Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sartre devant la presse d’Occupation

Huis clos. Comptes rendus, articles de presse et autres textes ayant paru ou ayant été rédigés sous l’Occupation

Georges Oltramare

Aspects, 7 juillet 1944

Texte intégral

1Alain Laubreaux, dont les magistrales chroniques font nos délices, nous raconte, dans Je suis partout, que des vertuistes timorés ont eu l’idée de demander qu’on interdît la pièce de M. Jean-Paul Sartre.

2Pourquoi, grands dieux ?

3Huis clos est une œuvrette édifiante ; la morale en semble empruntée au prêche d’un curé de campagne. « Mes bien-aimés frères, vous auriez grand tort de ne point songer à votre salut, car les châtiments éternels sont plus épouvantables que les pécheurs endurcis ne le supposent. Vous ne serez pas dévorés par les flammes, non. C’est vous-mêmes qui vous infligerez la torture. Vous devrez comparaître devant le tribunal de votre conscience. Et, si vous vous dérobez à l’interrogatoire, d’autres damnés vous arracheront l’aveu de vos crimes ! »

4C’est tout. Comme vous le voyez, il n’y a rien là de bien nouveau. Mais l’auteur, pour masquer l’indigence d’un tel sujet, place l’enfer dans une chambre d’hôtel sans fenêtre : quelle trouvaille ! La cheminée sans feu supporte un bronze de Barbedienne : quelle originalité ! Et l’on subit la confession d’une prêtresse de Sapho employée aux PTT : quelle audace !

5M. Jean-Paul Sartre est un romancier plein de talent et un dramaturge ingénu.

6L’interprétation est de qualité. Michel Vitold s’efforce d’entrer dans la dépouille de son personnage de mauvais Garcin [sic]. La diction de Tania Balachova a, tour à tour, des résonances baudelairiennes et une sécheresse coupante de préposée au guichet. Fine, jolie et d’une exquise sveltesse, Gaby Sylvia est la plus charmante des infanticides.

7Aspects, 7 juillet 1944, p. 32.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540