Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sartre devant la presse d’Occupation

Huis clos. Comptes rendus, articles de presse et autres textes ayant paru ou ayant été rédigés à la Libération

P[ierre]-A[imé] Touchard

Le Parisien libéré, 27 septembre 1944

Texte intégral

1Tout le monde connaît le sujet de Huis clos, et je suis convaincu que le succès de cette aventure infernale est dû pour une grande partie à l’insatiable curiosité populaire pour les mystères de l’au-delà. D’ailleurs, les premières scènes répondent très habilement à la naïveté de cette attente. C’est remarquable, net et adroit comme les premières pages d’un bon roman policier. On ignore où l’on est ; la cocasserie se mêle à l’inquiétude. Puis, bientôt, trop tôt, on est fixé. Cette chambre d’auberge, c’est l’enfer. Ces portes ne s’ouvriront plus. Ces personnages ne disparaîtront plus. Aucun nouveau venu n’est à espérer. Aucune péripétie inattendue non plus. Ils sont là pour toujours, condamnés à vivre ensemble éternellement. Ce sentiment de l’éternité est sans doute l’un de ceux qui marquent un roman de la plus indiscutable grandeur. Au théâtre, au contraire, il m’apparaît fort dangereux, car il tue l’intérêt de l’action, en nous affirmant dès l’origine sa vanité. Quoi qu’ils fassent, les personnages de Huis clos sont condamnés à l’échec. Leurs efforts me paraissent si irrémédiablement vains que seule la pitié m’attache à eux. C’est le spectacle de mouches dans un bocal, un moment pittoresque, et vite fatigant. De là vient sans doute, après les premiers moments d’émerveillement, la déception de la plus grande partie du public, qui se mélange très curieusement au plaisir d’avoir vécu dans une atmosphère si rare.

2Mais il est peut-être d’autres raisons à ce malaise que je découvre chez la plupart des spectateurs et chez moi-même, et qui tient à une commune impossibilité de ne pas admirer et d’admirer totalement cette pièce. À la vérité, je n’aime pas le théâtre de M. Sartre, et particulièrement je n’aime pas le climat de ce théâtre, à la fois didactique, intellectuel et mal sain. Mais Dieu veuille qu’on ne nous présente jamais que des œuvres de cette classe. M. Sartre croit à ce qu’il dit : il a une vigueur de démonstration peu commune ; sa pensée est extrêmement souple ; sa qualité principale est probablement la profondeur de la perspicacité psychologique. Son œuvre est ponctuée de révélations lumineuses sur les mobiles secrets de nos actes. C’est un de nos plus fins et plus sûrs analystes. Pourtant, il semble sans cesse que le lien entre ces rayonnantes clartés soit factice et arbitraire, et que M. Sartre, qui a aimé l’homme au point de l’observer avec une pénétration si aiguë, l’oublie brusquement quand il construit une pièce pour ne plus obéir qu’aux exigences limitées de sa propre personnalité. D’où, au théâtre, un très pénible décalage : on allait croire à l’histoire de M. Sartre, et à ses personnages, et brusquement il nous rappelle qu’ils ne sont là qu’en illustration de ses thèses, en justification de ses bizarreries. C’est un professeur que nous avons devant nous, un professeur convaincant et brillant, mais qui songe plus à sa démonstration qu’à son auditoire, et dont on répète vite les procédés et les tics.

3Par sa mise en scène des Mouches, M. Dullin, loin de chercher à cacher tout ce qu’il y a d’individuel dans le talent de M. Sartre, avait au contraire chargé volontairement cet aspect de l’œuvre. Elle y perdait de sa clarté philosophique mais y gagnait en richesse charnelle. Avec Huis clos, au contraire, nous avons une mise en scène très sobre, presque classique, qui souligne comme par mégarde les faiblesses de l’auteur. Mais hélas ! les personnages s’intéressent à leur sort bien plus qu’à leurs actes. Ce sont de bien tristes personnages, penchés sur leur passé – alors que le théâtre l’est tout entier sur l’avenir – et dont les monstruosités semblent être la plus sérieuse préoccupation de l’auteur – alors qu’au théâtre ce sont nos propres traits que nous aimons à découvrir. C’est pourquoi ils sont tenus de crier si fort et si longtemps, dans l’espoir de forcer notre intérêt. Mais nous sentons combien c’est artificiel, et si, au bout du compte, nous arrivons bien à comprendre l’intelligente leçon de l’auteur, il nous reste pourtant la déception d’un grand voyage de découverte interrompu.

4L’interprétation de la pièce est remarquable avec Mmes Tania Balachova, Gaby Sylvia ; M. Vitold et le charmant M. Chauffard.

5Le Parisien libéré, 27 septembre 1944.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540