Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sartre devant la presse d’Occupation

Huis clos. Comptes rendus, articles de presse et autres textes ayant paru ou ayant été rédigés sous l’Occupation

Armory1

Les Nouveaux Temps, 6 juin 1944

Texte intégral

  • 1 Extrait d’un compte rendu qui porte sur plusieurs pièces.

1Que ce soit ou non du surréalisme, qu’une philosophie au lyrisme péjoratif se dégage de cette pièce, cela m’est égal. Autant l’excessive ambition de pensée, cette audace dans l’hellénisme tripatouillé et cette rhétorique agressive qu’il y avait dans Les Mouches, de M. Jean-Paul Sartre, m’avaient peu convaincu, autant Huis clos, au théâtre du Vieux-Colombier, m’est apparu une œuvre forte, originale, nous élevant au-dessus des concepts ordinaires auxquels se complaît le théâtre de chez nous.

2Ce n’est pas que le sujet soit tout à fait nouveau. Que l’on se rappelle ces personnages du Grand Large, évoluant mystérieusement, se cherchant eux-mêmes puis, à la fin du premier acte, l’un d’eux disant : « Je comprends, nous sommes morts », d’un effet saisissant. Là aussi ils sont morts. Ils sont en enfer. Un enfer consistant en une pièce meublée de trois canapés, d’un bronze de Barbedienne, d’une glace dans laquelle on ne peut se voir. Ils entrent successivement, introduits par un domestique au faciès féroce, au rire sarcastique. Qui sont-ils ? Lui un assassin déserteur, puis une infanticide, enfin une de ces filles damnées pour son vice hors nature. Ils vont frayer ensemble, puisque ensemble ils sont captifs, puisque ensemble ils sont damnés. Et ce sera alors proprement l’enfer, le jeu auquel ils se livrent, se déchirant mutuellement l’âme et l’image de leur illusion corporelle.

3Le dialogue va, vient, monte, redescend à une allure forcenée. La saphique, convertie, brûlant sensuellement, veut s’attaquer à l’homme, l’étreindre, elle lui livre sa bouche [sic] ; l’infanticide, immarcescible, s’oppose à cet amour, les nargue, fait déjà pour eux office de bourreau… Soudain ils se séparent tous trois, reprennent chacun leur place, essaient de recoudre des idées dans leurs cerveaux torturés ; le plafond du salon s’embrase de flammes symboliques.

  • 2 Allusion au Damné pour manque de confiance, pièce représentée au Palais de Chaillot.

4Quelle plus parfaite, plus définitive vision de l’enfer des contemporains peuvent-ils imaginer ?… Je ne prétends point que cette pièce satisfasse complètement les amateurs d’intrigues moins métaphysiques et d’un pessimisme plus intense encore que celui traduit par Tirso de Molina2, mais la littérature de M. Sartre prend sa raison d’être et avec elle, ici, il n’est point négligeable de penser. M. Michel Vitold, au physique tourmenté, au jeu puissant ; Mme Tania Balachova, qui excelle dans les compositions de révoltées ; Mme Gaby Sylvia, aiguisant sa féminité pleine de piment ; M. René-Jacques Chauffard dans le garçon d’étage, donnent à cette pièce prenante tous ses reliefs et son véritable caractère d’exception.

5Les Nouveaux Temps, 6 juin 1944.

Notes

1 Extrait d’un compte rendu qui porte sur plusieurs pièces.

2 Allusion au Damné pour manque de confiance, pièce représentée au Palais de Chaillot.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540