Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sartre devant la presse d’Occupation

Huis clos. Comptes rendus, articles de presse et autres textes ayant paru ou ayant été rédigés sous l’Occupation

Jean Faydit de Terssac

Descente aux Enfers, Le Pays libre, 25 juin 1944

Texte intégral

1L’enfer, tel est le thème que je soumets, aujourd’hui, à la réflexion du lecteur, sujet grave et terrible s’il en fût ; surtout à l’heure où la mort décime des milliers d’humains tant sur notre sol que dans le reste du monde. Abordons cependant ce grand problème de l’au-delà proposé par Jean-Paul Sartre, avec sa nouvelle pièce, Huis clos.

2Une chambre d’hôtel aux murs bleuâtres et ternes avec une fenêtre murée, une cheminée ornée d’un bronze de Barbedienne et dont enfin le mobilier se résume à trois canapés.

3Voilà le séjour des réprouvés, ou, tout au moins, un des compartiments de ce lieu sinistre, éclairé d’une lumière jaunâtre et faible mais insupportable que répand un lustre voilé d’une sorte de moustiquaire.

4Nous reconnaissons déjà jusque dans les moindres détails de ce décor le goût morbide de l’auteur des Mouches et de La Nausée pour l’atmosphère lourde et pénible dont il enveloppe, généralement, ses héros.

5Caron nous apparaît sous les traits d’un valet de chambre chargé d’introduire les clients de ce mystérieux hôtel.

6Jean-Paul Sartre conduit son début avec beaucoup d’habileté : il faut au moins cinq minutes pour comprendre la nature exacte de l’endroit où va se situer l’action. Alors seulement on s’aperçoit que les personnages sont des morts, et qu’il s’agit de condamnés au supplice éternel, ils sont réunis là au nombre de trois : un homme d’une trentaine d’années, Garcin, sujet d’une République sud-américaine, pacifiste, fusillé pour désertion ; puis Inès, employée des Postes de la Corrèze, asphyxiée par le gaz d’éclairage ; enfin, une jeune Parisienne, Estelle, morte d’une pneumonie.

7Leur torture va consister à s’entre-déchirer mutuellement, au sens figuré bien entendu. Ces êtres chercheront d’abord à s’éviter, restant chacun dans son coin, mais bien vite ils seront amenés à se rapprocher et ainsi ils se trouveront bientôt à nu, en face les uns des autres ; en effet, tous trois se content leur vie mutuelle ; avec force détails, ils se dépouillent de tous leurs secrets.

8Le Sud-Américain, qui était directeur d’un journal pacifiste, déserta au moment de l’entrée en guerre de son pays et voulut fuir vers Mexico, abandonnant ses amis à leur triste sort ; marié, il n’a cessé de tromper sa femme et de la faire souffrir, il subit donc le châtiment de ses indignités conjugales.

9Quant à Inès, la postière, nous comprenons qu’elle n’aime pas les hommes ! Je n’insiste pas. Cette invertie a été la cause de la mort du mari de son amie et les deux femmes se sont également suicidées.

10Estelle, au contraire, est loin de mépriser le sexe fort : mariée à un barbon, elle n’a pas tardé à tromper celui-ci, et enceinte des œuvres de son amant, s’est éloignée pendant quelques mois ; elle avoue avoir jeté son enfant, une pierre au cou, dans le lac suisse, au bord duquel elle séjournait.

11Cet homme et ces deux femmes que rien, ni la naissance, le pays, la situation, ne destinaient à se connaître sur la terre, se rencontrent dans l’autre monde et se trouvent réunis dans une chambre de l’enfer.

12Là encore, Jean-Paul Sartre remet en question le fameux problème de la liberté, qu’il avait déjà soulevé avec Les Mouches, il s’agit de déterminer si Garcin, Inès et Estelle peuvent éviter de s’infliger les tortures naturelles par la force de leur vouloir, ou bien, au contraire, si les dés ne sont pas jetés d’avance par une puissance supérieure les ayant toujours désignés comme devant se rejoindre pour leurs plus grands châtiments. L’auteur semble pencher pour cette dernière version, rien ne peut arrêter ses damnés dans leur ronde infernale.

13Pendant toute l’éternité, le journaliste indifférent subira les assauts délirants de l’hystérique Estelle, tandis qu’il devra compter sur la jalousie d’Inès, laquelle ne cesse de regarder avec rage la jeune femme tourner autour de lui. Estelle, à son tour, souffre de l’indifférence de Garcin et redoute les instincts pervers d’Inès. Sa volonté est aussi impuissante devant cette implacable loi que l’irrésistible marche des systèmes solaires dans l’univers.

14Sans doute M. Sartre nous dira-t-il que les héros de Huis clos sont comme les gens d’Argos qu’il nous fait voir dans Les Mouches et dont, assure-t-il, le malheur vient de ce qu’ils ne savent pas supporter le poids de leurs fautes. Oreste, par exemple, se croit libre parce qu’il revendique hautement son crime, mais la discussion revient à son point de départ, car il est en fin de compte esclave de sa liberté et ne pourra jamais plus se défaire des Mouches qu’il a volontairement attirées sur lui. Le résultat est visiblement le même.

15Dans Huis clos Lucifer ne joue qu’un rôle invisible. Mais si nous ne le voyons jamais, nous le sentons planer sur ceux qu’il tient en sa possession, point même n’est besoin de tirer les ficelles de ces marionnettes ; il a suffi au maître des enfers de manœuvrer la manette, déclenchant le mécanisme, et maintenant il n’a plus qu’à surveiller paisiblement la bonne marche de celui-ci, tout comme l’ouvrier devant sa machine, qui de temps à autre l’observe d’un regard distrait pour s’assurer de la régularité de son fonctionnement, et se replonge dans les faits divers du journal quotidien.

16Quant à Dieu, on se demande si Jean-Paul Sartre ne l’a pas oublié ; parfois même l’auteur des Mouches semble confondre la notion divine et celle du diable – rappelons-nous son Jupiter, détestant les hommes et représenté comme un vieux sorcier de l’Afrique Centrale.

17On peut discuter les principes métaphysiques de Sartre, mais on doit lui reconnaître une grande valeur littéraire et philosophique. Certes nous avons avec Huis clos une pièce qui comptera parmi les œuvres marquantes de l’année, elle s’élève incontestablement au-dessus de la médiocre production qui hélas ! sévit actuellement sur la plupart de nos scènes.

18Mais il faut bien le dire : l’auteur se complaît dans la putréfaction, il respire à son aise dans un air pestilentiel et malsain qui nous paraît étouffant. On observe dans Huis clos comme dans Les Mouches un goût certain pour la pourriture physique et morale, c’est avec une visible complaisance que sont étalées toutes choses qui dans la nature nous soulèvent le cœur, et nous assistons à une véritable exposition de charognes nauséabondes. Nous sortons des Mouches, Électre transformée en souillon d’un Dieu aux allures sataniques, pour nous plonger dans les vices hors nature d’Inès la postière ou les sentiments inhumains d’Estelle, et c’est là l’univers dans lequel évolue J.-P. Sartre, un univers où toute valeur est renversée, la laideur règne en maîtresse, se substituant à tout élan vers le beau.

19C’est un curieux genre de théâtre, un surréalisme repoussant. On ne peut que regretter qu’un auteur utilise son talent à de telles fins.

20Je sais bien qu’il me répondra à cela qu’en enfer rien ne doit être particulièrement doux et serein et sans doute s’excusera-t-il de représenter de tels êtres en invoquant le fait qu’ils sont là pour expier leurs fautes terrestres, c’est une raison valable, que l’on peut retenir. Toutefois je comprends assez bien le dégoût d’un André Castelot qui dit fort justement ce que l’on doit penser de Huis clos.

21L’interprétation est excellente : elle réunit Michel Vitold spécialisé dans les obsédés et particulièrement à son affaire dans Garcin, Tania Balachova est la femme anormale sensuelle et très fauve. Enfin Gaby Sylvia très en progrès depuis Sodome et Gomorrhe a trouvé le rôle qui lui convenait.

22Adroite mise en scène de Raymond Rouleau.

23Le Pays libre, 25 juin 1944.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540