il poursuit sa collaboration à Comœdia sous l’Occupation, assure la critique théâtrale dans France-Europe et donne des articles politiques à Aujourd’hui et aux Nouveaux Temps. En juin 1941, il y polémique contre les attentistes et invite à l’action. À la Libération, il figure sur la liste noire du CNE, est exclu de la Société des Auteurs et Compositeurs dramatiques et cité devant le tribunal. Selon Maurice de Gandillac, sa faute était d’avoir cautionné, même par des textes sans caractère politique, Comœdia et d’avoir dîné chez Karl Epting, le directeur de l’Institut allemand, à côté de confrères plus habiles qui surent prendre à temps les contacts requis pour s’épargner une provisoire indignité nationale.

GEORGES RICOU [dit aussi LOUIS LASTRET] 1880-1954

179Secrétaire de l’Opéra-Comique en 1902, puis Secrétaire général de la Comédie-Française, Georges Ricou devient en 1926 directeur de l’Opéra-Comique. Faisant partie, pendant l’entre-deux-guerres, des dirigeants de la Ligue de la République formée d’éléments radicaux et socialistes, il travaille, sous l’Occupation, à l’agence Inter-France-Informations, tout en assurant la critique dramatique du quotidien La France socialiste.

ANDRÉ RIVOLLET 1895-1972

180Auteur de romans, dans l’entre-deux-guerres, ainsi que d’ouvrages sur Maurice Chevalier et Joséphine Baker, André Rivollet est appelé, dans un article paru en mars 1944 dans L’Écran français (organe clandestin du Front national du cinéma), « chef de la Censure ». Collaborateur de L’Hebdo 44 paraissant à Vichy, il donne aussi des articles, selon Henry Coston, à L’Alerte, journal pétainiste paraissant à Nice.

MAURICE ROSTAND 1891-1968

181Né à Paris, fils aîné de l’auteur de Cyrano, Maurice Rostand est poète, romancier, dramaturge et critique dramatique à Paris-Midi. Il collabore aussi à de nombreux autres journaux et périodiques. L’un des personnages les plus curieux du milieu culturel sous l’Occupation, les témoins le dépeignent comme petit garçon ayant vieilli sans mûrir et ne quittant jamais les jupes de sa mère, comme épigone de son père dès sa petite enfance, comme esthète précieux dont tout le monde se moque, l’un des derniers à écrire des tragédies en alexandrins réguliers, un anachronisme en chair et en os, appartenant au monde du théâtre comme le vendeur de programmes et la dame du vestiaire. Pendant l’entre-deux-guerres, il écrit des pièces pacifistes. Bien que, selon Jean-Louis Bory, sous l’Occupation hors de tout contexte politique, il se fait d’une certaine manière le barde de Vichy en accompagnant de ses prosopopées les événements marquants, que ce soit Montoire ou le retour des cendres de l’Aiglon. Dans ses comptes rendus, il est la bienveillance et l’indulgence mêmes, alors que ses confrères font de lui la cible préférée de leurs railleries. Le plus grave est qu’il ne se cache pas de son homosexualité et présente donc, pour l’idéologie dominante, le signe vivant des « péchés » de la IIIe République. Comme Cocteau et Renaitour, il est poursuivi par la rage de Laubreaux, surtout pendant la saison 1942-1943 où l’Odéon crée sa pièce Souvenez vous, Madame. La France y est représentée sous les traits d’une femme malade, presque à l’agonie, et qui ne se guérit qu’en se rappelant son passé glorieux, vigoureux et héroïque. Laubreaux en signale l’indécence et conclut : « […] quand l’auteur prétend guérir la France en lui rappelant son passé, on songe malgré soi qu’il n’est pas, avec quelques autres, le moins intéressé au silence de la mémoire. » (Je suis partout, 26 mars 1943)

LIONEL DE ROULET 1913-1990

182Protestant, d’origine suisse, Lionel de Roulet est l’élève de Sartre au Havre. Il devient un familier. Sartre fait de la boxe avec lui et l’appelle son « disciple ». Il le guide vers la philosophie et Beauvoir l’aide à passer sa licence. Dès la fin des années trente, ils lui font lire leurs nouvelles, avant leur publication, sans apprécier outre mesure son intelligence. Il passe l’Occupation au Portugal avec la sœur de Beauvoir, qu’il épouse en décembre 1942. Travaillant à Faro dans les services français des Affaires culturelles, il doit recevoir Les Mouches en volume et envoyer son compte rendu à Londres, siège de la revue La France libre où il tombe probablement entre les mains de Raymond Aron, secrétaire de la revue, qui a remplacé Sartre au Havre pendant l’année 1933-1934. Après la guerre, il est nommé à l’Institut français de Lisbonne et dirige la revue franco-portugaise Affinidades. Attaché culturel, il est affecté par la suite à Vienne, Belgrade et Milan avant d’occuper son dernier poste au Conseil de l’Europe à Strasbourg. Sartre s’est inspiré de Lionel de Roulet pour le personnage de Charles dans Les Chemins de la Liberté (tuberculeux, il a passé quelque temps à Berck).

ÉDOUARD SAINT-PIERRE

183Critique dramatique de l’hebdomadaire Les Nouvelles continentales.

CÉSAR SANTELLI 1889-1971

184Né à Corte (Corse), César Santelli est reçu à l’agrégation d’allemand et enseigne au lycée de Metz. Il fait carrière dans l’enseignement et devient inspecteur général de l’instruction publique, puis chargé des questions internationales auprès du ministre de l’Éducation nationale. En 1945, il est nommé conseiller culturel auprès de l’Ambassade de France en Allemagne occupée. Dès la Libération critique de théâtre de Résistance et au Petit Matin de Tunis ainsi que collaborateur de nombreux journaux et revues, César Santelli est également romancier et auteur dramatique, entre autres d’une adaptation du Général du Diable du dramaturge allemand Carl Zuckmayer. L’une de ses conférences est consacrée à l’attentat du 20 juillet 1944 contre Hitler.

JEAN SAUVENAY

185Auteur d’un compte rendu de Huis clos dans Témoignage chrétien.

SCÈNE ET MONDE

186Magazine illustré paraissant tous les mois. Dans chaque numéro, deux colonnes sont consacrées au théâtre. Les comptes rendus sont très sommaires.

LA SEMAINE À PARIS

187Le « pariscope » de l’Occupation sous-titré « Où allons-nous ? » qui paraît toutes les deux semaines.

FRANÇOIS SENTEIN né en 1920

188Né à Montpellier, maurrassien, François Sentein, convaincu en 1938 par Pierre Boutang, intègre la khâgne du lycée Condorcet où Henri Dreyfus-Le Foyer est professeur de philosophie. En août 1941, René Vincent lui propose d’être secrétaire de rédaction d’une revue d’idées qu’il entend fonder à Vichy. Malgré le salaire séduisant, Sentein, qui se sent « anarcho-royaliste », aurait refusé, Vincent ayant exigé un loyalisme absolu envers la politique de la Révolution nationale. Son nom apparaît quand même sur la couverture de plusieurs numéros de la revue Idées pour la critique théâtrale (en janvier 1942 également pour une « Esquisse de l’Homme démocratique »). À la rentrée 1941, il est moniteur aux centres de jeunesse, établissements de l’Éducation nationale. En novembre 1942, Pierre Minet lui propose de parler à Radio-Paris. Dès janvier 1943, il est promu « directeur pédagogique de zone pour l’enseignement général dans les centres de jeunesse » : il se trouve que ses idées pédagogiques vont dans le sens d’Abel Bonnard. Son point d’attache est au Marais. Il perd ce poste à la rentrée 1943. On l’affecte à un centre rural où il n’a pas besoin de montrer sa carte d’identité (et échappe ainsi au STO).

189Professant le culte du corps et du sport, François Sentein fréquente les milieux homosexuels (Montherlant, Cocteau, Maurice Sachs, Genet). Dans La NRF de Drieu) il publie en 1942 un essai sur la morale de Montherlant. Sur le conseil de Jean-Toussaint Desanti, il a lu La Nausée (où il a humé l’huile de coude). Il a préféré les nouvelles du Mur. Lisant en août 1943 L’Être et Le Néant, il lui semble que ce traité philosophique « arrive après coup ». Sur L’Invitée, roman de Beauvoir lu au même moment, il s’entend avec Cocteau : c’est Claudine racontée par une institutrice du Cours Désir.

JEAN SILVAIN 1902-1986

190Fils d’un acteur célèbre sociétaire de la Comédie-Française et professeur au Conservatoire et d’une mère tragédienne, Jean Silvain, enfant) incarne en 1910 Oreste dans un rôle muer. Critique dramatique de l’hebdomadaire L’Appel et lui même auteur dramatique, il fait jouer ses pièces en Belgique avec succès. Selon un confrère, qui publie en été 1944 dans L’Appel une série d’articles intitulés « Nos bons critiques », Jean Silvain « fait court », il est clair et concis : « Il appelle un chat un chat et Maria Casarès une méchante actrice ». Il encense cependant l’Iphigénie à Delphes de Gerhart Hauptmann et La Reine morte de Montherlant. À partir de novembre 1943, Jean Silvain collabore au mensuel illustré Aspects.

GASTON SORBETS 1874-1955

191Journaliste à L’Illustration de 1902 à 1944 (durant trente années, dont celles de l’Occupation, en qualité de rédacteur en chef), Gaston Sorbets, également poète et dramaturge, assure la critique théâtrale de la revue. En novembre 1946, le président du comité d’épuration des gens de lettres demande au parquet de la Seine de lui envoyer son dossier. Pourtant, son ouvrage Péril extérieur : l’hitlérisme (1939) se trouve sur la « liste Otto ».

FRÉDÉRIQUE STRAUB

192Collaboratrice régulière de la Pariser Zeitung, et le fournit la plupart des critiques théâtrales pour les pages françaises. En novembre 1943, elle demande au sous-groupe « théâtre » de la Propagandastaffel un supplément de charbon.

SUISSE CONTEMPORAINE

193Suisse contemporaine paraissant à Lausanne fait partie des revues suisses dans lesquelles les écrivains dissidents français peuvent s’exprimer pendant la période de l’Occupation. François Lachenal qui assure souvent le contact entre les écrivains et ces revues la caractérise dans un article anonyme « Retour de Suisse » paru en juin 1944 dans Les Lettres françaises clandestines : elle « ne sépare pas les préoccupations de la Cité de Dieu et de la nôtre – de notre cité européenne en particulier ».

JEAN TARDIEU 1903-1995

194Poète, dramaturge, essayiste et critique, Jean Tardieu, né à Saint-Germain-de-Joux dans le Jura, a grandi à Paris. Sa mère est professeur de harpe, son père peintre. Il fait des études de droit et de lettres et obtient la licence ès lettres. Dans les années vingt, il fréquente les décades de Pontigny et publie ses premiers poèmes dans La NRF. Dès 1932, il travaille chez Hachette. Mobilisé en 1939, il est versé en 1942 dans un service dit de « chômage intellectuel » comme documentaliste à la bibliothèque du ministère de la Marine, puis entre dans la Résistance intellectuelle. Dans le numéro de février 1944 des Lettres françaises clandestines, il publie le poème « Le Vent », à l’intention des résistants incarcérés et torturés, dans celui d’août 1944, le poème « Oradour ». Il publie également, sous pseudonyme, trois poèmes dans la brochure L’Honneur des poètes réalisée pour les Éditions de Minuit clandestines par Eluard et Jean Lescure (juillet 1943) et prend part au fameux volume Domaine français de la revue Messages. Il est vrai qu’il a traduit auparavant Iphigénie en Tauride et Pandora de Goethe, traductions qui paraissent en 1942 chez Gallimard dans la Bibliothèque de la Pléiade.

195À la Libération, il est nommé Chef du service dramatique de la Radio où, préoccupé de recherches sur le langage, il trouve un nouveau terrain d’investigation. Ami de Francis Ponge, il tient, de septembre 1944 à juin 1947, en alternance avec Paul-Louis Mignon, la chronique dramatique de l’hebdomadaire Action issu de la Résistance. À partir de 1947, il écrit lui-même des pièces en un acte, un « théâtre de chambre », tout en continuant à publier de la poésie. Il devient plus tard responsable des programmes de France-Musique.

TÉMOIGNAGE CHRÉTIEN

196Hebdomadaire fondé dans la clandestinité par le père jésuite Pierre Chaillet en novembre 1941 à Lyon pour rappeler les exigences de la conscience chrétienne face au nazisme et à l’antisémitisme. André Mandouze, rédacteur en chef à la Libération (parution légale à partir du 2 septembre 1944), veut poursuivre avec les communistes le rapprochement qui s’était opéré dans la lutte clandestine : il démissionne fin 1945. Néanmoins, avec le temps, la tendance progressiste du périodique sera de plus en plus forte.

PIERRE-AIMÉ TOUCHARD 1903-1987

197Né en 1903 dans la Sarthe, fils d’un directeur d’école, Pierre-Aimé Touchard fait ses études au lycée du Mans et à Paris où il obtient une licence ès lettres. Répétiteur à Melun et à Henri-IV (1926-1936), il est nommé professeur à l’École alsacienne de Paris (1936-1939). Boursier de la Caisse nationale des recherches scientifiques, il fonde et dirige la Maison des Lettres à la Sorbonne (1941-1944), puis devient directeur du Comité parisien des œuvres sociales en faveur des étudiants. Inspecteur des spectacles (fonction créée en 1945), il est nommé en 1947 administrateur général de la Comédie-Française, fonction qu’il occupe pendant six ans. En 1956, il est nommé Inspecteur général des spectacles. En 1968, il est directeur du Conservatoire.

198Pierre-Aimé Touchard, parallèlement, mène de front une carrière journalistique. Dès la fondation de la revue Esprit en 1932 par Emmanuel Moullier, il y assure la critique dramatique. (Au moment de la mobilisation de Mounier, il assume la responsabilité de la revue en tant que codirecteur.) En 1938, il fonde et dirige le bimensuel antimunichois Le Voltigeur qui, après un numéro spécial de Je suis partout contre les juifs, consacre à son tour un numéro à la dénonciation de l’antisémitisme. Collaborant à la Libération au Parisien libéré, à Opéra et au Spectateur, il est, selon Dussane, un critique dramatique écouté. Il a le prestige de l’antifasciste qui, à la Maison des Lettres, a pris des risques en faveur des étudiants engagés dans la Résistance ou réfractaires au STO. Il reçoit la Médaille de la Résistance.

HENRI TROYAT [pseud. de LÉON TARASSOV] né en 1911

199Né à Moscou, Henri Troyat fuit avec sa famille la Russie révolutionnaire. Il est à Paris depuis 1920 et poursuit ses études au lycée Pasteur, puis passe une licence en droit. Reçu au concours de rédacteur à la préfecture de la Seine, il exerce cette fonction jusqu’en 1941 pour se consacrer ensuite exclusivement à la littérature. Son premier roman, Faux Jour, lui vaut le prix Populiste en 1935. En 1938, le prix Goncourt lui est attribué pour L’Araigne qui se vend à 110 000 exemplaires. (La même année, La Nausée rate de justesse le prix Interallié et n’est pas jugé indigne par certains du prix Goncourt.) Henri Troyat se fait remarquer par la suite comme auteur à large audience avec des romans, des cycles romanesques et des biographies. Comme auteur dramatique il a moins de succès. Il entre à l’Académie française en 1959.

200Sous l’Occupation, il collabore au quotidien Aujourd’hui.

JEAN VAGNE né en 1914

201À la Libération, critique dramatique de la revue Les Lettres et critique littéraire de la revue Renaissances, Jean Vagne publie aussi dans Fontaine et Esprit. Dès avril 1949, il dirige la revue littéraire Empédocle. Aux Éditions Rencontre, il préface et annote plus tard une édition de Racine. Avant guerre, il est l’ami de Jean Lescure et associé à la revue Messages. C’est lui qui suggère à Lescure de demander des poèmes à Paul Eluard pour la revue. Jean Lescure écrit à propos de Jean Vagne : « Sa poésie était grave et légère, songeuse et terrienne. De Rimbaud, il me semble que ce qu’il retenait c’était le rêveur de nature. Sa sensibilité le portait davantage vers Nerval, et vers Eluard que vers Breton. Sa rigueur, un peu plus tard, le rapprocherait de Char […]. Il était grand, mince et blond, perspicace et volontiers goguenard. Son origine, peut-être, lui avait donné du goût pour les choses de la terre. Le titre de son premier livre, qui allait paraître aux Presses du Hibou, dans la collection que Walter Uhl ajoutait à Messages, marquait cette double appartenance au rêve et c’était Étoile de Terre. »

202Sous l’Occupation, Jean Vagne publie la revue Les Cahiers de la main enchantée.

VEDETTES

203Hebdomadaire illustré qui paraît du 16 novembre 1940 au 22 juillet 1944 tous les samedis ; l’un des principaux magazines populaires de cinéma sous contrôle allemand. En novembre 1940, le tirage est de 50 000 exemplaires.

GÉRARD VINCENT né en 1922

204D’abord étudiant en droit, Gérard Vincent réussit à s’évader du STO en Autriche pour participer au mouvement dont Nouvelle Jeunesse au service de la France est l’organe. Après s’être converti à l’histoire, il est reçu en 1948 à l’agrégation et enseigne pendant une quarantaine d’années à l’Institut d’Études politiques de Paris, partageant ces activités jusqu’en 1960 avec la fonction de professeur de lycée avant d’accéder au seul enseignement supérieur. Il a publié une quinzaine d’ouvrages d’histoire contemporaine dont le plus remarquable est, en collaboration avec Antoine Prost, le cinquième volume de L’Histoire de la vie privée, « De la Première Guerre mondiale à nos jours » (1987).

FRANÇOIS VINNEUIL [pseud. de LUCIEN REBATET] 1903-1972

205Membre de l’Action française dès 1929, Lucien Rebatet, qui signe sa chronique cinématographique François Vinneuil, est à côté d’Alain Laubreaux le principal collaborateur de Je suis partout. En 1942, il publie Les Décombres, le bréviaire du collaborationnisme le mieux écrit, le plus violent, le plus lu sous l’Occupation (Gallimard avait refusé le manuscrit). Sa politique se résume dans un antijudaïsme de type raciste. Condamné à mon à la Libération, il est gracié en 1947 et passe cinq ans en prison. Libéré, il collabore à la presse d’extrême droite. En 1958, il entre à Rivarol, hebdomadaire des post-vichysres, qu’il transforme en organe de combat antigaulliste.

VOIX FRANÇAISES

206Hebdomadaire catholique conservateur et maréchaliste fondé en janvier 1941 à Bordeaux qui se propose de « rechristianiser les âmes ». La responsabilité de cette publication incombe au Chanoine Peuch ; l’un des deux directeurs est Paul Lesourd, professeur à l’Insti tut catholique de Paris et ami du cardinal Baudrillart. Parmi les collaborateurs se trouvent, mis à part Henri Ghéon chargé de la chronique dramatique, Alfred Fabre-Luce, R. Cardinne-Petit, Paul Morand, A.D. Sertillanges, O.P., de l’Institut, C.-J. Gignoux et Jean de La Varende.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540