Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sartre devant la presse d’Occupation

Huis clos. Comptes rendus, articles de presse et autres textes ayant paru ou ayant été rédigés sous l’Occupation

Robert Brasillach1

La Chronique de Paris, n° 9, juillet 1944

Texte intégral

  • 1 Dans sa chronique de juillet, Robert Brasillach revient brièvement sur Huis clos dont il a rendu c (...)

1De la pièce de Jean-Paul Sartre, nous avons parlé récemment. L’auteur n’est pas de nos amis, il n’est pas davantage un compagnon de nos espérances. Pourquoi ne serait-il pas un compagnon de nos dégoûts ? Cet univers infernal, terriblement limité, a, il faut le dire, une extraordinaire puissance. Aucun romancier de l’entre-deux-guerres, spécialiste attitré de l’Enfer, ni Julien Green, ni François Mauriac, n’a jamais produit, en face de Huis clos, que des contrefaçons à l’eau de rose. Peu de pièces m’ont laissé une impression plus forte, que le temps ne fait qu’accentuer. Oui, elle sent véritablement le soufre, et le poison de cet enfer intellectualiste n’avait jamais été distillé avec cette implacable rigueur. Huis clos restera comme le monument bizarre d’un monde agonisant, où l’avenir ira chercher, il n’en faut pas douter, le témoignage de la plus lucide négation.

2La Chronique de Paris, 1re année, n° 9, juillet 1944.

Notes

1 Dans sa chronique de juillet, Robert Brasillach revient brièvement sur Huis clos dont il a rendu compte en juin.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540