Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Sartre devant la presse d’Occupation

Huis clos. Comptes rendus, articles de presse et autres textes ayant paru ou ayant été rédigés sous l’Occupation

Jean Herbault1

Images de France, juillet 1944

Full text

  • 1 Extrait d’un compte rendu qui porte sur plusieurs pièces.

1Jugée sous l’angle de la moralité, la nouvelle pièce de M. Jean-Paul Sartre, Huis clos (Vieux-Colombier), est d’une crudité qui ne peut manquer de heurter certains esprits par son atmosphère malsaine et l’impression pénible qui s’en dégage. Étant de ceux qui n’exigent pas du théâtre une détente euphorique ou une apologie de la vertu, j’ai goûté dans cette pièce son thème original et ses idées intéressantes traduites avec une âcre vigueur. J’ai souvent pensé, comme le suggère l’auteur, que l’enfer ne devait être qu’un prolongement de la vie terrestre dans ce qu’elle a de plus odieux et qu’en fait de supplices à base de feux dévorants le pire châtiment de nos fautes pourrait bien être la compagnie de nos remords et l’emprisonnement avec nous-mêmes.

2M. Jean-Paul Sartre enferme donc dans un banal salon d’hôtel où trône un bronze de mauvais goût (dont la vue éternelle est déjà une punition) un objecteur de conscience passé par les armes (Michel Vitold), une lesbienne aigrie (Tania Balachova) et une jeune infanticide en quête de mâle (Gaby Sylvia) : telle est la vision de l’enfer où chacun des claustrés a pour bourreaux les deux autres. Le postulat est sans charme, mais avouez qu’il ne manque pas d’un cuisant réalisme !

3Comme on sort de ce spectacle complètement dégoûté, il peut avoir une action moralisatrice. Mais encore faudrait-il, aux fins de comparaison, que M. Jean-Paul Sartre complétât la trilogie ainsi amorcée en nous montrant ce que sont, d’après lui, le purgatoire et le paradis !

4Images de France, juillet 1944.

Notes

1 Extrait d’un compte rendu qui porte sur plusieurs pièces.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Terms of use: http://www.openedition.org/6540