Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sartre devant la presse d’Occupation

Huis clos. Comptes rendus, articles de presse et autres textes ayant paru ou ayant été rédigés sous l’Occupation

Louis Chéronnet1

Les Beaux Arts, 16 juin 1944

Texte intégral

  • 1 Extrait d’un compte rendu qui porte également sur La femme du boulanger de Jean Giono.

1Dans le théâtre littéraire, il y a toujours plus de littérature que de théâtre. Si la littérature est bonne, il n’y a pas de mal et l’œuvre ne court qu’un risque : celui de périr avec les recherches d’une langue poétique ou d’une expression idéologique auxquelles elle emprunte un vêtement séduisant dans son faste « immédiat », mais qui se démodera et est presque toujours trop lourd pour une structure dramatique trop frêle. Si la littérature est mauvaise, c’est plus grave… surtout pour les spectateurs qui s’ennuient et s’endorment dans le ronronnement des mots.

2Huis clos échappera-t-il au premier danger ? Nul ne peut le savoir, encore. Est-ce à dire que ce long acte de près d’une heure et demie est entièrement tributaire de la dialectique et demeure sans action au sens théâtral du mot ? Oui, si l’on s’en tient à certaines normes habituelles. Non, si l’on est sensible au tempérament de J.-P. Sartre. Avec l’auteur des Mouches, vraiment le verbe se fait acte et l’action peur être tendue jusqu’à son abstraction la plus intense. Point n’est donc besoin ici d’artifice de mise en scène. Trois personnages, sans liens communs entre eux, prélevés dans le quotidien le plus courant, sont introduits, comme par hasard, un à un, entre les murs nus d’une chambre banale, vide et close (même la fenêtre est bouchée !) et seulement meublée de trois sièges d’un quelconque disparate.

3Ces êtres livrés à eux-mêmes, à leur propre lâcheté, à leur propre veulerie, dans cet univers fermé comme une cellule, dans ce climat tour à tour oppressant comme une altitude métaphysique ou comme l’abîme du mal, dans ce monde abandonné où l’on ne peut vivre que sans espoir, comme sans charité et sans foi, nous les connaissons. J.-P. Sartre nous avait déjà proposé leur image dans La Nausée et surtout dans les admirables nouvelles du Mur. Là, nous les avions vu vivre. Nous allons maintenant les voir se survivre, dans cet enfer qu’ils ont mérité, au-delà d’eux-mêmes, dépouillés, désincarnés, damnés mais sublimes si l’on ose dire. Des instruments de torture ou des bourreaux ? À quoi bon ici ? Que ces morts vivants s’approchent seulement les uns des autres, qu’ils se touchent, qu’ils se parlent pour vouloir s’expliquer : c’est suffisant car tout leur est douleur, Ils ne peuvent pas avoir un geste de paix, un mot qui soit de douceur. Qu’importe que l’homme soit un déserteur, une des femmes infanticide et l’autre une égarée sexuelle ? Nous les voyons se débattre dans cette cloche pneumatique avec une sorte de frénésie complaisante, ne pouvant plus échapper à une destinée implacable parce qu’interrompue, Et nous seuls avons l’impression que le drame va en s’amplifiant : pour eux, ils savent qu’ils ne s’épuiseront jamais dans une terrible éternité faite d’une durée égale, indifférente et sans mesure.

4La puissance du talent de J.-P. Sartre purifie tout ce qui ici pourrait paraître malsain, éclaire tout ce qui semble trouble. Et une telle évocation nous bouleverse parce qu’elle nous fait toucher à l’essence même du tragique.

5Les Beaux Arts, 16 juin 1944.

Notes

1 Extrait d’un compte rendu qui porte également sur La femme du boulanger de Jean Giono.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540