Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Sartre devant la presse d’Occupation

Huis clos. Comptes rendus, articles de presse et autres textes ayant paru ou ayant été rédigés sous l’Occupation

Jean Silvain1

L’Appel, 15 juin 1944

Volltext

  • 1 Le compte rendu porte également sur la pièce Souvent Femme varie de Robert Boissy.

1C’est aux Mouches, pièce de M. Jean-Paul Sartre, représentée l’année dernière sur la scène du Théâtre de la Cité, que nous devons le souvenir d’une de nos plus mauvaises soirées. Dans cette pièce, une laideur continuelle le disputait sans cesse à une prétention inégalée.

2Des jeunes gens, des snobs vieillots, se pâment d’aise devant l’obscurité voulue d’un texte épouvantablement littéraire.

3M. Jean-Paul Sartre récidive au Vieux-Colombier avec un acte interminable, Huis clos. On ne peut rêver d’une chose plus ennuyeuse et, en même temps, aussi lugubrement malsaine. Les personnages se roulent avec délice dans la fange. L’ordure est leur raison d’être. Au moment où notre malheureux pays vit le plus grand drame de son histoire, un tel spectacle nous apparaît fort inutile et nous afflige.

4Le rideau se lève sur une chambre dont l’unique fenêtre est murée. Un étrange domestique introduit trois locataires : deux femmes et un homme.

5Nous sommes tout simplement aux enfers. Le domestique est le suppôt de Satan. Les locataires sont des morts. L’une des deux femmes, mariée à un vieux barbon, a eu un enfant de son amant et a noyé dans le lac Léman le nouveau-né.

6L’autre était une lesbienne. En dernier lieu, elle avait pour amie une femme mariée. Ces deux prêtresses de Sapho se sont si bien entendues pour rendre la vie impossible au mari qu’un jour, las de leurs tracasseries, il est allé tout bonnement se jeter sous un tramway. Ayant perdu leur souffre-douleur, l’existence leur a semblé tout à coup très fade et elles se sont donné la mort au gaz d’éclairage.

7L’homme est un déserteur devant l’ennemi : il a été fusillé.

8M. Jean-Paul Sartre met aux prises ces trois estimables représentants du genre humain. La lesbienne désire l’infanticide tandis que le déserteur voudrait bien faire l’amour avec la lesbienne [sic]. Ce sera la punition de ces damnés de ne pas arriver à leur but. Ils tourneront dans ce cercle vicieux – oh ! très vicieux – durant toute l’éternité. Ils se menaceront, se plaindront, gémiront, hurleront sans nous intéresser jamais.

9Dans tout ce qu’il conçoit et imagine, M. Jean-Paul Sartre croit toujours agir en peintre et en artiste. Nous pensons que l’on peut réaliser avec de la boue une belle fresque, comme jadis le fit Goya dans une chapelle d’Espagne. Mais avec M. Jean-Paul Sartre, nous ne voyons, hélas ! que la boue.

10Tout l’art de M. Jean-Paul Sartre n’est que de l’exagération, de la tromperie à l’égard du public. Il procède d’un exhibitionnisme qui nous donne la nausée.

11Mmes Tania Balachova, Gaby Sylvia et M. Michel Vitold, qui jouent avec conviction cette infernale histoire auront bien gagné leur paradis.

12L’Appel, 15 juin 1944.

Anmerkungen

1 Le compte rendu porte également sur la pièce Souvent Femme varie de Robert Boissy.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540