Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sartre devant la presse d’Occupation

Huis clos. Comptes rendus, articles de presse et autres textes ayant paru ou ayant été rédigés sous l’Occupation

Louis-Jean Finot

La Semaine à Paris, 21 juin 1944

Texte intégral

1M. Jean-Paul Sartre est un auteur sombre, dont le pessimisme, parfois atroce, possède la brûlure du vitriol. Il se complaît dans la noirceur, mais les « noirs » de sa palette ont une rare vigueur qui vous tient haletants et vous bouleverse. On peut ne pas l’aimer, l’accuser même d’immoralité ou de perversion. Peu lui chaut, et il a bien raison. Il « sent » son œuvre ainsi, et comme il y apporte un talent et un tempérament d’une puissance et d’une personnalité rares, on se doit de le connaître, de l’admirer, ou tout au moins de le discuter.

2La place nous manque pour analyser son Huis clos, sorte d’enfer où se rencontrent trois damnés – un déserteur fusillé, une infanticide, une femme aux mœurs « anormales » – l’enfer, pour eux, c’est de se trouver à jamais réunis, de se déchirer, de se haïr, de revivre l’un par l’autre leurs fautes terrestres. Drame de la solitude humaine, étouffant et obsédant, aux résonances d’angoisse dont on se libère avec peine.

3Remarquable interprétation de Michel Vitold dans le meilleur rôle qu’il ait eu à jouer jusqu’ici, de Gaby Sylvia, émouvante, et de Tania Balachova, satanique à souhait, et mise en scène curieuse et intelligente de Raymond Rouleau.

4La Semaine à Paris, 21 juin 1944.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540