Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sartre devant la presse d’Occupation

Huis clos. Comptes rendus, articles de presse et autres textes ayant paru ou ayant été rédigés sous l’Occupation

Édouard Saint-Pierre1

Les Nouvelles Continentales, 10 juin 1944

Texte intégral

  • 1 Extrait d’un compte rendu qui porte, mis à part Le Souper interrompu, également sur La Brebis égar (...)

1C’est au Vieux-Colombier que l’on représente Le Souper interrompu, de P. J. Toulet. Cet acte assez insignifiant nous vaut d’admirer une Lise Delamare, dont la beauté a quelque chose de somptueux […].

2L’intérêt de la soirée se porte sur une heure en enfer imaginée sous ce titre assez fermé : Huis clos, par M. Sartre.

3Une heure ? À vrai dire cet ouvrage intelligemment mis en scène par Raymond Rouleau dure près de deux heures – mais comme les trois personnages sont des damnés, c’est-à-dire des êtres placés en pleine éternité, il n’était peut-être pas mauvais de nous faire sentir par leurs interminables bavardages tout l’ennui qui attend ceux dont la conscience est fruit du diable.

4M. Sartre a du talent. Je ne suis pas de ceux qui lui refusent l’absolution de certaines longueurs, obscurités, ou tendances prétentieuses. Mais on n’aperçoit aucune discipline dramatique dans ce qu’il produit.

5L’idée, en soi, est rare de cet homme, déserteur passé par les armes, et de ces deux femmes, dont l’une est une infanticide et l’autre une damnée baudelairienne, tout trois condamnés par les invisibles puissances de l’au-delà, à être réunis pour l’éternité dans un mutuel déchirement de leurs cerveaux, avec l’obsédant souci de savoir ce que pensent d’eux ceux qu’ils ont laissés dans la vie normale.

6L’étrangeté, pour ne pas dire l’originalité de Huis clos est dans le fait que la vie normale prête ici son apparence à l’Enfer et que nos trois damnés tout vêtus comme vous et moi, et semblent des voyageurs descendus dans une chambre d’hôtel tout simplement, mais une chambre d’hôtel dont la fin de plafond s’enflamme. Les interprètes – MM. Vitold, Chouffard [sic], Mme Balachova, Gaby Sylvia ont bien du mérite.

7Les Nouvelles Continentales, 10 juin 1944, p. 4.

Notes

1 Extrait d’un compte rendu qui porte, mis à part Le Souper interrompu, également sur La Brebis égarée de Francis Jammes.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540