Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sartre devant la presse d’Occupation

Huis clos. Comptes rendus, articles de presse et autres textes ayant paru ou ayant été rédigés sous l’Occupation

Albert Buesche

En cage, Pariser Zeitung, 2 juillet 1944

Texte intégral

1Jean-Paul Sartre, aussi symboliquement que prudemment, intitule sa pièce en un acte Huis clos ; derrière ce titre se dresse une réalité plus simple, celle d’hommes en cage. D’après l’auteur, nous avons beau secouer les barreaux de notre vie, ils ne bougent jamais ; nous sommes à jamais les prisonniers de notre destin. Sartre défend la thèse de la prédestination ou plutôt de la prévision. Il choisit, ce faisant, l’aspect pessimiste du problème. Lui aussi nous offre un théâtre philosophique. C’est le contraire de Ghéon, lequel laisse aux hommes le libre arbitre et la foi dans un bien justement récompensé. Ghéon croit à une divinité bonne et juste. Chez Sartre, par contre, les destinées sont régies par un démon mystérieux, inique et féroce.

2Chez Ghéon, tout garde l’apparence d’une improvisation légère ; chez Sartre, la construction exacte savamment calculée domine. Sartre et Ghéon sont absolument différents tant par l’âge que par le tempérament, la religion, l’optique et l’expérience de la vie. Mais ce sont deux Français de la génération présente et des représentants typiques d’un bon nombre d’hommes qui leur ressemblent. L’Égidius de Ghéon remonte loin dans l’époque de l’avant-guerre ; il est en dehors du temps et n’a, du reste, jamais prétendu à l’actualité. Par contre, Huis clos, de Sartre, a été écrit en pleine guerre ; c’est une œuvre qui reflète l’atmosphère et l’expérience acquise durant cette période.

3La « cage » de cette pièce est une chambre quelconque parmi les innombrables chambres de cet hôtel immense qui, pour Sartre, symbolise l’enfer. Les fenêtres de la pièce sont murées. Il n’y a pas de lit ; les morts n’ont pas besoin de dormir, ils doivent, au contraire, veiller, toujours veiller. Le jugement dernier même ne peut y mettre fin, car Sartre l’omet dans ses considérations. Par contre, chaque personne a son canapé et la cheminée est ornée d’un bronze de Barbedienne (exécuté dans le style coco, symbole de l’infernal). Il y a bien une sonnette électrique, pour appeler le garçon d’étage, mais elle ne fonctionne pas.

4Les habitants de ces chambres restent toujours seuls avec eux-mêmes et avec leur passé ; ils ont parfois des compagnons choisis au hasard, avec lesquels ils répètent sans fin la tragédie de leur vie. D’après Sartre, le châtiment infernal consiste en une répétition indéfinie de tout le mal que la vie nous a dispensé sur cette terre…

5Trois personnes illustrent la thèse : un journaliste sud-américain, jadis pacifiste et qui fut fusillé au début d’une guerre alors qu’il tentait de s’enfuir (par ailleurs un individu sans scrupules qui a martyrisé et trompé abondamment sa femme) ; une employée des postes, célibataire, qui a détourné une jeune femme de son devoir en l’arrachant à son foyer. Comme de juste, le mari de la fugitive meurt, victime d’un accident de tramway. Mais le bonheur échappe aux deux femmes ; les puissances du mal se vengent et l’employée des postes ouvre finalement le robinet à gaz ; enfin, une femme jeune et belle, celle-là morte au moins de mort naturelle, mais après avoir un jour précipité dans l’eau son enfant adultérin du haut d’un balcon.

6Les trois personnages sont assez piquants et les situations bizarres qu’ils ne manquent pas de créer, même en enfer, sont, pour tout dire, des plus abjectes. N’oublions pas que nous ne sommes ni au ciel, ni même sur terre, mais en enfer. Sartre veut-il exprimer son dégoût des hommes et de tout ce qui est humain ou veut-il prouver que le châtiment divin s’abat immanquablement sur le pécheur ?

7Cette seconde hypothèse semble devoir être écartée, car le châtiment qu’il propose, bien qu’inventé par un esprit aussi subtil que cruel, ne paraît pas assez lourd. Seules les natures délicates pourraient considérer comme le pire des supplices la répétition éternelle de leurs péchés. Non, les personnes de Sartre ne provoquent en nous aucun sentiment d’horreur, pas plus qu’ils ne suscitent de foi inébranlable dans le châtiment de Dieu. Une seule réaction domine chez nous devant ce qui se passe devant nos yeux, et c’est le dégoût.

8Une partie des spectateurs accueillera sans doute cette réaction comme tout à fait justifiée. Une autre, la minorité, se montrera peut-être impressionnée par l’idée du châtiment du mal. De toute façon, le public paraît, cette fois-ci, comprendre M. Sartre beaucoup mieux que l’année dernière lorsqu’on représentait Les Mouches. Le public applaudit ; il est manifestement touché.

9Quant à l’élément dramatique, il manque chez Sartre presque autant que chez Ghéon, et pour la même raison, c’est-à-dire, à cause d’une opinion préétablie sur le monde et les phénomènes qui s’y manifestent. Chez Ghéon, cette opinion est teintée de rose. Chez Sartre, elle est noire. Tous deux font preuve d’un dogmatisme prononcé ; Sartre n’amuse guère mais nous sommes obligés de reconnaître chez lui quelque puissance morale. Toutefois, il ne parvient pas à se hausser au-dessus d’une simple illustration d’atmosphère. Ghéon n’est pas capable de présenter sur la scène des hommes complexes et vivants ; Sartre du reste non plus. On se demande s’ils ne sont pas trop accaparés par leur« philosophie » et si celle-ci ne leur fait pas perdre le sentiment de la vie, de la réalité et de la personnalité ?

10La représentation de Huis clos est un événement théâtral de premier ordre, grâce à la régie de Raymond Rouleau et à la mise en scène de Douy, d’une simplicité et d’une précision impressionnantes. Rouleau a su tirer de la pièce toutes les possibilités théâtrales. Les deux personnages masculins furent ce qu’ils devaient être : de vrais spectres, en raison même de leur authenticité humaine. Quant aux deux femmes, leurs rôles ont été confiés à des artistes beaucoup moins qualifiées. Ces rôles étant du reste assez vagues et les personnalités à peine esquissées, on peut affirmer que presque toutes les artistes de talent sont à même de les remplir et Paris n’en manque guère.

11Ici et là, il s’agit évidemment d’un « théâtre philosophique » mais dans les deux cas le vrai drame était absent. Avons-nous eu au moins l’exposition d’une certaine conception de l’univers ? On peut à peine l’affirmer, car nous ne l’avons entrevu pour ainsi dire qu’à travers le trou de la serrure. Le vrai drame ne peut se contenter ni d’une gamme en rose ni d’une gamme en noir ; il exige de l’ampleur dans les idées et des jeux de contrastes, un conflit intérieur et la leçon plus haute qui s’en dégage. Le vrai drame suppose une philosophie réelle, c’est-à-dire un point de vue d’où naisse une synthèse totale et cohérente. Ce n’est qu’ainsi qu’on peut servir la réalité du présent et la réalité d’un avenir meilleur ; cela seul importe.

12Pariser Zeitung (édition hebdomadaire française), 2 juillet 1944, p. 3.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540