Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Sartre devant la presse d’Occupation

Huis clos. Comptes rendus, articles de presse et autres textes ayant paru ou ayant été rédigés sous l’Occupation

Jacques Berland

Paris-Soir, 5 juin 1944

Full text

1Trois êtres – deux femmes, un homme – enfermés dans une chambre meublée, en tout et pour tout, de trois canapés, d’un guéridon sur lequel traîne un coupe-papier, d’un rideau qui cache une fenêtre murée et d’un bronze de Barbedienne posé sur la cheminée, s’entre-déchirent mutuellement pendant une heure et quart d’horloge. Tel se présente, en bref, l’œuvre dramatique de M. J.-P. Sartre, sa seconde, après Les Mouches.

2Trois personnages, une heure et quart sans détente ni diversion, cela ressemble à une gageure. Une gageure que M. Jean-Paul Sartre a tenue avec diablement de talent. Une gageure qui sera très discutée d’ailleurs à cause de l’amoralité des êtres qu’elle propose en spectacle.

3Des deux femmes, en effet, l’une est infanticide, l’autre qui sacrifiait avec passion au culte de Lesbos a trucidé par amour. Quant à l’homme, il s’est fait fusiller on ne sait trop pour quel crime. Mais c’est moins encore par leurs actions que ces êtres sont malfaisants que par leur absence totale de repentir. Ils se roulent dans leur crasse avec une espèce de frénésie satisfaite. Et cette tension néfaste qui les jette sans une seule seconde d’espoir vers le mal et l’abject serait insupportable si ces trois cocos-là n’étaient déjà damnés. Car la chambre avec sa fenêtre murée et sa porte fermée où ils s’agitent – où leurs âmes, devrais-je dire, s’agitent – désespérément, c’est l’Enfer. Un Enfer sans feu ni pals, ni torture physique. Un Enfer qui ne brûle que l’esprit par une discussion sans répit, par une cohabitation éternelle d’êtres qui s’opposeront et se dévoreront de questions et d’injures jusqu’au jugement dernier. Car l’enfer, comme le dit l’un des personnages, c’est les autres.

4Par son action, l’œuvre de M. J.-P. Sartre n’est pas sans rappeler Le Grand Large et, par là, elle laisse deviner un côté de vieille « avant-garde », mais le langage de M. J.-P. Sartre dans sa vigueur et sa clarté s’impose en définitive. Et, pour ma part, je trouve Huis clos essentiellement plus dramatique que Les Mouches.

5Mmes Gaby Sylvia, pleine d’un charme très doux ; Tania Balachova, puissante ; M. Vitold qui semble aujourd’hui maître de ses moyens ; R.-J. Chauffard à la tête curieuse, interprètent Huis clos avec une remarquable intensité dans une mise en scène très simple de M. Raymond Rouleau.

6Paris-Soir, 5 juin 1944, p. 2.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Terms of use: http://www.openedition.org/6540