Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sartre devant la presse d’Occupation

Huis clos. Comptes rendus, articles de presse et autres textes ayant paru ou ayant été rédigés à la Libération

Jean Gély

Tragédies du désespoir1, Marseillaise, 19 octobre 1944

Texte intégral

  • 1 Extrait d’un compte rendu qui porte également sur Le Malentendu d’Albert Camus

1Huis clos de Jean-Paul Sartre est une pièce sans issue. Sans issue comme la chambre d’hôtel dans laquelle sont réunis les trois personnages. D’où l’impression terrible de tension, d’étouffement même.

2Le thème est simple : trois personnes se retrouvent, après leur mort, dans ce qu’on est bien obligé d’appeler l’enfer. Leur supplice, c’est leur réunion : la mise à nu de leurs mobiles secrets, l’impossibilité de se tromper soi-même. Ici n’est admise aucune de ces explications dont nous enjolivons nos actes : il faut aller jusqu’au bout.

3Pas de monotonie dans ces introspections forcenées. Le danger était grand d’une pièce sans action extérieure, qui se déroule uniquement dans les cerveaux et les cœurs. Sartre a bâti sa tragédie avec un sens dramatique sûr, et il a trouvé en Michel Vitold, Gaby Sylvia, Tania Balachova et R.-J. Chauffard de remarquables interprètes qui font un drame de ces subtiles analyses.

4En dépit de son originalité, de sa profondeur, de ses multiples résonances, Huis clos est une vieille pièce, et elle n’apporte pas de solution.

5Elle creuse un sol aride, d’où ne jaillira jamais l’eau de l’espoir. Ces hommes sont damnés parce qu’ils n’ont pas su sortir d’eux-mêmes, parce qu’ils sont uniquement préoccupés, non pas d’agir, mais de s’analyser.

6Sont-ils vivants, sont-ils morts ? Qui pourrait le dire ? Ils ne vivent pas dans un monde qu’ils construisent. Comme le serpent qui se mord la queue, ils tournent éternellement dans une ronde impossible et la pièce recommence à la chute du rideau.

7Marseillaise, 19 octobre 1944.

Notes

1 Extrait d’un compte rendu qui porte également sur Le Malentendu d’Albert Camus

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540