Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sartre devant la presse d’Occupation

Huis clos. Comptes rendus, articles de presse et autres textes ayant paru ou ayant été rédigés sous l’Occupation

Georges Chaperot

Le Cri du Peuple, 24 et 25 juin 1944

Texte intégral

1Si la place nous était moins parcimonieusement mesurée, j’aurais aimé, afin d’en souligner les secrètes convergences, vous parler dans cette chronique, en même temps que de Huis clos, de ce Damné pour manque de confiance que Ghéon adapta du théâtre espagnol et que vient de nous présenter le Palais de Chaillot. Dieu sait pourtant – Dieu, notre éternel tourment, comme dit Gide – Dieu sait si, à première vue, ces deux pièces peuvent paraître dissemblables ; celle-ci toute baignée de suavité mystique, celle-là empreinte de la plus noire désespérance. Mais, parvenu en ses ultimes retranchements, le pessimisme total (qui n’est au fond que le refus de toute Providence) n’est pas si éloigné qu’on pourrait le croire du Credo initial. Il arrive un moment où l’on n’a plus le choix qu’entre la mort et Dieu : se suicider ou entrer à la Trappe.

2Et ce n’est pas parce qu’il a plu à M. Jean-Paul Sartre de figurer l’enfer sous l’aspect d’une chambre d’hôtel et de vêtir ses ombres des tristes oripeaux de la vie quotidienne, ce n’est pas cela qui nous inciterait à penser que ces deux œuvres, nées d’une même inquiétude, sont essentiellement différentes. En l’occurrence, c’est même M. Sartre qui nous paraît se plier le plus fidèlement aux traditions du moyen âge qui, lui aussi (on l’oublie trop), jouait ses « mistères » [sic] en veston.

3Ces lignes vont sans doute surprendre celui qui ne connaît Huis clos que par ouï-dire (« un dialogue entre un déserteur, une lesbienne et une infanticide, vous vous rendez compte ? »). Et plus encore, peut-être, celui qui l’aura vu. Pour moi j’avoue avoir été bouleversé par la sincérité qui émane de cette œuvre et son accent désespéré.

4De l’auteur on ne connaissait jusqu’à présent que Les Mouches, que M. Dullin nous avait présentées l’an dernier et qui nous avait – personnellement-ennuyé. S’attaquant à son tour à la tendre Antigone [sic] M. Jean-Paul Sartre s’était livré aux vains exercices d’une rhétorique normalienne d’où toute émotion semblait bannie. Aussi n’était-ce pas sans appréhension qu’on avait pris l’autre soir le chemin du « Vieux-Colombier ». Dès les premières répliques j’ai été pris, envoûté par un dialogue qui est un admirable dialogue de théâtre : dense et direct et jusqu’à la fin, jusqu’à cet éclat de rire véritablement satanique qui retentit comme un coup de cymbale, il ne m’a plus été possible d’y échapper. Alors que Les Mouches laissaient apercevoir l’auteur à tout instant, celui-ci, cette fois, disparaît au profit de ses trois personnages qui se démènent, se déchirent de façon hallucinante. C’est plus d’une fois qu’on songe aux plus âpres visions d’un Dostoïevski. Et quelle idée bouleversante d’avoir ramené l’enfer à ces tortures morales que trois âmes déchues, enfermées en vase clos, s’infligent mutuellement. D’où cette percutante réplique :

5L’enfer, c’est les autres.

6(Qui fait songer d’ailleurs – comme un décalque – au fameux : « Les affaires, c’est l’argent des autres ».)

7Une fois de plus la place nous manque pour parler de l’interprétation. Félicitons en bloc Mmes Gaby Sylvia, Tania Balachova et Michel Vitold qui traduisent, avec une intensité d’écorché vif, tous les sentiments de cette œuvre paroxystique, sans oublier R.-J. Chauffard qui a composé bien curieusement son personnage de « garçon d’enfer ».

8Le Cri du Peuple, 24 et 25 juin 1944.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540