Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sartre devant la presse d’Occupation

Huis clos. Comptes rendus, articles de presse et autres textes ayant paru ou ayant été rédigés à la Libération

C[laude] H[ervin]

Libération, 20 septembre 1944

Texte intégral

1Dans une chambre d’hôtel banale et violemment illuminée, meublée de trois canapés et d’un bronze de Barbedienne, un étrange garçon d’étage introduit un homme. Celui-ci semble tout d’abord calme et très lucide.

2– Où est le pal ? demande-t-il.

3Le garçon ricane, en tirant sur sa pipe :

4– Vous êtes tous les mêmes ! Tous les « clients » demandent le pal, ou les brodequins, ou les pincettes. Les instruments de torture, pourquoi faire ?

5Très vite, le spectateur est éclairé : nous sommes en enfer. Le garçon est « l’introducteur des morts » ; en effet, le premier « damné » se trouve bientôt en présence de deux autres : deux femmes.

6Présentations. L’homme, Garcin, était journaliste. Pendant cinq ans, il a torturé sa femme. Lorsque la guerre éclata, pacifiste, il refusa d’aller se battre et voulut passer la frontière. Pris, il a été fusillé.

7L’une des femmes, Inès, employée des postes, a fait mourir son cousin pour prendre la femme de celui-ci ; après quoi, les deux amies ont ouvert le robinet à gaz.

8La dernière, enfin, est Es telle. Jolie, frivole et cruelle, mariée trop jeune à un vieillard riche, elle a jeté dans le lac le bébé qu’elle eut de son amant, ce qui poussa ce dernier au suicide. Puis elle a eu une pneumonie.

9Et l’enfer commence… Poète et philosophe, Jean-Paul Sartre pose le problème de la vie – plus exactement de l’éternité infernale. Pour chacun des trois protagonistes, l’enfer c’est le reflet de sa propre image sur les deux autres, c’est son crime vu à travers ses compagnons. Et ceci jusqu’à la consommation des siècles…

10– Nous allons désormais vivre sans paupières, dit l’un des personnages. Il ne fera jamais nuit, jamais silence, plus jamais je ne dormirai.

11Les trois damnés se torturent, se déchirent mutuellement et lorsque le rideau tombe nous les imaginons recommençant toujours les mêmes mots et les mêmes gestes, comme une litanie…

12La pièce de Jean-Paul Sartre, créée sous l’Occupation allemande, rencontra une vive opposition dans la presse. Et ceci n’avait rien d’étonnant.

13L’interprétation de Huis clos – dont la mise en scène est de Raymond Rouleau et le décor de Max Douy – est de tout premier ordre. Tania Balachova (Inès) et Gaby Sylvia (Estelle) représentent exactement leurs personnages, mais elles sont distancées par Michel Vitold qui est décidément un grand, un très grand comédien.

14Un charmant lever de rideau, Le Tombeau d’Achille, dont l’auteur est André Roussin, accompagne Huis clos. C’est, traitée avec un humour délicieux, une histoire de caveau de famille, jouée avec brio par Madeleine Geoffroy, Louis Ducreux, Tony Jacquot et André Roussin.

15Libération, 20 septembre 1944.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540