Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sartre devant la presse d’Occupation

Huis clos. Comptes rendus, articles de presse et autres textes ayant paru ou ayant été rédigés sous l’Occupation

Jean Cocteau

[Extrait du Journal]

Texte intégral

1Le 1er juillet 1944

2La pièce de Sartre au Vieux-Colombier Huis clos. Décor remarquable et qui donne du malaise (Douy). Ce décor est légèrement déporté, légèrement boiteux, d’un vide rempli d’une volonté d’être vide auquel l’éclairage rouge de la fin ajoute un pittoresque inutile (Sartre désapprouve cet éclairage). Je reproche à Sartre d’avoir mis en scène des damnés conformistes, d’être en règle avec l’Institut catholique. Pourquoi ? On aurait aimé voir dans cette salle d’attente éternelle chez le dentiste (ou le Dantiste) un héros, une putain innocente, un pécheur contre l’esprit, au lieu d’un lâche, d’une gousse, d’une infanticide. Le damné qui se demande pourquoi il l’est, le damné qui aime être damné, etc.

3Sartre connaissait-il Le Grand Large ? Je me le demande. Il est très naïf, très ignorant de certaines choses capitales. « Je vous avoue, disait-il à Genet, ne rien comprendre à la poésie. – Mais alors, lui répond Genet, vous ne comprenez rien. »

4L’important de cette excellence pièce, c’est que des élèves de Sartre puissent assister à une pareille pièce et qu’elle soit de leur professeur. Mauvais exemple, donc, bon exemple. Sartre croit que l’œuvre antisociale est explicative, alors qu’une œuvre ne doit être antisociale que par la solitude, sa singularité, par une force interne qui s’oppose à toutes les habitudes de l’esprit (au confort bourgeois de l’esprit).

5Les Français confondent presque toujours l’acte et la critique. Au fond ils aiment les pièces à thèse, les pièces qui « prouvent quelque chose » ou bien la fantaisie pittoresque qu’ils prennent pour la poésie et qui en est le contraire.

6Journal. 1942-1945, texte établi, présenté et annoté par Jean Touzot, Paris, Gallimard, 1989, p. 526-527.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540