Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sartre devant la presse d’Occupation

Huis clos. Comptes rendus, articles de presse et autres textes ayant paru ou ayant été rédigés sous l’Occupation

P[aul]-L[ouis] M[ignon]1

L’Information universitaire, 1er juillet 1944

Texte intégral

  • 1 Extrait d’un compte rendu qui porte sur plusieurs pièces.

1Le Vieux-Colombier, inaugurant une nouvelle direction, nous propose Huis clos, la deuxième pièce de M. J.-P. Sartre. On sait quelle audience Les Mouches avaient trouvée l’an dernier, particulièrement auprès des étudiants. Et cela dû à ce que l’univers philosophique du philosophe Sartre se rencontrait de façon brûlante avec celui directement vivant du plus grand nombre. Placé aussi au centre des inquiétudes de chacun, le drame résonnait largement autour et hors de la scène. Ces relations renouaient une tradition souvent ignorée, qui est seule à assurer la vie théâtrale.

2L’outil que M. Sartre nous donne aujourd’hui, supérieur et étonnant dans son exécution, ne semble pas au contraire pouvoir dépasser de beaucoup les préoccupations de l’auteur. Si l’on s’en tient aux apparences, c’est une vision et une interprétation de l’Enfer. L’Enfer, ce sont les autres. Dialogue de l’enfer et enfer du dialogue. Tel est du moins le sens assez sommaire qui apparaît au spectateur commun. Une angoisse passe la rampe et gagne la salle ; un vertige au rythme épuisant des tortures sentimentales et morales que s’infligent sans espoir de solution les damnés que M. Sartre a mis en vase clos, terriblement, les uns avec les autres. Mais il est notable que cet épuisement ne saurait toutefois provoquer l’abandon des protagonistes, ni le vôtre surtout. Épuisement à parler et à penser d’êtres qui ne peuvent connaître le sommeil ni l’inconscience d’un instant. Il s’en dégage un mouvement d’éternité d’un relief saisissant, qui met en valeur la qualité du mécanisme.

3Il serait sans doute possible de nous rendre plus proche de ce débat, et nous voulons bien admettre que cette tragédie des prisonniers de l’Enfer ne nous est pas finalement indifférente. Malheureusement la transposition théâtrale tend continuellement à nous égarer en nous retenant dans les mailles précises de l’anecdote. La facture de l’œuvre en ce sens est trop subtile et emprisonne notre esprit qui doit, pour être ému, se livrer à un exercice d’interprétation presque impossible pendant la représentation. Il nous reste en fin de compte d’avoir fait jouer magnifiquement notre curiosité.

4L’Information universitaire (page des étudiants), 1er juillet 1944, p. 3.

Notes

1 Extrait d’un compte rendu qui porte sur plusieurs pièces.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540