Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sartre devant la presse d’Occupation

Huis clos. Comptes rendus, articles de presse et autres textes ayant paru ou ayant été rédigés sous l’Occupation

S. B.

Enfin une belle œuvre, Présent, 12 juin 1944

Texte intégral

1Pour nous consoler de toutes ces soirées perdues, signalons la très belle pièce de J.-P. Sartre, Huis clos, représentée au Vieux-Colombier. Dans le décor volontairement hideux d’une chambre d’hôtel meublée, un drame où l’action est toute interne et psychologique se joue entre trois personnages : un homme et deux femmes, qui se trouvent là réunis sans savoir eux-mêmes pourquoi.

2Très lentement, comme dans l’ascenseur de Pirandello, le public, en même temps que les personnages, comprend que cette scène banale, c’est tout simplement l’enfer, mais un enfer sans démons et sans flammes, où les damnés sont leurs propres bourreaux. L’homme et les deux femmes sont à la fois tortionnaires et victimes et, quand, au bout d’une heure et demie de cruels assauts, le rideau tombe, une pesante impression de damnation éternelle pèse sur toutes les épaules.

3La pièce est admirablement jouée par Mme Tania Balachova dans un personnage violent de femme deux fois damnée, et par Gaby Sylvia, frêle et ingénument perverse. Du côté des hommes, par M. Vitold, qui joue un rôle d’aventurier cynique et gouailleur, et par M. Chauffard, étonnant dans une composition de garçon d’hôtel borgne.

4Présent (Lyon), 12 juin 1944, p. 4.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540