Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Sartre devant la presse d’Occupation

Huis clos. Comptes rendus, articles de presse et autres textes ayant paru ou ayant été rédigés sous l’Occupation

P[ierre] Cauchois

Un événement théâtral : Huis clos de J.-P. Sartre, Chantiers, 25 juin 1944

Texto completo

1J.-P. Sartre, qui a déjà tant apporté à la philosophie française, qui, avec Le Mur et La Nausée, a ouvert la voie à une nouvelle forme romanesque, vient peut-être de faire plus encore pour le théâtre. Faire du neuf n’est pas le plus difficile : on le voit bien dans la peinture contemporaine ; on peut être assuré en outre que si le montage d’une pièce au théâtre ou la publication d’un roman ne coûtait rien aux impresarios ou aux éditeurs, il y aurait sur les scènes et dans les librairies beaucoup d’œuvres originales. Mais faire du neuf qui soit beau est plus rare. Il faut que les moyens d’expression – quelle que soit leur forme – soient remplis d’une riche conception ; autrement, tour va de guingois, comme dans un visage déformé par les tics, et c’est laid ; ou bien l’œuvre d’art présente cette régularité des alvéoles où les abeilles entassent leur miel, et c’est ce qu’on appelle l’académisme. Seul l’artiste véritable réalise le miracle d’ajuster les moyens aux fins.

2J.-P. Sartre nous offre une pièce qui est une réussite parfaite, dans le sens le plus classique du mot, c’est-à-dire saisissante sans cesser d’être juste avec aisance ; totalement honnête, c’est-à-dire sans aucun truc extérieur à son dessein. L’originalité a sa nécessité : la pièce se joue en une seule scène parce que cette commune chambre de garni avec son mobilier faux Empire, son lustre enveloppé de mousseline, cet air élimé et guindé des pensions de famille est là pour l’éternité ; les personnages, une fois entrés, ne sortent plus, parce que nous sommes réellement en huis clos, la fenêtre, sous les doubles rideaux, est murée et la porte ne s’ouvre que du dedans ; la pièce n’a pas de fin, parce que lorsque le rideau tombe, les trois personnages ne peuvent que poursuivre pour l’éternité ce qu’ils ont commencé. À quoi bon le cadre ? J.-P. Sartre nous mène en enfer, et jamais enfer n’a été si réel. Une action intense dévore l’homme et les deux femmes qu’un garçon d’étage introduit successivement. Qu’est-ce donc que l’enfer ? Aucun d’entre eux ne le sait en entrant dans la chambre. Mais peu à peu, pour eux et le spectateur, l’enfer s’ébauche, se construit, prend forme, dans un mouvement dramatique qui est la seule action de la pièce et qui saisit comme un vertige. Est-ce un enfer de grilles pour rôtir les damnés, de piques pour les empaler, de crocs pour les déchirer ? Non, seulement une chambre dont la fenêtre a été murée et d’où il est impossible de sortir ; mais dans cette chambre close comme une chaudière, trois personnages vont faire leur enfer. Cette pièce est une torche brûlante ; elle projette les fantastiques lueurs d’une vision qui, dans le théâtre, ne peut être comparée, pour la force et la vérité, qu’à celle d’un Shakespeare ; toute la fibre humaine craque et s’embrase comme un pin ; dans la flamme passent, en jaillissements multicolores, les histoires des trois êtres : rien de trop, tout est d’un seul mouvement. Réfléchissez un peu : lorsque vous pensez à vous, est-ce que vous ne vous voyez pas comme il vous semble que les autres vous voient ? Mais ce serait trop horrible si vous n’aviez jamais pour miroir que les yeux des autres ; heureusement votre esprit se délivre sans cesse de cette image que vous trouvez en autrui par sa force propre, qui est toute spontanéité, toute liberté. Supposez un lieu où les hommes ne seraient plus en état de se défendre d’autrui, où l’esprit des hommes n’aurait plus cette faculté d’être libre et spontané – ce serait donc dans la mort – mais où il pourrait cependant savoir ce que pense autrui. Et quand il saura que cet autrui pense de lui qu’il est lâche, méchant ou niaisement cruel, sans la moindre possibilité de sentir autre chose en soi que ces jugements, sans jamais avoir autre chose en soi que le sentiment de cette damnation, ne sera-t-il pas dans le pire des enfers ? Voilà pourquoi, comme dans une prison, le règlement de l’enfer de J.-P. Sartre interdit les miroirs. Contre le mur, au-dessus de la cheminée, il y a le cadre doré d’une glace ; mais point de tain : il reste à sa place la blanche fadeur du plâtre sur lequel déborde en dents de scie un papier à fleurs. Ainsi les personnages ne peuvent se voir que dans les autres. Tel est le drame, tel est l’enfer. Par ce simple mouvement dramatique sans action, mais que l’on suit dans les êtres par le plus puissant des signes, la parole, la pièce arrive à son plus haut degré d’intensité lorsque le héros, fou de rage et de douleur, se précipite sur la porte en heurtant son désespoir : il préfère tout : les grils, les pinces, les tenailles dans sa chair à cette hallucinante torture morale. Lentement et dans le silence, la porte s’ouvre à deux battants. Sortira-t-il ? Dans l’immobilité de la scène et du public, on sent le temps, le vieux temps passer sur les épaules : toute la possibilité humaine pèse lourdement dans l’instant bref où la porte qui cède devant lui signifie que l’homme est toujours libre. Cette sublime idée ne fait que passer mais c’est lui-même qui refermera la porte et retournera à l’enfer qu’il s’est donné faute d’avoir usé de sa liberté et de sa volonté.

3Au-delà du plaisir scénique, au-delà du drame, au-delà de l’émotion, J.-P. Sartre, avec Huis clos, vient de nous rappeler que l’objet essentiel du théâtre est de nature morale.

4La mise en scène, de Raymond Rouleau, est excellente ; l’interprétation réalise ce miracle, indispensable à une pièce aussi compacte, aussi tendue d’équilibrer parfaitement les personnages et les rôles ; Michel Vitold est une révélation dans un rôle difficile ; R.-J. Chauffard et Tania Balachova conduisent bien leur jeu et Gaby Sylvia, dans un rôle en or, est exactement à la mesure du personnage mondain, léger et cruel qu’elle représente.

5Chantiers, 25 juin 1944.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540