Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sartre devant la presse d’Occupation

Huis clos. Comptes rendus, articles de presse et autres textes ayant paru ou ayant été rédigés à la Libération

Denis

Le Peuple, 18 novembre 1944

Texte intégral

1C’est en enfer que nous emmène M. J.-P. Sartre, non pas, bien entendu, dans un enfer naïf à la Jérôme Bosch, avec des brasiers, des tortures ou des diables grimaçants, mais dans un enfer de philosophe. Dans une chambre sinistre garnie simplement de trois canapés et d’un bronze de Barbedienne, un garçon d’hôtel étrange dans sa banalité introduit trois personnages condamnés à rester pour l’éternité enfermés face à face : un homme et deux femmes sont ainsi réunis, un publiciste pacifiste, une « femme damnée » et une femme facile. Après avoir essayé de se justifier à ses propres yeux et aux yeux des autres, chacun finit par se dévoiler tel qu’ il est : lâche, cruel, criminel. Dans cette atmosphère surchauffée, les sentiments s’exaspèrent et les trois damnés sombrent dans un désespoir proche de la folie, car leur situation est proprement sans issue.

2Il n’est d’ailleurs pas nécessaire d’imaginer des damnés pour qu’une telle existence devienne vraiment… infernale, et je ne suis pas sûr que des saints placés dans une telle position ne finiraient pas eux aussi par devenir enragés. Au fond, c’est donc moins peut-être la description d’un supplice raffiné que le problème de l’existence des « autres », de la vie en société, que M. Sartre pose en même temps qu’il nous donne sa réponse particulièrement sombre, ce qui ne saurait surprendre de sa part.

3Même si l’on n’est pas d’accord avec les vues profondes de l’auteur, on n’en est pas moins obligé de constater que Huis clos est une œuvre dense, solide et très belle. Son pessimisme même nous change fort heureusement des banalités moralisantes à la guimauve et si cette vision de l’enfer me fait penser par instants à un Grand-Guignol intellectuel tel que le concevrait par exemple M. Paul Valéry, je crois que cela suffit à indiquer sa haute tenue littéraire.

4M. Vitold, servi à souhait par un visage tourmenté, compose un excellent « damné » et M. Chauffard est un garçon d’hôtel étonnant.

5Le Peuple, 18 novembre 1944.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540