Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Sartre devant la presse d’Occupation

Huis clos. Comptes rendus, articles de presse et autres textes ayant paru ou ayant été rédigés sous l’Occupation

Jean-Michel Renaitour

L’Œuvre, 3 et 4 juin 1944

Volltext

1La nouvelle direction du Vieux-Colombier a eu l’ambition méritoire d’offrir, comme premier spectacle, des œuvres à prétention littéraire. Même si tout n’est pas parfait dans sa réussite, il n’en reste pas moins qu’il y a là un effort digne d’être souligné.

  • 1 Il s’agit du Souper interrompu représenté comme lever de rideau avant Huis clos.

2C’est ainsi que voulant rendre un hommage – tardif, mais légitime – à P.-J. Toulet, poète délicat, on a été chercher dans son œuvre un divertissement dialogué, qui évoque lointainement du Musset ou du Marivaux […]1.

3Au reste, le morceau de résistance, dans ce spectacle coupé, se trouve constitué plutôt par la pièce de J.-P. Sartre, l’auteur dont Charles Dullin nous avait déjà fait connaître Les Mouches à la Cité. Huis clos – c’est le titre de cet acte qui ne dure pas moins d’une heure et demie – nous a semblé d’une meilleure veine que Les Mouches. Les trois personnages, au moment où le rideau se lève, viennent de mourir : ils sont en train d’expier aux enfers les crimes de leur vie. Les enfers sont ici représentés symboliquement par une chambre sans issue, ne comportant ni glace ni abat-jour, et dont l’unique fenêtre est murée. Les trois personnages sont une « femme damnée » (au sens où l’entendait Baudelaire), une infanticide et un déserteur (ce dernier a été tué de « douze balles dans la peau »). Leur supplice consistera à devenir réciproquement leurs bourreaux, par les propos qu’ils se tiendront : car ils se dresseront l’un contre l’autre, alors qu’ils sont condamnés à vivre perpétuellement ensemble. Il y a là sans doute une intention philosophique, mais qui reste à l’état d’ébauche. En revanche, quelques coupures seront les bienvenues vers la fin de cette longue scène, où l’action se ralentit un peu… Sous bénéfice de ces observations, on n’écoute pas sans intérêt ce dialogue bien écrit : et si le thème en rappelle assez exactement Le Grand Large, de captivante mémoire, on ne saurait s’en plaindre, au contraire.

4En outre, l’ensemble est joué à ravir par Gaby Sylvia, qui se révèle chaque jour davantage comme une de nos plus fines comédiennes de l’heure présente. Elle a l’éclat, la grâce, le talent : toutes qualités qui lui valent un succès très vif. À ses côtés, Tania Balachova et Michel Vitold – sans oublier Roger Tréville dans la pièce de Toulet – composent une distribution de qualité.

5L’Œuvre, 3 et 4 juin 1944.

Anmerkungen

1 Il s’agit du Souper interrompu représenté comme lever de rideau avant Huis clos.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540