Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sartre devant la presse d’Occupation

Huis clos. Comptes rendus, articles de presse et autres textes ayant paru ou ayant été rédigés sous l’Occupation

Jean Haas1

Combats, 3 août 1944

Texte intégral

  • 1 Dans son compte rendu de La Danse de mort, le critique signale des analogies avec Huis clos.

1[…] Si les modes littéraires sont quelque chose qui existe, si leur existence est compatible avec le climat d’août 1944, le moment est bien choisi pour une reprise de La danse de mort. Depuis que Jean-Paul Sartre est salué comme le Soleil du nouvel esprit français, depuis que triomphent son esthétique, sa métaphysique et sa psychologie, Strindberg a ses chances sur nos scènes. Entre La Danse de mort et Huis clos, il y a, sinon identité, sinon filiation, du moins parenté et analogie éclatantes. Dans l’une et dans l’autre pièce, trois personnages sont seuls en scène. Dans l’une et dans l’autre, ces trois protagonistes n’ont pas d’autre raison d’être que de se faire souffrir mutuellement. Dans l’une et dans l’autre, l’action referme sur elle-même le cycle tragique, et la dernière scène restitue le tableau même de la première. Dans l’une et dans l’autre, surtout, l’on respire la même atmosphère forcenée, l’on se baigne dans la même boue d’ignominie, l’on touche le fond du même abîme de bassesse humaine.

2Ainsi le drame de Strindberg vient-il renforcer un mouvement littéraire et théâtral dont Sartre et Camus sont les promoteurs vivants. Par lui comme par eux, le public est invité d’assister aux débats, aux déchirements et à l’avilissement d’une humanité singulièrement médiocre, singulièrement soumise aux forces du mal, et qui se complaît dans ce mal et cette médiocrité. Il s’agit d’imposer une vision du monde et de la vie selon laquelle la souffrance et la laideur seraient souveraines et dépourvues de toute justification. Il est assez significatif que ces deux vivants et ce mort se rencontrent à Paris au cours de l’été 1944 pour marquer la vie dramatique à leurs couleurs de bassesse, de mort et de frénésie.

3L’on voit bien, il y a une distinction nécessaire à signaler entre Sartre et Strindberg. L’horreur prend chez ce dernier une valeur de protestation, de revendication, de désespoir, qu’elle a perdue chez l’auteur des Mouches. Dans Huis clos, non seulement en vertu du caractère irrémédiable de la damnation, mais aussi par une tendance profonde de l’esprit sartrien, l’infamie est admise, accentuée, avec résignation, on pourrait presque dire avec une sorte d’affreuse tendresse, celle qui est due à l’irrépressible réalité. Du pessimisme de Strindberg au nihilisme de Sartre, l’esprit de négation a fait un pas de plus. Mais s’il importe de le constater, c’est pour ne pas oublier que le premier ouvrait la voie au second, et y conduisait immanquablement. La Danse de mort et Huis clos témoignent d’une même démarche vers l’abandon de toute hauteur humaine. […]

4Combats, 3 août 1944, p. 6.

Notes

1 Dans son compte rendu de La Danse de mort, le critique signale des analogies avec Huis clos.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540