Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Sartre devant la presse d’Occupation

Huis clos. Comptes rendus, articles de presse et autres textes ayant paru ou ayant été rédigés sous l’Occupation

Marcel Lapierre

Un petit tour en enfer, L’Atelier, 10 juin 1944

Testo integrale

1Jean-Paul Sartre est l’auteur des Mouches qui bourdonnaient, il y a quelques mois, au Théâtre de la Cité. Je n’avais pas beaucoup aimé cette tragédie entomologique, et je crois bien vous l’avoir dit. Ça ne m’empêchait pas, l’autre soir, d’aller voir sa nouvelle pièce, Huis clos, en toute confiance. On m’en avait parlé comme d’un truc épatant. Le fait est que ça ne manque pas d’intérêt, mais cet intérêt baigne dans quelques inconvénients.

2Au départ, il y a une idée. Si ça n’est pas une idée de pièce, c’est, au moins, une idée de décor. Sartre nous emmène tout simplement en enfer. L’enfer on l’a représenté au théâtre de bien de façons. Sur cette même scène du Vieux-Colombier, on nous en avait évoqué un assez curieux pour l’Orphée du Népomucène Jonquille. Chez ses marionnettes, Gaston Baty nous restitue l’enfermaison-de-jeu de La Queue de la poêle.

3Dans Huis clos l’enfer est une espèce d’hôtel meublé dont les chambres sont dépourvues de fenêtres et de miroirs. Un garçon d’étage, revenu des vanités de ce monde et de l’autre, traîne ses savates au long de couloirs sans fin.

4Une même chambre réunit trois « pensionnaires », trois « nouveaux » : un déserteur vaguement mexicain, une petite femme qui trompait son mari et qui a balancé par la fenêtre un bébé clandestin, une lesbienne qui a brutalement lessivé la partenaire qui se laissait aller à aimer un homme…

5Pourquoi le patron de l’établissement les a-t-il mis ensemble ? Pour que les frictions de leurs caractères particuliers créent pour chacun l’enfer annoncé à l’extérieur. Les résultats sont, dans leur genre, satisfaisants.

6Inès veut séduire Estelle qui veut se donner à Garcin. Et tous les trois finissent par se détester de toute leur âme, que le diable leur a pourtant prise. Ils veulent même s’entre-tuer à l’aide du coupe-papier qui est la seule arme disponible dans le local. Mais ils ne peuvent pas se tuer… puisqu’ils sont morts !

7Ce qui m’étonne, c’est que la même excellente raison ne mette pas un terme à l’effervescence de leurs sens. Pas vrai ?

8Cette engueulade à trois dure plus d’une heure – sans entracte. C’est long. Et ça fatigue un peu, quoique ce soit bien joué par Michel Vitold, Tania Balachova et Gaby Sylvia.

9Le tragique de la situation peut se définir ainsi : les trois héros sartriens ont, pour se dire des vacheries, toute l’éternité devant eux, tandis que le public, lui, doit se débiner à dix heures et demie pour attraper le dernier métro. […]

10J’allais oublier de vous dire que [la mise en scène] de Huis clos est de Raymond Rouleau, dans un décor de Max Douy qui laisse entrevoir les flammes de l’enfer…

11L’Atelier, 10 juin 1944.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Questa pubblicazione digitale è stata realizzata tramite il riconoscimento ottico dei caratteri automatico (OCR).