Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sartre devant la presse d’Occupation

Huis clos. Comptes rendus, articles de presse et autres textes ayant paru ou ayant été rédigés sous l’Occupation

Charles Méré

De l’enfer au paradis1, Aujourd’hui, 17 juin 1944

Texte intégral

  • 1 Extrait d’un compte rendu qui porte également sur Les Aventures de Gilles d’Henri Ghéon.

1M. Jean-Paul Sartre qui fit représenter naguère au Théâtre de la Cité Les Mouches et dont le théâtre du Vieux-Colombier affiche aujourd’hui Huis clos est, incontestablement, un écrivain de talent, de grand talent. On peut regretter qu’il ne mette pas ce talent au service de meilleures causes – je veux dire que son cerveau et ses sens ne lui permettent pas de concevoir et d’exprimer quoi que ce soit, en dehors de ce qui est proprement – ou salement – le vice, le crime, la pourriture ou la mort. Mais quoi ? Chaque arbre porte les fruits de son espèce. Il serait vain de souhaiter que le mancenillier nous donnât des nèfles ou des prunes, alors que son destin est de secréter du poison…

2Huis clos est une pièce vénéneuse. L’action se passe en enfer, dans un enfer tel que l’imagine M. Jean-Paul Sartre, où les damnés sont voués à être leurs propres bourreaux. Trois personnages : un ancien journaliste, engagé dans l’armée mexicaine puis fusillé pour avoir déserté ; une jeune femme, adultère et infanticide ; et une suicidée, qui appartient à la catégorie des « femmes damnées » que chanta Baudelaire. Ces trois diaboliques créatures sont réunies dans une même pièce, close comme une chambre de prison. Elles vont se déchirer à l’envi, dans un débat sans issue possible. La « femme damnée » a jeté son dévolu sur l’infanticide, laquelle convoite ardemment le déserteur. Mais celui-ci, de mœurs pourtant normales, a un faible pour la tribade ! En fin de compte, les héros de la pièce n’hésiteraient pas à s’entretuer s’ils n’étaient déjà morts… Gentil, n’est-ce pas ? Non, terrible et affreux, par tout ce que M. Jean-Paul Sartre a mis de cruauté et d’âpre délectation à faire vivre et souffrir ses monstres humains. Strindberg lui-même est dépassé !… C’est tellement horrible que cela finit par devenir beau. Je ne pense pas qu’on puisse faire un plus bel éloge de l’art singulier de J.-P. Sartre.

3[…]

4[D]ans une ingénieuse mise en scène de Raymond Rouleau, M. Michel Vitold, Mmes Gaby Sylvia et Tania Balachova interprètent, avec un étonnant raffinement d’intelligence et d’expression dramatique Huis clos, la pièce de M. Jean-Paul Sartre dont il n’est pas besoin d’être devin pour prévoir le grand succès – succès qui sera dû beaucoup moins au talent fulgurant de l’auteur qu’à l’« étrange matière » dont il entend nous régaler.

5Aujourd’hui, 17 juin 1944.

Notes

1 Extrait d’un compte rendu qui porte également sur Les Aventures de Gilles d’Henri Ghéon.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540