Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Sartre devant la presse d’Occupation

Huis clos. Comptes rendus, articles de presse et autres textes ayant paru ou ayant été rédigés sous l’Occupation

André Castelot1

La Gerbe, 8 juin 1944

Full text

  • 1 Extrait d’un compte rendu qui porte également sur Les Aventures de Gilles d’Henri Ghéon.

1Lorsque M. Jean-Paul Sartre, en écrivant une de ses pièces, trouve un détail bien nourri de laideur humaine, on l’imagine aisément en train de se frotter les mains avec la même satisfaction qu’un poète ayant découvert une image harmonieuse. Ce n’est pas pour rien qu’un de ses ouvrages se nomme La Nausée. En voyant, l’an dernier, Les Mouches au Théâtre de la Cité, nous avons déjà eu un exemple de ce goût pour la pourriture. Cette fois, avec Huis clos, l’écœurement est total. On ne peut rêver une heure plus pénible, plus laide, plus remplie d’immoralité, plus éloignée des buts que le théâtre se doit d’atteindre. Certes, foin de l’ennuyeux théâtre dit éducatif ! Mais le théâtre, quand il ne se propose pas de distraire en amusant, doit brasser des idées, atteindre la grandeur, et par là même élever l’esprit et l’âme du spectateur.

2Ne tardons cependant pas davantage à dire que, en dépit de quelques longueurs, en dépit d’une construction chaotique, Huis clos est une pièce remarquable. C’est « du théâtre ». Nous voulons dire par là que cette œuvre atrocement pénible nous est présentée avec un indéniable talent.

3Et cela n’en est que plus grave !

4Renversons donc devant nos lecteurs cette poubelle en argent, ciselée avec amour par l’auteur.

5Le premier quart d’heure est amené et conduit de main de maître. Nous ignorons dans quel lieu nous nous trouvons. Il est à coup sûr malsain… c’est tout ce que nous en savons. Une impression d’inquiétude, de malaise plane dans une chambre dont la fenêtre est murée, dont tout l’ameublement consiste en trois canapés. Un bizarre garçon d’étage introduit à tour de rôle trois locataires : un homme et deux femmes. L’homme, en pénétrant sur le plateau, demande où sont les instruments de torture ; la première femme se croit mise en présence du bourreau et la seconde, terrifiée, pousse des hurlements de terreur.

6Nous sommes aux enfers. Le garçon d’étage, c’est Caron. Les trois locataires sont des morts. Après mille détours pénibles, nous apprenons ce qui les a conduits là. L’homme a martyrisé sa femme, la trompant avec cynisme. Déserteur devant l’ennemi, il est mort de douze balles dans la peau ; une des deux femmes, mariée à un vieillard, a eu un enfant de son amant et a tué son nouveau-né en le jetant dans le lac Léman avec une pierre autour du cou. L’autre, amoureuse du sexe faible, avait une petite amie mariée. Les deux femmes ont tellement empoisonné la vie du mari qu’il s’est jeté sous un tramway. Puis ces dames se sont donné la mort au gaz d’éclairage.

7Dans la pensée de l’auteur, les enfers, pour chacun des personnages, ce sont les deux autres… c’est le mal qu’ils se feront mutuellement. En effet, M. Sartre a imaginé que la lesbienne désirait ardemment l’infanticide et que l’infanticide aimerait follement le déserteur. Mais le déserteur s’en moque. Non qu’il soit pédéraste (l’auteur n’a pas osé aller jusque-là… M. Sartre, on le devine par son sujet, est un timide), mais l’infanticide n’est pas son type, il semble préférer de beaucoup la lesbienne, qui, d’ailleurs, s’en fiche éperdument. Je m’aperçois que je commence à raconter cette histoire sur un ton badin. C’est une grave erreur. Durant une heure et demie nos trois personnages vont s’entre-déchirer avec raffinement. De temps à autre, ils regardent dans le vide, fixement. Ils revoient leur passé… puis vite ils vont d’un canapé à l’autre, et ce ne sont alors que hurlements, reproches, déclarations, refus, lâchetés, colères, révoltes.

8Le rideau tombe, laissant nos hystériques en pleine haine avec leurs désirs refoulés. Nul doute qu’un jour ou l’autre – puisqu’ils ont toute l’éternité devant eux – les trois damnés ne trouvent une « petite combinaison » – si j’ose dire – pour occuper leur refoulement et leurs interminables loisirs. Ils ont pour cela tous les atouts entre leurs mains.

9Ouf ! Nous voilà sorti de ce cloaque ! Ce qui est encore plus grave, c’est que M. Jean-Paul Sartre est professeur de philosophie au lycée Condorcet. En dépit de sa prédilection pour l’abject, inculque-t-il à ses élèves l’amour du Beau, le respect de ce qui est Noble et Grand ?

  • 2 Montée par Jean Marais au théâtre Édouard-VII, la pièce avait été interdite en mai 1944 par la pol (...)

10On a interdit Andromaque parce que Jean Racine n’était plus là pour protéger ses vers massacrés et sa pensée déformée2. Il est juste que l’État défende ce qui est notre patrimoine. Il serait tout aussi souhaitable qu’un Conseil de L’Ordre des auteurs dramatiques, dont notre éminent collaborateur H.-R. Lenormand a maintes fois défini la tâche ici même (projet qui aurait tous les avantages de la dictature sans en avoir les inconvénients), puisse interdire, non pour médiocrité, mais pour laideur néfaste, une ordure aussi écœurante que Huis clos, ordure de valeur, sans doute, ordure dont la moisissure est surtout interne, mais ordure tout de même… n’ayons pas peur des mots !

11Au nom du très grand talent avec lequel l’œuvre est écrite ; au nom de l’art avec lequel elle a été mise en scène par Raymond Rouleau ; au nom, enfin, de la façon remarquable avec laquelle elle est jouée par Tania Balachova, Gaby Sylvia et Michel Vitold, on estimera sans doute que nous faisons preuve d’un petit esprit le jour où nous approuverons l’interdiction éventuelle d’un tel étalage décadent et indécent. Et pourtant, si l’on veut mettre le théâtre à sa vraie place, si on veut lui confier un rôle et surtout une mission, il ne faut pas craindre de préconiser certaines mesures vigoureuses. En d’autres temps, nous serions sans doute moins entier… mais notre époque n’est pas celle des demi-mesures !

12On va, certes, également nous objecter Jean Anouilh, dont certains sujets sont tout aussi noirs et pénibles que celui conçu par J.-P. Sartre… mais les héroïnes de l’auteur d’Eurydice sont pures. La honte ne les atteint pas. Ses héros essayent de s’évader de la laideur qui les entoure. Ils ne s’y vautrent point. […]

13À quelque chose malheur est bon. La noirceur de Huis clos nous a fait apprécier le charme qui émane des Aventures de Gilles, un « miracle » d’Henry Ghéon présenté par Alfred Marist au théâtre de Iéna… une œuvre qui commande un certain respect. Ce qui nous aurait semblé puéril nous paraît, au lendemain de la présentation de l’ouvrage de Jean-Paul Sartre, d’une naïveté fraîche et reposante.

14La Gerbe, 8 juin 1944, p. 5.

Notes

1 Extrait d’un compte rendu qui porte également sur Les Aventures de Gilles d’Henri Ghéon.

2 Montée par Jean Marais au théâtre Édouard-VII, la pièce avait été interdite en mai 1944 par la police sur ordre de la Milice après l’intervention d’Alain Laubreaux, cf. Ingrid Galster, Le Théâtre de Jean-Paul Sartre devant ses premiers critiques, t. 1, Les pièces créées sous l’Occupation allemande, « Les Mouches » et « Huis clos », 2e édition, L’Harmattan, 2001, p. 221 sq.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Terms of use: http://www.openedition.org/6540