Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sartre devant la presse d’Occupation

Huis clos. Comptes rendus, articles de presse et autres textes ayant paru ou ayant été rédigés à la Libération

César Santelli

La centième de Huis clos, Résistance, 5 octobre 1944

Texte intégral

1C’est avec le préjugé favorable que je suis entré au Vieux-Colombier. Ma déception n’en a été que plus vive. En dépit de mes efforts sincères pour entrer dans le jeu, Garcin le lâche, Inès la lesbienne, et Estelle l’infanticide n’ont pas cessé jusqu’à leur disparition de demeurer des ombres à deux dimensions. Leurs discours ne rendent jamais le son de ces simples paroles humaines qui nous bouleversent. Non, chaque fois qu’ils ouvrent la bouche, nous devinons que c’est J.-P. Sartre, le philosophe, qui explique que la damnation véritable ce n’est pas de brûler à petit feu, mais d’être rejeté par le frère humain à son ignominie. Garcin à sa lâcheté, Inès à son vice, Estelle à son égoïsme criminel. Faut-il, au seuil de cet enfer, laisser route espérance comme au seuil de l’autre ? Oui, si l’on ne parvient pas à se faire aimer par quelqu’un.

2Telle est évidemment l’idée de l’auteur du Mur et de La Nausée : que lui manque-t-il à cette idée pour prendre corps, pour créer en nous l’angoisse intolérable qui ferait de cette discussion à trois une tranche palpitante de vie, une de ces trouées lumineuses qui vous prennent dans leur faisceau comme des papillons désemparés ? Il Y manque le coup de patte du dramaturge de race, d’un Ibsen, d’un Shakespeare, d’un Strindberg. Tandis que Huis clos ne démarre pas et se perd dans des méandres interminables, forme ici et là de petites mares sans avenir et le spectateur éprouve, non pas l’angoisse prétendue des personnages, mais le malaise qui naît des choses et des êtres dont on devine confusément qu’ils sont inachevés.

3Les acteurs n’y sont pour rien. Le mérite de Michel Vitold, de Tania Balachova (le seul personnage qui crève un peu la toile) et de Gaby Sylvia n’est pas en cause. L’œuvre d’art requiert, surtout au théâtre, un minimum de naïveté et ce n’est certes pas la première fois qu’un excès d’intelligence compromet irrémédiablement un ouvrage.

4Résistance, 5 octobre 1944, p. 2.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540