Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sartre devant la presse d’Occupation

Huis clos. Comptes rendus, articles de presse et autres textes ayant paru ou ayant été rédigés à la Libération

J[ean] Tardieu

Ce Soir, 20 septembre 1944

Texte intégral

1Quelques œuvres dramatiques récentes avaient réussi à s’imposer, malgré et même contre l’Occupation. Nous retrouvons aujourd’hui les plus significatives avec une émotion solennelle. Entre leurs auteurs et le public, il y a les souvenirs d’un accord secret, tous les signes d’une complicité enfin victorieuse.

2Ainsi, au Vieux-Colombier, samedi dernier, la reprise du célèbre Huis clos de Jean-Paul Sartre avait-elle à nos yeux la valeur d’un sacre.

3Il était à nouveau devant nous, cet « enfer des autres », terrible et plat comme un fait divers où l’on voit trois damnés – dont le principal est « Garcin le lâche » – enfermés dans une chambre affreusement quelconque, attendre des supplices qui ne seront autres que leur propre confrontation.

4Notre liberté recouvrée, en écartant de cette puissante vision tout risque de malentendu, lui donnait un éclat nouveau et jamais l’admirable « engagement » d’une telle œuvre dans son époque ne nous était apparu avec autant de force.

5On ne se lassera pas non plus de redire quelle part, dans ce permanent succès, revient à une interprétation extrêmement intelligente, où, aux côtés d’une Estelle inconsciente et felatée [sic] à souhait (Gaby Sylvia), d’une cynique et lucide Inès (Tania Balachova) et d’un garçon d’étage rêvé par Kafka (R.-J. Chauffard), triomphe le jeu bouleversant de Vitold.

6Nous avons revu aussi avec plaisir Le Tombeau d’Achille, l’amusant lever de rideau d’André Roussin, excellemment servi par son auteur dans le rôle d’un vieillard tyrannique, mesquin.

7Ce Soir, 20 septembre 1944.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540