Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sartre devant la presse d’Occupation

Huis clos. Comptes rendus, articles de presse et autres textes ayant paru ou ayant été rédigés sous l’Occupation

Jacques de Féraudy

De l’Enfer au Néant, Au Pilori, 15 juin 1944

Texte intégral

1À l’heure où, grâce à l’indéfectible amitié des Libérators… et à travers – aucun de nous n’est exempt de faire une pirouette finale dans l’au-delà – le théâtre du Vieux-Colombier a eu l’aimable attention – sans doute pour nous donner un petit avant-goût de ce qui peut nous attendre – de nous gratifier d’une soirée, sinon récréative, du moins instructive, en nous promenant dans l’Enfer avec sa première pièce, et dans le Néant avec sa seconde. Comme je ne connaissais rien – je m’en excuse – de l’œuvre de Jean-Paul Sartre et que, tout dernièrement encore, le Théâtre de la Cité, en nous faisant l’honneur de ne pas nous convier à la générale des Mouches, continuait à entretenir mon impardonnable ignorance, j’avoue que mon premier contact avec l’auteur de Huis clos n’a pas manqué de me laisser – suivant sa volonté d’ailleurs – une sorte d’impression grand-guignolesque de cuisson par trop prolongée – habilement mise au feu de la rampe, du reste – mais aussi inutile que désagréable, en ces temps de phosphore judéo-anglo-américain si abondamment répandu sur nos têtes.

2Pour J.-P. Sartre, l’Enfer n’est, tout bien considéré, qu’une misérable chambre d’hôtel de quinzième ordre, avec une porte hermétiquement close donnant… disons sur les chaufferies – et une fenêtre, peut-être ? soigneusement murée ; meublée uniquement de trois divans – ce qui peut laisser supposer bien des choses – agrémentée d’un énorme Barbedienne – que nul humain ne peut soulever-posé sur une cheminée ; éclairée par un lustre électrique qui, comme de juste, est toujours allumé. Par contre, aucun indice de salle de bains, voire de toilette ou l’endroit où l’on aime à se retirer seul. L’unique plaisanterie permise aux occupants de ce lieu glacial, si l’on peut dire, c’est d’appuyer sur un bouton de sonnette qui ne sonne pas. Et voilà. Comme aucun spectateur présent ne peut contrôler l’exactitude de ce décor supposé, il est évident que celui qui l’a imaginé a la partie belle.

3Introduits par le garçon d’étage embroussaillé d’une barbe et d’une chevelure qui doivent sentir le roussi et qui tire sur une pipe qu’il vient d’allumer probablement à quelque flamme apprivoisée pour cet usage, nous voyons pénétrer tour à tour dans cette chambre qui leur est réservée par l’administration de l’endroit, un certain Garçin [sic] – garçin [sic] d’étage risquerez-vous dans votre hâte de rire un peu. Non, Garçin [sic] tout court. Ici, on ne rigole pas une seconde et on n’est pas là pour s’amuser. Un certain Garçin [sic] donc, brave et lâche à la fois, déserteur pour ne pas participer à la guerre juive que nous subissons et fusillé pour cette raison… qui plaide, oh ! combien, en sa faveur. Nous savons que seuls ceux qui ont rêvé ce fléau infernal sont toujours en vie. Une certaine Inès, au cœur lesbien et à la main assassine, et, enfin, une Estelle, mère infanticide : trois personnages, pour le moins assez particuliers, pour lesquels on ne se sent pas un attachement irrésistible et à qui, pourtant, l’auteur nous enjoint de nous intéresser toutes affaires cessantes. Ces messieurs et dames ayant fait connaissance et ayant décliné leurs titres et qualités, ça ne va pas tout seul dans Landerneau. Estelle se sent attirée vers Garçin [sic] et, mon Dieu, celui-ci, à la rigueur, exaucerait son vœu sur un des trois divans, mais la lesbienne ne l’entend pas de cette oreille-là. Elle veut sa part. On s’engueule ferme. Exaspérée, l’infanticide se précipite sur son amoureuse pour la tuer avec une sorte de coupe-papier que j’avais oublié dans la nomenclature des accessoires de la maison… perdant ainsi la tête jusqu’à oublier que, morte elle-même, elle va occire une morte. Ce qui provoque un immense éclat de rire… sur la scène. Enfin, les trois damnés – éclairés soudain violemment par un retour de flammes qui embrase un instant le décor et nous ramène à la réalité – ne pouvant arriver à leurs fins, s’affalent avec la dernière correction, chacun sur son divan respectif, et se plongeant dans de vertes réflexions, ils attendent. Ils attendent probablement que leur auteur ait fait une suite qui, si la Milice le permettait, pourrait s’appeler « Partouse » et qui contribuerait efficacement au relèvement de la moralité de notre pays. Déjà, pourquoi n’avoir pas joué ce Huis clos en lui conservant toute sa signification, c’est-à-dire : le public n’étant pas admis.

4Tania Balachova qui devrait seulement troquer la précipitation de son débit contre une articulation qui conserverait le même mouvement ; Gaby Sylvia, bien séduisante ; Michel Vitold, un Garçin [sic] très complet, et René-Jacques Chauffard qui ne manque pas d’adresse, jouent avec talent cet acte d’un auteur qui n’en manque pas lui non plus, mais qui peut-être pourrait l’employer à autre chose.

5Au Pilori, 15 juin 1944.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540