Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Sartre devant la presse d’Occupation

Huis clos. Comptes rendus, articles de presse et autres textes ayant paru ou ayant été rédigés sous l’Occupation

P. Arnaud

Scène et Monde, juillet 1944

Texto completo

1Huis clos nous transporte en Enfer. Cet enfer est une chambre d’hôtel sans glaces ni fenêtre, meublée de trois canapés sous l’implacable lumière du lustre. Trois êtres maudits : un homme et deux femmes, vont être contraints de vivre ensemble dans cet étroit espace ; ce sont Garcin, un déserteur mexicain fusillé par les militaires de son pays ; Inès [sic], une jeune femme légère qui a trompé un vieil époux avec un jeune amant et qui a supprimé le fruit de cet amour. Enfin Estelle [sic], une femme damnée (doublement) qui a poussé son amie Florence à tuer son mari. Ces trois êtres exposent longuement leur cas. Estelle est attirée par Inès qui est attirée par Garcin, et lui voudrait qu’on le laissât tranquille. Chacun exprime ses sentiments, et le drame surgit : Inès, l’infanticide, donne un coup de couteau à Estelle qui s’étonne : « Pourquoi ce geste puisque nous sommes morts ? » Et tout recommencera éternellement.

2Cet enfer ressemble étrangement à la vie. Tout être porte en soi son enfer.

3Cette œuvre abstraite, très âpre, et purement cérébrale, est de qualité. Il s’en dégage une impression d’angoisse. L’atmosphère est pesante. Nous sommes pris, sinon émus.

4Interprétation de premier ordre avec Michel Vitold, Tania Balachova et Gaby Sylvia. La mise en scène de M. Raymond Rouleau est sobre et ingénieuse.

5Scène et Monde, juillet 1944.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540