Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sartre devant la presse d’Occupation

Huis clos. Comptes rendus, articles de presse et autres textes ayant paru ou ayant été rédigés sous l’Occupation

J[ean] L[aurent]

Vedettes, 24 juin 1944

Texte intégral

1Jean-Paul Sartre vient d’écrire une très belle pièce d’une violence extraordinaire et d’une grandeur dans l’abject qui exprime le plus mystérieux fond de l’âme humaine, et atteint l’essence des choses. Ce n’est pas une œuvre pour les natures délicates et sensibles qui s’évanouissent en écoutant un Prélude de Chopin. D’abord, nous sommes en enfer. Là, on ne rencontre pas souvent de petits saints… On pense Au Grand Large, ce rêve de survie beaucoup plus naïf, mais plus hallucinant par son côté fantastique.

2Ici, l’au-delà est semblable à la vie. L’enfer est représenté par une chambre d’hôtel où deux femmes et un homme sont enfermés. L’éternité du châtiment, c’est de souffrir les uns par les autres. Sans le vouloir, chacun d’eux est le bourreau des deux autres.

3L’une des deux femmes est une infanticide. Cette exaltée mariée à un vieil époux a eu sur terre un amant. Même en enfer, elle a besoin d’un homme. L’autre est une lesbienne, elle avait une petite amie, dont le mari s’est tué. L’homme est un déserteur mexicain, qui a été fusillé… Le lâche, la femme damnée, et l’infanticide hystérique ont été emmenés dans cette chambre inquiétante par un étrange garçon d’hôtel qui évoque Caron. D’abord, chacun d’eux se compose un personnage flatteur, puis les masques tombent… Une fois nus les uns devant les autres, ils vont s’entre-déchirer à belles dents. La prisonnière convoite la jeune exaltée, qui convoite le déserteur, qui lui préfère la solitude et le silence. L’action se déroule entre trois canapés. Si, encore, ils étaient quatre, ils pourraient s’arranger, mais à trois c’est beaucoup plus difficile ! Il y en a toujours un, ou une, de sacrifié. Et c’est la victime qui hurle… comme un damné.

4Cet acte fantastique et inquiétant est remarquablement mis en scène par Raymond Rouleau, et admirablement joué, d’abord par Michel Vitold, au masque tourmenté, hagard, hallucinant ; par Tania Balachova, qui est une des comédiennes les plus intelligentes de notre époque, et par Gaby Sylvia, étonnante de féminité trouble, de cynisme inconscient, de cruauté charmante, presque enfantine. C’est sûrement sa meilleure création.

5Vedettes, 24 juin 1944.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540