Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sartre devant la presse d’Occupation

Huis clos. Comptes rendus, articles de presse et autres textes ayant paru ou ayant été rédigés sous l’Occupation

Anon.

L’Enfer tout entier tient dans une chambre d’hôtel, Jeune Force de France, n° 29, 15 juillet 1944

Texte intégral

1« Où sont les grils, le plomb fondu, le bourreau » demande un des personnages de Huis clos, lorsqu’il pénètre dans la chambre d’hôtel qui, dans la pièce de J.-P. Sartre, qui se joue actuellement au Vieux-Colombier, tient lieu d’Enfer, il ne tardera guère à s’apercevoir qu’il n’est nullement besoin d’instruments de supplice, et que l’Enfer, en définitive, « c’est les autres ».

2Ils sont trois à être damnés. Un déserteur, une lesbienne, une infanticide. Tous trois écrasés par le poids de leur passé terrestre, incapables de s’en détacher, incapables de s’accepter eux-mêmes. Et comment, dès lors, dans ces conditions, tolérer les autres ? Pourtant ces trois êtres sont condamnés à survivre (je ne vois pas d’autre terme pour définir leur situation) ensemble. Bientôt ils seront aux prises et ne cesseront de se déchirer et de se meurtrir, sans que jamais ils puissent espérer pouvoir échapper à leur destin, prisonniers éternels de ce décor sordide, de cette chambre atrocement banale.

3À aucun moment l’intérêt que l’on porte à ce seul acte qui dure pourtant près d’une heure et demie, ne menace de faiblir. Nous sommes comme envoûtés, pris à la gorge littéralement par l’angoisse qui se dégage de ces scènes, par cette lumière crue, implacable, qui éclaire les personnages, par l’âpreté cruelle du dialogue, par cette conscience aiguë et lucide de l’absurdité fondamentale de toute vie, par ce pathétique au-delà de toute littérature, toutes qualités que déjà nous découvrions dans La Nausée ou dans certaines nouvelles du Mur, et que la forme dramatique a permis à Sartre de porter à un extraordinaire degré d’intensité.

4Cette pièce, si tragique et si dense, est servie par une interprétation tout à fait remarquable, d’où se détache en particulier Michel Vitold. Signalons pour terminer que certaines pieuses personnes ont fait des réserves d’usage sur la moralité de cette pièce et même crié quelque peu au scandale. Pensez donc : une lesbienne, une mère qui tue son enfant !

5On ne saurait tout de même exiger de l’Enfer, en bonne logique, qu’il soit peuplé de petits saints.

6Jeune Force de France, n° 29, 15 juillet 1944.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540