Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sartre devant la presse d’Occupation

Huis clos. Comptes rendus, articles de presse et autres textes ayant paru ou ayant été rédigés sous l’Occupation

Simone Mohy

Enfer et Damnation1, Le Franciste, 17 juin 1944

Texte intégral

  • 1 Extrait d’un compte rendu qui porte sur plusieurs pièces.

1Il y a deux sortes d’enfers pour le spectateur : celui qui est en scène lorsque l’auteur vous y conduit, et celui que l’on subit dans la salle lorsque la pièce vous met sur des charbons ardents…

2Cette semaine, nous avons connu l’un et l’autre. D’abord au Vieux-Colombier, J.-P. Sartre nous présente un enfer original. Il voit ce lieu sous les aspects désolés d’une chambre d’hôtel aveugle. La fenêtre est murée, et le propriétaire cornu en a retiré la glace. Ça n’est pas gai. Et si vous pouviez voir le garçon d’étage… Il est effrayant, avec son rictus silencieux. Quant aux clients, ce sont des gens qui, bien entendu, ont pas mal de choses à se reprocher. N’ayez aucune crainte, vous n’irez pas en enfer, car ceux qui y sont appartiennent à une catégorie de monstres, et vous n’en êtes sûrement pas un.

3Donc, nous trouvons réunis dans cette chambre infernale un journaliste assassin, une mère infanticide et une lesbienne en folie. Du joli monde, comme vous le voyez. Les personnages ont chacun un divan pour s’asseoir : un vert, un blanc, un bleu. La mère infanticide commence par faire des difficultés parce que le sien ne va pas avec sa robe. Tout s’arrange, le journaliste assassin étant très galant.

4Mais je plaisante, et je vous assure que la pièce ne l’est pas. C’est du solide, du bien construit, avec des répliques qui tombent juste à l’endroit où il faut, en un style ramassé qui ressemble à un bon dialogue de cinéma. Un beau travail technique.

5Hélas ! pourquoi un auteur qui manifeste tant de qualités se vautre-t-il avec une visible délectation dans une telle boue ? Bien sûr, nous sommes en enfer. Mais ne serait-ce pas le rôle du théâtre que de nous ouvrir la porte du Paradis ? (Je sais, le portier de Pigalle l’a déjà fait, mais ce paradis-là est encore un enfer dans son genre…) Nous savons que le vice existe. Mais de voir s’étaler sous les feux de la rampe ces âmes archiperdues, on arrive à se demander s’il n’y aurait pas quelque chose de mieux que l’Enfer pour les punir.

6Au fait, je ne vous ai pas dit ce que faisaient mes trois damnés. Eh bien ! ils se tourmentent l’un et l’autre, la mère aimant le journaliste, celui-ci la lesbienne [sic] et cette dernière l’infanticide. Et c’est ça leur enfer… C’est joué de façon très intéressante par Michel Vitold, hallucinant ; Gaby Sylvia, qui a de beaux cris, et Tania Balachova, élégante et racée.

7Il paraît que M. Sartre est professeur de philosophie dans un lycée parisien, Tous ses élèves doivent mourir d’envie d’aller voir sa pièce. Ce sera une drôle de leçon… Quant aux spectateurs qui se ruent au Vieux-Colombier, ils risquent d’être damnés, car ils y vont mus par curiosité malsaine, le sujet étant reconnu scabreux. De l’air, de l’air…

8Le Franciste, 17 juin 1944.

Notes

1 Extrait d’un compte rendu qui porte sur plusieurs pièces.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540