Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sartre devant la presse d’Occupation

Huis clos. Comptes rendus, articles de presse et autres textes ayant paru ou ayant été rédigés à la Libération

Jean Sauvenay

Le Théâtre du désespoir1, Témoignage chrétien, 21 octobre 1944

Texte intégral

  • 1 Extrait d’un compte rendu qui porte également sur Antigone de Jean Anouilh et Le Malentendu d’Albe (...)

1Générales et premières se succèdent dans les théâtres qui rouvrent. Mais si les critiques sont nouveaux, les pièces sont anciennes. Et nous n’assistons qu’à des reprises. Certaines ne s’imposaient pas. Telles, entre autres, celles du Monsieur de cinq heures, et de On demande un ménage. L’occasion était bonne de faire un tri.

2De ce fatras, trois pièces émergent incontestablement. Ce sont, toutes trois, des œuvres d’auteurs jeunes, mais non inconnus ni inexpérimentés. […] Jean-Paul Sartre est un philosophe (et même un professeur de philosophie), un romancier-nouvel liste, un auteur de scénarios et, depuis Les Mouches, un dramaturge. Il essaie successivement, et avec beaucoup de bonheur, tous les moyens d’expression. […]

3Tous trois [Anouilh, Sartre et Camus], ils occupent une grande place dans le monde des lettres. Si le premier se tient un peu à l’écart, les deux autres forment une équipe et leur influence est très puissante sur la jeunesse intellectuelle.

4Du point de vue dramatique, leur valeur est, certes, inégale. Seul, Anouilh a le sens du théâtre […]

5Sartre semble vouloir l’imiter. Trois personnages (sans compter le garçon d’étage, une étonnante composition), un seul acte et une grande économie de moyens. Un rideau gris et deux escabeaux suffisaient à Anouilh. Il se contentera, lui, d’une chambre : trois canapés, un Barbedienne et un coupe-papier ! Là l’action alternativement monte et s’apaise. Mais la méthode est trop apparente. C’est dans le roman ou plutôt dans la nouvelle que Sartre triomphe. […]

6Si ces trois pièces sont de valeur inégale, elles ont, au même degré, un accent désespéré. Nous savons que le théâtre n’est pas une tribune, mais le reflet d’une société. C’est justement de là que vient notre inquiétude, au moment même où la France a besoin d’espoir pour se reconstruire. […]

7L’amour est absent d’Antigone. Il l’est encore plus de Huis clos. Trois êtres sont contraints de vivre éternellement ensemble, sans aucune distraction, sans sommeil. Ils ne peuvent que se blesser les uns les autres. Toutes les tentatives pour rompre la solitude sont vaines. Chacun est l’esclave de ce qu’il a été. L’enfer n’est pas autre chose ; les pals sont inutiles. « L’enfer c’est les autres. »

8En voulant trop prouver, J.-P. Sartre manque son but. C’est un savant qui fait une expérience. Il commence par choisir trois personnages parmi les plus vils. Puis il les isole complètement du milieu extérieur. Dans cette prison, la fenêtre est murée, et les portes n’ouvrent que sur des couloirs, à l’infini. Lumière perpétuelle, chaleur étouffante. Les êtres sont en face les uns les autres. Que peut-il en résulter si ce n’est la haine, la jalousie, la souffrance ? Toutes les précautions ont été prises pour cela.

9Il faut bien dire qu’il y a là un parti pris : le parti pris du laid. Les autres œuvres de Jean-Paul Sartre témoignent dans le même sens. Elles relèvent d’une volonté tenace de ne pas se laisser duper, de se libérer de toutes les illusions, même et surtout des plus respectées, qui sont les plus dangereuses. Mais la révolte ne se suffit pas à elle-même. Elle est la première étape vers la liberté ; elle n’est pas la liberté. On n’est pas libre contre quelqu’un ou quelque chose, mais pour quelqu’un ou quelque chose. Si les autres sont l’enfer, ils sont aussi ou du moins ils peuvent être la joie et l’espoir.

10Il y a dans Le Malentendu d’Albert Camus le même refus sans contrepartie que nous avons rencontré chez Anouilh et chez Sartre : refus du bonheur, refus de tous les mirages […]

11L’homme n’est pas seul, et le monde n’est pas absurde. Notre grandeur, c’est justement de pouvoir briser la solitude et de donner un sens au monde. Ce n’est pas seulement la philosophie, la littérature et le théâtre modernes qui sont imprégnés de ce désespoir. La peinture d’un Picasso trahit le même désarroi et, en somme, la même abdication. Le mal est profond. Il faut redonner la Foi à l’homme.

12Témoignage chrétien, 21 octobre 1944, p. 3.

Notes

1 Extrait d’un compte rendu qui porte également sur Antigone de Jean Anouilh et Le Malentendu d’Albert Camus.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540