Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sartre devant la presse d’Occupation

Huis clos. Comptes rendus, articles de presse et autres textes ayant paru ou ayant été rédigés à la Libération

H[enri] J[eanson]

Enfer et damnation, Le Canard enchaîné, 20 septembre 1944

Texte intégral

1J’ai souvent observé M. Jean-Paul Sartre tandis qu’il écrivait, car M. Jean-Paul Sartre possède, sur la rive gauche, le plus charmant cabinet de travail de Paris, un cabinet de travail ouvert à tous, où chacun peut entrer, aller, venir, fumer, chanter, hurler sans que M. Jean-Paul Sartre, qui est un hôte accueillant, discret et sans doute résigné, manifeste la moindre impatience.

2Qui le croirait ? Cet écrivain pessimiste et acide, halluciné et pourtant clairvoyant, pour qui le monde n’est que le cloaque dont parle Perdican, ce Jean-Paul Sartre pour tout dire ne peut écrire, méditer, philosopher que dans la société parfumée, jacassante et colorée des jolies femmes.

3Observez-le : à neuf heures du matin il prend place à son bureau. On lui a servi un café, il fume sa pipe, il trempe sa plume dans l’encre.

4– Bonjour, cher ami…

5Le premier visiteur arrive, Jean-Paul Sartre lui serre la main, s’inquiète obligeamment de sa santé et se penche sur son papier…

6– Bonjour, cher ami…

7Une femme ravissante est là. Jean-Paul Sartre lui sourit, lui fait compliment de son indéfinissable et se penche sur son papier.

8– Bonjour, cher ami…

9C’est Jacques Prévert, Alexandre Arnoux ou le célèbre turfiste Ripault qui interrompt la méditation sartrienne.

10Jean-Paul Sartre échange quelques propos, tire quelques bouffées de sa pipe et se penche sur son papier.

11Et le défilé se poursuit ainsi, jusqu’à neuf heures du soir…

12Il faut vous dire que le cabinet de travail que M. Jean-Paul Sartre a élu entre tous est ce café de Flore, dont les reporters ont si souvent décrit la faune.

13Est-ce là, dans ce temple du café noir, que Jean-Paul Sartre a conçu Huis clos ?

14C’est bien possible, car les personnages que nous avons applaudis sur la scène du Vieux-Colombier, nous les avions déjà rencontrés au Flore…

15Ils n’ont fait que changer d’Enfer.

16M. Jean-Paul Sartre a réuni dans une chambre d’hôtel trois échappés du monde : un fusillé pour désertion, une infanticide et une lesbienne. Ces trois personnages ne savent ni où ils se trouvent ni comment ils sont arrivés dans cet endroit sordide et anonyme.

17Ils le sauront bientôt…

18La mort ne les a pas changés. Ils sont tels qu’en eux-mêmes…

19Et c’est un conflit à trois personnages qui se termine dans une atmosphère de catastrophe et de désespoir puisque ces êtres qui se haïssent ne peuvent pas s’entre’tuer…

20Chacun est l’enfer de l’autre… Et c’est un supplice diabolique, en effet, que de ne pouvoir tuer son compagnon d’éternité.

21M. Jean-Paul Sartre nous a conté avec beaucoup de talent cette histoire sans grâce…

22M. Jean-Paul Sartre n’est pas seulement un romancier passionnant, il est aussi un auteur dramatique complet…

23Il suffit de relire Les Mouches pour s’en convaincre…

24Nous avons revu avec bien du plaisir le visage pathétique de Mlle Tania Balachova. L’inoubliable créatrice du Mal de La jeunesse est tout à fait chez elle en enfer.

25M. Michel Vitold, sobre et tourmenté, va jusqu’au bout de son personnage, et il nous traduit très exactement toutes les idées que M. Sartre a derrière la tête… Il joue, pourrait-on dire, entre les lignes.

26Quant à la fragile et ravissante Gaby Sylvia, qui nous avait ravi dans Sylvie et le fantôme de notre ami Adam, elle joue sans se brûler avec toutes les flammes de l’enfer.

27Le Canard enchaîné, 20 septembre 1944, p. 4.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540