Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Sartre devant la presse d’Occupation

Huis clos. Comptes rendus, articles de presse et autres textes ayant paru ou ayant été rédigés à la Libération

Pierre Lœwel

Les Lettres françaises, 7 avril 1945

Volltext

1Toute pièce de théâtre en comporte quatre : celle que l’auteur a voulu écrire, celle qu’il a écrite, celle que jouent les acteurs et celle qu’entend le spectateur. Ce phénomène de pluralité n’est jamais aussi sensible qu’à propos d’une œuvre forte et dure, et le Huis clos de M. Jean-Paul Sartre se range dans cette catégorie. Il faut d’ailleurs donner une attention particulière au succès qui a accueilli cet ouvrage dramatique, joué pendant de longs mois et repris devant des salles combles. J’y vois la preuve que tout un public fatigué des sucreries, des fadaises, des pièces surannées qu’on lui offre cherche le créateur qui lui apportera le souffle nouveau auquel il aspire. Qu’il est long d’ailleurs à se manifester ! Et quelle singulière époque que la nôtre qui, au sein de la plus fondamentale tourmente que l’humanité ait connue depuis des millénaires, n’a encore rien trouvé qui soit à sa mesure !

2Dans toute pièce philosophique la difficulté est d’animer l’abstraction. Pour l’auteur de La Nausée, s’il faut en croire une notice, l’ idée maîtresse de Huis clos serait que « le regard des autres nous éclaire avec une cruauté implacable en même temps qu’il nous inspire un désir désespéré de justification », mais si ce thème est effectivement dans la pièce il en est bien d’autres qui l’accompagnent, se mêlent à lui, et voilà une de ces occasions où, pour juger de trois actes, on voudrait pouvoir les lire après les avoir vu passer sur la scène.

3L’inquiétante chambre murée, nue et solide comme une cellule de prison où pénètre d’abord l’homme en conversation avec le garçon d’étage, ressemble à un cachot de Gestapo. Celui qui y est enfermé pourra vainement appeler, frapper aux murs et maudire son destin ; il y est enfermé pour toujours. Et lentement voici que se découvre le mystère : ce lieu de détention, c’est l’Enfer, ceux qui y pénètrent sont des morts.

4Se joignent successivement à l’homme deux femmes. L’une est la Damnée, l’autre la Tentatrice. La première vient des rives de Lesbos en costume de ville. La seconde, drapée dans une robe de soirée, s’est consacrée à de mâles amours. Et dans la démence où les jettent et leur solitude intérieure et la perspective effrayante d’avoir à se consumer éternellement dans leurs confessions, les trois personnages en quête d’auteur livrent, fragment par fragment, leur existence. Tous ont trempé dans des crimes affreux. La femme en noir (Mlle Tania Balachova, remarquable d’autorité et d’adresse) s’est introduite dans un ménage, l’a désuni, a appréhendé la femme, poussé le mari au désespoir, et trouvé la mort dans le suicide de sa « prisonnière ». La dame en vert (Mlle Gaby Sylvia, ravissante, fascinatrice avec le teint d’une beauty de peinture anglaise), chatte qui se frotte aux mâles, a tué son enfant. Enfin l’homme (M. Michel Vitold qui a des intonations et des gestes de Clariond) a torturé sa femme et a été fusillé comme déserteur. Ces trois criminels complexes, rassemblés dans la même geôle, vont s’efforcer savamment à se meurtrir les uns les autres et, comprimés en vase clos avec leurs regrets, leurs désirs, leurs angoisses, leurs instincts persistants, ils poursuivront sans consolation ni fin leur taraudant supplice.

5À cette vision de la bête humaine traquée dans son repaire chaque spectateur est libre d’ajouter ce qui, dans cette œuvre noire, l’aura le plus frappé : je sais n’en livrer ici qu’un aspect. Sans vouloir la charger d’intentions multiples, on peut dire qu’elle offre l’aspect et le contenu d’un cauchemar philosophique et mène le spectateur avec âpreté loin des sentiers battus.

6Les Lettres françaises, 7 avril 1945.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540