Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Sartre devant la presse d’Occupation

Huis clos. Comptes rendus, articles de presse et autres textes ayant paru ou ayant été rédigés à la Libération

Pierre Bénard

On était enfin entre soi… pour la vraie générale de Huis clos, Front national, 20 septembre 1944

Full text

1Première générale à Paris depuis la Libération.

2Elle nous a paru d’autant plus agréable qu’on nous y présentait une pièce de Jean-Paul Sartre.

3Elle avait lieu en outre dans un théâtre où Louis Jouvet fit briller les premiers feux de son admirable talent et dont le principal animateur porte un nom qui, par voie de descendance, nous est particulièrement cher :

4Celui de Copeau.

5Ainsi, pour la première fois depuis longtemps, on a eu l’impression d’être entre soi.

6À la vérité, le spectacle que nous offrait hier soir le Vieux-Colombier n’était pas nouveau.

7On avait pu le voir, il y a quelques mois, sur la même scène.

8Huis clos de Jean-Paul Sartre et Le Tombeau d’Achille d’André Roussin – à moins que ce ne soit de Louis Ducreux – occupaient déjà le programme.

9Ce qui avait changé, c’était la salle.

  • 1 Journaliste à L’Illustration, au Matin et à Radio Paris frappé, comme d’autres, par l’épuration.

10On n’y voyait ni la canne de M. Alain Laubreaux ni le monocle de M. Robert de Beauplan1.

11Le Tout-Berlin n’était plus là.

12Ce fut la première soirée parisienne.

13Le spectacle du Vieux-Colombier, composé de deux pièces, marque une unité macabre.

14Dans Le Tombeau d’Achille, on assiste à une discussion à propos d’un caveau de famille.

15Huis clos, de Jean-Paul Sartre, nous emmène aux enfers.

16Ce n’est pas tout à fait un programme.

17C’est presque une lettre de faire-part.

  • 2 Auteur de pièces légères don Sartre allait faire la connaissance au Théâtre Antoine.

18La comédie de Louis Ducreux, à moins que ce ne soit d’André Roussin, suit l’inspiration qui fut autrefois heureuse à Yves Mirande2.

19La pièce de Jean-Paul Sartre est d’un développement plus philosophique.

20Dans un salon, fermé à la lumière du jour, trois damnés sont réunis.

21Un homme qui a été fusillé pour désertion, une infanticide, une criminelle.

22Ces trois personnages, plongés dans l’au-delà, parlent beaucoup.

23Ce n’est pas la mort sans phrases.

24Et on comprend, en somme, que le véritable enfer, c’est le ménage à trois.

25Je ne voudrais pas qu’on jugeât la belle pièce de Jean-Paul Sartre sur ce compte rendu désinvolte.

26Mais, le connaissant peu, j’aime trop Jean-Paul Sartre pour qu’il ait un peu trop sacrifié, en l’occurrence, la nécessité de l’action à la richesse des idées.

27Gaby Sylvia et Michel Vitold sont pour lui des interprètes convaincus.

28À la vérité, je veux penser à un Jean-Paul Sartre qui est le même et pourtant différent.

29Huis clos a été écrit, avec courage, pour un théâtre tout de même soumis aux lois de l’Occupation.

  • 3 Il s’agit sans doute du scénario intitulé Résistance publié en juin-juillet-août 2000 dans Les Tem (...)

30Je ne veux voir qu’un Jean-Paul Sartre assis au café de Flore, devant son café, la pipe à la bouche et écrivant avant la Libération, de sa plume régulière, ce scénario simple et bouleversant, dont j’ai le manuscrit dans mon grenier, que ma femme tapa à la machine et que Louis Daquin tournera3.

31Et qui est un chef-d’œuvre.

32Front national, 20 septembre 1944.

Notes

1 Journaliste à L’Illustration, au Matin et à Radio Paris frappé, comme d’autres, par l’épuration.

2 Auteur de pièces légères don Sartre allait faire la connaissance au Théâtre Antoine.

3 Il s’agit sans doute du scénario intitulé Résistance publié en juin-juillet-août 2000 dans Les Temps modernes qui n’a pas été tourné.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Terms of use: http://www.openedition.org/6540