Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sartre devant la presse d’Occupation

Huis clos. Comptes rendus, articles de presse et autres textes ayant paru ou ayant été rédigés sous l’Occupation

Georges Ricou

La France Socialiste, 17 juin 1944

Texte intégral

1Après Les Mouches, voici Huis clos. Jean-Paul Sartre prend allure d’intellectuel démoniaque. Ses méditations ne le portent guère à l’optimisme, elles ne comportent aucune moralité. Quand il réfléchit à ses lectures, il leur donne des commentaires morbides ; ses analyses en désagrègent les éléments constitutifs et ne laissent apparaître, comme le principe fondamental des sentiments et des actes auxquels ils aboutissent, qu’un fond de pourriture. Toutes ses imaginations reposent sur un parti pris d’horreur ou de vice. Volontaire ou instinctive spéculation de l’esprit ? Je ne sais. Mais la déformation de la tragédie des Atrides, dans Les Mouches, si elle n’apporte aucune idée créatrice, pervertit, dénature et dépouille de toute force dramatique une série de situations dont l’antiquité et les classiques ont tiré des chefs-d’œuvre.

2Avec Huis clos, spéculation à peine plus personnelle, nous retrouvons le même état d’esprit. L’observation n’y a aucune part. Jean-Paul Sartre nous livre l’objet de ses insomnies. Ses nuits sans sommeil se meublent sans doute de visions infernales. Il les porte au théâtre. Il les rassemble et les fait peser sur trois personnages, sans doute pour ne pas éterniser un débat, par essence éternel, mais qui se renouvelle sous les mêmes aspects.

3Au royaume des morts, dans une chambre close et murée, sans air ni lumière, trois ombres, en apparence incarnées sous leur aspect humain, sont successivement amenées et enfermées. Garcin, le pacifiste, que sa lâcheté a fait condamner à mort et fusiller au Mexique, Inès, une lesbienne, que son vice a rendue criminelle, Estelle, orgueilleuse de sa beauté, soumise à ses sens, épouse adultère et mère infanticide. Tous trois conduits en enfer, pour l’expiation. C’est le spectacle de leur supplice, de leurs disputes, de la torture qu’ils s’infligent les uns aux autres et les uns par les autres que nous donne l’auteur. Avec le climat d’angoisse grandissante, le débat forcené des attirances morbides qui se refusent et se combattent. Atmosphère de Grand-Guignol. En plus satanique. Tirant ses inspirations de souvenirs littéraires, Jean-Paul Sartre a pris la suite d’André de Larde. Avec cette différence, toutefois, que de Lorde était un auteur dramatique, ce qui n’est pas le cas pour Jean-Paul Sartre.

4Après plus d’une heure d’un échange de répliques véhémentes, de colères libérées, de violences verbales, les adversaires épuisés prennent un temps de repos. On en profite pour baisser le rideau : la pièce est terminée. A-t-elle commencé ? Et pourquoi ne recommencerait-elle pas ? Elle n’a, en fait, pas plus de début que de conclusion. Jean-Paul Sartre, le jour où il se retrouvera en enfer pour se joindre au trio qu’il a imaginé, sera sans doute condamné à poursuivre éternellement, en variant les mots, le débat qu’il a lui-même institué. Juste châtiment de son forfait.

5Interprétation excellente, dans une mise en scène extrêmement adroite et intelligente de Raymond Rouleau. Sans Tania Balachova, dont le talent rend acceptable l’allure d’Inès, la lesbienne, sans les grâces inconscientes et sensuelles de Gaby Sylvia, et l’âpreté de Michel Vitold, Huis clos aurait probablement été écouté avec une moins sage attention. L’auteur doit tout à ses interprètes. Ce n’est pourtant pas qu’il manque de talent et soit dépourvu de sens dramatique. Mais quel goût et quelle dépravation intellectuelle !… Quelle curieuse prédilection pour les situations et les personnages faisandés !

6La France Socialiste, 17 juin 1944.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540