Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sartre devant la presse d’Occupation

Huis clos. Comptes rendus, articles de presse et autres textes ayant paru ou ayant été rédigés à la Libération

Gabriel Arout

Au Vieux-Colombier, Jean-Paul Sartre inaugure la saison du théâtre libéré, Carrefour, 23 septembre 1944

Texte intégral

1Il est doublement satisfaisant de constater que la première générale du théâtre libéré consacre la reprise de Huis clos, de Jean-Paul Sartre, au Vieux Colombier.

2D’abord parce que l’auteur, représentant la liberté de l’esprit, fut constamment en butte aux attaques hargneuses de Je suis partout et de La Gerbe qui, à juste titre, voyaient en lui un ennemi, ensuite parce que l’entrée de Sartre au théâtre est un événement considérable.

3La même année, nous avons vu la dernière pièce de Giraudoux, la première pièce de Sartre.

4Que demandons-nous au théâtre ? Tout d’abord de nous secouer, que ce soit de rire ou d’horreur, d’admiration ou de douleur. Et certainement aussi de nous donner à penser, d’alimenter ce qui, en nous, cherche et s’inquiète.

5Dans ce domaine, Sartre, à juste titre, possède notre confiance.

6Un excellent décor de Douy : une chambre d’hôtel, nue, aux murs couleur de marécage, et dans ce marécage, trois êtres s’enlisent pour l’éternité.

7Voilà le sujet de la pièce. Sujet sobre, sujet terrible. Cette chambre, c’est l’enfer.

8Mais l’enfer que nous propose Sartre a la géométrie même du ce cercueil : une boîte sans issue. Seulement, surcroît d’horreur, on n’y est pas seul.

9L’enfer, ce sont les autres. Ces autres qui nous reflètent et nous déforment, qui ne sont que refus et trahisons, qui ne gagnent leur répit que sur notre douleur.

10Lorsqu’on voit, se poursuivant « comme un manège de chevaux de bois », Garcin, Inès et Estelle, abandonnés les uns aux griffes des autres, entre ces murs, dont la salle obscure forme le quatrième, on se sent pénétré d’une angoisse qui est tout à l’honneur de l’auteur. On est secoué, c’est certain, et voici l’une de nos conditions réalisées, l’autre étant de donner à penser.

11Celle-là, je l’ai éprouvée à la fin, lorsqu’une fois dans la rue, mille idées m’assaillirent, idées qui font que tout en reconnaissant l’intérêt et la qualité de Huis clos et avouant à quel point m’en avait bouleversé l’atmosphère psychologiquement, je suis amené à formuler les réserves que suscite en moi le second aspect de cette pièce, je veux dire le tourment moral.

12Ce tourment moral, quel est-il ?

13Retrouvons la situation. Nos trois protagonistes se rendent compte qu’ils ont été spécialement choisis parce que susceptibles de se faire le maximum de mal.

14Or la nature de ces personnages est telle que loin d’apporter aide et consolation, leur dégoût réciproque et leur hostilité augmentent à mesure qu’ils se trouvent mieux renseignés les uns sur les autres.

15Chacun d’eux a son tourment personnel : Inès, qui assiste à l’intrusion d’un couple normal dans sa « chambre », sanctuaire aussi sauvagement défendu que celui de son âme ; Estelle, qu’une jalousie impuissante tenaille à l’égard d’une rivale jusqu’alors bafouée ; Garcin, enfin, dont le dernier acte sur terre le désigne à jamais comme un lâche aux yeux de ses anciens collègues.

16De temps en temps, ces visions leur font pousser des clameurs qui, pour déchirantes qu’elles soient, n’en sont cependant pas plus convaincantes. Surtout elles ne donnent pas une impression d’éternité et je me demande, devant le peu d’efficacité de ce tourment, si Sartre n’a pas « ménagé » ses damnés.

17Pourquoi Garcin, Inès, Estelle ont-ils si vite accepté l’enfer ?

18– Oui, nous sommes condamnés, oui, nous l’avons mérité, clament avec une hâte fébrile les trois colocataires de la chambre au Barbedienne. Tout a été prévu, agencé exprès pour nous, affirment-ils avec une vanité bien humaine.

19Ils ont raison de se presser, d’accepter avant de s’être posé la terrible question : « Et si… ? »

20Ah ! Sartre, pourquoi ne les avoir pas laissés poser cette question, pourquoi, après les avoir laissés flairer leur piège, leur avez-vous permis de s’installer confortablement chacun sur son canapé ?

21« Faits comme des rats », inquiets, désordonnés et absurdes, c’est ainsi que je les aurais voulus, ces trois représentants quelconques de l’humanité.

22Et non point choisis, désignés spécialement, mais, bien au contraire, pris au hasard avec la brutale désinvolture de l’adjudant de semaine : « J’en prends trois au hasard et je leur f… quatre pains. »

23Vous me direz, Sartre, que c’est une autre pièce que je vous propose d’écrire ; je ne le crois pas, et d’ailleurs, peu importe, elle est issue de la vôtre, et c’est là votre rare mérite que de ne pas abandonner le spectateur à la sortie.

24La mise en scène de Rouleau a la vertu de ne pas faire penser à elle – elle est donc de premier ordre.

25Trois excellents comédiens auxquels on peut adjoindre Chauffard dans une silhouette inquiétante et bizarre de garçon d’étage, servent le texte dru, serré et d’une belle densité – on songe à ce blé dont le grain « fait le poids ».

26Gaby Sylvia, que j’avais modérément appréciée dans Sodome et Gomorrhe, se révèle ici à son avantage : elle a de la présence et du style ; à la perversité insouciante de son personnage, elle a su ajouter une violence dont on ne l’aurait pas crue capable. Tania Balachova est une grande artiste. Pour occuper la place que depuis longtemps mérite cette comédienne de premier ordre, il semble lui manquer le seul talent de l’intrigue. Quant à Vitold, il porte avec force et vérité un rôle très difficile, et cela sans la moindre défaillance.

27En me relisant, je m’aperçois que cette chronique s’adresse plutôt à des spectateurs ayant vu la pièce qu’à ceux qui ne la connaissent pas, mais c’est que beaucoup l’ont déjà vue et, d’autre part, j’espère fermement que le public ira nombreux voir Huis clos et qu’il aimera en débattre.

28La pièce de Sartre est précédée d’un petit acte d’André Roussin, le Tombeau d’Achille, joué à merveille par l’auteur, fort bien entouré par Louis Ducreux, Madeleine Geoffroy et Tony Jacquot.

29Cette satire à la fois caustique et joyeuse d’un octogénaire égoïste « pas si gâteux que cela », Achille, est la première d’une série consacrée au même personnage. Nous les verrons avec plaisir en attendant la Sainte Famille, dont la censure de Vichy a différé jusqu’à présent la création.

30Carrefour, 23 septembre 1944.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540