Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sartre devant la presse d’Occupation

Huis clos. Comptes rendus, articles de presse et autres textes ayant paru ou ayant été rédigés sous l’Occupation

G[aston] S[orbets]

L’Illustration, 3-10 juin 1944

Texte intégral

  • 1 Pour l’autre pièce, voir la note à la page suivante.

1La Compagnie du Vieux-Colombier a inauguré sa nouvelle direction par un spectacle composé de deux pièces qui sont l’une par rapport à l’autre aux antipodes de l’art théâtral1.

2Huis clos, de M. Jean-Paul Sartre, que l’interprétation, exemplaire et dévouée jusqu’au sacrifice, de Mmes Tania Balachova et Gaby Sylvia et de M. Michel Vitold a fait accepter du public des premières salles en partie acquis d’avance, justifie son titre par son sujet, ou plutôt par le développement de son sujet, qui serait déjà pénible dans l’une de ces époques où l’excès de calme et de sécurité invite certains artistes à corser l’intérêt de leurs œuvres par un piment de qualité plus ou moins douteuse. Mais, par une sorte de défi à l’instinct vital le plus élémentaire, prolonger ainsi le témoignage d’une décadence dont nous subissons les effets terribles et toujours plus angoissants est difficilement tolérable.

3Pour ne pas laisser errer les suppositions de nos lecteurs, précisons qu’il s’agit d’un homme et de deux femmes : le premier, fusillé pour avoir tenté de déserter ; la seconde, épouse infidèle, morte en état d’infanticide ; la troisième, coupable d’avoir détourné une jeune femme de son mari qui s’en est trouvé réduit au suicide. Pour les trois, l’enfer auquel ils sont condamnés se révèle sous l’apparence d’un ennui éternel dans un banal salon d’hôtel meublé. Que faire donc en un tel gîte sinon y recommencer les intrigues de la vie ? L’épouse, aussitôt convoitée par sa nouvelle compagne, aspire à la protection de l’homme, et c’est entre celui-ci et sa rivale un affreux débat. Le talent de l’auteur ne préserve pas tantôt son ouvrage de dégager quelque ennui, tantôt les auditeurs d’avoir le cœur soulevé. N’insistons pas.

4L’Illustration, 3-10 juin 1944, p. 208.

Notes

1 Pour l’autre pièce, voir la note à la page suivante.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540