Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sartre devant la presse d’Occupation

Huis clos. Comptes rendus, articles de presse et autres textes ayant paru ou ayant été rédigés à la Libération

Intérim

La générale libre du Vieux-Colombier, Défense de la France, 22 septembre 1944

Texte intégral

1Imaginez trois êtres humains, sachant, par une divination surnaturelle, sur le compte les uns des autres, tout ce que l’on cache dans une société à peu près civilisée, les tares, les vices, les crimes ; imaginez donc ces trois êtres condamnés à vivre ensemble, dans une lucidité aveuglante, l’âme à nu, entre les murs d’une chambre sordide aux portes fermées pour l’éternité, et vous obtiendrez ainsi une saisissante image de l’enfer.

2Telle est la thèse que M. Jean-Paul Sartre soutient en un acte inégal, qui relève moins du théâtre que de la littérature et beaucoup plus de la vulgarisation mystique que de la philosophie. Cette pièce, qu’une somptueuse revue a récemment publiée sous le titre Les Autres (justifiant ainsi cette réplique « L’Enfer, ce sont les autres ») gagne plus à être lue qu’à être vue, sort commun à toutes les pièces littéraires et d’illustres précédents n’ont pas échappé à cette règle, de Musset à Giraudoux.

3Quant au thème lui-même, les damnés se faisant mutuellement souffrir, nous nous permettons de renvoyer M. Jean-Paul Sartre à sainte Catherine de Gênes, à sainte Thérèse d’Avila ou à la sœur Emmerich, qui ont exploré le sujet d’une manière très satisfaisante pour tous ceux qui espèrent échapper à la damnation. Et si, négligeant les intentions de l’auteur, nous demeurons sur un plan purement terrestre, nous découvrons cette Amérique, à savoir que, sans une certaine dose de mensonge, la vie en commun n’est pas possible ; feu M. Pierre Veber avait déjà traité ce sujet, mais dans un simple vaudeville.

4Le début de cet acte, parfois un peu long, rappelle quelque peu Au Grand Large du dramaturge américain Sutton Vane et sa fin, désespérée comme il convient, évoque le dénouement de La Danse de Mort, de Strindberg. Malgré tant de lectures, M. Jean-Paul Sartre affirme son talent en un dialogue d’une belle qualité, comme en témoigne cette définition de la méchanceté : « Je ne pouvais exister que par la souffrance des autres ; dès que j’étais seule, je m’éteignais. »

5Parmi les interprètes, on ne doit pas ménager les éloges à Mme Tania Balachova, qui a fait, d’une femme damnée avant la lettre… de faire-part, une création d’une intelligence, d’une mesure et d’une dureté admirables ; Mme Gaby Sylvia, peut-être trop humaine, et M. Michel Vitold, peut-être trop romantique, lui donnent la réplique avec beaucoup d’autorité, ainsi que M. René-Jacques Chauffard dans un rôle de composition.

6Défense de la France, 22 septembre 1944.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540