Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sartre devant la presse d’Occupation

Huis clos. Comptes rendus, articles de presse et autres textes ayant paru ou ayant été rédigés à la Libération

Guy Desson

Le Populaire, 19 septembre 1944

Texte intégral

1J’avais vu Huis clos à une époque où on ne demandait au spectacle qu’une occasion d’oublier.

2Pourtant j’avais déjà noté qu’avec la pièce de J.-P. Sartre, le Vieux-Colombier restait fidèle à la vieille tradition de laboratoire d’essais qui lui a valu d’entrer dans le dernier volume de la Chronique des Pasquier de Duhamel.

3Quelles difficultés en effet pour l’auteur du Mur de porter à la scène les personnages hors série dont il se complaît à dévoiler la structure intime.

4J’ai relu son livre : ses hallucinantes nouvelles sont presque toutes de longs monologues où l’introspection l’emporte sur les descriptions. Comment extérioriser ce dégoût des sécrétions intellectuelles et physiques qui reste le principal caractère de ses héros ?

5Rien de moins scénique.

6Et pourtant je n’ai pas été déçu par la deuxième vision de la pièce.

7Dans l’ameublement désuet de la plus banale des chambres d’hôtel, à l’éternelle lueur d’un lustre électrique, trois damnés sont condamnés à demeurer.

8L’homme a été fusillé pour désertion, une jeune femme du monde a commis un infanticide et sa diabolique compagne est de mœurs anormales.

9On voit le conflit. Chacun reste pétri des défauts de son enveloppe mortelle et sera puni par ceux-ci mêmes.

10L’homme cherche dans l’isolement à trouver des raisons qui expliquent sa lâcheté, mais il est en butte aux avances de la femme du monde, tandis que la lesbienne par rage et méchanceté trouble le jeu commençant par le rappel lancinant de leur situation et de leur passé.

11Ceci exposé, le drame ne peut plus évoluer. On n’en pourrait voir la fin puisqu’il n’y aura pas de fin. Quand l’homme a découvert la grande vérité de J.-P. Sartre : l’enfer, c’est les autres, tout est dit. Un grand moment dramatique toutefois, le damné excédé frappe à coups redoublés sur la porte qui, à son appel, s’ouvre béante sur un abîme d’ombre. Il hésite, et la porte se referme.

12Je pense qu’arrivé là, l’auteur a été gêné pour terminer, il s’est adroitement souvenu de la catastrophe qui supprime la série d’interférences amoureuses d’Andromaque. Seulement, en enfer on ne peut assassiner son voisin, aussi la tentative manquée tournera-t-elle en un éclat de rire baudelairien, plein de sanglots et d’insultes.

13Telle est la gageure que M. J.-P. Sartre a tenue et gagnée. Le cadre de la nouvelle eût certes mieux convenu à cette fantastique aventure, mais il est peu de spectateurs qui n’y aient été pris, et je suis sûr que Huis clos continuera longtemps sa peu banale carrière.

14Un spectacle aussi tendu réclamait évidemment une interprétation hors de pair, la moindre bévue pouvait faire écrouler le postulat, il n’en fut pas commis.

15Michel Vitold a fait une création qui dépasse tout ce qu’il a réussi jusqu’à ce jour, Chauffard a campé une extraordinaire silhouette de satanique garçon d’étage. Mme Balachova se tire tout à son honneur au rôle le plus difficile de la pièce. Quant à Mme Gaby Sylvia dans le rôle d’une insupportable pécore prétentieuse, elle a fait montre de progrès tels que la voilà désormais classée parmi les vedettes de tout premier ordre.

16Le Populaire, 19 septembre 1944.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540